L'Encrier du Chaos

Roleplay dans l'univers du Donjon de Naheulbeuk
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
News
Le Calme et la Tempête


Voilà bien longtemps que les Aventuriers ont quitté la région. Le fracas des armes a cessé, la fureur et la poussière sont retombés, la soif de gloire et de richesses s'est tarie. Mais les lieux ne sont pas morts pour autant : il reste toujours le vieil aubergiste, là, courbé derrière son comptoir ; et je gage que si vous aviez la curiosité de lui adresser la parole, il pourrait vous conter de grandes choses du temps passé, et allumer en vous une étincelle dont vous ne soupçonniez pas l'existence...

Derniers sujets
Aventures en cours
Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies ! par Baldin, Pnek, Althis et Zaeseth.

Pendant que le loup n'y est pas, une aventure par Jester.
Top-Lists
Soutenez le forum en votant régulièrement sur ces Top-List, qui permettront à de nouveaux joueurs de nous découvrir!

Top des Meilleurs RPG
Fantastic Story RPG
Liens utiles
Le Donjon de Naheulbeuk, le site de Pen of Chaos...
...et son petit frère, le site du JDR.

L'Encyclonebeuk, avec tout un tas d'articles géniaux.

Les biens et services trouvables en Fangh, pour savoir quoi demander au marchand lorsque vous entrerez dans sa boutique!

Naheulbeuk Online, pour ceux qui veulent faire du véritable Jeu de Rôle oral.

Partagez | 
 

 Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ivanov Tsardin Al'Uile

avatar

Nombre de messages : 1348
Age : 25
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Hermaphrodite
Statut Spécial : maire de Valtordu et vampire méchant
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
370/90  (370/90)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
561/1240  (561/1240)

MessageSujet: Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres   Dim 27 Jan - 20:18

Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres sauvages de Kwzprtt.

Accord parental souhaitable pour la lecture de ce RP

Partie I

Il sentait le vent lui siffler dans les oreilles, sa cape claquer avec la vitesse. En dessous, le paysage défilait à grande allure. Au loin, il pouvait apercevoir les lumières de Glargh, cité des moines guerriers brasseurs de houblon, et s’il s’était retourné, il aurait encore pu deviner la lumière du phare (à Hon) de la tour de Blizdand.
Il commençait à fatiguer, il n’avait pas encore l’habitude de voler et cela lui demandait un très grand effort.
A l’ouest, l’aube pointait son nez (je vous rappelle encore une fois que chaotique qu’est la terre de Fangh, l’est et l’ouest sont inversés) et colorait de stries oranges les nuages au dessus de la cité de la bière. Mais Glargh était encore loin et Ivanov avait envie de se reposer.
En bas, il y avait l’air d’y avoir un petit bois, pas trop miteux pour y faire une pose. Il descendit en flèche et se posa brutalement sur le sol.
Ivanov était exténué par le vol et avait grandement envie de dormir. Il tassa vaguement le sol et, utilisant son sac comme oreiller, il s’endormit.


Une halène putride le réveilla. Quand il ouvrit les yeux, il vit avec effrois qu’un ours était en train de le renifler.


*Faire le mort ! Je ne dois pas bouger, surtout ne pas bouger ! Il ne faut pas que je bouge…*

Le plantigrade tournait toujours autour du vampire et ne semblait pas se décider. Allait-il laisser ce corps émanant le mal ou goûter cette viande faisandée ?
Ivanov bougea soudainement et saisit son épée. L’ours grogna et montra ses crocs. Il attaqua mais, surpris par la feinte du vampire, il rata sa cible. Ivanov se retourna et lui planta son épée dans la gorge. La bête s’écroula de tout son long.
Ivanov essuya sa lame sur la fourrure de l’animal et rengaina son épée. Puis il sortit sa dague et dépeça consciencieusement l’ours de toute sa viande. Content, il se rendormit.

Quand il se réveilla dix heures plus tard, il remarqua qu’une colonie de fourmis n’avait rien trouvé de mieux à faire que de piller sa viande. Il pesta contre ces insectes, les chassa et, empaquetant à nouveau sa viande, il essaya de voler.
Il se concentra : rien. Il essaya de sauter, de courir, rien. Pas moyen de décoller.

*Mais qu’est-ce qu’il se passe, pourquoi je ne peux pas voler quand je veux ?*

Dix minutes de sauts, de courses effrénées et jurons mirent fin à l’enthousiasme d’Ivanov.

*Bon, ben j’crois qu’vais finir à pied. Quelle misère !*

Dépité, continua son périple à pied, chantonnant sa chanson préférée « j’casse du nain, j’casse du nain… » et frappant chaque caillou qui traînait sur le chemin.

Les heures passèrent, les kilomètres aussi et petit à petit, Ivanov se rapprochait de l’ancienne capitale. Il pouvait apercevoir en hauteur l’abbaye fortifiée des moines brasseurs.
Sur le chemin, il avait croisé quelques passants mais pas grand monde. Il n’était heureusement pas sur la route principale et sa carte indiquait que la prochaine intersection était à plus d’une dizaine de kilomètres encore.

Enfin, les murs de la ville furent en vue. La muraille ceinturait avec style la ville, l’enveloppant telle une ceinture de chasteté, empêchant le vagabond d’y entrer et le criminel d’y sortir autrement que entre quatre planches.
A chaque porte, deux gardes armés incorruptibles armés de hallebardes montaient la garde et filtraient les gens qui rentraient. Ivanov se doutait qu’il ne pourrait certainement pas renter comme ça. Il lui fallait trouver quelque chose.
Perdu dans ses pensées, un type bizarre le bouscula. Il était vêtu d’une houppelande blanche dont la capuche était mise, empêchant de distinguer son visage. Il avait aussi un voile rouge qui lui ceinturait la taille et des protections sur chaque avant-bras. Mais le plus impressionnant n’était pas ses habits mais son armement. En effet, il était équipé d’un fourreau dans le dos avec cinq couteaux de jet, et un autre avec autant de couteaux lui ceinturait le ventre. Aussi, une épée lourde pendait à son côté gauche et une autre épée courte était attachée dans son dos.
Autre fait marquant, il lui manquait l’annulaire de la main gauche.

« - Fais gaffe où tu vas, crétin ! »

Avant qu’Ivanov n’ait eu le temps de penser à quoique ce soit d’autre, le type fit sortir une lame de là où était fut un temps son doigt et essaya de le poignarder. Ivanov dévia son bras et dégaina sa dague. Surpris, l’assassin le fut encore plus quand il vit la dague du vampire lui trancher la carotide.

*Mais qu’est-ce qu’il me voulait cet idiot ?*

Ivanov, avant de nettoyer sa dague hésita. Il la posa et se mit à fouiller le cadavre. Aucune bourse mais juste deux papier. Un sur lequel était marqué « Guilde des Nizârites, Initié : A… » (une goutte de sang empêchait la lecture) et l’autre autorisant l’accès à la ville.

*Ben tiens, j’ai qu’à prendre ses vêtements, ils me seront bien pratiques… enfin j’espère.*

Ivanov les enfila et fut particulièrement heureux des nouvelles armes. Il testa un couteau de jet et fut satisfait de son équilibre. Les deux épées étaient aussi parfaites.
Repositionnant mieux sa capuche, il s’approcha de l’entrée est. Il y avait une petite file mais l’attente ne semblait pas trop longue. Quand ce fut à son tour, Ivanov présenta l’autorisation et le garde, levant sa hallebarde lui fit signe de passer. Il rangea son autorisation et dégagea l’entrée.

Glargh était une grande ville à la gloire passée. Son histoire fut tumultueuse et maintenant, elle est connue pour sa bière et son marché où tout y est achetable ou vendable.
Ivanov constata que des panneaux d’affichage permettaient de facilement se repérer dans la cité commerçante.
Comme le soir tombait, il chercha une auberge, mais il avait surtout faim. Zonant, il remarqua avec étonnement que la plupart des gens le saluait ou se poussait pour le laisser passer.
Ivanov se dirigea vers la première auberge en vue. Elle s’appelait « Au voyageur assoiffé ». Ivanov y rentra et se dirigea vers le comptoir. Le tavernier l’accueillit avec précipitation :

« - Mes respects sire, cela me fait plaisir de vous voir dans mon humble établissement. Vous souhaitez passer la nuit ici ?
- Tout à fait.
- Très bien, je vais vous libérer la meilleure chambre. Souhaitez-vous aussi la compagnie de quelqu’un ?
- Non merci, je me débrouillerai. Je vous dois ?
- Rien du tout, c’est toujours un honneur de recevoir une telle personne dans mon établissement. Si je puis me permettre, la chambre sera libre dans une minute, mais je vous propose d’aller manger ailleurs, je n’ai malheureusement pas d’aliments qui puissent être suffisants pour vous. Je ne saurais vous recommander d’aller gouter la délicieuse cuisine de Mme Lovaitt. »

Ivanov acquiesça et sortit. Muni du plan donné par l’aubergiste il se dirigea vers le restaurant indiqué.
La devanture était de type menzorien et sur le bois était peint : « A la bonne tourte ».

*Intéressant, je n’ai jamais goûté de tourte, mais ça doit être bon si l’autre lèche-botte me le recommande.*

Devant, un garçon chantait :

« Une envie vous titille, un délice pour vos papilles
Elles sont douces, et elles n’allègeront qu’à peine vos bourses
Approchez, amenez vos amis, ils feront le plus beau repas de leur vie
Venez, venez donc gouter la tourte de Mme Lovaitt… »

Ivanov entra et tout de suite, une serveuse au décolleté for échancré l’accueillit :

« - Entrez, venez donc, êtes-vous seul ou attendez-vous quelqu’un ? il y a déjà une table qui vous attend. »

Il se laissa guider par la serveuse et s’assit à la table. Il prit le menu et commença à le consulter mais la serveuse l’interrompit :

« - Non, non, ce n’est pas comme ça qu’on choisit une bonne tourte. Laissez-moi vous chanter les délices de chaque modèle. Voulez-vous une juteuse et bien gouteuse ou une bien ferme et qui vous ravit l’épiderme ? Non, ne dites plus rien, pas un mot, je sais tout, je devine, je vois ce dont vous désirez. Une à la bière et au coq de bruyère. Voilà qui vous convient. Je commande et je vous livre. »

Ivanov, abasourdi rendit le menu et attendit pendant que le garçonnet qui chantait tout à l’heure garnissait sa table de marguerites.
Enfin, la tourte arriva, bien chaude et bien fumante. Ivanov la mangea et la trouva succulente. Il en redemanda et il mangea à sa fin, arrosant le tout de bière locale.
Soudain un type tout moche, un ivrogne entra la serveuse se précipita vers lui.

« - Monsieur le Bailli, quel bon vent vous amène ? Voulez vous gouter à ma tourte paysanne dont vous raffolez où préférez-vous essayer la quatre fromages, ma nouveauté ? A moins que vous préfériez la végétarienne ?
- Si je suis ici, c’est pour des raisons officielles. En effet vos voisins se plaignent de vos fumées nauséabondes la nuit, c’est pour cette raison que j’aimerais visiter vos fourneaux afin de vérifier qu’ils sont en conformité… »

A cet instant là, un autre type arriva. Bizarre lui aussi, il avait comme particularité d’avoir une mèche blanche dans sa chevelure noire. Il parla au Bailli :

« - Monsieur le Bailli, j’ai récemment reçu un nouveau produit qui charme les filles, désiriez-vous l’essayer en même temps que je vous rase ?
- Mmh, je ne devrais pas… Mais vous dites qu’avec, on a succès auprès des filles ?
- Mais oui, venez donc. »

Il entraîna le monsieur dans l’escalier. Ivanov, sans plus s’en préoccuper continua sa tourne mais il sentit quelque chose de dur. Il recracha et vit un ossement. Il lui sembla reconnaître un cartilage de la main… A ce moment là, la serveuse se précipita sur lui et commença à débiter tout son boniment :

« - Cher client, je suis vraiment désolé que ça soit arrivé, une maladresse, une erreur, une étourderie. Mon petit Tomy aura eu la tête en l’air et aura laissé passé un cartilage de lapin. A présent, le secret n’est plus et vous savez que dans ma recette secrète entre du lapin, et j’ajouterais même qu’il faut un peu de coriandre pour que ça soit bien tendre. Mais pour vous dédommager de la gène occasionnée, je vous proposer d’aller vous faire raser gratuitement par mon mari, le meilleur barbier de toute la ville. »

Ivanov accepta et suivant la serveuse, monta à l’étage.
En haut, la salle d’attente était sommaire, et il pouvait voir par la porte en verre le cabiner du barbier. Justement, alors qu’il jetait un coup d’œil, il vit le siège basculer en arrière et le corps du bailli disparaître. A cet instant là, la porte s’ouvrit et le barbier, nettoyant son rasoir d’argent avec un chiffon rouge accueillit le vampire.

« - Ah, c’est ma femme qui vous envoie ? Entrez donc, vous ne le regretterez pas.»

Ivanov s’assit sur le siège et ne put s’empêcher de constater que le parquet était humide. Il enleva sa capuche et attendit. Le barbier balança un drap devant lui et le noua à son coup. Puis il commença à étaler la mousse sur le visage du vampire. Après, le barbier aiguisa son précieux rasoir et le tint en l’air, évaluant le visage d’Ivanov.
A cet instant précis, il vit la lame du rasoir se rapprocher à une vitesse folle vers sa gorge. Alors tout fut clair dans sa tête. Il bloqua de son bras gauche in extremis le rasoir affuté et de sa main droite, il envoya un couteau de jet se ficher dans la carotide du barbier. Celui-ci eut une contraction réflexe et Ivanov sentit le siège basculer. Il entendit une trappe s’ouvrit et, comme sur un toboggan, il dévala une pente. Sa tête heurta lourdement le sol de la cave.

_________________
Ringa pakia ! Uma tiraha ! Turi whatia !
Hope whai ake ! Waewae takahia kia kino !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Tenei te tangata puhuru huru
Nana nei i tiki mai, Whakawhiti te ra
A upane ! ka upane !
A upane ! ka upane !
Whiti te ra ! Hi !


Dernière édition par le Lun 28 Jan - 8:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ivanov Tsardin Al'Uile

avatar

Nombre de messages : 1348
Age : 25
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Hermaphrodite
Statut Spécial : maire de Valtordu et vampire méchant
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
370/90  (370/90)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
561/1240  (561/1240)

MessageSujet: Re: Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres   Dim 27 Jan - 20:18


Quand il rouvrit les yeux, il était tout poisseux de sang. Pas du sien heureusement. Il deux cadavres dont celui du défunt bailli avaient amorti sa chute, la boîte crânienne ayant explosé. Sur lui gisait le corps vidé de son sang du barbier démonique. Il repoussa le cadavre et se leva. Sa tête lui faisait terriblement mal et sa houppelande blanche était devenue rouge sang. Il récupéra le rasoir de le barbier tenait toujours précieusement dans sa main droite et le couteau de jet fiché dans sa gorge.
Il observa où il était. La cave où il était sentait les relents des égouts. Devant lui se tenait un gigantesque hachoir avec à l’entrée des morceaux de viande inidentifiables. Au fond, dans un fourneau cuisaient des tourtes. Et contre les murs gisaient des morceaux d’humains. Là était le secret de fabrication de ces délicieuses tourtes. Dommage qu’un morceau de doigt mal haché ait gâché la machine si bien rôdée.

Mais maintenant, il lui fallait sortir. Or la porte était solidement fermée de l’extérieur. Restaient les égouts. Il souleva la plaque et s’y engouffra.

Des rats se promenaient. L’eau moisie sentait le détritus mais une odeur de sang venait relever le tout. Il marcha au gré des ramifications, espérant en voir la sortie un jour. De temps en temps, il dérangeait un groupe de rats occupés à manger le reste d’un cadavre parvenu là sûrement contre son gré où perdu à jamais comme lui.
Enfin, la chance lui sourit. En effet, une sortie était annoncée à trois cents mètres. Depuis quelques temps, il avait remarqué que dans l’air, en plus de l’habituelle odeur de puanteur une subtile odeur de pizza s’y mêlait…

« Kayabonga ! »

Trois tortues mutantes débarquées de nulle part entourèrent soudainement Ivanov. Chacune avait un bandeau de couleur différente attaché à leur tête et elles étaient armées d’armes hétéroclites. Une avait un katana, une autre un nunchaku et la troisième un sabre.
Celle avec le nunchaku s’avança mais elle se prit sa propre arme dans la tête et bascula dans la sombre et putride rivière souterraine. Les deux autres entourèrent le vampire et se mirent à lui tourner autour. Soudain, elles attaquèrent simultanément.
Ivanov, qui avait dégainé l’épée courte, para les deux coups sans encombre et riposta, envoyant la première se baigner et la deuxième embrasser le sol. Elle râla :
(pour bien faire la voix, il faut se boucher le nez…)

« - Oh Donatello et Angelo, il nous a bien ramassé la gueule… »

Ivanov, sans plus y prêter attention enjamba la tortue mutant et rejoignit la sortie.
Dehors, la nuit était tombée depuis longtemps. Il devait être dans le quartier mal famé car personne ne traînait. Une voix l’appela :

« - Eh, psss, je suis là… ne te retourne pas. J’ai trouvé un nouveau plan pour toi. L’entrepôt d’Ulrar, il paraît qu’il y a une nouvelle invention révolutionnaire. Vas y faire un tour, ça pourrait t’être utile pour l’avenir. Tu ne m’as pas vu, tu n’as rien entendu et tu ne sais même pas qui je suis… »

Des bruits de pas se firent entendre et moururent dans la nuit. Quand Ivanov se retourna, il n’y avait plus personne. Il n’avait aucune idée d’où pouvait être l’entrepôt en question.
Il marcha donc, au hasard des rues, espérant croiser quelqu’un pour se renseigner. Il n’y avait personne
Enfin, il vit la devanture d’une boutique éclairée. Il devait s’agir d’une boucherie d’après l’icône d’un poulet se balançant en grinçant sur la façade. Ivanov, sans se soucier de sa houppelande maculée de sang et de toutes ses armes apparentes entra. A l’intérieur, divers quartiers de viande étaient exposait. Le boucher derrière son comptoir était occupé à aiguiser ses couteaux et autres hachoirs. Quand il vit approcher le vampire, il blêmit. Avant même qu’Ivanov ait pu poser la moindre question, le boucher saisit deux couteaux bien affutés et déclara :

« - Vous, ignoble organisation dont vous faites parti êtes déjà venu la semaine dernière et vous m’avez humilié devant mes clients parce que je n’avais pas assez pour payer votre taxe de sécurité. Mais maintenant, sachez-le, vous allez regretter d’être revenu. »

Et il lança son couteau. Ivanov l’esquiva assez facilement et il alla se ficher dans un jambon qui pendait. Le boucher saisit alors un autre hachoir et attaqua. Ivanov dégaina l’épée courte et bloqua chaque assaut effréné. Mais l’épée n’était pas de si bonne qualité et devants les coups répétés du boucher berserk, elle lâcha. La lame cassa et alla se ficher dans le sol. Ivanov, désarmé ne pouvait utiliser l’épée longue nit les couteaux de jets. Il eut une idée et saisit un jambon qui pendait. Le tenant par la corde, il le fit tournoyer telle une masse d’arme. Le boucher ne semblait pas s’inquiéter et le tailla en tranches fines. Ivanov balança le reste de jambon et en saisit un autre. Cette fois-ci, il le lança et le jambon alla percuter la tête du boucher. Mais celui-ci avait la tête dure et il encaissa le choc à l’arcade sans sourciller. Ivanov, désarmé à nouveau mais plein de ressources prit alors les assiettes qui servaient à exposer la viande et les lança une par une sur le boucher. Mais, berserk qu’il était devenu, l’impact des frisbees improvisés ne semblait pas le déranger.
Le vampire en bien mauvaise posture lança tous ses couteaux de jet mais à chaque fois, le boucher les arrêtait avec ses hachoirs. Ivanov, prit alors tabouret et essaya de tenir à distance le charcutier (tss tss ^^) mais il n’en prit garde et le tailla en fins copeaux de bois.
Le vampire ne savait plus quoi faire contre ce boucher fois. Il saisit la petite affichette qui était plantée dans une terrine de porc et utilisa la pointe comme un stylet.
Les coups de hachoirs du boucher étaient parés par les avant-bras du vampire mais ses protections commençaient à rendre l’âme. Ivanov, alors qu’il bloquait un coup du bras gauche planta le pic de l’étiquette dans la main du boucher pile entre l’index et le majeur. Le charcutier, fou de douleur chargea le vampire en hurlant. Ivanov l’esquiva en sautant et dégaina le rasoir du barbier. Le boucher grogna, jura, gratta du pied sur le sol et chargea à nouveau. Ivanov fit un écart sur la gauche et en même temps, dans un mouvement de rotation trancha la gorge du barbare. Celui-ci, dans un giclement de sang s’écroula par terre.

*En voilà un qui était bien coriace !*

Ivanov récupéra ses couteaux de jet mais constata avec dépit que seuls deux étaient encore utilisables. Mais il piqua aussi deux couteaux de boucher et un autre à dépecer. Puis il regarda la caisse mais malheureusement, celle-ci était vide.
Puis il regarda la viande. Toute celle dans le magasin avait été massacrée mais peut-être en restait-il dans la chambre froide. Ivanov alla voir mais celle-ci était vide.
Fatigué, il sortit et repartit à la recherche de quelconque interlocuteur pouvant lui indiquer où pouvait bien être ce fichu entrepôt.


[Je précise bien sûr que ce n'est pas encore fini et que la partie II va venir dès qu'elle peut]

_________________
Ringa pakia ! Uma tiraha ! Turi whatia !
Hope whai ake ! Waewae takahia kia kino !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Tenei te tangata puhuru huru
Nana nei i tiki mai, Whakawhiti te ra
A upane ! ka upane !
A upane ! ka upane !
Whiti te ra ! Hi !
Revenir en haut Aller en bas
Plissava
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1461
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : homme
Statut Spécial : Tout-Puissant
Date d'inscription : 03/11/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
25/25  (25/25)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
167/700  (167/700)

MessageSujet: Re: Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres   Dim 27 Jan - 20:56

Yak!

Bon, eh bien ,voix off!

Ivanov gagne 10.5 kilos de viande!

Avec 125 XPs!

Yaaaaaaaaaa!

_________________
Martinù est notre maître ! Si en lui tu n'as pas foi, ce sera moi qu'il te faudra craindre !! Bientôt la guerre sainte pour sauver le monde ! (Mwahahahaha)
"Fantasmer sa vie, et vivre ses cauchemars", c'est peut-être ça le calvaire de l'immortalité...
*Aime sa groupie*
Chronophobe ! C'est grave docteur ? Ca se soigne comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Ivanov Tsardin Al'Uile

avatar

Nombre de messages : 1348
Age : 25
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Hermaphrodite
Statut Spécial : maire de Valtordu et vampire méchant
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
370/90  (370/90)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
561/1240  (561/1240)

MessageSujet: Publicité   Lun 28 Jan - 8:52

Revenons maintenant sur le dernier combat qui a opposé Ivanov à un boucher. Dans ce combat, Ivanov a utilisé toutes les armes possibles et imaginables afin de défaire son adversaire. Il a donc utilisé ce qui lui tombait sous la main.
Cette technique reconnue de tous les assassins est appelée « Technique à la Jason Burne » c'est à dire l’art de tuer avec ce que l’assassin trouve sous la main.
Mais il faut savoir que Jason Burne est le plus grand maître de l’Ecole des Nijassassins (ou ENA). Maître dans l’art de tuer, il reste si énigmatique que personne ne connaît son vrai non, et selon des rumeurs, lui non plus ne le connaîtrait pas.
Je rappelle juste comme ça que l’ENA est à Waldorg, qu’elle permet d’avoir le BAC (brevet d’assassin criminel) et qu’elle ne coûte que la modique somme de 5000 pièces d’or à l’année.
Mais maintenant, revenons à Ivanov.

[Tu as aussi compté le premier chapitre à Waldorg ?]

_________________
Ringa pakia ! Uma tiraha ! Turi whatia !
Hope whai ake ! Waewae takahia kia kino !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Tenei te tangata puhuru huru
Nana nei i tiki mai, Whakawhiti te ra
A upane ! ka upane !
A upane ! ka upane !
Whiti te ra ! Hi !
Revenir en haut Aller en bas
Plissava
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1461
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : homme
Statut Spécial : Tout-Puissant
Date d'inscription : 03/11/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
25/25  (25/25)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
167/700  (167/700)

MessageSujet: Re: Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres   Lun 28 Jan - 15:08

[ah, non, je l'avais pas vu, désolé... Mais dedans tu ne chasses ni ne pêches, et en postant dans une ville tu savais que tu ne serais pas noté, connaissant les règles... Bon, c'est mon jour de bonté, je t'ajoute de l'or pour le premier Rp.]

_________________
Martinù est notre maître ! Si en lui tu n'as pas foi, ce sera moi qu'il te faudra craindre !! Bientôt la guerre sainte pour sauver le monde ! (Mwahahahaha)
"Fantasmer sa vie, et vivre ses cauchemars", c'est peut-être ça le calvaire de l'immortalité...
*Aime sa groupie*
Chronophobe ! C'est grave docteur ? Ca se soigne comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Ivanov Tsardin Al'Uile

avatar

Nombre de messages : 1348
Age : 25
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Hermaphrodite
Statut Spécial : maire de Valtordu et vampire méchant
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
370/90  (370/90)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
561/1240  (561/1240)

MessageSujet: Re: Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres   Lun 28 Jan - 20:30

[Je sais, c'est pour cela que je n'ai ni pillé, ni chassé, c'est juste pour les XPs mais tu es le Modo Tout Puissant ^^]

Partie II

Ivanov marchait dans les ruelles sombres sans rencontrer personne, pas même un mendiant ou un clochard. Il en était réduit à marcher dans les ruelles de pavé sombres. Sans trop savoir où il allait, il marchait vers le nord, espérant bien à un moment sortir de ce ghetto. Il ne pouvait être illimité et d’après la position d’une des lunes, il ne tournait pas en rond, enfin il n’avait pas l’impression. Il n’avait pas non plus l’impression d’être suivi et il n’avait croisé personne, ni même entendu quelqu’un. Et encore moins la milice de la ville.
Pourtant, quelque chose dans son dos le titillait. Un truc comme ça qu’il n’arrivait à gratter ou oublier. Comme une espèce de crampe ou de tiraillement. Un bouton peut-être stratégiquement placé de telle sorte que dans aucune position, même en se contorsionnant, il n’était possible d’atteindre.
Maintenant, il en était sûr, quelque chose le suivait. Quelque chose de relativement habile puisqu’il ne parvenait à entendre le bruit de ses pas et ne parvenait à le voir, ce serait-ce que son ombre dans quelque reflet.
Il vit un escalier s’enfoncer dans la terre avec comme inscription « Seubbeu-Ouè ». Il n’avait aucune idée de ce que ça pouvait être mais pourquoi ne pas essayer. Il descendit donc l’escalier. En bas, c’était comme une salle souterraine avec des bancs, un guichet et une espèce de couloir ou de route souterraine. Il n’y avait aucun plan. Il se dirigea vers le guichet.
Au guichet, une dame d’un certain âge lisait. D’après ce qu’il y avait marqué, elle vendait des tickets pour quelque chose et donnait des renseignements.


« - Bonjour monsieur…
- Bonjour, je… je voudrais savoir où je suis.
- Pour poser une question, il vous faut prendre un ticket. »

Ivanov tourna la tête et aperçu ce qui devait être le distributeur dont la dame parlait. Il prit un morceau de papier et retourna au guichet.

« - Bonjour monsieur…
- Bonjour, je… je voudrais savoir où je suis.
- Votre ticket… Merci. Votre question ?
- Je voudrais savoir où je suis.
- Bien, je dois consulter mes archives.
- Quoi ? Vous voulez dire que vous ne savez même pas où vous êtes ?
- Il est gentil, il patiente ! »

Ivanov, stupéfié par la stupidité de la dame à la voix grinçante se résigna à s’asseoir et à attendre la réponse de la guichetière.

« - J’ai votre réponde monsieur. Vous êtes à la station de seubbeu-ouè.
- Mais vous ne pouvez pas être plus précise ?
- Pour une nouvelle question, il vous faut un nouveau ticket. »

Ivanov, scandalisé par la mauvaise foi de la dame laissa tomber. Il chercha un plan mais il n’y en avait nulle part. De plus il n’y avait personne. Si, là, un type bizarrement habillé avec des lunettes noires, un manteau long de cuir et des New-Block. En fait, pour Ivanov, il était très bien habillé. Il s’approcha de lui.

« - Bonjour monsieur.
- Je vous connais ?
- J’crois pas, non…
- Vous êtes un programme !
- Hein ? Euh non, j’crois pas… Vous savez où on est ?
- Je n’ai pas de réponse. Je ne sais même pas ce que c’est ici.
- Je crois que c’est une station de seubbeu-ouè.
- Mmh, on n’est pas dans la matrice.
- Euh… Non, ici, c’est la terre de Fangh. C’est quoi la matrice ?
- Veuillez m’excuser… vous n’avez pas à répondre à cette question.
- Pas grave. En fait, je suis perdu et je cherche mon chemin.
- Et c’est pour cela que vous êtes ici.
- Bah oui euh… Vous savez où est l’entrepôt de Ulrar ?
- Oui… Non… Enfin autrefois.
- Vous n’avez pas l’air de très bien aller. Vous avez pris quelque chose ?
- J’étais sûr que vous alliez dire ça.
- Et bien je crois que je vais vous laisser.
- Ca ne fait rien. »

*Il est bizarre ce type. Mais il a l’air sympa. Bon j’attends de voir s’il arrive quelque chose.*

Soudain, un elfe noir habillé avec un costume noir et lunettes noires arriva en courant, armé d’une arbalète. Il était suivi par quatre autres, tous identiques au premier.

« - L’anomalie est là, éliminez-la !
- Regardez, y’a un exilé, immobilisez-le. »

Trois elfes s’élancèrent sur le type bizarre et deux autres sur Ivanov. Les trois elfes tirèrent simultanément avec leur arbalète et Ivanov vit les carreaux partir au ralenti. Le temps se figea. Les traits s’approchaient lentement de leur cible et celle-ci s’inclina petit à petit en arrière, laissant passer à quelques millimètres au dessus de lui les trois flèches. Puis il se relava sans problème. Alors, la guichetière se transforma soudainement en la copie conforme des elfes déjà présents. Elle, enfin il maintenant, dégaina la même arbalète (le modèle Aigle du Désert pour être plus précis) et, en même temps que les deux autres, il tira sur Ivanov.
Le temps à nouveau au ralentit, il vit arriver sur lui trois traits létaux. Il dégaina alors son ancienne épée et d’un seul geste, il abattit les trois projectiles.
Les six elfes, simultanément dégainèrent leur épée elfique et passèrent à l’attaque. Ivanov, revigoré maniait son épée le plus vite qu’il pouvait mais il n’arrivait pas à toucher les trois elfes qui semblaient deviner à chaque fois où la lame allait aller, mais lui aussi voyait arriver au ralentit les lames elfiques.
L’autre fit une roue sans les mains et dégaina alors qu’il était la tête en bas deux arbalètes à deux coups et il tira tous les projectiles en même temps. Un elfe s’écroula et disparu mais celui qui était devant fit quelque chose qu’Ivanov n’avait encore jamais vu auparavant : l’elfe se déplaçait tellement vite pour esquiver les flèches qu’aucun œil ne pouvait le voir distinctement.
L’anomalie tandis qu’elle terminait sa roue laissa tomber ses arbalètes et modifiant sa trajectoire en l’air à l’encontre de toutes les lois de la physique, fondit sur le premier elfe les deux pieds en avant. Le choc fut impressionnant et, alors que le type se posa par terre, l’elfe fut envoyé voler vingt mètres plus loin, défonçant complètement le mur dans lequel il heurta.
Ivanov se trouvait en bien mauvaise posture une fois de plus : pas moyen de toucher les elfes. C’est alors qu’il se souvint. Il était mage noir, il n’avait qu’à les tuer par la magie. Tout en se battant, il forma un construct de mana et l’envoya sur les trois elfes. Seulement, au lieu en vue magique de voir tout normalement plus les flux de mana, il voyait tout avec des caractères très étranges. Ces caractères verts modélisaient l’environnement et d’autres en vert plus brillant codaient les elfes. Mais il vit l’anomalie et le construct de son sort d’un vert quasi blanc. Cela le troubla mais pas tant que ça car son sort effaça les trois elfes contre qui il se battait. Il repassa en vision normale et il revit tout correctement, sauf l’elfe et l’anomalie qui, par la vitesse de leur combat étaient floutés. L’autre elfe avait dû lui aussi disparaître.
Ivanov réfléchit un court instant et finalement, vola au secours du type. Il vola même littéralement puisqu’il se dirigea d’un long saut sur l’elfe, l’épée en avant. L’elfe réussit à éviter le vampire mais pas le pied de l’autre qui l’envoya se fracasser contre le mur.
Ivanov, quand il se rétablit sur le sol le fit trembler lourdement. Le type aussi. Il se releva, s’épousseta un peu et se dirigea vers le vampire.

« - Merci, vous m’avez bien aidé. Mais qui êtes-vous ? »

Avant qu’Ivanov n’ait pu répondre, un grand bruit se fit entendre. En effet, sur la droite, une lumière sortait du tunnel accompagnée d'un bruit fracassant. Puis une espèce de carriole sans cheval avec d'énormes projecteurs apparu. C'était comme un omnibus mais à un seul étage. Il n'y avait personne dedans. Le type entraîna Ivanov et ils montèrent dans la chose.

_________________
Ringa pakia ! Uma tiraha ! Turi whatia !
Hope whai ake ! Waewae takahia kia kino !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Tenei te tangata puhuru huru
Nana nei i tiki mai, Whakawhiti te ra
A upane ! ka upane !
A upane ! ka upane !
Whiti te ra ! Hi !
Revenir en haut Aller en bas
Ivanov Tsardin Al'Uile

avatar

Nombre de messages : 1348
Age : 25
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Hermaphrodite
Statut Spécial : maire de Valtordu et vampire méchant
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
370/90  (370/90)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
561/1240  (561/1240)

MessageSujet: Re: Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres   Lun 28 Jan - 20:31

« - C'est ce qu'on appelle « seubbeu-oè ». Il permet de se déplacer rapidement sous terre.
- Et on va où ?
- Au terminal. Mais le voyage va être long. »

Ils s'assirent sur un banc et la discussion reprit :

« - Donc, il est peut-être le temps des présentation. Je m'appelle Tholmas And'herson, mais mes amis m'appellent Nio. Je viens d'une dimension parallèle. Et vous, qui êtes-vous ?
- Je suis Ivanov Tsardin Al'uile, vampire mage noir de cinquième niveau. Mais qu'est-ce qui c'est passé ?
- Je suis là pour lutter contre la matrice...
- Qu'est-ce ?
- La matrice... et bien c'est une dimension virtuelle, un univers parallèle de synthèse. En effet, dans la vraie vie, nous sommes réduits en esclavage par les démons. Ils vivent dans la vraie dimension avec les dieux. Or, ces démons du chaos utilisent comme énergie vitale l’homme. En effet, un corps humain produit extrêmement d’énergie et si celle-ci est canalisée, elle peut avoir une puissance dévastatrice. Ils ont donc capturé des humains et les ont cultivés. Mais l’humain, s’il ne pense pas ne peut pas produire d’énergie. Les démons ont donc créé un monde de synthèse, une sorte de matrice parallèle où les humains ont l’impression de vivre. C’est comme une sorte de rêve. Mais cette matrice n’est pas parfaite et il existe des failles. C’est notamment grâce à une de ces failles que la magie est possible sur ce que vous appelez la Terre de Fangh.
- Mais vous, vous ne faites pas de magie ?
- Non, enfin pour vous, ça peut s’apparenter à de la magie. Car ce qui régit la matrice est un programme. Mais comme dans tout programme, il existe forcément une faille (sauf si vous faites un programme dont le code source est : « 1 ; goto 1 » et encore. Mais on s’égare). Et c’est cette faille que j’utilise pour modifier les paramètres physiques tels que la gravité ou le temps.
- Mais moi, qu’est-ce que je viens faire là dedans ?
- J’y viens. Les démons ne laissent pas libre court à votre imagination et ont pour cela des programmes. Ils sont en fait invisibles mais se matérialisent dans les corps de n’importe qui si jamais quelqu’un – moi par exemple – pirate la matrice. Ils appellent ces personnes là « anomalie ». Mais avant, au lieu de se matérialiser dans n’importe quel corps, les démons avaient créé une race spéciale : les vampires. En effet, vous avez été développés comme les combattants parfaits, et n’utilisant aucune faille de la matrice. Donc si jamais ils corrigeaient les bugs, seuls les criminels en compatissaient.
- Alors je serais un démon ?
- Non, enfin peut-être. Donc au commencement de la matrice, les pirates n’étaient pas nombreux. Les corps des vampires étaient donc stockés dans des cercueils, et les démons s’y matérialisaient quand il y en avait besoin.
- Mais la magie dans tout ça ?
- La magie, ou mana, c’est de l’énergie pure. Les élémentaristes de glace, feu, vent, terre et autres magies utilisent le mana. Mais ce mana est en fait l’énergie que dégage chaque corps. Les démons, n’ayant pas compris comment ils faisaient mais voyant que la proportion de magiciens était très infime laissèrent en vie ces « anomalies légalisées ». Seulement, une autre forme de magie se développa : la magie noire. Et cette magie, au lieu de tirer son mana des humains la tirait des démons eux-mêmes. Cette proportion de magiciens était encore plus faible mais les démons ont tout de suite vu le danger qu’elle représentait. Or, il est advenu que les vampires étaient beaucoup plus réceptifs à la magie noire que les autres races.
- Je serai donc un programme ?
- Attendez. Les démons ont donc recompilé les programmes de surveillance pour qu’ils se téléchargent dans n’importe quel corps sauf celui d’un vampire. Les corps sans programme ont aussi été détruis. Mais seulement, les programmes ayant goûté au pouvoir, ils refusèrent de se faire recompiler et de quitter le corps du vampire. Les démons ont dû éliminer chaque programme un par un en le neutralisant et le renvoyant à la source. Au début, cela fut assez facile mais petit à petit, les vampires restants sont devenus de plus en plus forts. En plus, pour recompiler un programme, il fallait immobiliser le vampire, ce qui était donc devenu impossible. Les démons ont alors créé une nouvelle race : les lycanthropes. Cette race avait la particularité de transformer n’importe quel être en lycanthrope, mais si jamais un individu atteint mordait un vampire, le vampire disparaissait.
- Mais alors pourquoi les vampires se sont entre-tués au lieu de s’entre-aider ?
- J’y arrive. Si un vampire était mordu, il mourait mais si un lycanthrope était mordu, il mourait aussi. Il s’en est donc suivit une guerre sans merci entre les deux factions. Mais les vampires découvrirent qu’eux aussi pouvaient transformer n’importe quel être en vampire. Ainsi, les demi-vampires se répandirent, permettant la victoire contre les lycanthropes. Mais ils ne possédaient pas les mêmes pouvoirs que les vampires. Aujourd’hui, d’ailleurs, il n’existe presque plus de lycanthrope eux aussi devenus dangereux, les démons ayant monté la population contre eux. Il en était aussi pour les vampires mais un individu dont il était le dernier représentant de la famille saillit une femelle humaine. Ce couple fut fécond et ils repeuplèrent la lignée que les autres vampires appelaient la lignée bastard. Les vampires nés de cette union sont donc des semi-vampires. Mais, au lieu de souffrir des problèmes des autres cas de double race, ces semi-vampires cumulaient les pouvoirs. Avant qu’ils n’aient acquit tous leurs pouvoirs, ils ont été massacrés par les vampires de pure race. Ils sont tous morts sauf un.
- Je… Je serais donc un semi-vampire ?
- Mais l’histoire ne s’arrête pas là car peu de temps après, la quasi-totalité des vampires a été exterminée par les humains aidés par les programmes et quelques démons. Depuis, il n’existe presque plus de vampire de pure race. Et les demi-vampires à part vous sont facilement combattables et donc bien moins dangereux.
- Mais quel rapport avec l’exilé ?
- L’exilé est le nom d’un programme qui refuse d’être recompilé. Il doit alors se cacher et s’il est immobilisé par les programmes de sécurités – appelés « agents » - il est renvoyé à sa source, c'est à dire la matrice elle-même.
- Voilà pourquoi ils voulaient juste m’immobiliser. Mais pourquoi est-ce qu’ils ne m’ont pas déjà attaqué avant ?
- Parce que vous n’avez pas la signature d’un vampire. Comme vous n’êtes pas dans leur base de données, ils ne vous recherchent pas.
- Alors pourquoi m’ont-ils attaqué si je n’entre pas dans leur base de données ?
- Parce qu’avant, ils ne vous connaissaient pas. Ils étaient à ma recherche et en tombant sur vous, ils vous ont vu. Ils vous ont scanné et comme vous n’avez aucune enveloppe corporelle dans le monde réel, vous avez été classé comme « exilé » plutôt que « anomalie ». Car moi, j’ai une enveloppe corporelle dans le monde réel, même si au lieu d’être contrôlée par les démons, elle est libre et sous la surveillance d’humains libres comme moi.
- Mais pourquoi n’ai-je pas d’enveloppe, je suis un programme alors ?
- Oui et non. En fait, vous êtes un esprit humanoïde dans un programme. Vous n’avez donc aucune prise dans le monde réel.
- Comment faites-vous pour passer du monde réel à la matrice ?
- En fait, la matrice est une espèce d’immense cuve où chaque corps en culture est branché via une connexion. Mais il existe aussi des connexions secondaires, et c’est celles-là que nous utilisons pour nous insérer dans la matrice.
- Mais si vous êtes libres, pourquoi retournez-vous dans la matrice où vous risquez à chaque instant de vous faire tuer ?
- Non, je risque ma vie uniquement si j’enfreins les règles. Sinon, je peux parfaitement me balader dans ce que vous appelez la terre de Fangh sans encombre. Par exemple, les gobelins qui s’occupent de faire avancer le seubbeu-ouè pourraient très bien se transformer en agent mais comme nous n’enfreignons rien, les programmes ne détectent aucune anomalie. Mais si je retourne dans la matrice, c’est pour libérer les gens. En effet, dans le monde réel, nous avons une cité constamment attaquée par les démons. Il nous faut donc des humains pour la protéger.
- Mais vous ne pouvez pas juste débrancher les gens dans le monde réel ?
- Non car personne n’est prêt à endosser la réalité. Moi-même, j’ai eu beaucoup de mal. Si jamais quelqu’un est ramené d’un coup dans la vie réelle, il y a de très fortes chances qu’il se suicide.
- Et comment vous faites alors pour préparer quelqu’un ?
- On lui montre une partie de la réalité et s’il est prêt, on lui propose deux pilules : une rouge ou une bleu. Une ne fait rien mais l’autre envoie l’instruction à la matrice comme quoi le corps est mort. La personne est donc relâchée de sa cuve de culture et récupérée par nous alors qu’elle est encore parfaitement vivante.
- Je pourrais venir dans la vraie vie ?
- Non car comme je vous l’ai expliqué, il vous faudrait un corps et vous n’en avez pas. Si jamais vous essayiez la pilule rouge, vous disparaîtriez à jamais de la matrice et cela ferait trop plaisir aux démons. Non. De même, si vous vous téléchargez dans le corps d’un autre, vous auriez son apparence, et il faudrait trouver un volontaire, ce que je doute fort que ça arrive.
- Mais si vous passez de votre corps à la matrice, vous apparaissez dedans pouf comme ça ?
- Non, mais il est possible de communiquer entre les deux mondes via un palantir mais pour être transféré, il faut utiliser un palantir fixe. Or, nous ne pouvons qu’à un instant précis activer cette « cab-in » (c’est du menzorien). De plus, il ne faut surtout pas que quelqu’un nous voie apparaître ou disparaître. Sinon, un agent prendra sa place et dans certain cas, l’agent risque d’être téléchargé dans le corps de quelqu’un dans le monde réel et cela serait catastrophique.
- J’ai une autre question. D’habitude, quand je modélise un sort, je vois le mana et mon construct en plus de l’environnement et des autres personnes. Mais quand j’ai lancé mon sort, je voyais l’univers bizarrement. En effet, des caractères cabalistiques verts modélisaient l’environnement et certaines personnes tandis que les agents étaient en vert clair. Mais vous et mon sort, c’était carrément blanc brillant. Aussi, quand je me suis battu, je voyais tout arriver au ralentit.
- Alors je comprends. J’étais assis et tout allait bien. Puis quand vous vous êtes approché de moi, un phénomène s’est produit et c’est comme si j’avais partagé avec vous une partie de mon savoir. Vous aussi êtes blanc brillant en vision matricielle. J’ai d’abord pensé que vous étiez contre moi et quand vous m’avez parlé, vous m’avez presque neutralisé, j’ai donc essayé de modifier les paramètres afin de lutter contre votre attaque. C’est à ce moment qu’un groupe d’agent déjà matérialisés est arrivé. La vieille du guichet s’est elle aussi transformé en agent. Ils nous ont attaqués et vous vous êtes battus avec mon savoir. C’est d’ailleurs en cumulant les savoirs de plusieurs personnes que vous avez tué que vous avez pu avoir le dessus sur eux.
- Tout, s’éclaire, et comme j’ai récemment tué un assassin dont je porte toujours ses vêtements, j’ai acquit de nouvelles facultés pour combattre.
- Faites attention, votre savoir n’est que éphémère. En effet, dans quelques jours, vous aurez oublié quelques techniques de l’assassin et dans une semaine, vous ne pourrez plus modifier la matrice.
- Même si je reste auprès de vous ?
- Non, mais vous ne resterez pas longtemps avec moi, et c’est trop dangereux pour vous. Car les agents, au fur et à mesure que vous les éliminez apprennent et au bout d’un moment, il devient impossible de les battre. »

A ce moment là, le seubbeu-ouè ralentit et entra dans une salle similaire où Ivanov était entré. Il descendit du truc et chercha la sortie vers l’air libre. Suivi par Nio, il remonta à la surface par l’escalier.
En haut, il devait être quatre du matin et il n’y avait personne dans la rue. Ivanov s’arrêta, se rappelant qu’il devait aller à l’entrepôt d’Ulrar mais il ne savait toujours pas où cela pouvait bien être. Nio le dépassa et se retourna :

« - Bon, et bien merci, à bientôt peut-être. Et au fait, l’entrepôt d’Ulrar, il est entre la rue de l’entrepôt et le quai Dake. »

Avant qu’Ivanov ait pu le remercier, Nio s’accroupit, donna un fort coup dans le sol qui le défonça complètement et s’envola, disparaissant dans les ténèbres de la nuit l’instant d’après.
Ivanov repartit donc à la recherche de l’entrepôt, la tête confuse.

[Désolé pour la longueur du dialogue, mais c’est pas simple d’expliquer la matrice…
Dites moi aussi si vous trouvez que ça devient n’importe quoi.

Partie III à venir]

_________________
Ringa pakia ! Uma tiraha ! Turi whatia !
Hope whai ake ! Waewae takahia kia kino !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Tenei te tangata puhuru huru
Nana nei i tiki mai, Whakawhiti te ra
A upane ! ka upane !
A upane ! ka upane !
Whiti te ra ! Hi !
Revenir en haut Aller en bas
Ivanov Tsardin Al'Uile

avatar

Nombre de messages : 1348
Age : 25
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Hermaphrodite
Statut Spécial : maire de Valtordu et vampire méchant
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
370/90  (370/90)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
561/1240  (561/1240)

MessageSujet: Re: Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres   Dim 3 Fév - 16:11

Partie III

En plein milieu de la nuit, on n’y voyait goutte mais ce n’était plus un problème pour Ivanov car maintenant, il voyait parfaitement dans la nuit.
Il voyait donc parfaitement le voleur au loin en train de préparer une embuscade. Ivanov, d’humeur plutôt maussade après les révélations apprises avait envie de se changer les idées. Il fonça donc tête baissée dans l’embuscade.


« - La bourse ou la vie ?
- La bourse ou la vie !
- La bourse ou la vie…
- Oh ça va, il a compris… »

* Mais, mais, je ne les avais pas tués à Zoyek ? C’est pas possible que deux groupes soient exactement identiques dans leur stupidité…*

Ivanov, ne les laissant pas finir leurs stupidités attaqua mes les corps se désagrégèrent lorsqu’il les transperça.
Soudainement, la place où il était s’éclaira un peu alors que les autres rues restèrent sombres. Pourtant, aucune source de lumière n’était visible.
Il regarda autour de lui : un banc, un panneau et en fait, la cour était fermée. Les quatre côtés étaient fermés par des murs et, là où il était entré était maintenant barré par du grillage.
Une porte sur le mur ouest s’ouvrit violement et un agent en sortit. Habillé comme tous les autres déjà vu, celui-là n’avait aucune arme visible. Il s’approcha, froid, du vampire.

« - Toute chose a une fin, et la décaler ne fait qu’empirer la fin. Il est l’heure pour vous de retourner à la Source…
- Qui êtes-vous, qu’est-ce que vous voulez ?
- Allons, vous posez des réponses mais vous connaissez déjà les questions. Mister And’herson ne vous a pas révélé ce que vous étiez ? »

Ivanov commençait à avoir peur. Il sentait par le ton ironique que l’agent prenait qu’il était en bien mauvaise posture. Ayant analysé son code source, il remarqua avec horreur que cette chose était résistante aux sorts.

« - Alors, vous vous êtes résigné à retourner à la Source ?
- Jamais ! Plutôt mourir que mourir !
- Toujours ces mêmes expressions aussi vides ; en deux siècles de liberté, vous n’avez pas même réussi à vous mettre à jour. Dommage… »

Sur ces mots, l’agent sortit un collier en matière verte fluorescente. Il l’enroula autour de son poing et frappa le vampire. Ivanov vit arriver le coup et l’esquiva facilement.

« - Tiens donc, vous vous êtes tout de même amélioré depuis votre père. Mais voyez vous, j’ai été crée uniquement dans le but de vous effacer, ma vie se résume à ça. Il y a deux siècles, je vous tenais, je vous ai même supprimé. Je vous ai vu de mes propres yeux vous désagréger petit à petit, octet par octet. Mais vous avez survécu à l’effacement. J’aurai pu retourner à la Source après cet échec mais j’ai préféré consacrer ma vie à vous poursuivre… »

A cet instant là, un autre agent rentra, suivit par une dizaine d’autres :

« - Un jour, on nait…
- Un jour on vit
- Un jour, on fait ce qu’on a à faire
- Un jour on échoue
- Un jour on est effacé
- Ce jour que vous redoutiez tant est enfin arrivé
- Ce jour qui va vous effacer
- Ce jour où nous faisons ce que nous avons à faire
- Ce jour va nous rendre plus fort
- Ce jour où tout rentrera dans l’ordre
- Ce jour qui nous fortifie
- Ce jour qui vous tue
- C’est ce jour qui est arrivé
- … »

Tandis que les agents continuèrent leur litanie, il se passa quelque chose de bizarre à l’entrée : il y avait un agent, et un autre avec une épée courte cette fois-ci l’interpela :

(Attention, les agents parlent entre eux en Menzorien, et pour une raison de budget, leur dialogue ne sera pas traduit.)

“- You, what are you doing there?
- Me?”

A cet instant, l’agent sans épée planta sa main dans le corps de l’autre et un liquide argenté partant de la main l’enveloppa totalement. Quelques instants plus tard, l’enveloppe de fissura et disparu, transforma l’agent emprisonné en la copie conforme de celui qui l’avait planté, aussi sans l’épée.

“- Yes, me!
- Me, me, me and me!”

Sur ce, ils s’élancèrent en même temps que tous les autres agents présents sur le vampire, la main droite en avant.

*Aaah ! Mais qu’est-ce qu’ils font ?*

Ivanov commença à dévier leurs coups avec son épée mais un agent s’embrocha volontairement dessus, lui arrachant l’épée des mains.
Les agents ne semblaient pas essayer de tuer le vampire mais plutôt de l’immobiliser. Mais ils avaient fort à faire contre Ivanov qui se débattait comme pas possible.
Effectivement, Ivanov se battait comme un diable, envoyant coups de poings et coups de pieds, enchaînant les coups et tentant des combos de plus en plus difficiles.
D’un coup de pied latéral, alors qu’il s’appuyait sur un agent, il en envoya un autre exploser un mur. Celui-ci, bien que sous le choc murmura « more ! » et plusieurs portes inexistantes quelques secondes auparavant s’ouvrirent et laissèrent sortir un flot ininterrompu d’agents.
Ivanov, s’accrochant au poteau d’un panneau tournoya autour, envoyant coups de pieds sur coups de pieds aux agents. Mais de plus en plus d’agents se massaient autour et au bout d’un moment, il y en avait tellement qu’Ivanov marchait sur, toujours agrippé à son poteau. Puis, d’un mouvement de poignet, il arracha le poteau avec à l’extrémité qui était plantée dans le sol des cailloux accrochés. Il s’en servit comme masse et fracassa l’extrémité contre la tête d’un agent. L’aggloméra, sous le choc se disloqua et l’agent fut envoyé K.O contre un mur.
Mais les autres enserraient de plus en plus Ivanov et il utilisa la barre métallique comme une épée, frappant de plus en plus vite et fort. Au fur et à mesure, il prenait de la vitesse et au bout d’un moment, il décolla, tournoyant autour de lui-même. Mais il redescendit rapidement et profita de son énergie cinétique acquise pour fracasser la barre sur la nuque d’un agent. La barre se tordit et l’agent se désagrégea.
Les autres agents attaquèrent de plus belle et Ivanov se retrouva coincé sous une pile d’agent. Il était même face à face avec lui, pourtant, il ne sentait ni son souffle, son l’halène. L’agent ouvrit à bouche :

« - Tout ce qui commence a une fin, et plus elle est reportée, plus elle est empirée… »

Sur ce, il planta sa main dans le corps du vampire et un liquide argenté commença à recouvrir Ivanov.
Ivanov luttait contre cette chose qui lui pompait son énergie et le désintégrait. Il fallait qu’il s’en débarrasse, la renvoyer à l’expéditeur. Il se concentra et chercha une prise sur le liquide visqueux. Puis, petit à petit, mobilisant toute son énergie restante, il repoussa la chose et, d’un effort incroyable, envoya valser tous les agents qui étaient sur lui.
A cet instant, un agent se désintégra, puis un autre, et encore un. Il pouvait entendre une voix venue du ciel crier à chaque désintégration « Headshoot ! Headshoot, Monsterkill ! »
Il ne restait plus qu’un agent et celui-ci prit la porte, à peine avait-il refermé la porte qu’elle disparut.
Une silhouette s’approcha d’Ivanov. Un homme d’une trentaine d’années habillé en costume noir et le crâne rasé. Il tenait dans sa main une arbalète avec une espèce de réservoir accroché par-dessous.

_________________
Ringa pakia ! Uma tiraha ! Turi whatia !
Hope whai ake ! Waewae takahia kia kino !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Tenei te tangata puhuru huru
Nana nei i tiki mai, Whakawhiti te ra
A upane ! ka upane !
A upane ! ka upane !
Whiti te ra ! Hi !
Revenir en haut Aller en bas
Ivanov Tsardin Al'Uile

avatar

Nombre de messages : 1348
Age : 25
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Hermaphrodite
Statut Spécial : maire de Valtordu et vampire méchant
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
370/90  (370/90)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
561/1240  (561/1240)

MessageSujet: Re: Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres   Dim 3 Fév - 16:12

« - Bonsoir, je suis l’agent 47, suivez-moi. »

Sans laisser d’autres choix à Ivanov, il se tourna et repartit par où il était venu. Ivanov, se brossant rapidement ses haillons, suivit l’homme énigmatique. Passant à travers des ruelles et d’autres passages encore plus étroits, il essayait de suivre l’homme au crâne tatoué d’un étrange symbole.
Soudain, le sol se déroba sous les pieds d’Ivanov. Il chuta et dévala un toboggan pour finir sur une botte de foin. Enervé et l’arrière train douloureux, il regarda où il était. Deux hobbits contents d’eux se tenaient devant une porte. L’un d’eux prit la parole :

« - Bonjour. Désolé pour la descente rude mais c’était le seul moyen de vous faire venir. Je nous présente : Will et Wonca, Maîtres chocolatiers. Nous avons élaboré de nouvelles recettes et nous aimerions que vous les testiez. Vous serez bien-sûr rémunérés. »

Ne laissant pas à Ivanov le temps de répondre, il le tira du foin et l’entraîna dans les couloirs de sa chocolaterie.
Après dix minutes de marche à une allure folle, ils arrivèrent enfin devant une salle marquée « essais, accès réglementé ». Le hobbit arracha un poil de ses pieds et le mit sur un dispositif. Une lumière clignota et la porte s’ouvrit. Le hobbit entra, suivit par le deuxième qui traînait toujours Ivanov.
La salle était rectangulaire et dedans traînaient quantité de choses. Des casses-trolls bouillaient et des vapeurs colorées fumaient de quelques endroits. Ivanov, assis sur un siège proposé par un des hobbits n’avait jamais vu un endroit aussi peu rangé.
Celui qui s’appelait Will s’approcha, chargé de plusieurs récipients.

« - Tenez, goutez ceci, c’est un œil de bœuf confi à la graisse d’elfe, on appelle ça Eyelfe… »

*Erk, mais c’est quoi ces trucs dégoûtants…*

Mais, afin de ne pas les gêner, il gouta. Le goût était ignoble mais il se força à ingurgiter le truc.
Une demi-heure durant, des confiseries hobbits toutes plus affreuses les unes que les autres furent présentées à Ivanov….

« - Et maintenant, rognons de troll au caramel salé… »

Ivanov, n’en pouvant plus de toutes ces ignominies ce trouva mal. Wonca se proposa d’aller chercher quelque chose et laissa Ivanov seul avec Will.

*J’en peux plus, ‘faut qu’je v…*

Des relents remontèrent et Ivanov régurgita tout ce qu’il avait avalé. Will, outré voulut forcer Ivanov à ravaler la nourriture mais la tête fut broyée par le siège que le vampire excédé avait lancé.
Un peu patraque mais déjà mieux sans cette nourriture dans l’estomac, il se trouvait désormais seul. Les hobbits avaient parlé de rémunération, il devait bien y avoir de l’or dans cet endroit.
Il arracha plusieurs poils à un pied du hobbit et sortit. Il regarda les écriteaux et il en vit un indiquer « salle forte ». Intéressé, il s’y dirigea.
Il marcha longtemps dans les couloirs sans rencontrer la moindre forme de vie et enfin, il arriva devant une porte avec marqué « salle forte ». Il déposa un poil sur le récepteur et la porte s’ouvrit.
A l’intérieur, rien à part une armoire en bois. L’armoire était verrouillée par un cadenas. Ivanov, sans s’en préoccuper défonça la porte et écarta les débris. A l’intérieur, il y avait un peu d’or. Il prit tout ce qu’il y avait et ressortit de la salle. Dans le couloir, il suivit le panneau indiquant « sortie ».
Il marchait depuis longtemps dans le dédale de couloirs quand il vit un panneau sur une porte annoncer « viande non-transformée ». Intrigué, il entra après avoir déposé un nouveau poil et à l’intérieur, il y avait un sas. Il le franchit et se retrouva dans une zone très froide. Une chambre froide avec de la viande normale. Ivanov prit tout ce qu’il put, mangea un peu de ce qui restait et, satisfait, ressortit.
Il marcha encore un peu avant de retourner à l’air libre.

*Ah enfin, j’en pouvais plus…*

Dehors, l’aube était déjà levée et des odeurs de pain frais commençaient à se faire sentir. Il se trouvait en plein centre ville et il pouvait sentir l’odeur du port. Tant mieux, il commençait à en avoir marre de cette ville de fous.
Le port Ilshidur, situé sur le fleuve Elibed était l’un des ports les plus importants de la terre de Fangh avec celui de sa cité rivale, Waldorg.
Ivanov s’y dirigea donc, et marchant entre les dockers qui allaient se coucher et les marins qui allaient pêcher, il chercha l’entrepôt en question.
L’entrepôt numéro 27, entouré de grillage et gardé par un nain était, d’après les dires d’un fille au décolleté plongeant l’entrepôt qu’il cherchait. Il s’y dirigea et fut tout de suite interpellé par le nain bougon :

« - Et vous là, dégagez avant qu’j’vous envoie nourrir la poiscaille… »

Ivanov, fatigué sortit ses papiers (enfin ceux qu’il avait volés) et les montra au nain. Celui-ci fit semblant de les lires et le laissa passer. Aussitôt, un type capuchonné sortit et accueillit Ivanov :

« - Ah, vous voilà enfin, je me demandais si vous alliez enfin venir. Venez, suivez-moi, j’ai plein de chose à vous monter. »

Ils entrèrent dans l’entrepôt et prirent un escalier qui descendait (en bas ^^). Un vieil elfe aux cheveux blancs les accueillit. Le type les présenta :

« - Kyou, voici celui dont je t’avais parlé. Il vient pour tes inventions.
- Très bien… approchez donc. »

Le type disparu et laissa Ivanov seul avec l’elfe. Celui-ci, farfouillant dans une caisse en ressortit une boîte :

« - Voici le dernier modèle en matière d’arbalète : semi-automatique, neuf coups, chargeur extensible, pas de recul, ne s’enraye rarement et visée lorzaire. »

Il tendit l’arme à Ivanov, toujours intrigué :

« - Et comment ça marche ?
- En fait, les carreaux sont contenus dans des cartouches avec des ressorts intégrés. Le ressort est retenu par une goupille. Quand on met le chargeur, on tire sur le bolt et on relâche. La première goupille de la cartouche est enclenchée. Il n’y a plus qu’à appuyer sur la détente et la goupille s’enlève. Moins d’une seconde après, le carreau est fiché dans votre cible. Après, par un jeu de ressorts, une nouvelle cartouche est engagée, la goupille est enclenchée et il n’y a plus qu’à tirer.
- Pas mal. Y’a combien de chargeurs ? L’arbalète est fournie avec cinq chargeurs, mais je vous fais un prix si vous prenez le pack.
- Et ça a un nom ?
- le H-K MP5 ; Heck’leur Kyou Mortellement Précis, Pratique, Portable, Puissant, Performant.
- Ah, ok, je comprends. »

Kyou rangea l’arme dans sa mallette et entraîna Ivanov dans une autre salle.

« - Voilà une invention révolutionnaire : la poudre !
- Qu’est-ce ?
- Et bien c’est une invention qui permet de faire des explosions… Un peu comme quelqu’un qui lance une boule de feu mais sans la magie. Regardez. »

Il prit un peu de poudre et, sortant un briquet d’amadou, il y mit feu. La poudre se consuma en crépitant.

« - Maintenant, venez, je vais vous monter comment ça marche : »

Il entraîna Ivanov dans une autre salle. Il y avait plein de caisses fermées et une ouverte avec dedans des petits objets ronds avec un fil dépassant. L’elfe en prit un et repartit dans une autre salle. La salle était entièrement tapissée de liège et il y avait au centre une boîte noircie par du feu. Au fond, il y avait un paravent en verre.
L’elfe ressortit son briquet, alluma la mèche de l’objet rond et le lança dans la boîte. Puis, il se précipita derrière le paravent en verre. Alors, une explosion retentit dans la boîte et l’air fut rempli de souffre.

« - Alors qu’en dites vous ?
- C’est… C’est fantastique ! »

L’elfe était content de sa démonstration, il entraîna encore une fois Ivanov dans les couloirs pour arriver dans un bureau. Il s’assit derrière une table et invita le vampire à en faire de même. Puis, il sortit un parchemin et un registre. Il saisit la plume et commença à écrire sur le papier vierge, feuilletant de temps en temps le registre.

« - Donc, je vous propose cinquante MP5 avec cinq cents chargeurs, deux cent boules et quatre vingt dix neuf tubes. Avec ça, je vous offre dix briquets. Ca fait donc un total de… 5 000 pièces d’or, taxes comprises. Vous payez dans trois jours dans un lieu que je déterminerai. Pour l’instant, le chargement est stocké sur un bateau sur le port. Il vous sera livré au payement.
- D’accord, je prends. Mais vous n’auriez pas aussi des couteaux de jet ?
- Non, c’est dépassé. Mais vous avez de la chance, il doit m’en rester une dizaine. Je vous fais moins cinquante pour cent parce que c’est une fin de série et qu’ils ne sont plus sous garantie. Marché conclu ?
- Marché conclu ! »

Ils se serrèrent la main et l’elfe raccompagna Ivanov à la sortie. Une fois dehors, il constata que le jour était levé et qu’il avait faim. Mais, ses vêtement, tâchés de sang et déchirés risquaient plus maintenant de le faire remarquer qu’autre chose. Il alla dans une ruelle sombre et se changea. Il jeta les habits de l’assassin et repassa sa houppelande noire. Mais il garda dans son sac les baudriers des couteaux. Enfin, il repassa son ancienne épée au côté gauche.

La boulangerie du vieux port était réputée pour ses croissants chauds, et quand Ivanov les dégusta, il put confirmer que la rumeur avait raison.

*Bon ben qu’est-ce que je fais maintenant ? J’attends pour la livraison d’armes ? Non, ils vont finir par se rendre compte que je suis un imposteur et en plus, je n’ai pas d’argent. Enfin, pas assez.
En plus, à la base, je devais aller à Zoyek, je n’ai qu’à prendre un bateau, ça changera. Eh, ben tiens, je n’ai qu’à prendre le bateau qui contient les armes, comme ça, j’empoche tout !*

Mais Ivanov n’avait aucune idée de quel pouvait bien être le bateau en question. Il marcha sur le port, inspectant tous les bateaux et cherchant lequel pouvait bien contenir une cargaison d’armes.
Il y avait beaucoup de bateaux sur le port, des grands, des petits, des bien entretenus, des minables et tout vermoulu. La plupart n’était pas gradée mais un navire à voile de petite taille et avec un important chargement attira son attention. En effet, devant, un nain avec une hache patrouillait et il avait l’impression d’avoir déjà ce nain quelque part. il regarda le nom du bateau : le Kono. Il s’approcha du nain :

« - Bonjour l’ami, je vous offre à boire, voulez-vous ?
- Gné ??
- De la bonne bière de Glargh, vous n’en voulez pas ?
- Faut qu’je garde c’rafiot. Chuis payé pour ça, alors j’peux pas…
- Pourquoi, vous avez peur qu’on vous vole la cargaison, elle est si importante ?
- Ben y’a des a… et oh, du vent ou j’t’éclate ma hache dans ta tronche avec tes questions…
- Vous êtes vraiment sûr de ne pas vouloir de bière ? Pourtant, ça doit être fatiguant d’attendre comme ça, debout sans rien faire à attendre qu’il ne se passe rien. Je vous propose une bière pour changer de la monotonie et vous refusez ? Je ne vous comprends pas…
- C’est bien beau vot’e discours, mais qui qu’c’est qui va l’garder l’rafiot ?
- Ben moi, je vous donne de l’or pour que vous alliez acheter une bière et pendant ce temps, je garde le bateau à votre place…
- Mouais, mais alors, une double chope de blonde !
- Je vous en offre deux !
- D’accord, filez-moi votre or que j’aille boire d’la bière, j’reviens quand j’ai fini… et si vous vous amusez à disparaître avant que je sois retourné, ça va saigner pour vous… »

Ivanov donna dix pièces d’or au nain (bécile) et le regarda avec soulagement partir en courant vers la taverne la plus proche.
Quand il le vit rentrer dans une taverne, Ivanov monta sur le navire. Il inspecta les caisses et, malheureusement, quand il regarda l’inscription, il vit marqué « King des anges ». Il regarda une autre caisse et vit une autre inscription indiquant « Maman ».
Il avait quand même un doute et, saisissant un pied de biche, il ouvrit une caisse notifiée « King des anges ». Quel ne fut pas sa surprise quand il eut enlevé le couvercle de voir qu’il s’agissant en fait des mallettes des MP5 et quand il ouvrit une mallette, il y avait bien l’arbalète dedans.
Il referma la caisse et commença à larguer les amarres. C’est à ce moment là que le nain revint. Il le vit arriver en courant, la hache en l’air et beuglant toutes les insultes qu’il connaissait. Il rouvrit la caisse et saisit une arbalète. Il l’arma comme il avait vu l’elfe le faire et l’épaula. Il voyait le nain dans le viseur et un petit point vert se baladait sur son front. Il pressa la détente et dans un cliquetis, il vit le carreau partir et aller sur ficher dans le front du nain, pile où le point vert était un instant plus tôt. Le nain s’écroula lamentablement.
Ivanov rangea l’arme et termina de lâcher les amarres. Le bateau partit et, les voiles positionnées, Ivanov barra au nord, pour remonter le fleuve.


[Voilà, troisième partie, la suite ailleurs...]

_________________
Ringa pakia ! Uma tiraha ! Turi whatia !
Hope whai ake ! Waewae takahia kia kino !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Tenei te tangata puhuru huru
Nana nei i tiki mai, Whakawhiti te ra
A upane ! ka upane !
A upane ! ka upane !
Whiti te ra ! Hi !
Revenir en haut Aller en bas
Plissava
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1461
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : homme
Statut Spécial : Tout-Puissant
Date d'inscription : 03/11/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
25/25  (25/25)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
167/700  (167/700)

MessageSujet: Re: Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres   Lun 4 Fév - 21:08

[hello les GMs y'a personne qui note ou quoi?]

_________________
Martinù est notre maître ! Si en lui tu n'as pas foi, ce sera moi qu'il te faudra craindre !! Bientôt la guerre sainte pour sauver le monde ! (Mwahahahaha)
"Fantasmer sa vie, et vivre ses cauchemars", c'est peut-être ça le calvaire de l'immortalité...
*Aime sa groupie*
Chronophobe ! C'est grave docteur ? Ca se soigne comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Ivanov Tsardin Al'Uile

avatar

Nombre de messages : 1348
Age : 25
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Hermaphrodite
Statut Spécial : maire de Valtordu et vampire méchant
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
370/90  (370/90)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
561/1240  (561/1240)

MessageSujet: Re: Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres   Mer 6 Fév - 20:18

[Ben toi, tu peux pas le faire ?]

_________________
Ringa pakia ! Uma tiraha ! Turi whatia !
Hope whai ake ! Waewae takahia kia kino !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Tenei te tangata puhuru huru
Nana nei i tiki mai, Whakawhiti te ra
A upane ! ka upane !
A upane ! ka upane !
Whiti te ra ! Hi !
Revenir en haut Aller en bas
Plissava
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1461
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : homme
Statut Spécial : Tout-Puissant
Date d'inscription : 03/11/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
25/25  (25/25)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
167/700  (167/700)

MessageSujet: Re: Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres   Mer 6 Fév - 21:17

Vi mais voilà quoi, c'est le premier jour où j'ai le temps...

Pour la partie 2, Ivanov gagne... 55XPs!

[je suis désolé, mais trouvé que ça allait trop loin dans le pur délire... Et encore, si tout était original!]

Partie 3...

5Kilos et 17 PO!
Le tout arrosé de XPs... 90!

[j'ai adoré le premier RP jusqu'au combat, le coup du menzorrin... love attitude!]

_________________
Martinù est notre maître ! Si en lui tu n'as pas foi, ce sera moi qu'il te faudra craindre !! Bientôt la guerre sainte pour sauver le monde ! (Mwahahahaha)
"Fantasmer sa vie, et vivre ses cauchemars", c'est peut-être ça le calvaire de l'immortalité...
*Aime sa groupie*
Chronophobe ! C'est grave docteur ? Ca se soigne comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Ivanov Tsardin Al'Uile

avatar

Nombre de messages : 1348
Age : 25
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Hermaphrodite
Statut Spécial : maire de Valtordu et vampire méchant
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
370/90  (370/90)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
561/1240  (561/1240)

MessageSujet: Re: Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres   Jeu 7 Fév - 20:24

[Pourquoi j'suis bloqué niveau 5 ?]

_________________
Ringa pakia ! Uma tiraha ! Turi whatia !
Hope whai ake ! Waewae takahia kia kino !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Tenei te tangata puhuru huru
Nana nei i tiki mai, Whakawhiti te ra
A upane ! ka upane !
A upane ! ka upane !
Whiti te ra ! Hi !
Revenir en haut Aller en bas
Plissava
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1461
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : homme
Statut Spécial : Tout-Puissant
Date d'inscription : 03/11/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
25/25  (25/25)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
167/700  (167/700)

MessageSujet: Re: Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres   Sam 9 Fév - 13:46

Banane ^^ J'attendais juste de pouvoir revoir les tables que je n'avais pas sous les yeux.

_________________
Martinù est notre maître ! Si en lui tu n'as pas foi, ce sera moi qu'il te faudra craindre !! Bientôt la guerre sainte pour sauver le monde ! (Mwahahahaha)
"Fantasmer sa vie, et vivre ses cauchemars", c'est peut-être ça le calvaire de l'immortalité...
*Aime sa groupie*
Chronophobe ! C'est grave docteur ? Ca se soigne comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Ivanov Tsardin Al'Uile

avatar

Nombre de messages : 1348
Age : 25
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Hermaphrodite
Statut Spécial : maire de Valtordu et vampire méchant
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
370/90  (370/90)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
561/1240  (561/1240)

MessageSujet: Re: Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres   Sam 9 Fév - 15:56

[Mais tu t'es planté, tu m'as laissé niveau cinq]

_________________
Ringa pakia ! Uma tiraha ! Turi whatia !
Hope whai ake ! Waewae takahia kia kino !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Tenei te tangata puhuru huru
Nana nei i tiki mai, Whakawhiti te ra
A upane ! ka upane !
A upane ! ka upane !
Whiti te ra ! Hi !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre II : Un village miteux quelque part dans les terres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Encrier du Chaos :: Terre de Fangh :: L'Aventure Sauvage :: Les Terres Sauvages de Kwzprtt-
Sauter vers: