L'Encrier du Chaos

Roleplay dans l'univers du Donjon de Naheulbeuk
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
News
Le Calme et la Tempête


Voilà bien longtemps que les Aventuriers ont quitté la région. Le fracas des armes a cessé, la fureur et la poussière sont retombés, la soif de gloire et de richesses s'est tarie. Mais les lieux ne sont pas morts pour autant : il reste toujours le vieil aubergiste, là, courbé derrière son comptoir ; et je gage que si vous aviez la curiosité de lui adresser la parole, il pourrait vous conter de grandes choses du temps passé, et allumer en vous une étincelle dont vous ne soupçonniez pas l'existence...

Derniers sujets
Aventures en cours
Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies ! par Baldin, Pnek, Althis et Zaeseth.

Pendant que le loup n'y est pas, une aventure par Jester.
Top-Lists
Soutenez le forum en votant régulièrement sur ces Top-List, qui permettront à de nouveaux joueurs de nous découvrir!

Top des Meilleurs RPG
Fantastic Story RPG
Liens utiles
Le Donjon de Naheulbeuk, le site de Pen of Chaos...
...et son petit frère, le site du JDR.

L'Encyclonebeuk, avec tout un tas d'articles géniaux.

Les biens et services trouvables en Fangh, pour savoir quoi demander au marchand lorsque vous entrerez dans sa boutique!

Naheulbeuk Online, pour ceux qui veulent faire du véritable Jeu de Rôle oral.

Partagez | 
 

 Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zaeseth Helimond

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 21
Citoyen de : Chnafon
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Elfe gris
Date d'inscription : 05/07/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
13/13  (13/13)
Energie Astrale:
35/35  (35/35)
Expérience:
76/100  (76/100)

MessageSujet: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Mar 27 Oct - 13:51

Sur les rives du lac Aspousser se tenait un patelin connu sous le nom Noghall. Les origines de sa création demeuraient incertaines et bien des érudits s’étaient cassés les dents à essayer en vain d’écarter le voile du passé. Les rumeurs locales prétendaient néanmoins qu’un beau jour un jeune marchand ambulant resta pendant un moment tout ébaubi par la vision du plan d’eau. Ce qui brillait alors dans ses yeux n’était pas la beauté d’une faune et d’une flore vierges de toute civilisation humaine, mais l’appât du gain, la brillance dorée d’une potentielle montagne de pièce d’or. Motivé par la fougue caractéristique de la jeunesse, il s’en alla promptement recruter une petite bande de pêcheurs sans-le-sou au fin fond d’une taverne d’Alaykjdu. Quelques jours plus tard, son fidèle canasson Dédé le Boiteux succomba sur le chemin du retour, ne pouvant supporter davantage la fatigue. Sa jambe affaiblie de naissance et le poids d’une demi-douzaine de gros bébés dans la charrette y étaient peut-être pour quelque chose, qui sait. Profitant de la route reliant la ville côtière d’Alaykjdu à celle plus continentale de Tulamor, le petit village prospéra rapidement. Ce qui n’était à l’origine que quelques cahutes en bois habitées par quelques pêcheurs ivrognes était désormais une véritable petite ville de campagne, digne de figurer sur les cartes. Quant au jeune marchand, lui et sa descendance régnaient désormais sur un véritable empire du poisson d’eau douce. Personne ne pouvait plus rivaliser avec leur monopole sur l’un des plus grands lacs de Terre de Fangh. Bien loin du village qui avait fait leur fortune, les membres de la famille Lenproha se doraient la pilule sur la terrasse d’une villa en forme de boîte de sardine dans le quartier huppé de Waldorg. Une armée d’elfettes très courtement vêtues s’affairait à leurs côtés.

À des lieux de tout ce confort, Zaeseth Helimond, mage noir de son état, passait sa fin de soirée dans la taverne de Noghall. Assis dans un coin de la gran’ salle, il tentait de se tenir au maximum à l’écart de la cacophonie et de l’ambiance vinassée propres à ce type d’établissement. Devant ses yeux, des nains, des humains et même des demi-orcs organisaient à qui mieux mieux des concours de boisson. La bière coulait à flot, comme chaque soir. Tous les villageois s’étaient réunis pour leur acte de foi quotidien envers la déesse Picrate. Ainsi, le reste du village était plongé dans le silence et la pénombre. Le brouillard nocturne, légèrement éclairé par la pleine lune, donnait au patelin un air lugubre. Les étoiles se reflétaient sur le lac et sur la fine pellicule d’eau recouvrant le sol détrempé, créant un peu partout des lueurs fantomatiques. Seuls les alentours du débit de boisson conservaient un semblant de vie. Que ce soient par les éclats de voix et les rires caverneux en provenance de l’intérieur du bâtiment, les chansons paillardes chantées par ceux ayant encore la mémoire claire, ou encore les ronflements bruyants de ceux qui avaient bu trop vite ou tout simplement trop, on sentait qu’il y a avait là une bonne vieille chaleur humaine.

Spoiler:
 

N’en pouvant plus, l’elfe gris décida de quitter cet environnement bruyant pour se diriger vers sa chambre à l’étage. Pour conserver la façade propre aux membres du Magnifique Sanctuaire de Tziintch, Zaeseth tentait tant bien que mal depuis une demi-heure de boire de la façon la plus sérieuse et méchante possible son verre de lait. Ce n’était pas chose facile, surtout que l’elfe gris était assis sur une chaise bancale et était bousculé régulièrement par des nains buvant vigoureusement de l’hydromel. Après avoir zigzagué entre les serveuses et pris un coup de coude entre les côtes en passant un peu trop prêt d’un groupe de barbares éméchés, le mage noir se retrouva devant une porte en bois portant le numéro 13 et l’intitulé « Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies ! ».

*Et dire que ce slogan fait la fierté des bouseux du coin… *

Noghall demeurait en effet un des rares lieux où il n’y avait pas de classiques dessins obscènes dans les toilettes. On préférait y écrire en toutes lettres à la peinture rouge le slogan de la ville, et malheur à celui qui tenterait de l’effacer ! On ne comptait plus le nombre d’aventuriers débutants dépouillés de tous leurs biens par la milice locale pour le simple motif qu’ils urinaient en fin de soirée sur un mur portant cette inscription.

L'unique gond de la porte grinça affreusement à l’ouverture et à la fermeture, ce qui acheva par la même occasion les tympans sensibles de l’elfe qui avaient précédemment subi l’épreuve du feu dans la salle commune. La pièce, assez petite, était sommairement meublée et sentait le moisi. Zaeseth révisa une petite heure ses sorts à la lueur d’une bougie, puis, n’en pouvant plus d’essayer de faire abstraction du brouhaha traversant le plancher, prit la décision de dormir. Du moins, d’essayer de dormir, car ce fut une dure nuit pour l’aventurier débutant qu’il était, encore peu habitué aux affres des tavernes.

Le lendemain matin, alors que les premiers rayons du soleil pointaient à peine le bout de leur nez, une clameur se fit entendre à l’extérieur. Le mage s’approcha de la fenêtre, la tête encore embrumée, pour constater de visu ce qu’il se passait. Une dizaine d’individu, sûrement des gars du coin au vu de leur accoutrement de pêcheur, criaient, hurlaient, s’indignaient :

« On a soif ! On a soif ! On a soif ! »

Un petit vieux gesticulait dans tous les sens et semblait vouloir ramener le calme. Ses lèvres bougeaient, mais aucun son n’en sortait, du moins aucun son assez fort pour ne pas être couvert par la clameur des indignés. Déjà, les badauds s’approchaient, certains encore en pyjama et fort fâchés, désireux de connaître la raison d’un tel raffut de si bon matin. Zaeseth rassembla rapidement ses affaires en prenant soin de ne rien oublier derrière lui, puis descendit au rez-de-chaussée. Dans l’escalier, il croisa plusieurs voyageurs qui, tout comme lui, désiraient obtenir des éclaircissements. Il en reconnu certains qu’il avait aperçu la veille. Leurs sourcils froncés témoignaient de leur gueule de bois carabinée.

Devant la taverne, les protestations s’étaient un peu calmées. Le petit vieux, sans doute le maire de Noghall, put enfin en placer une :

« Mes amis, calmez-vous ! Je vous en prie ! Un grand malheur s’abat sur nous, je le sais, je vous ai compris ! »


Voyant que l’assistance restait suspendue à ses lèvres, et avant que les indignations reprennent de plus belles, il enchaîna :

« Cette nuit, ce que nous pouvions imaginer de pire s’est produit ! Les clés de la chambre forte renfermant les réserves d’alcool de la ville nous ont été dérobées ! Au beau milieu de la nuit, ces bons-à-rien de gardes de la porte nord jouaient aux cartes, comme à leur habitude, oui, je sais. »

« Ce genre de trucs n’arriverait jamais à Mliuej ! Foutus bleds humains, même pas foutus d’assurer les besoins vitaux des honnêtes gens ! »

Parmi les spectateurs, une voix nasillarde s’était fait entendre. L’individu de petite taille, un nain, un vrai, avec un barbe tressée lui arrivant jusqu’aux tibias, ne faisait rien pour arranger la situation. Ses vêtements luxueux indiquaient son appartenance au cercle des commerçants. Nul doute qu’il lui restait tout un stock de binouze planqué dans sa charrette…

« J’me, j’me sens mal, do-donnez moi d’la bièèèère… »

Certains villageois tremblaient de plus en plus. Les premiers signes du manque d’alcool, sans doute.

« J’veux mon bo-bol d’hydromel pour m’réveiller ! »

« Calmez-vous, calmez-vous ! Tout semble indiquer que ce sont ces satanées peaux-vertes qui ont fait le coup ! Sans vouloir offenser les demi-orcs ici présent, bien sûr ! Mais la finesse douteuse de l’intervention et les traces de pas ne trompent pas ! Y a-t-il, peut-être, quelques aventuriers volontaires dans l’assemblée ? »


Zaeseth resta silencieux, pas question de faire dans le bénévolat, surtout pour récupérer de l’alcool et rendre heureux un nain ! Le silence se prolongea. Peu d’aventuriers passaient par Noghall, encore moins s’y arrêtaient pour la nuit. Dans le coin, nulle ruine, nul donjon pour attirer les aventuriers avides de richesses faciles.

« Vous serez rémunérés, cela va de soi ! La survie du village en dépend après tout. Vous devrez simplement vous rendre dans les collines au nord-est de la ville, où ces satanés orcs ont l’habitude de se cacher, et récupérer la clé de la chambre forte ! Ces maudits gardes n’ont pas su protéger notre bien le plus précieux, alors si vous avez aussi l’occasion de les ramener, faites, qu’on leur explique gentiment ce qu’on pense de leur boulot. »

« Ouais, on va leur mon-montrer ! »

*Hmm, pourquoi pas après tout. Un aventurier ne dit jamais non à un petit tas de pièces d’or. Et si en plus je peux tester mes sortilèges sur des orcs, les faire souffrir ! Dommage que ce ne soient pas des nains…*

L'adepte de Tziintch leva la main en premier, attirant par là même les regards de l’assistance. Le maire le détailla des yeux de la tête aux pieds puis, voyant son équipement de novice, demanda dédaigneusement :

« Hmm, quelqu’un d’autre ? »

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Baldin

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 22
Sexe du Perso : Masculin
Date d'inscription : 13/05/2014

Feuille de personnage
Energie Vitale:
30/30  (30/30)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Mar 27 Oct - 20:47

Après une nuit agitée a la réparation d'une chariote de noble et après avoir reçu une
rémunération minime digne d'une espèce de pingre hautain, Moi même Baldin Deorgrim m'étais promptement engueulé tout la matinée avec le nobliau pour finalement lâcher l’affaire, après qu'il ai craché une peccadille d'une trentaine de pièces d'or, celui-ci prétendant qu'il allait faire jouer de ses relations, et me faire regretter mes paroles et ainsi de suite. Il m'as pris pour qui franchement ? Un serviteur ? Je vaut mieux que ça ! Il aurait dû me payer le double pour le désagrément ! J'étais déjà là à faire l'entretien des chars de guerre fanghien alors que cette feignasse snob chiait encore dans ses braies de tchiôt.

Bon restons focalisés sur le sujet. Je suis un nain originaire d'une longue lignée de mineurs tous décédés de divers manières dans leur labeur, orphelin j'ai été éduqué en vue d'être préparé à ça ... ...

Mais bon,  disons que cette mine avait la particularité d'être une fosse à brun insondable....
J'ai vu plus de morts là dedans en trente ans que dans toute ma carrière à m'occuper de mon unité de carabusier faut dire.
J'ai eu à peine l'équilibre de marcher qu'ils m'y ont envoyés , certaines galeries sont très basses et étroites même pur un nain adulte, donc ils y envoyaient leurs gosses. Les nains n'ont pas d'empathie c'est connu
Les autres étaient peu bavard, endurci par les puits profonds et mal renforcés, la ventilation déficiente, le bruit sans cesse, de quoi vous rendre fou de jour comme de nuit, la chaleur ou le froid intenses, les taux élevés d’humidité on baignais dans toutes sortes de liquides tiens ... dont la bière dans un sens moins littéral, une façon de noyer ses émotions qui provenait de la surface. On étais censés affronter ça jour après jour.
Tout ça pour l'avidité d'une bande de longues barbes qui se croyaient plus malins et nous forçaient à creuser plus fort et plus profond. Le service des mines, sorte de service militaire était de 20 ans, court, compte tenu de la durée de l’existence d'un nain. Nains qui en ressortent comme on les connais abrutis par l'alcool et motivés à l'idée d'en finir avec leur existence sur cette terre misérable à se saouler histoire d'en crever ou d'une façon abracadabrante. Cette terre maudite par des dieux chaotiques consumant vos âmes pour entretenir leur pouvoir.

J'était endetté jusqu'aux poils de (.... heu ... bon ils n'ont ni début ni fin on diras le menton) auprès de la Filiale de production des martouches nanufacturées Balardil de Mir-Nodd.
Mon projet et ambition était de monter ma propre Fonderie d'aciers, d'étain, de fontes et de tout ce qui rend les alliages nains incontournables.
J'espérais bâtir le premier haut Fourneau d'ici la fin de l'année, fêter ça avec mes futurs collègues et bâtir ainsi une mine optimisées pour en minimaliser les risques et en optimiser le confort.
Mais avant ça je devais de m'affranchir des créanciers a la gâchette facile de la si particulière poudrière naine mineuse de gomme.

J'avais reniflé ce que j'avais deviné être un Fumet aviné provenant de la taverne.
Se faisant me voici a l'intérieur qui tombe sur une foule de buveurs encore somnolents.
Je ne sort pas beaucoup du lot de nains présents dans cette taverne hormis mon casque à lunette fendue ou le barda indescriptible de choses que je trimbale, ma gamelle, gourdes, et touts les trucs farfelus que j'avais pu me mettre en bandoullière ne laissaient pas trop entrevoir mes outils.

[color:7f1a=#67q55OO]<< Cette nuit, ce que nous pouvions imaginer de pire s’est produit ! Les clés
de la cnambre Forte renFermant les réserves d’alcool de la ville nous ont été dérobées ! Au beau milieu de la nuit, ces bons-a —rien de gardes de la porte nord jouaient aux cartes, comme a leur habitude, oui, je sais. >>


Rha, une nuit blanche de perdue de plus à bosser pour des abrutis.
J'suis tenté de lui proposer de détourner cette foutu serrure, histoire qu'on se désaltère et non pas seulement en la crochetant. Y as bien des moyens d'y parvenir, à moins que ce ne soit du thritril, ces imbéciles n'ont pas pris la peine de faire un double ils pourront toujours engager un serrurier ou en poser une nouvelle par la suite.
Crebleu qu'est ce que je raconte, c'est sans doute la fatigue qui me fait résonner ainsi. J'ai par dessus tout besoin de cet argent et tant pis si je dois me débarrasser des deux zigotos qui semblent intéressés.
- Hé moi ! Vous aurez b'soin d'un bon gars pour identifier les clés, je m'y connais pas mal là dedans ! C'est une serrure de "ça raque au nord" ?

Je pourrai leurs modèles de clés se ressemblent toutes !


Dernière édition par Baldin le Jeu 29 Oct - 23:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Althis

avatar

Nombre de messages : 7
Age : 24
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : DC Modimus
Date d'inscription : 24/10/2015

Feuille de personnage
Energie Vitale:
20/20  (20/20)
Energie Astrale:
30/30  (30/30)
Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Mer 28 Oct - 9:53

En ces temps-là, la Terre de Fangh était à l’aube d’une révolution. Le 2ème Âge entamait sa lente décadence et puis les historiens étaient formels : un siècle et demi ça commence à faire long à écrire dans les calendriers. Un petit renouveau ne serait pas de refus. Malheureusement, une ère ne peut s’achever qu’avec la résolution d’une bataille, une guerre à l’échelle fanghienne et il semblait bien que Gzor était prêt à revendiquer une fois de plus la Terre de Fangh. En bref, c’était la merde et une fois de plus le destin se faisait chier et espérait se divertir dans un chaos monumental que tout le monde sentait approcher.

Quant aux aventuriers, ces derniers semblaient de moins en moins virulents. Bien sûr, on avait toujours besoin de péquenauds pour faire le travail à sa place, mais la précarité et l’omniprésence d’une mort bête et stupide pour la grande majorité avant d’atteindre le niveau 2, loué par tous les novices, dédaignés par tous les émérites, avait fini par être un argument toujours plus pesant dans le choix de la carrière des jeunes cherchant l’indépendance. Les avides de richesse et de connaissance perdues se faisaient plutôt appeler explorateurs ou chercheurs de trésors. Les férus de combat qui ne souhaitait pas trop faire preuve d’introspection s’enrôlaient dans les armées avant que le recrutement obligatoire de masse ne se mette en place. Ceux en quête d’un objectif noble, suivant les préceptes d’une divinité ou les conseils d’un vieux sage prophète se qualifiaient d’héros. L’âge d’or de l’aventure comme nous le connaissions semblait vouer à changer de visage.

Certaines personnes y croyaient encore, notamment la Caisse du Donjon, établissement administratif tellement compliqué que nul ne souhaitait s’imaginer qu’elle dût subir un changement quelconque. Les marchands trouvaient toujours client, les aubergistes aussi, donc globalement l’économie s’en cognait les bourses tant qu’elles étaient pleines et riches. D’un autre côté, certains profitaient de cette baisse aventureuse pour la critiquer ouvertement : on condamnait l’aventure pour l’irresponsabilité de la profession, prétextant que la plupart des catastrophes survenues en Terre de Fangh durant la dernière décennie avait impliqué le rôle actif majeur de compagnies d’aventuriers. D’autres pensaient que ce n’était là que pure spéculation : partout où il y avait du grabuge on pouvait trouver des aventuriers, car des aventuriers on en trouvait partout.

Et lorsqu’on parlait d’en trouver partout, il était évident d’en trouver dans les villages avoisinant le Lac Aspousser, même lorsque ces dernier venaient de Waldorg, capitale incontestée (ou presque, y’a bien Glargh mais ils sont trop co…smopolites pour avoir une régence convenable) de la Terre de Fangh. Althis était de ceux-là (pas les cons de Glargh hein, les aventuriers de Waldorg). Demi-elfe ayant fugué l’autorité de ses parents, il avait envisagé plusieurs routes et diversions afin de pouvoir vivre sa vie en paix, notamment la possibilité d’aller explorer des îles ou aller dans des pays voisins : tout ce qui comptait pour lui, c’était de s’éloigner le plus possible de Waldorg et de n’y revenir que lorsqu’envie lui prendrait. En chemin, il avait dû plusieurs fois fuir devant des raids barbares, des pirates ou même des troupeaux d’animaux sauvages, affronter la débilité du Glarghien moyen (quand je vous dis qu’ils sont stupides, j’en ai eu la preuve) et honnêtement il commençait à en avoir marre. Bien évidemment il ne trouvait aucune honte à rester lâchement en vie pour combattre héroïquement un autre jour, mais les terres demeuraient trop dangereuses pour un mage en solitaire.

S’il en croyait ses cours à l’Université, la plupart des aventures débutaient ou finissaient dans une taverne. Aussi il avait choisi de ne parcourir que les tavernes. Au début, cela lui a fait mal, très mal à la tête. Surtout les lendemains en fait, l’inhabitude, tout ça … mais Althis avait gardé espoir : il savait qu’avec de la persévérance il finirait par trouver des compagnons d’aventure acceptant ou rendant une quête à un quelconque commanditaire plus ou moins mystérieux. Et plus les jours passaient, plus ses recherches restaient infructueuses et plus il buvait pour oublier sa peine, ne trouvant consolation que dans les étranges mélanges qu’il expérimentait. Son préféré était de la bière avec du jus de fruit exotique et du sirop de framboise. Il appelait ça « Lever de Soleil » en rapport à l’étrange constitution colorée de la mixture, dont la combinaison était la dernière chose que l’on voyait avant de perdre la mémoire et la première chose que l’on revoyait au petit matin.

Et justement, au lever du soleil, Althis s’était réveillé au pied de son lit, n’ayant pas eu la force de retomber sur le sommier de paille. Ayant découvert la joie de l’abrutissement alcoolisé, le noble en cavale se mêlait avec réussite à la populace en affichant sans discrétion son envie de boire jusqu’à plus soif … et au-delà. Ainsi même s’il n’avait pas eu un sommeil très récupérateur, le mage ne s’était contenté que de la satisfaction d’avoir un sol sec et un toit. Le lendemain matin, après une toilette des plus sommaires – car oui il ne perdait pas des habitudes d’hygiène corporelle élémentaire, ne négligeant pas que dans 12.5% des aventures on pouvait tomber malade et subir des désagréments d’ordre scatologique – le demi-elfe sortit également à l’extérieur, à peine quelques temps après un confrère en robe noire, et fut lui aussi témoin de l’appel au volontariat du maire local. Un appel bénévole qui se transforma bien vite en une quête lorsque la rémunération sembla être une motivation suffisante pour quitter la sécurité du village (durement entachée puisque la milice n’avait su se prévenir d’un larcin) et récupérer le précieux trousseau.

S’il n’y a ni carouble ni rossignol qui puisse aujourd’hui nous aider,
je me porte volontaire pour aller chercher lesdites clefs.


[Jet de Charisme : 9]

Bien évidemment, beaucoup dans l’assistance se demandaient pourquoi il parlait de piaf, mais l’important était que l’expression ‘je me porte volontaire’ ne nécessitait pas une grande intelligence pour être comprise. D’autant que comparé au premier participant, le mage gardait la tête visible par tous et semblé doté d’un équipement assorti : pas franchement de grande qualité, certes, mais qui reflétait une réflexion d’aventure et rien ne semblait être porté au hasard. Certains malins attribuèrent son drôle de langage à ses oreilles pointues et pensaient avoir à faire à un jeune elfe. Malgré tout, le maire bien que convaincu, ne semblait pas prompt à assigner à la tâche à un péquenaud en robe noire et un gamin et émis un sourire gêné : n’y avait-il personne d’autre dans la bourgade pour assister les deux magiciens ?
Revenir en haut Aller en bas
Pnek Étripe-Troll
Vagabond
avatar

Nombre de messages : 27
Age : 24
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Fils spirituel de Dalnor.
Date d'inscription : 03/05/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
30/30  (30/30)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Sam 31 Oct - 12:47

Pnek tira une bouffée de sa petite pipe de bois ouvragée, laissant échapper de douces volutes de fumée qui semblaient singer les délicates gravures de l'objet. La coinçant fermement entre ses dents, il se pencha par dessus le plat-bord et, deux doigts en crochet, souleva légèrement la ligne : elle était tendue, et vibrait par à-coups, signe que le hameçon avait trouvé quelque chose dans quoi se planter.

Dans les étendues d'eau des Terres de Fangh, on ne trouvait pas seulement des poissons. Dès lors qu'une ville était suffisamment développée pour bénéficier d'un réseau d’égouts, caboter sur les fleuves et les lacs environnants pouvait, avec l'aval des divinités du Hasard, se révéler lucratif. Le lac d'Aspousser n'échappait pas à la règle : bordé de routes, de pistes et de hameaux ; sillonné qu'il était de marchands, de pêcheurs et de passeurs, il engloutissait d’invraisemblables quantités d'objets divers, de déchets, de matériel usé, et de sacs de jute remplis de chatons. Parfois, des babioles nettement plus intéressantes se retrouvaient prises dans les filets, perdues peut-être, ou échappées de fantastiques ruines à l'existence douteuse enfouies au fond de l'eau. En somme, les marins les plus rêveurs se voyaient comme des aventuriers en quête de richesses, avec quelques petites tares en moins : la cleptomanie, la témérité déraisonnable et les pulsions meurtrières.

Pnek attrapa la ligne, tira pour la sortir de l'eau et constata qu'il ne ferait pas fortune ce jour-là : c'était un poisson-chat de taille raisonnable dont il tirerait un bon prix, mais rien de plus qu'un poisson-chat. Il jeta négligemment sa victime toute gesticulante dans une caisse remplie de sel, avec le reste de la pêche du jour. Les journées de printemps étaient encore courtes, et l'air de cette fin d'après-midi se rafraîchissait sensiblement. Il enfila la chemise de lin qui traînait au fond de la barque – un vêtement grossier et usé, mais propre – couvrant ainsi son buste, et les quelques tatouages et cicatrices qui s'y étalaient. Après avoir remonté les dernières lignes inertes qui pendaient dans l'eau, il délia les cordages qui maintenaient la petite voile aurique contre la vergue branlante, l'apprêta au vent et s'assit à la barre, s'en retournant tranquillement chez lui, à Noghall.

Il y habitait une cabane de bois, qu'il avait construite à même la plage, usant des talents de charpentier naval qu'il avait conservés d'un passé révolu. Elle était aussi spacieuse qu'une petite grande, et Pnek s'y sentait à l'aise : il y dormait dans un hamac tiré entre deux solives, l'essentiel de la place étant occupé par le fatras de son atelier et ne laissant qu'un espace libre tout juste suffisant pour y tirer sa barque au sec.

Le fond de son esquif racla enfin la rive, et il sauta de l'embarcation pour la tirer hors de l'eau. Il pataugeait dans le ressac, le sable détrempé coulant entre les doigts de ses pieds nus. Il n'avait jamais vraiment été un amoureux de la terre ferme, mais avait appris à aimer cette sensation - sans toutefois  apprécier les villes, qu'il exécrait toujours autant. Il supportait les villages et leur allure calme et rurale, mais voilà des années que Noghall avait perdu son charme. Depuis l'époque où l'endroit avait gagné en population, en fait ; ainsi qu'en prospérité financière, grâce à la famille Lamproha, menée par un pêcheur qui avait eu les dents longues et était depuis devenu un magnat au revenu... confortable.

Pnek n'aimait pas les Lamproha. Il n'aimait pas ce qu'ils avaient fait de Noghall, il n'aimait pas ce qu'ils avaient fait du lac, il n’aimait pas ce qu'ils avaient fait des gens – et il n'aimait pas non plus ce qu'ils faisaient aux poissons : ce n'était plus de la pêche, c'était un massacre, dont la plupart des victimes ne nourrissaient même pas leurs industrieux bourreaux mais finissaient leurs jours dans d'immenses séchoirs en vue d'être exportés. Il avait toujours refusé de rejoindre les rangs de leur armada de pêcheurs, malgré les pressions qu’exerçaient leurs hommes de main.

Hâlant son esquif sur la rampe de fortune qu'il avait installée devant sa cabane, il remarqua que la porte était entrouverte, et reconnut le son chantant de la voix qui lui parvenait de l'intérieur.

- Holà, petit singe ! Viens donc m'aider un peu, au lieu de chahuter mon pauvre atelier !
Aussi sec, une petite furie d'une dizaine d'années s'échappa de la cabane pour grimper dans la barque. Pnek considéra un instant la gamine. Ses cheveux châtains, éclaircis à force de rester au soleil, étaient en bataille ; elle était couverte de sable et de poussière, et ses bras étaient ornés d'un ou deux nouveaux hématomes – ainsi que d'une vilaine coupure.
- Regarde-toi. Grelline va me passer un vilain savon, quand elle saura que tu es venue t'esquinter dans ma cabane.
- Je pense pas, répondit la petite en secouant la tête, affairée à rouler la voile contre la vergue. Maman est trop occupée pour ça, aujourd'hui.
- Voilà qui explique comment tu as pu lui voler ses clefs et entrer chez moi. Tu me causeras des ennuis, un jour.
Elde lui lança un grand sourire.

Lorsque la barque fut ordonnée et rangée, Pnek persuada la petite de le laisser examiner son entaille. C'était une méchante estafilade de quelques centimètres, que le pêcheur lava à l'eau du lac pour la débarrasser des traces de sang et du sable qui s'y était collé. Rien qu'un pansement ne puisse résoudre. Heureusement, songea-t-il : Grelline l'aurait tué, s'il avait fallu recoudre Elde après une escapade dans l'atelier du pêcheur.
- Allez, file. Va rendre ses clefs à ta mère. Je dois d'abord vendre mon poisson chez Joam, mais dis-lui que je viendrai l'aider ensuite.

Une fois que la petite eut détalé, Pnek resta pensif quelques instants au bord du lac, les pieds dans l'eau. Grelline avait repris la corderie de son mari, celui-ci étant mort d'un accident stupide deux ans auparavant. Clamant que l'un de ses concurrents cordeliers vendait des cordes fragiles et de mauvaise qualité, il avait souhaité en faire la démonstration en public pour le discréditer : il s'était lui-même pendu au beau-milieu de la ville avec l'une des cordes du concurrent en question, persuadé qu'elle allait céder sous son poids et qu'il s'en tirerait sans dommage. Il se trompait. Sa veuve tenait désormais seule la corderie, mais ne parvenait plus à satisfaire les commandes qui auraient nécessité le travail de deux personnes ; et dans une région de pêcheurs, les cordeliers ne manquant pas de concurrents, son commerce ne marchait plus aussi bien qu'avant.

Pnek s'était toujours fourni chez eux, et chacune de ses visites avaient été pour l'aventureuse petite Elde une occasion de se fourrer dans ses jambes : elle l'avait toujours beaucoup apprécié. Peut-être devinait-elle en lui quelque chose du pirate qu'il avait été, passé qu'il avait réussi à cacher à l'ensemble de la ville. Quelques temps après la mort du père de la fillette, Grelline, sachant que Nec s'entendait bien avec Elde et que sa présence serait sans doute un soulagement pour elles deux, elle avait commencé à demander de temps à autres l'aide du pêcheur, qui avait cédé de bonne grâce. Ils étaient devenus de plus en plus proches à force de s'entraider et de se côtoyer, et partageaient régulièrement la couche l'un de l'autre depuis maintenant près d'un an, même s'ils vivaient généralement chacun de leur côté.

Pnek se plongea dans le lac pour se nettoyer après sa journée de pêche. Il se sécha rapidement, peignant ses cheveux noirs de ses doigts, les attachant en queue de cheval de l'autre main. Il porta sa pêche du jour à Joam, le poissonnier, qui lui en offrit quelques piécettes après avoir échangé les banalité d'usage sur le temps et la chute du cours de la truite, puis fila directement à la corderie.

Le rez-de-chaussée était un hall tout en longueur, servant d'atelier pour le tressage des cordes et d'entrepôt. Grelline et sa fille vivaient à l'étage. La cordelière travaillait dans l'atelier lorsque Pnek entra. Si elle l'entendit, elle ne leva pas les yeux de son ouvrage, concentrée qu'elle était. Ses mains s'activaient à tresser les écheveaux d'une épaisse corde. Elle s'interrompit un instant lorsque le pêcheur lui effleura le bras pour signifier sa présence, le temps de le gratifier d'un sourire bref mais chaleureux, et se remit au travail. Il avisa le trousseau de clefs qui pendait à la ceinture de Grelline : la gamine était rentrée, et il fut soulagé de constater que sa mère était effectivement trop occupée pour lui faire des reproches. C'était une petite femme énergique et expressive, et Nec redoutait un peu ses colères, qui lui faisaient la même impression d'un orage violent.

Il l'aida du mieux qu'il put : son travail n'était pas aussi bon que celui d'une cordelière de métier, mais ses années de navigation lui avaient laissé une expérience conséquente ; et il prêta la main à l'ouvrage jusqu'à ce que les commandes du lendemain soient achevées. Pnek passa la soirée à jouer avec Elde, puis la nuit avec Grelline, que sa journée de travail avait fatiguée moins qu'il ne l'aurait cru.

Pnek n'était pas le plus assidu des pêcheurs, et n'avait pas pour habitude de se lever aux aurores . Il y fut pourtant contraint le lendemain matin, réveillé par une clameur montant de la rue, alors que le jour pointait tout juste et que le soleil n'avait pas encore passé l'horizon. Il sortit du lit, provoquant en réponse un grognement ensommeillé chez sa compagne, et s'approcha de la fenêtre. La seule ouverture de la chambre donnait fort commodément sur la principale place de la ville, offrant à Nec un point de vue idéal sur le drame social qui se déroulait en contrebas : la ville était apparemment à court de boisson, catastrophe qui se plaçait au même niveau que la fin du monde (c'est en tout cas ce que prétendait la Picralypse selon Saint-Olaf, l'un des textes fondateurs de la société Naine). Notre pêcheur estimait quant à lui que si une pinte de temps en temps ne saurait faire de mal, l'ivresse représentait un sérieux danger pour qui vivait sur un navire, l'eau et le ciel se confondant remarquablement bien.

Le maire parlait de choses qui piquaient l'intérêt de Pnek : une récompense pour qui ramènerait les clefs du local et la boisson qui y avait été volée (si tant est qu'il en restât), et la promesse d'une empoignade avec des orcs. Il était heureux avec sa vie de pêcheur, mais parfois l'aventure manquait à l'ancien pirate. En partie pour les sensations fortes, pour la grâce d'un combat au sabre ; mais surtout par amour de l'inconnu et de la découverte.  Grelline s'était levée et l'avait rejoint près de la fenêtre, observant son visage.

- Une quête pour des aventuriers. Pourquoi ne suis-je pas surprise de voir comme une pointe d'envie sur ton expression ? lui lança-t-elle avec un sourire taquin.
Pnek savait qu'elle n'était pas stupide et qu'elle avait depuis longtemps compris qu'il n'avait pas toujours été le pêcheur qu'il prétendait être. Elle le taquinait d'ailleurs souvent à ce sujet : aucun pêcheur ne pourrait récolter autant de cicatrices, à moins d'être particulièrement malhabile et de se prendre dans ses propres hameçons au moment de lancer les lignes. Il étudia quelques instants le visage de sa compagne, pesant le pour et le contre, puis cria par la fenêtre, à l'adresse du vieux maire :

- Moi ! Moi. Je participe aussi à l'expédition. Puis, réalisant qu'il s'agitait complètement nu à la fenêtre :  je, euh, je vais chercher mes affaires, je n'en ai pas pour longtemps !

Il embrassa Grelline, qui le gratifia d'une bourrade affectueuse, et s'habilla en hâte ; puis il quitta la corderie au pas de course, saluant au passage une Elde encore toute ensommeillée. Une fois parvenu à sa cabane, il chercha un long moment son vieux sabre et fut consterné de le trouver abandonné dans un coin, la lame piquée de rouille et tordue presque à angle droit par une malle lourde et poussiéreuse qui pesait sans doute dessus depuis plusieurs années. Qu'à cela ne tienne : fouillant frénétiquement son atelier, il dénicha un long coutelas qui lui servait d'outil pour toutes sortes de travaux (essentiellement le vidage des poissons, à vrai dire) et le passa à sa ceinture ; il se saisit également d'un vieux sac de marin de cuir informe, puis repartit en courant vers le centre de la ville, vêtu en tout et pour tout d'une paire de bottes, d'une chemise de lin et d'un pantalon ample, déboulant sur la place tout essoufflé, mais content de sentir de nouveau dans ses veines le goût de l'inconnu.
- Paré !
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Althis

avatar

Nombre de messages : 7
Age : 24
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : DC Modimus
Date d'inscription : 24/10/2015

Feuille de personnage
Energie Vitale:
20/20  (20/20)
Energie Astrale:
30/30  (30/30)
Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Sam 31 Oct - 16:59

[HRP : Mes jets de dés se feront sur hamete, normalement vous avez reçu une invitation sur vos adresses mail perso Wink
Je me suis accordé avec Zaeseth pour répondre avant lui.]

Bon, déjà, Althis était pas déçu de voir d'autres personnes se porter volontaire pour questoyer, puisqu'il ne souhaitait pas retenter la fuite en milieu hostile. Il observait donc un confrère en robe noire qu'il soupçonnait d'appartenir au culte de Tzinntch. Vu qu'il n'y avait qu'eux pour supporter de porter une couleur si sombre en plein soleil. Ou alors Khornettoh, mais leurs disciples étaient plus orientés sur l'arme blanche que sur la magie. Également un badaud du coin qui s'était présenté torse nu à une fenêtre. Si je me tape aussi un cultiste de Lafoune ou de Slanoush, ça va être dur de me faire connaître sérieusement. Et enfin un nain.

Althis n'était pas raciste envers les nains. Non, non : il avait même de très bons amis nains. Ou alors c'était des semi-hommes ? Après, je m'en rappelle même pas. Et ce sont pas vraiment des "amis", disons juste que j'ai déjà discuté avec certains de leurs représentants. Même si c'était une discussion muette à une vingtaine de mètres de distance. Donc Althis n'était pas raciste envers les nains et saisissait très bien que les conflits entre les barbus et les oreilles pointues relevaient souvent d'une différence de culture. Il était sûr d'avoir entendu ça un jour à l'Université. Mais le demi-elfe ne pouvait se permettre de laisser faire le guerrier à courte taille et contre son gré (au moins à la moitié de son gré), il n'avait d'autres choix que de faire honneur à la traditionnelle rivalité.

Sans vouloir vous offenser, Maître Nain, commença-t-il avec politesse, s'attendant de toute manière à ce que cet imbécile ne comprenne pas vraiment son opinion, ou en fait ne cherche même pas à la comprendre, répondant immédiatement à la proposition du Nain, avant même que l'idée saugrenue ne vienne au Maire d'accepter Vous ne feriez que retarder le souci de nos chers villageois : arrivera tôt ou tard un moment ultérieur où les réserves seront de nouveau la proie des pillards. Contentons-nous de châtier les coupables actuels et assurons-nous que leur jugement persuade les potentiels futurs roublards du danger d'une nouvelle traîtrise.

Le mage n'allait tout de même voir sa première quête être résolue par une opération de serrurerie de bas étage. Faite par un nain en plus. Qui se ferait de l'argent et de la renommée alors que les deux pouvaient être partagées en groupe en accomplissant ladite quête ! D'autant que son argument était tout à fait valable. Mieux valait s'attaquer à la cause du problème qu'à ses conséquences. Il se tourna vers le Maire en cherchant d'un signe du regard son approbation.
Revenir en haut Aller en bas
Baldin

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 22
Sexe du Perso : Masculin
Date d'inscription : 13/05/2014

Feuille de personnage
Energie Vitale:
30/30  (30/30)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Sam 31 Oct - 22:14

Baldin fronça les sourcils harassé par le manque de sommeil.
Il aimait son franc parler et n'allait pas se mettre à faire des courbettes pour un elfe, qui chose rare et très drôle de la part d'un elfe á un nain se permettait de lui en faire. Il l'approcha histoire de n'être audible qu'à ses pavillons effilés, et avant qu'il n'ai pu continuer sa phrase sans doute pour exprimer son dégout de la petite chose immonde se profilant face à lui ou que sais je le coupa.

-Je n'ai pas parlé de refaire la serrure mon gars mais d'identifier la clé , et si ils souhaitaient la faire crocheter, ils n'auraient pas fait une foutu annonce publique. C'est la bordel de réserve de gnôle de cette gargote c'est sans doute une clé sacrément unique pour une sacré bonne serrure de style naine, on est les plus compétitifs. Tu crois qu'ils dépêcheraient une clique d'ouvriers pour la remplacer à leur frais, ce qui risque de durer un bail. Nan, ils préfèrent envoyer des indésirables risquer leur vie pour moins cher.

Quoique, t'as touché un point, ça m'est venu à l'esprit. Je connais un horloger que je ne recommanderais qu'à de amis qui a créé un système de serrure à noyau interchangeable qui serait la meilleure prévention en cas de vol de clés, il utilise un alliage nain que je lui ai recommandé, en le dépêchant ici, je pourrais me faire payer une seconde fois ayant établi une relation de confiance avec ce client.
T'es bien gentil mon gars, mais 'serait bien d'aviser de ne pas faire capoter mon projet.
Bon bref tu disais ?



Baldin a un avis assez superficiel sur les elfes.
Il avait accompagné un ami sidérurgiste d'Oboulos et ses ouvriers sorte de clerc du saint grand établi accompagné de ses disciples, bien qu'ils n'apprécient pas ces connotations arriérées, Oboulos aime le progrès après tout, ça reste un défi.
Celui-ci lui vantait toutes les vertus du travail. Étrangement ils souhaitaient se rendre au bois des elfidés de Glandorn histoire de botter le train à une bande d'hérétiques somnolents à grand coup de bottines de sécurité dans le fion.
Je vous laisse imaginer les détails, mais il en est ressorti que l'influence néfaste de ce bois ai complètement anéanti le moral de la petite troupe, qui non contente de n'avoir pu réveiller un elfe qui créchait là même en le tabassant à mort, s'en est allé quittant le clergé, se syndicalisant et remerciant son vieil ami décrédibilisant les elfes à ses yeux. Qui n'étaient pour lui que des chochottes doucereuses feignantes à en crever.


Dernière édition par Baldin le Lun 2 Nov - 18:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Althis

avatar

Nombre de messages : 7
Age : 24
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : DC Modimus
Date d'inscription : 24/10/2015

Feuille de personnage
Energie Vitale:
20/20  (20/20)
Energie Astrale:
30/30  (30/30)
Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Dim 1 Nov - 9:28

[HRP : Je réponds rapidement sans faire avancer l'histoire, juste pour nourrir le dialogue. Ensuite, faudra quand même laisser Zaeseth répondre.]

Althis était content de lui. Il venait de se montrer plus malin que le nain, comme si ce dernier - non content d'appuyer les préjugés du demi-elfe - lui donnait toujours davantage d'occasions pour se faire targuer d'être un nain et le magicien amateur n'allait pas s'en priver.

Malheureusement, Nain appuya-t-il pour montrer que la politesse n'était pas de rigueur lorsqu'on lui faisait des reproches ou des menaces, parlant toujours à haute voix pour que son plaidoyer arrive aux oreilles de ceux qu'il essayait de convaincre Je n'ai pas parlé non plus de refaire la serrure : juste souligné que votre investigation, quelle qu'en soit l'objectif, était loin d'être indispensable. C'est ainsi de votre propre bouche que vous nous avouez que l'idée d'une opération de serrurerie vous motivait dans votre intérêt personnel et votre appât du gain facile.

En effet, Althis avait perçu dans la proposition du barbu un appel à ses talents et s'était lui imaginé que le nain voulait en profiter pour changer la serrure, paranoïaque qu'il était de devoir à nouveau chercher une autre quête où s'illustrer. Si de ce qu'il entendait, Baldin n'avait pas pensé à ça, le fait qu'il ait accepté l'idée avait permis au mage de retourner l'argument contre lui, en faisant croire à l'assemblée que le montagnard avait lui-même voulu utiliser son contre-argumentaire pour faire croire que l'idée venait d'Althis. À moins que ce dernier ne savait lire dans les pensées. De toute manière, la grande majorité des villageois entendait simplement un elfe et un nain se disputer et ne faisait de toute manière pas trop attention aux mots employés.

Et si vous souhaitez même simplement identifier la clé, mon second argument pour vous restreindre cet acte - outre de démontrer vos talents de commerce et d'usurier - sera de vous annoncer que si l'on peut retrouver les voleurs sans trouver de clés, l'on ne trouvera pas de clés sans retrouver les voleurs. La logique elle-même voudrait que l'on parte à la recherche des malandrins plutôt qu'à la recherche de la clé : même si ce passe est notre véritable objectif

Bien évidemment, Althis ne réfutait pas qu'identifier la clef permettrait à terme de la retrouver parmi un trousseau, mais ce trousseau appartenant en cet instant présent à des brigands, il était bien plus simple de tuer les brigands et de récupérer la totalité du trousseau. Mais qu'à cela ne tienne, il ne voulait de toute façon pas que le nain retire davantage de gloire que les autres et souhaiter s'assurer qu'il y aurait de l'ennemi à combattre et une quête à raconter lorsqu'on voudrait retracer les origines de son parcours d'aventurier.

Il était évident que les deux énergumènes allaient continuer à se chamailler si un autre de leur compagnon n'intervenait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Baldin

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 22
Sexe du Perso : Masculin
Date d'inscription : 13/05/2014

Feuille de personnage
Energie Vitale:
30/30  (30/30)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Lun 2 Nov - 18:43

Pas trop saisi la logique de cet elfe. Je me suis proposé pour l'aider à identifier la clé pour leur faciliter la tâche dans leur travail, lui demandant le plus poliment qu'il se peut de ne pas envenimer les choses. Il voulait faire une distinction entre le fait de chercher la clé ou les voleurs qui qu'ils soient, qu'est ce que ça peut faire. Il n'as pas besoin de mon expertise non plus ?

Sans doute celui-ci souhaite se débarrasser de moi, ce qui n'est pas étonnant au vu de la rivalité assez connue entre ma race et la leur.

Mais bon, ce n'est pas la première fois qu'on m’envoie paître, alors que je propose mes services même si ça a l'art de me mettre en rogne. Du coup je tairais bien ma mauvaise humeur histoire de trouver un arrangement.

De toute ma carrière de mineur, puis d'ouvrier*1  et d'entretien à l'armée, je ne m'étais jamais retrouvé autant fauché, ce qui a l'art de me mettre en rogne, vagabond, affamé et sans le sous j'ai besoin d'argent. Un peu de mercenariat va sans doute m'aider à redresser la pente mais cet elfe semble décidé à vouloir m'emmerder.

De quoi se plaint t'il en plus, il sort de bonne école de visu et part risquer sa vie comme ça ? Il est magicien et ça lui donne le droit de prendre de haut tout les badauds sur son chemin ? J'ai du passer les 45 dernières années à éviter les elfes au vu de leur réputation, mais je pense bien rentrer dans le lard de celui-ci avant qu'il n'ait pu prononcer quoique ce soit.
Ce n'est pas en parlotte qu'on règle une rancune. Et cet elfe semble bien parti pour m'injurier d'un air condescendant.

-Rhhhm *pthu, (crache au sol et nul par d'autre) mon expertise n'est pas nécessaire donc ?  J'ai parlé d'identifier la clé ouais, parce que de ton avis je serais un poids lourd ?
D'accord ? Et t'es sensé apporter quoi de ton mètre 90 condescendant ? Je ne me rappelle pas t'avoir demandé non plus de rapporter cette histoire de serrure en public !

Quoiqu'il en soit on devrait se grouiller à commencer à s'occuper de cette histoire d'alcool, parce que je m'imagine bien passer ta cervelle à la moulinette
rontudju.

Empoigne sa pioche sur le coup prêt à faire valoir ses arguments d'une façon toute à fait brutale.




1*J'avais une connaissance parfaite du taillage de la pierre, ce qui était très recherché à l'époque, j'ai du apprendre de même la charpenterie, les architectes étaient rares, on tallais nos plans parfois à même la pierre, le papier était assez cher, la seule production conséquente venant de valdorg, sans doute par procédé magique.
Mon statut d'ouvrier était assez visible aux pans de cuir visible aux abords de mon casque, dont je n'allais certainement pas me séparer, bien qu'il soit en mauvais état.
Revenir en haut Aller en bas
Zaeseth Helimond

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 21
Citoyen de : Chnafon
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Elfe gris
Date d'inscription : 05/07/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
13/13  (13/13)
Energie Astrale:
35/35  (35/35)
Expérience:
76/100  (76/100)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Dim 8 Nov - 13:02

Le maire observait avec une inquiétude croissante la vive conversation des deux individus. Le ton montait de plus en plus. Craignant de perdre l’un de ses volontaires, voire les deux, s’ils en venaient aux mains, le vieil homme prit l’initiative de s’interposer avant que la situation dégénère.

« Allons, messieurs ! Un peu de tenue ! Ne saisissez-vous donc pas la gravité de la situation ?! »

La tension ambiante générée par le manque d’alcool était déjà suffisamment difficile à gérer pour qu’il ferme les yeux et laisse un elfe et un nain débuter une petite guéguerre interethnique juste devant son nez. Surtout que le petit être barbu semblait désormais plus enclin à faire de la prospection minière dans la jambe du jeune elfe plutôt qu’à continuer calmement à parlementer autour d’un verre de jus de groseille. Il faut dire que les belles paroles de son interlocuteur n’y étaient pas pour rien. Sa manière de parler avait le don d’agacer et de faire un peu mal à la tête.

Le chef du village n’était pas mécontent d’avoir réussi à rassembler quatre volontaires pour cette opération capitale. L’appât du gain, mis en valeur par son indéniable charisme naturel reconnu dans tout le canton, avait fait son petit effet. Il aurait préféré avoir davantage de volontaires, ou autant mais plus aguerris que ces quatre aventuriers débutants. Il fallait faire avec, ainsi était la vie en Terre de Fangh.  

Le maire patienta quelques secondes dans l’éventualité où un cinquième volontaire se fasse connaître. Plus personne ne semblait désireux de se lancer à l’aventure. Ah, si ! A la surprise générale, un cinquième individu, armé d’une fourche à trois dents, prit la parole :

« J’ai soif ! »

« … »

« On a soif ! On a soif ! »


La clameur populaire reprenait de plus belle, le manque d’alcool se faisant plus pressant.

« Oui, oui ! Bon ! Eh bien, à vous de jouer chers aventuriers ! Le sort de Noghall tout entier repose entre vos mains ! A chaque minute qui passe, c’est un de mes concitoyens qui sombre un peu plus dans la folie de la sobriété. Au nord du village, les traces de pas sont clairement visibles, vous ne pouvez pas les manquer ! Et j’oubliais ! »

Le maire venait de se souvenir de quelque chose. Il fouilla dans la besace en toile qui pendait à sa ceinture et en sortit quatre petites boîtes métalliques. En distribuant une à chacun des aventuriers, il ajouta :

« Un petit remontant pour la route ! »


Un clin d’œil appuyé conclut son discours. Les villageois, plus ou moins satisfaits de la tournure des évènements, se dispersèrent en petits groupes. Certains visages arboraient de petits sourires en coin, sans doute étaient-ce les rares locaux ayant pensé à dissimuler chez eux une ou deux bouteilles en prévision de ce genre d’occasion. Le maire semblait encore plus radieux. Seulement deux bouteilles ? La bonne blague !

Zaeseth, Pnek, Baldin et Althis se retrouvèrent donc isolés au beau milieu de la place du village. Le mage noir entama les présentations usuelles qui suivent la formation d’un groupe d’aventuriers.

« Mes plus lugubres salutations, je me nomme Zaeseth Helimond, adepte du Ô combien Magnifique Sanctuaire de Tziintch. J’espère que cette quête nous apportera autant de satisfaction qu’elle apportera de souffrance à nos ennemis ! Dirigeons-nous vers la porte nord du village, pour voir ce qu’il en est. »

Attendant la réponse des autres aventuriers, l’elfe gris baissa les yeux vers la boîte métallique qu’il tenait dans la main. Sur le cadeau du maire, on pouvait contempler trois petits poissons stylisés rangés côte à côte, et surtout lire l’inscription :

« Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies ! »

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Baldin

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 22
Sexe du Perso : Masculin
Date d'inscription : 13/05/2014

Feuille de personnage
Energie Vitale:
30/30  (30/30)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Lun 16 Nov - 17:56

Baldin n'ayant nullement remarqué Helimond jusque là ni fait attention à ses dires (l'oeil focalisé sur quelques tonneaux sans doute vides, de très beaux tonneaux, en pin, les cerclages métalliques n'étaient pas de première qualité mais le fut semblait goutu, peu être de la bière fruitée vu la peinture colorée... Ce qui lui donnait sacrément soif ... Bon revenons en á Helimond)   il le toisa du regard joignant ses doigts sur son arcade nasale #facepalm, puis affichant un grand sourire, invisible derrière sa tignasse barbue.
-Bon, j'm'a présente Baldin, nain badin d'un mètre 20.
- Rhôlôlô v'lá ti pas qu'on va se trimbaler un rejeton chaotique jusqu'à destination.
Hé hé, on va avoir droit aux frénésie humides de Slanoush ? Ou c'est déjà l'heure d'une sieste dlullesque ?
N'empêche que les robes noires c'est pas très Braav, Yrfoul pas j'espère. Parce que de par mes binocles binoculaires de binoclard, il fait plutôt chaud pour être habillé en noir, quoique, je peux toujours parler, je dois au moins porter 3 couches avec tout ce barda.
On peut se permettre de faire les boutiques non ? C'est pas comme si les orques allaient quitter la région
En plus on pourrais repasser par leur réserve d'alcool, histoire de repérer le terrain. De plus j'aimerais jeter un œil à la serrure.
.


Bulletin mental du nain:

Bon bref, il me reste á subtiliser la clef aux yeux et à la bar... au nez des elfes sans me faire prendre, puis rentrant bredouille, réclamer de l'or pour la peine du massacre des orques.
Ensuite me proposer pour crocheter la serrure et ce aux frais du maire quoique je n'ai plus le matos  et ils ont surement pas de serrurier dans le coin, ou sinon ils ne nous auraient pas embauché. Malgré tout si je ne trouve pas de quoi le crocheter il n'y auras qu'à la fracturer pour ensuite lui proposer de remplacer la serrure par un modèle plus sécuritaire histoire de plumer encore plus le client Norell ne m'en voudras pas si je lui prend une commission.  Après tout, je m'adresse à une commune plutôt riche; se faire de l' argent sur leur dos. n'est sans doute pas un problème.
Revenir en haut Aller en bas
Pnek Étripe-Troll
Vagabond
avatar

Nombre de messages : 27
Age : 24
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Fils spirituel de Dalnor.
Date d'inscription : 03/05/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
30/30  (30/30)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Ven 20 Nov - 17:32

Lorsque Pnek arriva sur la place, il avisa ses futurs compagnons. Et quelque chose lui sembla louche.

Le premier, le plus remarquable, était un être malingre drapé dans une robe noire informe et d'un goût douteux, pour ne pas dire franchement sinistre. Manifestement un cultiste quelconque. Tous des fêlés. C'était apparemment une histoire d'illumination divine, mais qui s'accompagnait d'insolations carabinées.
Le second était un mage, mais surtout un elfe. Un elfe comme tous les autres : jeune, altier, arrogant. Et pour assaisonner le cliché, en grande discussion avec un nain - le troisième larron.
Le petit barbu baragouinait des phrases décousues, marmonnant dans sa toison, des choses à propos de serrurerie. La mission semblant porter sur un massacre punitif de peaux-vertes, le pêcheur ne voyait pas bien ce que gorges et goupilles venaient apporter à l'affaire.

Pnek en retirait une observation. Il lui semblait curieux qu'un mage elfe ainsi qu'un cultiste se portent volontaires pour régler les problèmes de boisson d'un village, le boulot fût-il rémunéré. Quant au nain, qu'on aurait pu croire intéressé par la présence dans l’équation d'une grande quantité d'alcool, il semblait pourtant exclusivement obnubilé par son domaine d'expertise.

L'ancien pirate avait gardé son flair, et l'affaire semblait moins simple qu'elle n'en avait l'air. L'un des tonneaux volés contenait sans doute la clef d'un ancien trésor, dont auraient eu vent les deux thaumaturges.


- Mes plus lugubres salutations, je me nomme Zaeseth Helimond, adepte du Ô combien Magnifique Sanctuaire de Tziintch. J’espère que cette quête nous apportera autant de satisfaction qu’elle apportera de souffrance à nos ennemis ! Dirigeons-nous vers la porte nord du village, pour voir ce qu’il en est.

Ah. Tziintch. De mieux en mieux.

Le nain gromela une réponse à laquelle le pêcheur n'accorda aucune importance, absorbé dans ses réflexions.

- Pnek. Pêcheur. Ancien marin. On y va ?
Revenir en haut Aller en bas
Althis

avatar

Nombre de messages : 7
Age : 24
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : DC Modimus
Date d'inscription : 24/10/2015

Feuille de personnage
Energie Vitale:
20/20  (20/20)
Energie Astrale:
30/30  (30/30)
Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Dim 22 Nov - 11:58

Le demi-elfe recula d'un pas lorsqu'il vit le Nain relâcher ses glaires par terre. Dégoûtant ... Il s'apprêta à répondre à ce guerrier de pacotille lorsqu'il entendit le commanditaire maire, ou commandimaire, rappeler à l'ordre. Un instant il songea à pointer le barbu du doigt, comme s'il souhaitait rediriger la faute à la manière d'un "c'est-lui-qu'a-commencé". Althis se ravisa et se contenta de s'éloigner du nain avec dénit en lui tournant le dos, comme savent le faire les personnes hautaines. Il rabattit sa capuche et plongea les mains dans sa robe de mage.

N'empêche qu'on ira pas me dire que le courtaud n'est pas roublard ...

Lorsque la foule se dispersa, le maire offrit à chacun une boite légèrement ouvragée étiquetée Lamproha avant de laisser les quatre volontaires sur la place du village, à s'observer mi-confiant mi-suspicieux. Le mage devait admettre que la constitution d'un groupe d'aventuriers correspondait plutôt bien à ce qu'il avait appris à l'Académie. Pour l'instant, nul se connaissait les capacités de chacun et la présentation se devait être assez équivoque pour qu'un chef de groupe en ressorte. Althis se serait naturellement porté volontaire, mais il était avisé : son inexpérience relevait plutôt d'un suiveur, surtout si c'était sa première quête.

Aussi lorsque Sieur Helimond se présenta, il s'imagina directement s'associer au caractère magique du personnage afin de faire de lui un chef de groupe, ou du moins un semblant de majorité décisionnaire, dans l'objectif inavoué de ne pas voir le Nain aux commandes.
Bon, c'est dommage qu'il soit affilié à Tziintch, mais je suppose que nul n'est parfait. Au moins possède-t-il la magie offensive qui me fait défaut.

Comme de par hasard, le montagnard se plaignit de la présence de cultiste. Et si en temps normal il n'aurait trouvé en Althis un potentiel accord, la rivalité naissante ne fit entendre aux oreilles pointues qu'un petit guerrier énonçant tous les noms de Dieu de la part d'un inculte.

Enfin, le paysan qui les avait rejoint se présenta comme pêcheur. Et si le magicien n'avait pour lui pas la moindre estime, il s'accorda à penser que sa connaissance de la région se révèlerait peut-être utile.

Heureux de faire vos connaissances respectives, confrère mage et citoyen de ce village. Bien que je ne sois point spécialisé dans l'affrontement, ma magie et ma connaissance sont à votre service. Et appelez moi simplement Althis.

Bien évidemment que même aussi loin de sa maison natale, le fugueur n'allait pas révéler son nom de famille. Tant qu'à faire, il préférait prendre toutes les précautions nécessaires. Sans attendre, il fit un signe de la main à Zaeseth en direction de l'entrée nord du village, qui en l’occurrence officierait en temps que sortie nord - enfin vous comprenez quoi - dans le but d'effectivement partir. Oh oui, il avait entendu le nain, justement. En chemin, Althis tenterait de glaner quelques infos de la part de Zaeseth, notamment quelle était son expérience, de quel lieu était-il originaire et quel était son éventail de sort. Entre deux mages, ce genre de données était essentiel dans l'établissement d'une stratégie.
Revenir en haut Aller en bas
Baldin

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 22
Sexe du Perso : Masculin
Date d'inscription : 13/05/2014

Feuille de personnage
Energie Vitale:
30/30  (30/30)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Dim 22 Nov - 22:31

Bon, je vous fait une présentation rapide.
Baldin chipotait son attirail d'un air dissipé. Ce n'était pas dans ses habitudes de se battre, plutôt du genre à sembler être là pour la maintenance il était un peu emm**** par le fait de risquer d'abîmer son équipement.
Ce n'était certainement pas un aventurier de métier.
Bien que généralement les nains soient classés dans la catégorie guerrier en cas de doute, la plupart des gens se méprenaient sur son compte.
Il avait besoin de cet argent à tout prix même s'il eu fallu traîner le cadavre d'un elfe arrogant dans la boue et le sang, de plus les autres membres du groupe semblaient plus enclins que lui à risquer leur peau inutilement, donc il n'était pas inquiet.
Il faisait un tintamarre de bruit de casserole constant ne fut ce qu'en levant le bras et était assez lent. Côté bruyant qui ajoutait considérablement au côté chiant du personnage, plus son franc parler.

Si votre personnage en prend la peine, bien que le contact visuel soit plutôt abject pour ce qui est des elfes les plus bornés. Il apercevras un pied de biche, une sorte de couteau au bout large sur son gant, qui est à vrai dire une sorte de couteau à poncer. Une sorte de petit maillet bricolé pour faire arrache clou. Un tournevis, bien que les vis soient encore très novatrices, c'est un naingénieur mécanicien des firmes de production d'armes à poudres balardil naines, on lui pardonneras. Ainsi qu'une grosse boîte métallique au dessus de son sac.
Si vous eu le temps d'apprécier son haleine dans toute sa senteur vous remarquerez de petites marques runiques nainscrites sur son casque.
Et ... je vous passe la suite nah  :nain:  



[hrp: Bon c'est un premier croquis, me reste à affiner les traits et à colorer donc soyez indulgents.
De plus je ne dessine que des personnage, me demandez pas de faire des trucs inutiles du genre paysages bordé par un pâturage de beaufs, parce que je vous enverrai  paître assez vulgairement. ]


Dernière édition par Baldin le Mar 8 Déc - 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zaeseth Helimond

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 21
Citoyen de : Chnafon
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Elfe gris
Date d'inscription : 05/07/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
13/13  (13/13)
Energie Astrale:
35/35  (35/35)
Expérience:
76/100  (76/100)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Lun 7 Déc - 22:02

Zaeseth écouta d’une oreille distraite le monologue nanesque, occupé qu’il était à examiner le fatras sans nom entassé sur son dos. Le sac à dos, surmonté d’un coffret au bois vieilli par le passage du temps, semblait sur le point de lâcher. De nombreux objets dépassaient sur les côtés, prêts à chuter pour écraser les oreilles de quiconque serait assez fou pour se tenir à moins d’un mètre de l’individu. Entre autres, on pouvait apercevoir un pied de biche, divers outils de bricolage et une étrange d’arme blanche émoussée. Quelle était donc sa fonction ? Si jamais elle en avait une, Zaeseth n’en avait pas la moindre idée. De toute façon, la moitié du contenu du sac ne servait sans doute à rien d’autres que d’être vendu pour une bouchée de pain au premier bazar que le petit être croiserait. Pourquoi alors prendre la peine de transporter toutes ses choses, si ce n’était pour assouvir une cupidité maladive ? Ah, ces nains !

Le second individu à se présenter semblait aussi fleur bleue qu’il était loquace. Un visage tanné par le soleil et une barbe de plusieurs semaines donnait au pêcheur un certain charisme. Le mage noir sentait bien que l’homme qui se présentait devant lui était davantage qu’un banal paysan du coin, endurci qu’il était par une dure vie de labeur. Et même si l’elfe gris était sans doute plus vieux que lui, Zaeseth ne pouvait qu’admettre qu’en termes de situations de danger, Pnek, comme il se nommait, était sûrement plus aguerri et à même de prendre les bonnes décisions pour assurer sa survie. C’était un point que Zaeseth ne devait surtout pas oublier.

Enfin, le troisième et dernier aventurier se révéla être un mage de spécialité inconnue pour l’instant. Selon ses dires, cette dernière n’était pas portée sur l’offensive. Peut-être un mage spécialisé dans l’élément aquatique ou l’élément terre ? Une chose était sûre, il ne faisait pas dans l’élémentaire. Physiquement, l’individu était dans la fleur de l’âge et plutôt beau garçon. Les oreilles pointues qui dépassaient de sa chevelure témoignaient d’une ascendance elfique, mais il était trop bourru pour qu’elle vienne de ses deux parents : c’était un demi-elfe.

N’accordant pas d’importance à la demande du nain de réaliser quelques emplettes, le mage noir prit la parole et prononça les mots suivants :

« Ne perdons pas notre temps en mondanités et mettons nous en route. Nous trouverons peut-être quelques indices supplémentaires au poste de garde afin d’orienter nos recherches. »

Le groupe d’aventuriers se mit directement en route vers la porte nord sur une entente clairement unanime. Ils croisèrent quelques habitants qui affichaient des airs de fin du monde, dont un qui manqua de leur rentrer dedans. L’homme errait sans but, fixant le sol de son regard vide de toute joie de vivre, les épaules affaissées et le corps tout tremblotant. Zaeseth se retint de l’invectiver pour ne pas déclencher à nouveau la hargne des badauds en manque d’alcool.  

Sur le chemin, Zaeseth fit un rapide bilan de ses compétences et de son historique à son collège mage.

« Je suis originaire d'une petite communauté de disciples du Magnifique Sanctuaire de Tziintch. Je ne vais bien sûr pas vous révéler sa localisation exacte. Je vous connais encore trop peu, sachez juste qu'elle se situe dans la moitié Ouest de la Terre de Fangh.»


L'elfe gris s'interrompit quelques secondes, le temps de reprendre son souffle.

« Quant à mon expérience d'aventurier, pour tout vous dire, j'ai déjà participé à l'escorte d'un négociant en métaux précieux. L'aller-retour entre Mliuej et Jambfer fut plutôt plaisant puisque je pus tester mes sortilèges sur quelques malandrins. D'ailleurs, j’ai à ma disposition tout un panel de sort offensif comme défensif, mes préférés étant respectivement la flèche d’acide et le plastron de Tziintch, loué soit son nom ! Quand le besoin s’en fait sentir, je concède à lancer des sorts généralistes, de niveau 1 ou 2. Et vous ? Vous disiez n’être pas très porté sur l’offensive, sont-ce des sorts utilitaires qui forment votre arsenal arcanique ?»


Le poste de garde de la porte nord fut bientôt en vue. De grosses pierres renforçaient la base du bâtiment, ce qui lui donnait un aspect assez robuste. Un milicien armé d’une pique de qualité moyenne était posté à l’extérieur et affichait la tête du type qui n’a pas de binouze pour égailler ses heures de surveillance. En approchant, Zaeseth put constater que la porte d’entrée, renforcée par un patchwork de plaques de métal, gisait intacte sur le sol. L’elfe se demanda quel artisan pouvait avoir le culot de facturer une porte de sécurité en métal avec un cadre en bois. Les valeurs se perdaient…

Le milicien laissa passer le groupe sans faire d’histoire après une rapide explication de la situation. De nombreuses traces de pas reliaient l’entrée du village à la porte de la garnison. Leur profondeur et leur netteté témoignaient du poids considérable de ceux qui les avaient faites. A l’intérieur, quelques traces de sang marquaient  le sol et la grande table centrale, mais rien de plus grave que ce qu’aurait provoqué un saignement de nez mal contenu. Il restait des cartes et des jetons sur la table, ainsi que des gobelets à moitié vide, signe qu’elle n’avait pas été renversée.

« L’intervention de ces peaux-vertes fut rapide et sans bavure. S’en est presque étrange, comme s’ils avaient eu un semblant d’organisation. Des orcs qui conservent un tel niveau de contrôle d’eux-mêmes, voilà qui est suffisamment rare pour être remarqué. »


Le mage noir balaya la pièce du regard pour essayer de déceler quelques indices supplémentaires. Son cerveau s’arrêta brusquement pendant quelques secondes à la vue d’une des multiples affiches qui ornaient les murs : une sublime représentation en contreplongée de l’entrejambe dénudée d’une des filles PomPom de l’équipe de Brute-Ball de Waldorg.

Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Zaeseth Helimond le Mer 9 Déc - 17:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Baldin

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 22
Sexe du Perso : Masculin
Date d'inscription : 13/05/2014

Feuille de personnage
Energie Vitale:
30/30  (30/30)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Mar 8 Déc - 22:53

Spoiler:
 


Dernière édition par Baldin le Ven 8 Avr - 18:48, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pnek Étripe-Troll
Vagabond
avatar

Nombre de messages : 27
Age : 24
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Fils spirituel de Dalnor.
Date d'inscription : 03/05/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
30/30  (30/30)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Mar 22 Déc - 14:10

Pnek constata vite que le mage noir était du genre dangereux. Plus il écoutait ce que pérorait l'autre, plus il sentait venir le mal de crâne : les tournures alambiquées pleuvaient à seaux. Il restait tout de même attentif, et releva quelques informations intéressantes. L'individu semblait avoir un précieux bagage théorique et théologique, mais peu d'expérience. Voyager dans les régions naines, d'ailleurs, tenait plus de l'inconscience que de l'Aventure proprement dite.

La scène du drame s'offrit bientôt à ses yeux. Comme le fit rapidement remarquer Zaeseth
- enfin, si j'ai bien compris son nom, à ce tordu - la manière de faire était singulière, pour des brutes peaux-vertes. Un peu trop propre. Il s'agenouilla pour observer les traces laissées au sol : il avait par le passé voyagé avec un demi-orque, et espérait pouvoir établir une comparaison entre ses souvenir et les empreintes. [Intelligence 8, jet : 10, échec] Il pesta, peu habitué à cet exercice : il connaissait mieux les ponts et planchers des navires que la terre meuble. Ses conclusions ne valaient pas mieux que celles du mage noir, les traces étaient profondes, et en forme de pieds. Rien de très instructif.

- Dites, les peaux-vertes, là, vous les avez vus ? lança-t-il au milicien.
- Ben, c't'à dire, pas bien. C'tait pas... 'fin vous voyez, quoi, répondit l'autre en se tortillant comme un enfant pris en défaut.
- Pas vraiment, non. Vous pourriez préciser ?
- Euuuh. C'tà dire. On était comme qui dirait pas très vigilants. M'sieur.
- Comme qui dirait profondément endormis autour d'un cruchon ?
- C'est ça. Voui. M'sieur.

Le pêcheur leva les yeux au ciel. Cette histoire promettait d'aller loin. Il entra dans le bâtiment et jeta un bref coup d’œil. La table était encore à sa place, des chopes à demi pleines de bière tiède sagement posées dessus. Ce vol était décidément une mise en scène. Si des orques - purs ou sang-mêlés -, des gobelins ou même des nains avaient été les véritables coupables, la boisson, même frelatée, aurait retenu leur attention. L'attaque était donc définitivement une mise en scène.

- Bon, ben personne n'a vu les coupables, et les voleurs étaient plutôt soigneux. Ça nous avance pas beaucoup. J'imagine qu'on n'a plus qu'à suivre les traces...

Pnek restait prudent. Il gardait la plupart de ses réflexions pour lui, ne sachant pas quel était le fin mot de l'affaire, ni s'il pouvait faire confiance à ses camarades...


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Althis

avatar

Nombre de messages : 7
Age : 24
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : DC Modimus
Date d'inscription : 24/10/2015

Feuille de personnage
Energie Vitale:
20/20  (20/20)
Energie Astrale:
30/30  (30/30)
Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Dim 27 Déc - 17:42

Le thermodynamicien se sentait satisfait. Il avait recueilli de précieux renseignements de la part de son confrère drow et le groupe avait décidé de suivre les directives de ce dernier, ignorant enfin le montagnard. En fait, Althis ne s’était même pas attendu à recevoir une réponse honnête de la part du mage de Tziintch, méfiant qu’il était aux compétences de collaboration d’inconnus. Il avait l’habitude de croiser des étudiants retors à l’Académie de Waldorg, chacun souhaitant se distinguer en écrasant l’autre : bref, une sale ambiance.

Après, c’est peut-être dû au fait qu’on est tous les deux adeptes des Arcanes. Si on peut se faire mutuellement confiance, ce sera déjà une réussite dans l’élaboration d’un groupe stable. Il faut juste que j’arrive subtilement à le tutoyer. Sois patient, Althis. Sois patient.

Parmi ce que releva le demi-elfe, apprendre que Zaeseth avait fait une quête aux environs des Montagnes du Nord l’intrigua, se demandant s’il avait fait cette quête tout seul et ce qu’il avait fait entre temps. De plus, il était assez heureux d’apprendre que ce mage ne négligeait pas les sorts de protection. Il connaissait beaucoup trop de novices qui n’avaient d’yeux que pour l’attaque. Savoir rester en vie pour profiter de sa victoire lui paraissait tout aussi important. Enfin, la meilleure nouvelle à ses yeux fut d’entendre que le disciple pouvait manier les sorts généralistes de niveau 2 : il était donc de niveau 2 !

Car pour tout avouer, Althis n’accordait aucune confiance au nain, et trop peu à l’homme du peuple. Le pêcheur semblait vouloir se donner un air mystérieux en ne communiquant qu’un minimum. Ce n’était pas bon ça et le demi-elfe ne le considérait pas comme un allié prioritaire. Après, il n’allait pas non plus agir pour se le mettre à dos ou lui mettre des bâtons dans les roues, tant qu’il restait à sa place de paysan. De toute manière, il lui fallait désormais répondre à son plus proche compagnon.

« On peut dire ça oui. Je suis un novice dans la manipulation de la magie thermodynamique. C’est une spécialité très complexe pour en user au combat parce qu’elle nécessite beaucoup de concentration. Par contre, c’est très utile pour conserver des aliments ou créer des diversions. »

Althis n’avait pas peur de lui dire le fond des choses et de toute manière il s’était assuré que seul le mage noir pouvait l’entendre. Sa magie était inutile pour l’affrontement mais lui avait permis de survivre jusque-là sans beaucoup d’expérience aventureuse. S’il avait voulu se faire passer pour plus puissant qu’il n’était, il n’aurait pas exploré les villages en attendant une occasion de quête groupée. Non : d’autres voies s’ouvraient à lui pour s’illustrer. Même si ses premiers … ‘alliés’ ne lui inspiraient pas encore le courage nécessaire pour s’affirmer en tant que chef.

Il fallait bien commencer quelque part. pensa-t-il, à l’instar de leur arrivée au poste de garde, première étape de leur mission.

Le poste de garde était un bâtiment qu’Althis trouvait assez minable, mais à la hauteur d’un village de pêcheurs. Aucune esthétique ne se dégageait de cette fortification somme toute sommaire. À l’entrée – et ce malgré le récent larcin – un seul garde restait, le regard maussade, manifestement en manque et dérangé dans ses habitudes de recrue à la maigre paye. L’intérieur se constituait en une salle assez sobre où un bazar relativement restreint régnait : traces de luttes rapides mais surtout rares étaient les petits coffrets ou les compartiments ouverts : les voleurs n’étaient venus que pour la clé.

Immédiatement, Althis songea à des hypothèses plus ou moins saugrenues, l’une d’entre elles allant jusqu’à supposer le garde corrompu et complice. Néanmoins, la petite discussion qu’eut Pnek avec le gardien fit plonger ce scénario parmi les moins plausibles, le mage ne décelant aucun signe de discours préparé à l’avance ni une intelligence remarquable. Après, il était tout à fait possible que l’humain ne se contente que de balbutier un semblant de réponses pour jouer un rôle et éviter d’autres questions plus précises.

« Je suis d’accord, acquiesa Althis à la remarque de l’elfe noir, Les orques ne sont pas réputés pour leur coordination, je suppose la présence d’une intelligence derrière cette œuvre. On a clairement ciblé un objet de valeur pour attirer l’attention du village sur cette affaire : il est donc possible que l’on ait affaire à une manœuvre de diversion. »

Il restait dans l’entrée de la pièce et s’était contenté d’observer plutôt que de fouiller ou même d’interroger les suspects. Néanmoins il s’imposait immédiatement par une analyse rapide. Le jeune bourgeois n’aimait pas trop l’initiative de Pnek quant à la marche à suivre, mais préférait ne pas marcher sur ses plates-bandes. Après tout, il n’avait aucune idée de comment pister des voleurs. À moins d’une filature en milieu urbain, le demi-elfe n’était pas une personne du coin.

Il tenta ainsi de profiter de ce statut et de le retourner à son avantage, en présentant les qualités d’une personne du coin plus à même de servir de guide, donc de se placer derechef en position de serviteur. Althis ne voulait pas se positionner en tant que chef de groupe, pas encore, mais tramait déjà des subterfuges pour que ses congénères autorisent petit à petit son naturel autoritaire. Eh oui, le mage était fourbe mais connaissant ses antécédents cela n’était guère surprenant. Il attendit que les déplacements hasardeux du pécheur ne le fasse rencontrer sa proximité immédiate

« Par contre, je comprends pas pourquoi on accuse des peaux-vertes si personne n’a vu les coupables. Il regarda ensuite ledit pécheur pour lui refiler la tâche dite ‘d’acquisition d’informations par communication sociale’ tout en finesse. Le garde a l’air de te répondre honnêtement : tu pourrais lui demander s’il y a une raison particulière à cette victimisation naturelle ? Ont-ils été attaqués par de telles créatures récemment ? Et surtout, s’il existe des ruines ou des refuges possibles à des brigands aux alentours ? »
Jet de Charisme : 9 pour 11 / Réussite

Il expliqua cette démarche en s’adressant cette fois-ci au groupe, chose que n’aurait pas à faire un chef de groupe –puisqu’il ne voulait pas s’imposer comme tel – mais qui était surtout destiné à observer si les autres aventuriers l’écoutaient : chose que l’on doit faire face à un chef de groupe. Quand on vous dit que les elfes noirs n’ont pas le monopole de la tromperie …

« Si l’on a à faire à des malandrins assez futés pour un assaut rapide et sans bavure, ou même d’élaborer un plan qui nécessiterait une diversion, ceux-ci ne se risqueront pas à camper en pleine nature comme le ferait des créatures standard : un lieu propice à s’organiser et à attendre le moment propice est donc nécessaire, de préférence à proximité mais moins fréquenté par la civilisation.»

C’est bon, pour implanter l’idée de me suivre dans leurs esprits, il faut aussi que j’insiste sur le fait que je ne vais pas me coltiner le pistage. Si possible, j’aimerais que ce soit l’autre qui se propose à une détection d’ennemi. Avec un niveau 2, il a plus de chances de réussites et j’ai donc moins de chances de me ridiculiser. Après, je pense pas que cela donnera grand-chose car le camp doit se trouver hors de sa portée … De toute manière, je vais pas lui demander, il va être plus difficile à délicatement manipuler et je préfère qu’il se réserve pour l’affrontement …

« Par contre du coup, pour le Pistage, je peux rien faire. J’ai aucune compétence dans ce domaine. Ce qu’il nous faudrait, c’est quelqu’un de la région en fait … »

Ne pas regarder le paysan … ne pas regarder le paysan … laisser quelqu’un d’autre le faire …[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Baldin

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 22
Sexe du Perso : Masculin
Date d'inscription : 13/05/2014

Feuille de personnage
Energie Vitale:
30/30  (30/30)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Ven 8 Avr - 18:45

Baldin, toujours en quête d'argent facile presse le pas pour entrer le plus rapidement possible. Tandis que pnek interrogeait le garde.
Un peu déçu de ne rien remarquer d'alarmant, il s'adosse à la table d'un air nonchalant. L'elfe pris dans ses réflexions ésotériques le regardait d'un air toujours aussi hautain.
Il se demandait quelles peaux vertes pouvaient passer ainsi et de façon aussi propre. Un détachement de gobelins dans leur groupe qui se seraient préoccupés de cette salle en particulier ?
"Les rejetons chaotique corrompus de ma race sont parfois surprenants. Mais de là à ne pas toucher à l'alcool, je ne crois pas."

L’autochtone l'amusait. Ce gars allait finir en charpie accoutré comme il l'est. Mais bon en toute bonne fois. Le marin pourrait peut être se rendre utile.

Le semi elfe l’horripilait. Il gardait son envie de lui envoyer sa pioche dans les valseuses. Mais bon un contrat reste un contrat et il s'en acquitteras sans heurt.

Tout l'inverse de l'elfe du chaos qui éveillait en lui, chose rare venant d'une raclure chaotique de la sympathie. Le côté direct de sa personne qui va droit au but lui plaisait. Sans parler de son côté démoniaque lui donnant une certaine assurance et le rendant plus puissant à ses yeux que le simili elfe Sylvain. Il avais déjà vu l'efficacité hallucinante du chaos et de ses sbires et ne doutait pas de l'utilité que pourrait avoir ce mage en combat ou en cas d'interrogatoire. Il est certain qu'il préférerait se ranger sur son opinion. Sans parler qu'il était tenté de lui proposer de zigouiller le gringalet.

"J'embarquerais bien la bouteille d'alcool au passage. Si personne ne me regarde."


Mon personnage s'attarde quelque peu à examiner la scène. Pour ensuite repartir l'ouvrir très grand au pas de charge auprès du groupe d'aventuriers. Et enfin prendre une mine renfrognée et baisser d'un ton, blasé par ce contrat des plus ennuyeux mais risqué.


-Au fait, j'ai rien dit tantôt pour les emplettes. Le poste de garde est plus important. Mais mes créanciers m'ont saisi en plus de ma dignité tout mon matos. C'est pas pour dire. Mais j'avais pas l'intention de refaire de mercenariat d'ici peu. Comme vous le savez j'ai bossé chez ça raque au nord, bah, je m'y connais en serrurerie. Et je n'ai rien pour crocheter quoi que ce soit ,je peux pas tout fracturer. Je ne sais pas vers quoi on se dirige et je doute qu'un p'tit groupe d'aventuriers comme nous puisse y arriver si on tombe sur une meute d'Orques ce qui m'arrange pas. Et j'en ai ras le cul de compter les crevés.

-Quoi qu'il en soit, si on doit s'infiltrer ce serait bien de repasser par un serrurier ou l'équivalent s'il y en as bien un dans le coin. Je le paierai grassement pour ne pas qu'il répète à qui que ce soit ce quoi ce il m'as refilé. Ou au pire, j'ai du fil de fer, de l'épais assez rigide, tordu comme il se doit ça feras peut être l'affaire. Mais j'en doute. On as toujours besoin d'un expert en pièges dans un groupe d'aventuriers. Je ne suis pas familier au désamorçage dans une situation critique et avoue ne pas pouvoir m'adapter à toutes les situations. Mais bon, j'apprendrai sur le tas, le temps de me refaire. Je n'ai jamais défait que des pièges à dalle de pression, c'est fort ennuyeux.

-Et au passage vu qu'on ne sait toujours pas à quoi on a affaire. On pourrais tenter de trouver le reste des gardes pour tenter de glaner des informations supplémentaires ? Personnellement, je ne suis resté que quelques jours ici, je bossais sur la réparation d'une charrette de noble. Un beau modèle, dommage que le proprio soit un pingre.
-Dans tout les cas le semi, si c'est pour encore me prendre de haut et m'envoyer paître, j'irai me plaindre à mon syndicat !
Revenir en haut Aller en bas
Zaeseth Helimond

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 21
Citoyen de : Chnafon
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Elfe gris
Date d'inscription : 05/07/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
13/13  (13/13)
Energie Astrale:
35/35  (35/35)
Expérience:
76/100  (76/100)

MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   Lun 11 Avr - 20:17

Le mage noir manqua de recevoir un coup de casque dans le bas ventre quand Baldin déboula dans la pièce avec l’œil cupide et affuté du cambrioleur qui doit estimer rapidement la valeur des babioles qu’il a devant les yeux avant de déguerpir prestement. À moins que ce ne soit le cambrioleur qui ait l’œil d’un nain  à la bourse légère ? Toujours est-il que la masse carrée et trapue du nain occupait la majeure partie de l’encadrure défoncée de la porte du poste de garde et que ladite masse, avec son casque profondément vissé sur la tête, ne regardait pas forcément ce qu’elle avait devant elle. Les réflexes elfiques de Zaeseth lui permirent d’effectuer un pas sur le côté ; ce geste salvateur lui évita une côte cassée, ce qui aurait été fort handicapant pour la poursuite de la quête. L’adapte de Tziintch quitta ensuite le bâtiment, l’esprit mis en alerte par la petite frayeur qu’il s’était faite.

À la surprise du mage noir, l’ancien pêcheur sortit de son silence et prit l’initiative d’interroger le milicien d’âge moyen en faction devant le bâtiment. Rien d’intéressant ne ressortit de la discussion, si ce n’est que, comme l’avait indiqué le commandimaire, les gardes de la porte nord étaient vraiment des bons à rien. Qu’ils se soient faits enlever sans faire de grabuge n’était en soi pas si extraordinaire. Au beau milieu de la nuit, à moitié assoupis par la fatigue, le reste par l’alcool, leur temps de réaction devait dépasser bien plus que la seconde. C’est à se demander pourquoi le chef du patelin leur avait confié la clef de la réserve d’alcool. Sans doute une histoire de « contrôle de la sécurité des tonneaux au cours de la patrouille nocturne » sur lequel les miliciens avaient insisté, ou quelque chose s’en approchant. Avoir accès à tout moment à une source de boisson lors du service était après tout l’une des revendications chroniques des syndicats de miliciens dans les bourgades de la Terre de Fangh. Le pêcheur n’avait clairement pas l’habitude de parler pour rien dire, du moins était-ce l’impression qui se dégageait de sa personne. Il conclut sa discussion de manière austère, sans verbaliser les éventuelles hypothèses qu’il avait en tête quant aux responsables de l’attaque, soulignant ainsi un peu plus son caractère réservé.

Le demi-elfe conversait davantage. Plutôt loquace, il n’hésitait pas à s’exprimer, que ce soit pour transmettre au groupe ses idées ou pour raviver le feu de l’habituelle joute verbale entre membres du Beau Peuple et du Petit Peuple. Thermodynamicien de son état, comme il l’avait confié à Zaeseth, le jeune homme constituait véritablement un atout pour le groupe en raison son panel de sorts utilitaires. Il lui avait confié pouvoir conserver des aliments, ce qui se révèlerait très utile si jamais le groupe devait réaliser un long voyage à travers la Terre de Fangh. Bien des aventuriers avaient péri suite à la consommation de nourriture moisie ou faisandée : la Boustifilasse n’était jamais bien loin et une crampe d’estomac au beau milieu d’un affrontement déconcentrait même les plus endurcis et s’aggravait donc généralement en « Maman, j’ai vraiment mal au ventre ! » après que l’arme de votre opposant ait salué vos entrailles.

En dépit de son manque d’expérience apparent en matière de quête en milieu rural, les remarques d’Althis se révélaient étonnamment pertinentes. Le mage noir considéra son confrère sous un nouveau jour : ce dernier semblait bien plus débrouillard qu’un jeune mage lambda sortant tout juste de l’Université de Magie de Waldorg. Son bagage intellectuel ne se limitait pas à des connaissances magiques et aux belles paroles dont il avait fait preuve en s’adressant à Baldin ; il avait une capacité de raisonnement supérieure aux apprentis magiciens qui buvaient les paroles de leurs professeurs sans jamais les remettre en question.

« Par contre du coup, pour le Pistage, je peux rien faire. J’ai aucune compétence dans ce domaine. Ce qu’il nous faudrait, c’est quelqu’un de la région en fait … »

Il était naturel pour un arcaniste de ne pas détenir la compétence Pistage, compétence qui permettaient d’exploiter les signaux que des créatures, vivantes ou non, auraient pu laisser derrière elles. Même un benêt pouvait suivre un troll à la trace puisqu’il semait généralement la mort et la destruction sur son passage. Mais pour des adversaires discrets, soucieux de laisser peu de traces de leur passage, voilà qui relevait d’une autre paire de manche ! C’est là que la compétence Pistage intervenait. Bien entendu, Zaeseth ne la possédait pas non plus. Elle était davantage l’apanage des rangers, assassins ou barbares, ceux pour qui la traque faisait partie intégrante de leur mode de vie.

Le mage noir réfléchissait au comportement à adopter. Qui du nain ou du pêcheur se rapprochait le plus d’un ranger ? S’il eût s’agit de retrouver un trésor, Zaeseth aurait indéniablement opté pour le petit être : il fallait avouer que les membres de son peuple n’avaient par leur pareil pour dénicher un sac de pièces d’or. Cependant, la question était ici de traquer un groupe d’individus en pleine nature. L’ancien marin semblait plus incliné à remplir cet office. Ses années de travail sur un bateau devaient l’avoir doté d’un certain sens de l’orientation dans les grands espaces. Tout le contraire des nains qui détenaient un sens de l’orientation en milieu souterrain. Afin d’obtenir confirmation de la chose, rien de plus simple que de lui poser directement la question.

« Compagnon pêcheur, loin de moi l’idée de vous tirer les lombrics de l’appendice nasal, mais détenez-vous la comp…

-Au fait, j'ai rien dit tantôt pour les emplettes. Le poste de garde est plus important. Mais mes créanciers m'ont saisi en plus de ma dignité tout mon matos. C'est pas pour dire. Mais j'avais pas l'intention de refaire de mercenariat d'ici peu. Comme vous le savez j'ai bossé chez ça raque au nord, bah, je m'y connais en serrurerie. Et je n'ai rien pour crocheter quoi que ce soit, je peux pas tout fracturer. Je ne sais pas vers quoi on se dirige et je doute qu'un p'tit groupe d'aventuriers comme nous puisse y arriver si on tombe sur une meute d'Orques ce qui m'arrange pas. Et j'en ai ras le cul de compter les crevés.


Le guerrier de petite taille venait de débouler dans la conversation comme un Morshleg dans une échoppe de poteries elfiques, coupant sans vergogne la parole au mage noir. Fidèle à lui-même, il tentait à nouveau de ramener le domaine de la serrurerie sur le devant de la scène. Zaeseth n’eut pas le temps de réagir avant que son soliloque reprenne de plus belle.

- Quoi qu'il en soit, si on doit s'infiltrer ce serait bien de repasser par un serrurier ou l'équivalent s'il y en a bien un dans le coin. Je le paierai grassement pour ne pas qu'il répète à qui que ce soit ce quoi ce il m'a refilé. Ou au pire, j'ai du fil de fer, de l'épais assez rigide, tordu comme il se doit ça fera peut être l'affaire. Mais j'en doute. On a toujours besoin d'un expert en pièges dans un groupe d'aventuriers. Je ne suis pas familier au désamorçage dans une situation critique et avoue ne pas pouvoir m'adapter à toutes les situations. Mais bon, j'apprendrai sur le tas, le temps de me refaire. Je n'ai jamais défait que des pièges à dalle de pression, c'est fort ennuyeux. »


Le barbu restait expert dans l’art de reprendre son souffle rapidement après une tirade de bonne taille. Était-ce corrélé à la petite taille de sa cage thoracique ? Voilà une question que bien des générations d’aventuriers s’étaient sans doute posé. Il ne semblait pas prêt de s’arrêter, peut-être un orifice reliant directement ses poumons à l’extérieur l’aiderait à respirer ?! L’adepte de Tziintch avait un sort qui convenait parfaitement à la situation : la flèche de feu noir !

« Et au passage vu qu'on ne sait toujours pas à quoi on a affaire. On pourrait tenter de trouver le reste des gardes pour tenter de glaner des informations supplémentaires ? Personnellement, je ne suis resté que quelques jours ici, je bossais sur la réparation d'une charrette de noble. Un beau modèle, dommage que le proprio soit un pingre. »

Que quelqu’un l’arrête !

« Dans tout les cas le semi, si c'est pour encore me prendre de haut et m'envoyer paître, j'irai me plaindre à mon syndicat ! »

Enfin ! Une petite veine gonflait progressivement depuis plusieurs secondes sur le front du mage noir qui se retenait d’incanter un quelconque sortilège offensif.

* Garder son calme, ne pas entrer dans son jeu ! Ce nain cherche à te pousser à bout Zaeseth ! Ne cède pas, tu lui ferais plaisir et lui donnerais raison. *

« Maître nain, la situation est pressante, ainsi ne nous pouvons pas nous permettre de faire de détour. Qui sait le temps que cela nous prendra et combien d’habitants de Noghall sombreront dans la folie de la sobriété à cause de cet instant de faiblesse. Non, nous devons faire face à nos responsabilités ! Le serrurier dont vous évoquez l’existence n’est peut-être plus que l’ombre de lui-même, placide, les yeux dans le vide, une coquille vide n’attendant qu’une bouteille d’hydromel qui ne viendra jamais ! »


L’arcaniste marqua un temps d’arrêt pour donner plus d’impact à son discours. Une figure de style élémentaire pour tout harangueur de foule qui se respecte.

« J’ai une profonde confiance en vos capacités de crochetage et demeure persuadé que vous serez capable de désamorcer le plus retord des pièges à l’aide de votre robuste fil de fer et de la légendaire dextérité de votre peuple. »

Cette déconvenue étant réglée, il était temps de revenir à sa question initiale. Ne pas perdre de temps entre ses phrases, voilà la clef d’un discours constructif en présence d’un nain. Il ne fallait surtout que Zaeseth lui laisse reprendre la parole.

* Oh, et puis zut ! Quitte à questionner quelqu’un, autant que ce soit le garde. Que l’on quitte au plus tôt cette bourgade, voilà la priorité du moment ! Une fois que nous nous serons éloignés de quelques lieux en pleine nature, ce moulin à parole arrêtera sans doute de nous bassiner avec ses histoires d’emplettes en tout genre. *

Le mage noir détourna son regard de Pnek et le porta plutôt sur le milicien. L’homme n’était pas bien impressionnant, avec son gambeson effiloché et sa pique légèrement rouillée au niveau de la jonction entre le métal et le bois du manche. Ainsi, Zaeseth n’avait aucune appréhension à s’adresser à ce détenteur de l’autorité publique. Les questions du demi-elfe étaient fort bien tournée, les poser au garde permettrait d’éclaircir la situation.

« Cher ami milicien, il est vrai que le maire n’a pas hésité à accuser les peaux vertes de ce vil forfait. Y a-t-il une raison particulière à cela ? De telles créatures vous ont-elles attaqué récemment ?
- Ma foi, pas vraiment ! Que’ques raids de convois marchands, à l’occasion, sur la route qui mène au nord à travers les collines. Vous savez comme y sont. Ils attaquent en groupe, beuglent, massacrent et pillent. Nous autres, on r’trouve pas grand-chose des bourgeois qu’essaient de défendre leurs bib’lots plutôt qu’de prendre leurs jambes à leur cou.
- Ainsi, jamais d’assaut direct sur la ville ?
- C’est ça, m’sieur. Pour sûr, ils ont bien trop peur de prendre une rouste ! Avec nos piques de qualité, on leur botterait l’cul en deux-deux !
- Pitoyable…
- Hein ? Z’avez dit que’que chose ? J’suis pas très attentif depuis l’attaque, j’ai l’impression qu’un vieux poto m’a quitté, j’sais pas pourquoi.
- Rien du tout. Sans doute était-ce une rafale de vent. D’ailleurs, savez-vous où se cachent ces malandrins quand ils n’attaquent pas d’honnêtes villageois ?
- Malan-quoi ?
- Les orques !! Désolé, je m’emporte. Ont-ils des ruines où se cacher ?
- A c’qu’on dit, y’en a que’ques unes dans la forêt de Groinsale, au nord-est. Ou au nord-ouest ? J’confonds toujours, désolé !
- …
- Mais avec les elfes, y s’osent pas trop s’pointer dans la forêt, ils préfèrent se cacher dans les collines, au nord-ouest ! Oui, c’est ça ! Enfin, j’crois… Au nord-est alors ?
- Je vous remercie pour ces indications, il ne fait aucun doute qu’elles nous aideront à retrouver leur cachette ! »


Il était évident que le groupe d’aventuriers ne pouvait confiance au sens de l’orientation du garde. Zaeseth tenta de se remémorer la carte des environs du mieux qu’il put. Il n’était pas cartographe, ni même passionné de géographie, loin de là, et il n’aspirait pas à le devenir. Si sa mémoire ne lui faisait pas défaut, des collines étaient présentes à la fois au nord-est et au nord-ouest. C’était ennuyeux, puisqu’il était ainsi impossible de connaître la bonne direction. Le mage noir pouvait tout à fait retourner au centre ville pour demander des informations. Néanmoins, il préférait éviter de donner une occasion au nain de filer vers la boutique du serrurier, si jamais ce patelin en avait un. En fait, l’adepte de Tziintch préférait partir immédiatement à la recherche de la clé et des miliciens enlevés lors de l'attaque. Il avait hâte d’incanter l’un de ses sortilèges retords, d’entendre les cris de souffrance qui allaient s’en suivre, de contempler un corps désormais inanimé s’effondrer dans la boue.

« Compagnons d’aventure, je suggère que nous nous mettions en route sur-le-champ. Plus nous attendons et plus il sera difficile de retrouver ceux qui ont perpétré cet odieux crime. Les habitants de Noghall comptent sur nous, je le répète. Êtes-vous prêt à partir à l’Aventure ? »
Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Encrier du Chaos :: Terre de Fangh :: L'Aventure Sauvage :: Le Lac Aspousser-
Sauter vers: