L'Encrier du Chaos

Roleplay dans l'univers du Donjon de Naheulbeuk
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
News
Le Calme et la Tempête


Voilà bien longtemps que les Aventuriers ont quitté la région. Le fracas des armes a cessé, la fureur et la poussière sont retombés, la soif de gloire et de richesses s'est tarie. Mais les lieux ne sont pas morts pour autant : il reste toujours le vieil aubergiste, là, courbé derrière son comptoir ; et je gage que si vous aviez la curiosité de lui adresser la parole, il pourrait vous conter de grandes choses du temps passé, et allumer en vous une étincelle dont vous ne soupçonniez pas l'existence...

Derniers sujets
Aventures en cours
Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies ! par Baldin, Pnek, Althis et Zaeseth.

Pendant que le loup n'y est pas, une aventure par Jester.
Top-Lists
Soutenez le forum en votant régulièrement sur ces Top-List, qui permettront à de nouveaux joueurs de nous découvrir!

Top des Meilleurs RPG
Fantastic Story RPG
Liens utiles
Le Donjon de Naheulbeuk, le site de Pen of Chaos...
...et son petit frère, le site du JDR.

L'Encyclonebeuk, avec tout un tas d'articles géniaux.

Les biens et services trouvables en Fangh, pour savoir quoi demander au marchand lorsque vous entrerez dans sa boutique!

Naheulbeuk Online, pour ceux qui veulent faire du véritable Jeu de Rôle oral.

Partagez | 
 

 Chapitre III : L'apocalyps maintenant !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ivanov Tsardin Al'Uile

avatar

Nombre de messages : 1348
Age : 26
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Hermaphrodite
Statut Spécial : maire de Valtordu et vampire méchant
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
370/90  (370/90)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
561/1240  (561/1240)

MessageSujet: Chapitre III : L'apocalyps maintenant !   Lun 11 Fév - 8:42

Chapitre III : L’apocalypse maintenant

Le temps devenait doux, le vent était léger, la brise caressait avec grâce et volupté les êtres et les âmes de cette rivière animée ; le soleil printanier embrasait de ses raies les volutes ambrées d’un air équilibré tandis qu’une candeur empreinte de sons calmes, clameurs et autres charmes planaient tel un nuage de miel et de douceur au gré d’une lueur… Tshark !

*En plein dans l’œil du bœuf !*

Ivanov épaula à nouveau l’arbalète et visa le mat du navire devenu poreux par les traits successifs plantés et arrachés depuis maintenant plus d’une heure.
Le bateau était amarré dans une crique non loin de Zoyek qu’on pouvait d’ailleurs apercevoir le matin avant que la brume de beau temps ne se forme.
Il avait arrêté le bateau ici afin de s’entraîner au maniement de l’arbalète dont il avait une cinquantaine d’exemplaires en stock. L’arme était précise et rapide. Seulement, le temps de latence entre deux coups était parfois plus long que prévu.
Comme il avait du temps à tuer, il passa plusieurs heures à trafiquer l’arme avec les outils qui étaient à bord. Il s’affaira de longues heures durant, on pouvait voir voler des ressorts, entendre des jurons, admirer le magnifique plongeon d’une crosse, entendre de nouveaux jurons, et puis soudain, plus rien.
Ivanov, excédé de ne réussir à rien sinon massacrer les arbalètes décida d’aller faire un tour. Il regarda ce qui traînait à bord et se souvint des caisses d’explosifs. Il en ouvrit une avec un bon coup de pied et regarda le contenu. Des tubes. Il ouvrit une autre caisse et sortit en sortit un truc qui ressemblait à un œuf mais en vert et avec une mèche qui dépassait. Il prit son briquet et alluma la mèche. Elle se mit à crépiter. Ivanov, effrayé jeta le truc à l’eau.
Quelques secondes plus tard, une formidable explosion retendit dans la rivière et une immense gerbe d’eau fut soulevée. Elle retomba en grande partie sur le bateau.
Ivanov fut assommé par un truc et il regarda se qui l’avait frappé : un poisson ! Et il y en avait une dizaine d’autres encore sur le bord. Il les ramassa tous et, après sa cueillette, revint à la caisse d’explosifs qui heureusement n’avaient pas été mouillée.
Il prit un tube et l’examina. D’une cinquantaine de centimètres de longueur, ouvert d’un côté et bouché de l’autre. Le côté bouché devait servir de base et une mèche longue en ressortait.

*Cool, mais à quoi ça sert ?

Retournant l’objet dans tous les sens, il se décida finalement à le poser, plus ou moins à la verticale et alluma la mèche. Elle crépita pendant une vingtaine de secondes et une première explosion eut lieu. Une boule de feu monta dans le ciel, et déviée par le vent, retomba sur une clairière, avec en prime une gigantesque explosion. Tous les oiseaux aux alentours s’envolèrent avec cris et protestations.
Ivanov, saisissant une arbalète chargée visa et aligna plusieurs oiseaux. Ils retombèrent sur la berge à côté de la barge.

*Vachement précis ce truc !*

Gardant l’arme dans la main gauche, il alla chercher le fruit de sa chasse. Puis, il en profita pour aller voir là ou avait eu lieu l’explosion. Dans la clairière, un cratère fumant trônait en plein milieu.

*Mmmh, voilà qui m’inspire.*

Il remonta à bord et prit un autre tube vert après avoir posé les oiseaux à côté des poissons. Il le positionna de telle manière à avoir la plus longue trajectoire balistique possible. Il l’attacha solidement et y mit feu. La mèche crépita et vingt secondes plus tard, le tube cracha sa boule de feu. Elle monta haut dans le ciel et redescendit paresseusement, puis de plus en plus vite. Elle explosa d’après les calculs d’Ivanov à peu près un demi-kilomètre plus loin dans un panache de fumées noirâtres. Puis il entendit nettement l’explosion.

*Pas mal, ça ouvre de nouvelles idées…*

Satisfait, il prit un tube rouge et effectua la même opération. La boule de feu monta et retomba trois cents mètres plus loin, déclenchant un incendie. Mais il ne put prendre à cause de la végétation détrempée des pluies diluviennes précédentes.

Son plan était fait. Il largua les amarres et, profitant des vents favorables se rapprocha de la cité elfique.
Quand il fut à moins d’un kilomètre de la ville, il amarra à nouveau le bateau et le camoufla. Puis, s’étant assuré que personne ne traînait dans les environs, il prit une caisse et commença à la transporter. Seulement, ce n’était pas léger, et porter chaque caisse jusqu’à un endroit encore indéterminé risquait d’être long.
Il marcha le long de la berge, se rapprochant petit à petit de la ville, la caisse sur le dos. Enfin, à trois cent mètre du port, il s’arrêta. Il posa la caisse, la camoufla et revint sur ses pas. Deux heures durant, il fit des allers et des retours, vidant progressivement le bateau de sa cargaison.
Une fois que tout était déplacé, il s’autorisa enfin à faire une pause. Affamé, il mangea toute sa viande et repartit de plus belle au travail.
Il sortit un tube vert et l’installa dans le sol. Il visa approximativement la ville et y mit feu. Comme auparavant, la boule monta et alla s’écraser dans une explosion orangée sur port.

*Un peu court, plus haut !*

Il prit un autre tube et cette fois-ci l’inclina un peu plus à la verticale. Il y mit le feu et contempla la boule de feu monter dans le ciel, laissant derrière elle une traînée de fumée blanchâtre. Une nouvelle explosion retendit et il vit un panache de fumée s’élever depuis le centre de la ville.
Satisfait, il scia, coupa, ligatura, découpa, trancha, creusa, boucha, déroula, aligna, rapporta, trigonométria, racine carréa, algorithma, asymptota, limita, dériva, hypoténusa, polynôma, vectoria, translata, scala, statistiqua, gribouilla des schémas compliqués avec des tangentes, des dérivées et des limites et des cosinus et tout plein de trucs compliqués qui donnent mal à la tête.
Au final, après deux heures intenses de bricolage et de mathématiques acharnés ainsi que plus d’un litre d’eau sué, Ivanov savoura son résulta : une cinquantaine de tube de différentes couleurs et différentes tailles étaient alignés et ordonnés selon des plans obscurs. Tous étaient reliés par des mèches, et toutes ces mèches convergeaient vers un même point.
Soudain, une petite brise du soir se fit ressentir par un bruissement du feuillage…

*Ognon ! Ca fout en l’air tous mes calculs !*

Mais il se rassura quand il se rendit compte que le vent soufflait vers la ville. Il n’allait donc pas poser de problèmes, enfin Ivanov l’espéra.
Un peu fatigué et la tête remplie d’hyperboles et autres courbes sinusoïdales, il souleva une espèce d’aile en bois sur laquelle étaient fixés des tubes, des œufs verts et des lambeaux d’arbalètes.
Le soir s’installait et on pouvait voir les nuages rougir sous le soleil rasant. L’heure où le plus de monde était dehors.
Il alluma la mèche qui regroupait toutes les mèches des tubes et enfila l’aile en bois. Et, l’épée au côté, une arbalète dans la main droite et une corde reliée à l’aile de bois dans l’autre, il s’envola.

*Ouff, c’est lourd !*

Prenant de l’altitude, il comptait lentement dans sa tête. Se stabilisant à une cinquantaine de mètre du sol, et à deux cents mètres de la ville, il attendit.

*Dix… neuf… huit… […] deux… un… and we go !*

Avec plus de bruit que s’il avait été question du réveil d’un volcan, une centaine de projectiles divers s’envolèrent en direction de la ville.

_________________
Ringa pakia ! Uma tiraha ! Turi whatia !
Hope whai ake ! Waewae takahia kia kino !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Tenei te tangata puhuru huru
Nana nei i tiki mai, Whakawhiti te ra
A upane ! ka upane !
A upane ! ka upane !
Whiti te ra ! Hi !
Revenir en haut Aller en bas
Ivanov Tsardin Al'Uile

avatar

Nombre de messages : 1348
Age : 26
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Hermaphrodite
Statut Spécial : maire de Valtordu et vampire méchant
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
370/90  (370/90)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
561/1240  (561/1240)

MessageSujet: Re: Chapitre III : L'apocalyps maintenant !   Lun 11 Fév - 8:43



Hardaf le nain finissait tranquillement de boire sa cinquième chope de blonde. La journée avait été bonne et il avait réussi à refourguer plein de trucs aux marchant de la ville, des trucs qu’il avait volé aux voyageurs dans les zones sauvages. Il était assez content de lui-même. Très même.
Ayant fini distraitement sa chope, il en recommanda une autre à l’aubergiste. Celui-ci, heureux d’un tel client acquiesça et alla chercher un nouveau tonneau. Il revint et remplit la chope de nain. Hardaf la porta à sa bouche et en recracha aussitôt le contenu.

« - Poua, de l’eau du fleuve, tu veux m’escroquer alors qu’suis ton meilleur client ? Tu vas payer rognure ! »

Le tavernier, scandalisé rétorqua :

« - Ah non, jamais je n’oserai. Mais par contre, si j’pouvais tenir l’fils de Gzor qui m’a remplacé la bière du nord par d’l’eau, je lui ferais sa peau, non mais qu’il se montre un peu ! »

Enervé, il moulina du poing dans les airs tandis que le nain baissa sa hache. Songeur, le nain releva brusquement la hache et beugla à qui voulait l’entendre :

« - C’est l’magicien, j’vous dis, c’est c’te charogne qu’a changé la bière en d’l’eau putride, allons l’faire payer !
- Ouais ! »

L’assemblé, elle aussi passablement éméchée se leva, et le nain en tête, ils partirent vers la demeure du magicien nouvellement installé dans la ville. Mais une explosion retendit et la charpente de la taverne s’écroula avec fracas sur la foule énervée.
Le nain, haranguant les survivants s’écria :

« - C’est c’te foireux d’magicien, y veut nous tuer mais c’est qu’on plus coriace que c’qu’il pense, y va payer !
- Ouais ! »

Et, en tête de la foule, il marcha vers la maison du mage, la hache en l’air et beuglant des paroles anti-magiques. De plus en plus de gens se joignaient au groupe, suivant le nain pour des raisons politiques ou tout simplement pour se battre.
Ainsi, deux heures plus tard (le temps de faire la tournée des tavernes), le groupe, constitué de (bric, de broc, et de bras cassés) plus d’une centaine de personne se massa devant la demeure du mage-émissaire (désolé, jeu de mots stupide), criant des insultes, des slogans (de toilette) tels que « Sorcier, au bûcher ! » ou « Nik’ Olas, démission ! » (on se demande ce que ça fout là) et jetant des cailloux.
Soudain, une explosion sourde retendit au loin et quelques secondes après, une pluie de feu et d’explosions s’abattit sur la ville, consumant le bois et les toits de chaume, ébranlant les bâtiments et faisant s’écrouler les murs là où les explosions survenaient…


Ivanov regarda la pluie orangée s’abattre gracieusement et réduire en cendre la ville, les nuages noirs monter dans le ciel et les explosions jeter des lueurs mortelles.
Il se rapprocha à grande vitesse de la ville, chantant à tue-tête un hymne à la mythologie scandinave (Tin tintintintiiiin-tiin’ | tin tintintintinnnn-tin, tin tintintintiiiiiiinnnn ! (bis et crescendo) pour les mélomanes insatisfaits de ma piètre interprétation monophonique, le lien pointant vers la partition est disponible à la fin).
Quand il ne fut plus qu’à cinquante mètres, il actionna la corde qu’il tenait, déclenchant le jet d’une dizaine d’arbalètes qui fauchèa la foule amassée sur la place du port et lança plusieurs œufs verts, ôtant la vie quelques coquins qui infestaient ce monde. Parcourant le centre ville, il tirait sur tout ce qui bougeait et détruisait ce qui était mort.
A court d’explosifs, il se posa violement sur le toit encore intact d’une maison qu’il défonça. Il laissa son aile de bois et, une arbalète dans chaque main, il sortit du bâtiment, tuant toute personne qu’il voyait.

*Ehé, prenez ça, et ça, et puis encore ça, viendez, crevez, tonton Bélial vous attend !*

Un jeune elfe, les cheveux blonds courts et un t-shirt (comment-ça ça n’existait pas à l’époque ?) jaune avec dessiné dessus un taureau le fixa sans éprouver la moindre réaction. Ivanov le tua sans réfléchir d’un trait mortel en plein dans la tête, maculant la frange blonde de son front.


Hardaf était désorienté par toutes ses explosions. Etait-ce là le fruit du magicien ? Il sut que non quand il vit une explosion ruiner sa demeure luxueuse. Quand la pluie de feu s’arrêta, il sortit de l’abri où il s’était réfugié et chercha le responsable de ce carnage.
La hache en l’air, il fouilla entre les débris et les corps agonisants, sans oublier de récupérer les bourses des morts et de ceux qui l’étaient presque.
Au bout d’un moment, et suivant le sens inverse de la fuite des gens, il vit un type en noir avec des armes bizarre tuer tout ce qu’il voyait avec des flèches sorties à l’infinie des armes bizarres. N’écoutant que son courage (sa stupidité ou cupidité), il chargea en beuglant.


Ivanov s’amusait follement, tuant tout ce qu’il voyait (ah bon, vous aviez compris ?) et s’amusant à laisser agoniser les victimes en tirant dans des endroits qui permettaient d’agoniser longtemps comme le torse ou le ventre.
Il vit soudain un nain le charger avec la hache au clair. Sans s’en préoccuper plus que ça, il le stoppa d’un double trait en plein dans le ventre. Le nain s’écroula en beuglant et vociféra contre l’ordure qui lui avait fait ça.

*Il me casse les oreilles celui-là !*

Ivanov l’acheva d’un troisième trait dans l’œil. Il remarqua que le nain possédait une bourse forte tendue. Il le soulagea de son or et repartit tuer de plus belle.
Quand il n’eut plus de munition, il jeta une des deux arbalètes et, passant l’autre à l’épaule, il dégaina son épée puis continua son massacre sanglant d’innocents et de moins innocents
Mais avec le temps, il y avait de moins en moins de monde à tuer, ils se planquaient tous ou alors ils étaient déjà tous morts. Tandis qu’il réfléchissait, il s’aperçut qu’il se trouvait devant l’hôtel ou un rat d’elfe noir avait essayé de le tuer.
Il entra et constata avec satisfaction que le réceptionniste était toujours en faction. Celui-ci trembla comme une feuille quand il vit le vampire maculé de sang se diriger vers lui.

« - Qui est l’imbécile qui a essayé de me tuer ?
- Je… Je… je ne… ne… ssais pp… je ne sais pas, pitié !
- A d’autres, qui est l’elfe noir qui s’est introduit dans ma chambre ?
- Un elfe no… noir ?
- Oui ! Qui ?
- Ah, il… il a prit une chambre…
- Regardez votre foutu registre !
- Je ne… je n’ai…
- Je m’en fous ! Trouvez-moi son nom !
- Attendez… voilà… je cherche… Pl…
- C’est bon… »

Il égorgea la lopette et en profita pour vider la caisse de l’établissement. Puis il sortit et alla faire ses emplettes en ville, se servant dans les boutiques qui l’intéressaient.
Ainsi, il trouva une nouvelle épée, houppelande neuve, des New Block nouveau modèle, des bagues, des bijoux, un I-pal – le dernier modèle de palantir – et quantité de choses intéressantes. Puis, il alla aussi chercher de la viande et du poisson dans les magasins de la ville
Dans un recoin sombre, près de ce qui restait du port, il vit un nain enduit de peinture jaune et une arbalète à la main courir comme un détraqué. Il était poursuivit par un barbare lui aussi armé d’une arbalète. Celui-ci, acculant le nain contre un mur (se faire acculer n’est jamais vraiment agréable…) le désarma en tirant dans sa main (lui enlever son arme…) puis lui tira dans l’entrejambe (lui enlever l’autre). A terre, le nain saignait jaune. Le barbare le massacra. Puis, son office terminé, il rechargea son arme et la retourna contre sa tempe en murmurant « faire traide »
Ivanov alla fouiller les deux corps mais il ne trouva rien. Il repartit faire ses courses.
Chargé comme un jour d’essolde, il retourna à l’hôtel et ayant trouvé une chambre pas trop abimée, se vautra sur le lit après avoir bloqué toutes les issues.


Feuille 1
http://img91.imageshack.us/img91/2939/rw1ts2.png
Feuille 2
http://img91.imageshack.us/img91/1326/rw2aa6.png
Feuille 3
http://img91.imageshack.us/img91/120/rw3xb5.png
Feuille 4
http://img151.imageshack.us/img151/7320/rw4pd1.png
Feuille 5
http://img91.imageshack.us/img91/1221/rw5nl4.png
Feuille 6
http://img151.imageshack.us/img151/6638/rw6ke4.png

[Voilà, troisième et dernière partie de mon RP fleuve qui a commencé à Waldorg, j’espère que vous avez fais bonne lecture, que vous ne vous êtes pas trop embêté.
Un bon point à celui qui me trouve presque toutes les références que j’ai discrètement glissé dans mon RP]

_________________
Ringa pakia ! Uma tiraha ! Turi whatia !
Hope whai ake ! Waewae takahia kia kino !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Tenei te tangata puhuru huru
Nana nei i tiki mai, Whakawhiti te ra
A upane ! ka upane !
A upane ! ka upane !
Whiti te ra ! Hi !
Revenir en haut Aller en bas
Plissava
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1461
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : homme
Statut Spécial : Tout-Puissant
Date d'inscription : 03/11/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
25/25  (25/25)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
167/700  (167/700)

MessageSujet: Re: Chapitre III : L'apocalyps maintenant !   Lun 11 Fév - 18:45

Voix off




Tu gagnes 3.1 kilos de viande et de poisson, et 9 pièces d'or.
En bonus tu as le droit à 150 XPs

Certes, ça n'est pas très réaliste... mais c'est jouissif!

_________________
Martinù est notre maître ! Si en lui tu n'as pas foi, ce sera moi qu'il te faudra craindre !! Bientôt la guerre sainte pour sauver le monde ! (Mwahahahaha)
"Fantasmer sa vie, et vivre ses cauchemars", c'est peut-être ça le calvaire de l'immortalité...
*Aime sa groupie*
Chronophobe ! C'est grave docteur ? Ca se soigne comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre III : L'apocalyps maintenant !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre III : L'apocalyps maintenant !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Encrier du Chaos :: Terre de Fangh :: L'Aventure Sauvage :: La Forêt de Schlipak-
Sauter vers: