L'Encrier du Chaos

Roleplay dans l'univers du Donjon de Naheulbeuk
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
News
Le Calme et la Tempête


Voilà bien longtemps que les Aventuriers ont quitté la région. Le fracas des armes a cessé, la fureur et la poussière sont retombés, la soif de gloire et de richesses s'est tarie. Mais les lieux ne sont pas morts pour autant : il reste toujours le vieil aubergiste, là, courbé derrière son comptoir ; et je gage que si vous aviez la curiosité de lui adresser la parole, il pourrait vous conter de grandes choses du temps passé, et allumer en vous une étincelle dont vous ne soupçonniez pas l'existence...

Derniers sujets
Aventures en cours
Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies ! par Baldin, Pnek, Althis et Zaeseth.

Pendant que le loup n'y est pas, une aventure par Jester.
Top-Lists
Soutenez le forum en votant régulièrement sur ces Top-List, qui permettront à de nouveaux joueurs de nous découvrir!

Top des Meilleurs RPG
Fantastic Story RPG
Liens utiles
Le Donjon de Naheulbeuk, le site de Pen of Chaos...
...et son petit frère, le site du JDR.

L'Encyclonebeuk, avec tout un tas d'articles géniaux.

Les biens et services trouvables en Fangh, pour savoir quoi demander au marchand lorsque vous entrerez dans sa boutique!

Naheulbeuk Online, pour ceux qui veulent faire du véritable Jeu de Rôle oral.

Partagez | 
 

 Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Elenya Inglorion
Citoyenne de Mliuej
avatar

Nombre de messages : 645
Age : 25
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/39  (39/39)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
217/700  (217/700)

MessageSujet: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Mer 8 Juin - 13:28

Arrivée de bonne heure à Mliuej avec son compagnon de voyage dont elle se sépara peu après, l'Elfe profita du reste de la matinée pour retrouver la chaude et douce atmosphère de la première taverne qu'elle aperçut. Revigorée par la tranquillité dont elle put jouir alors, mais surtout par le goût inégalité de la liqueur qu'on lui avait servi, Elenya retraça ses derniers jours du fond de sa mémoire. Sa défaite aux élections lui revint brusquement, frappant du poing sur la table, elle dut tout de même reconnaître le mérite que le Nain qui s'était présenté avait. S'afficher n'était point dans ses habitudes et pourtant, il avait réussi à la retenir jusqu'à l'annonce de l'heureux élu, aussi déplaisante fusse l'expérience. Elle n'était pas retournée au QG de la guilde depuis son retour à la cité, et pourtant, elle n'avait pas spécialement envie d'informer son bras droit de ce qu'elle préparait alors. Une visite au château du nouveau Seigneur s'imposait, parce qu'elle n'avait pas félicité ledit élu déjà, et parce qu'elle allait peut-être pouvoir, d'une façon ou d'une autre, alléger cet échec. Savourant les dernières gouttes de son verre bien trop vide à son goût, elle abandonna une pièce d'or sur le bar et quitta l'établissement. Retrouvant aisément le bâtiment le plus imposant de Mliuej, surtout parce qu'elle empruntait souvent cette route à une certaine époque, elle y pénétra sans l'ombre d'une hésitation. Se rappelant soudain qu'elle devait maintenant faire attention à son comportement en ce lieu, elle évita de saluer grossièrement la personne qui l'accueillit. En quelques mots, elle expliqua clairement qu'elle désirait rencontrer le nouveau maître des lieux, désireuse de le remercier de vive voix, par politesse.
Revenir en haut Aller en bas
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Mer 8 Juin - 17:24

Le nain qui gardait la grande porte en bois du Château du Seigneur local de Mliuej regarda Elenya d'un air de défi, qui apparemment était sa manière de sonder les inconnus désireux d'entrer. Son armure imposante et ciselée comportait une ceinture doré avec une gravure d'une tête de dragon. De multiples plaques protégeait épaules, mains et jambes, mais le plus impressionnant état tout de même sa hache, qui semblait avoir été taillée sur mesure, comportant quelques entailles. Sa longue barbe blanche flottait légèrement dans le même sens que sa cape, composée de milliers de plumes bleutées, accrochées à son dos par un objet ovale qui semblait être un bouclier.

Sans le savoir, la jeune elfe était confronté au chef de la garde de la section naine affiliée à la protection de Mliuej et de ses habitants. Throgrum Bilspek. Nous ne détaillerons pas son récit qui a pu le distinguer parmi les confrères de sa race, mais une chose était sûre : c'était un HL, et mieux valait ne pas l'énerver, car ça se voyait dès le premier coup d'oeil.



Chose surprenante, il ne sembla ni contrarié par la simple présence d'une prétendu bouffeuse de salades par ses origines elfiques et sylvestres, ni séduit par les courbes généreuses dévoilées par les vêtements d'Elenya, qui n'avait pourtant pas l'habitude de laisser les hommes indifférents.

D'un regard, il parcourra la totalité du corps de la jeune femme, sans dire un traître mot de ses pensées ni aucune expression qui aurait pu trahir son opinion. Il ne tarda pas à remarquer les emplacements caractéristiques des Dagues propres aux assassins ou, dans le cas présent, d'assassines.

Grognant assez fort pour être entendu d'une voix intimidante, Throgrum s'adressa à Elenya.

« Je vous connais. Vous étiez participante à l'élection du nouveau patron. Dommage que vous ayez perdu, c'eût été marrant de voir la tête de tous les humains machos de cette ville, mais bon, faut croire que le Charisme ne fait pas tout.
Modimus m'a prévenu de votre arrivée. Il vous attend dans son bureau, mais je suis désolé de vous dire ça, mais vous n'entrerez pas dans ce bâtiment armé. Simple question d'éthique, vous comprenez ? »


Ce que l'elfe ignorait, c'est qu'il n'était pas dans l'habitude du nain d'être aussi pacifique, mais les indications avaient été très claires, concernant l'accueil réservé aux autres participants. Cependant le garde savait parfaitement garder son calme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Elenya Inglorion
Citoyenne de Mliuej
avatar

Nombre de messages : 645
Age : 25
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/39  (39/39)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
217/700  (217/700)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Mer 8 Juin - 18:12

Sans être heureuse ni vraiment malheureuse d'avoir été bel et bien remarquée lors de sa candidature à l'élection du trône, l'Elfe effaça une légère grimace de tristesse, croisant les doigts pour que cette impopularité ne la poursuive pas trop longtemps. Ne doutant pas de l'aisance qu'aurait ce fier Nain à l'écraser d'un coup de sa grosse hache relativement imposante, Elenya respecta sa demande, il fallait être sage mais plus important encore : il fallait faire bonne impression. Légèrement dédaigneuse, elle abandonna au garde les deux seules lames qu'elle possédait, et qui avaient su jusqu'à aujourd'hui être ses plus fières et ses plus fidèles amies.

« Ce serait dommage de partir sur de mauvaises bases si nous étions amenés à nous revoir, je comprends parfaitement. Mais je n'ai que ces dagues, rien de plus, rien de moins. En tous cas, je ne pensais pas que notre seigneur puisse m'attendre, je dois me hâter dans ce cas. Par contre, son bureau...? »
Revenir en haut Aller en bas
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Mer 8 Juin - 18:38

Le nain posa son imposante arme sur le mur le temps de récupérer les deux lames d'Elenya, qui après un rapide coup d'oeil expert, prit un large morceau de cuir de très bonne qualité et y enroba les deux armes, signe qu'ils souhaitaient en prendre soin, puis les rangea dans une poche dissimulée sur le côté de sa ceinture, avant de reprendre sa hache et de faire signe à l'invitée de s'avancer, tandis que de sa poigne imposante il écartait d'une seule main l'entrée avec une facilité déconcertante. Elle découvrit une petite cour intérieure dans laquelle plusieurs gardes et autres personnels de basse condition s'affairaient soit aux jeux soit à diverses activités.

« Vous continuez tout droit, vous franchissez la deuxième porte d'entrée, vous tomberez sur le vestibule, vous gravissez la partie gauche des escaliers, puis juste sur votre droite vous pourrez en prendre un second en large colimaçon. Empruntez la première porte que vous verrez, descendez tout l'escalier jusqu'à arriver à un couloir et, de là, c'est au fond à droite. »

Étant intuitivement persuadé que l'elfe se demanderait sûrement pourquoi autant d'escaliers étaient présents dans ce domaine, il fit un large signe de la main, invitant celle-ci à entrer. Avant de refermer, il lui précisa : « Le château est d'architecture naine, voilà tout. » Puis la porte se referma assez lentement, le bruit entrechoqués du bois avec l'autre battant produisant néanmoins un échos sourd. Le nain, enfin débarrassée de cette créature charmeuse, continua à ruminer, réfléchissant sur la signification de son dernier songe.
~ J'espère qu'il était prémonitoire ! Une armure qui me ferait voler ... Avec ça je pourrais frimer devant les copains ! Héhéhé ... ~ ne put-il s'empêcher de penser:
 

Suivant les indicatives du gardien, Elenya traversa le petite cour, poussa le volet d'une petite porte encastrée dans une plus importante, sans doute destinée à être ouverte durant les cérémonies, puis tomba effectivement sur un vestibule d'une taille médium, quelques portes situées de chaque côté, le fond étant trôné par un escalier qui se séparait en deux bras. De larges fenêtres, alliées à un lustre imposant mais pas d'une grande qualité esthétique, permettait une luminosité assez chaleureuse. Tandis qu'elle commençait à emprunter le bras gauche, elle vit un fonctionnaire passait à vive allure au rez-de-chaussée, les bras encombrés de papiers. Ce dernier se péta littéralement la figure, remit son bonnet en place, et ramassa le désordre avant de continuer sa route et de disparaître derrière une porte opposée.

Une large ouverture, ornée de petites sculptures comme toutes ses consoeurs, servaient d'enluminures naines, et indiquait bien l'origine de l'architecture du bâtiment. Une fois passé sous le portiche, un petit escalier se présenta à elle sur sa droite. Elle l’empruntât donc, et se retrouva devant une autre porte, et un petit pont qui en menait vers une autre. Passé la première d'entre elles, elle fut cette fois-ci devant un immense escalier en colimaçon qui descendait de deux ou trois étages en même temps, et il lui fut du temps pour passer toutes les marches. Cela permit cependant à Elenya de profiter du calme ambiant du château, malgré le fait que cette partie semblait plus glauque, car n'était pas pourvue de fenêtres donnant sur l'extérieur.

Une fois en bas, une table en pierre sur laquelle était disposée divers parchemins (dont elle ne s'attarda point, malgré sa nature encline à recueillir toute informations), elle continua son chemin à travers une large couloir le long duquel des bougies étaient disposées de manière régulière et symétriques, et semblaient enchantées pour durer éternellement. L'elfe fut rapidement devant une large porte en chêne, avec des soutenançes en métal, mais aucune indication ne permettait d'affirmer ce qui s'y trouvait derrière.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Elenya Inglorion
Citoyenne de Mliuej
avatar

Nombre de messages : 645
Age : 25
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/39  (39/39)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
217/700  (217/700)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Mer 8 Juin - 19:44

Elenya hésita un instant, elle ne savait pas s'il valait mieux frapper, caresser la porte, hurler, murmurer, ou tout simplement pousser. Dans le doute, elle se reposa une seconde fois la question et pourtant, elle n'arrivait pas à se décider. Enfin, se rappelant qu'on l'attendait, elle finit par ouvrir. La première chose qu'elle remarqua en glissant un oeil dans la pièce, c'était le tapis. Un magnifique tapis qui s'étendait dans toute la pièce, avec divers motifs qui mélangeaient l'or, le noir et le rouge. Dessus, un bureau immense, non pas par sa hauteur, mais par la superficie de la pièce qu'il recouvrait à lui seul. Sur les murs, des broderies et des mosaïques représentants quelques ancêtres Nains, des personnages certainement importants, mais dont l'identité resta méconnue tant la culture historique de l'Elfe était... Médiocre, pour ce qui est du peuple nanesque. Peu d'étagères, mais remplies de babioles en tous genres, allant de trophées en forme de chopine jusqu'au collier en dent d'ours, en passant par la tête de chamouth empaillé. Mais même après l'émerveillement de toute cette décoration, le plus captivant était bel et bien le Nain, assis calmement derrière l'immense bureau, qui la fixait sans ciller, silencieux, droit et fier. Elle reconnut là l'étrange personnage qu'elle avait croisé tantôt, plus surprenant que jamais, mais aujourd'hui, c'était bel et bien lui qui portait le titre de seigneur de Mliuej, et ça, l'Elfe ne pouvait pas le nier.

« Mes félicitations tout d'abord, sincèrement ! »
Revenir en haut Aller en bas
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Jeu 9 Juin - 8:44

Jouant nonchalant avec une tasse à café, trouvé lors de sa dernière aventure avec le mage et la paladin, ignorant que l'objet était une relique de la Béatitude de Swimaf affilié à Dlul, Modimus attendait l'arrivée d'Elenya, ayant été prévenu de son arrivée en ville.

Dès son accession au trône, il avait fait la connaissance du personnel du château, mais avait du en recruter une bonne partie, puisque la plupart n'avait visiblement aucune envie de travailler aux bottes d'un nain, qu'elle soient de fabrique Durandil© ou pas. C'est ainsi que Thorgrum était d'ailleurs revenu dans les rangs.

Courbenclume était un Leader né, la royauté coulait dans son sang, même s'il n'était plus dans la bonne dimension. Toujours est-il qu'il était persuadé qu'il lui serait désormais plus aisé de comprendre ce qui lui était arrivé, étant donné les multiples contacts auxquels il était maintenant accordé.

C'est donc à la fois nostalgique et dans la patiente attente qu'Elenya fit son arrivée. Dotée d'un habit assez tendancieux mettant en valeur ses charmes naturels, charisme qui une fois ses deux lames enlevées constituait sûrement l'une de ses meilleures armes, elle attarda son regard sur l'ensemble de la pièce, avant de prendre la parole.

« Mes félicitations tout d'abord, sincèrement ! »

Avec un sourire en malice, Modimus fit un signe ample de la main, sur le côté, invitant l'elfe sylvain à s'approcher, les gonds de la porte commençant à refermer naturellement la solide porte avant qu'elle ne se ferme complètement après quelques secondes de grincement, tandis que le nain rangea son artéfact dans l'une des tiroirs du bureau en pierre.

« Bonjour, Elenya... Inglorion si je ne m'abuse ? Je suppose que vous savez déjà mon nom : Modimus Courbenclume, de la lignée Anvilmar.

Quel bon vent vous amène en ces lieux ? »


Souhaitant savoir ses talents oratoires, et n'en ayant eu qu'un bref aperçu lors de la journée électorale, Sire Anvilmar lui laissa la parole. Bien qu'ayant, sous la demande de son conseiller Mazus Bladeheat, pris l'habitude de rajouter à sa présentation : "Seigneur local de Mliuej", il trouva cela trop prétentieux et préféra donc faire semblant de l'oublier un instant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Elenya Inglorion
Citoyenne de Mliuej
avatar

Nombre de messages : 645
Age : 25
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/39  (39/39)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
217/700  (217/700)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Jeu 9 Juin - 16:08

« Inglorion, en effet. »

Une lueur pétilla dans le regard de l'Elfe, dénotant la fierté qu'elle avait à porter ce nom aujourd'hui, même si les souvenirs étaient maintenant perdus et oubliés.

« Monseigneur Modimus, si je puis me permettre, pour être tout à fait franche avec vous, l'idée ne m'est venue que très récemment... La raison qui me pousse ici, après celle de vous présenter mes félicitations en personne, est de venir vous parler d'un point qui me tient légèrement à coeur. Je supporte relativement bien la défaite, mais cela reste fondamentalement une mauvaise expérience que j'évite au possible de revivre... Je ne doute pas de l'importance de votre place, encore moins de votre capacité à remplir toutes les tâches qui vous sont confiées, et respecte entièrement votre pouvoir. Cependant, je me suis dit que peut-être, quelque part, vous pourriez avoir besoin d'un second, d'un bras droit, d'une personne digne de confiance pour vous délester de quelques corvées, ou que sais-je encore. Je conçois que la proposition reste assez osée, mais ayant été candidate à vos côtés, je me permets de venir vous exposer cette idée, qui me concerne pour parler franchement. Ma requête ne vous oblige à rien, je tiens à le préciser, mais j'aimerais que vous vous penchiez quand même sur la question, car une aide précieuse est toujours bonne à prendre, tout est question de point de vue. C'est ainsi que je me présente aujourd'hui, devant vous, Modimus Courbenclume, en tant que parfaite intéressée. »

Posant les deux mains sur le bureau, juste à la bonne taille, Elenya arbora un air calme et sérieux. Le regard fixe, sans ciller, elle reprenait sa respiration, silencieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Jeu 9 Juin - 18:32

Le nain, songeur et pensif, ne l'interrompit pas une seule fois dans son monologue, et se contenta de ne tirer juste que quelques conclusions hâtives à ces dires.

« Monseigneur Modimus, si je puis me permettre, pour être tout à fait franche avec vous, l'idée ne m'est venue que très récemment... La raison qui me pousse ici, après celle de vous présenter mes félicitations en personne, est de venir vous parler d'un point qui me tient légèrement à coeur. Je supporte relativement bien la défaite, mais cela reste fondamentalement une mauvaise expérience que j'évite au possible de revivre ... »

~ Voilà donc la raison de son départ précipité.

« Je ne doute pas de l'importance de votre place, encore moins de votre capacité à remplir toutes les tâches qui vous sont confiées, et respecte entièrement votre pouvoir. Cependant, je me suis dit que peut-être, quelque part, vous pourriez avoir besoin d'un second, d'un bras droit, d'une personne digne de confiance pour vous délester de quelques corvées, ou que sais-je encore. Je conçois que la proposition reste assez osée, mais ayant été candidate à vos côtés, je me permets de venir vous exposer cette idée, qui me concerne pour parler franchement. Ma requête ne vous oblige à rien, je tiens à le préciser, mais j'aimerais que vous vous penchiez quand même sur la question, car une aide précieuse est toujours bonne à prendre, tout est question de point de vue. C'est ainsi que je me présente aujourd'hui, devant vous, Modimus Courbenclume, en tant que parfaite intéressée. »

Instinctivement, Modimus ne put s'empêcher de se rincer l'oeil lorsque l'elfe offrit à son regard une vue fort alléchante, mais détourna très vite du regard pour le plonger dans le reflet du violet irisé de son interlocutrice.

« Sachez que la demande est tout à fait concevable, et qu'elle m'a traversée l'esprit bien avant vous. »

Soudain, il fit reculer sa chaise, puis l'escalada et posa un pied sur le bureau, ce qui le faisait surélever légèrement d'Elenya, bien que sa seule intention était d'être à la même hauteur. Posant un de ses bras massifs sur son genou, Modimus prit une voix plus confidente.

« Lorsque je vous ais vu partir de la scène, j'ai été profondément déçu. La breloque qui vous servait d'unique adversaire ne semblait pas très social, et je n'avais nullement l'envie de le voir élu dans la ville où j'étais nouvellement inscrit depuis peu.

Me restait deux solutions : me présenter, ou vous faire revenir. J'ai opté pour les deux. Ainsi y aurait-il eu moins de chances que des voix ne lui soient accordées. C'était tout bénef', même si je ne m'attendais pas à un tel succès avec un simple speech. »


~ Remarque, j'ai quand même dirigé tout Khaz Modan, mais j'ai pas eu besoin de me faire élire ... ~

« Toujours est-il que je m'étais accordé d’avance à vous proposer un poste de Vice-Maire. Mais votre fuite a contrecarré mes plans. »

Soudain, il redescendit du bureau, se rassit, et croisa ses doigts musclés. Son ton se fit nettement plus grave.

« Seulement voilà. Depuis, j'y ais réfléchi plus d'une fois, et un problème reste sans solutions. »

Contre toute attente, un fracas interrompit les paroles du Seigneur. Une bibliothèque, dissimulant un passage secret (oh comme c'est original !), laissa entrer un homme du bel âge, portant une robe d'un mauve soyeux, dissimulé à moitié par une longue cape d'un vert ternis. Des épaulettes en cuir des mêmes couleurs, comportant quelques ouvrages stylistiques, allaient de pair avec le panache à peine visible. Tandis qu'une fine barbe lui donnait un air sage, des cheveux semi-longs relevés en arrière, une mèche pendant sur son front, indiquait sans doute une vertu naturelle à la jeunesse de l'esprit. Le regard profondément noir sur les deux autres protagonistes se mêla avec le sourire narquois et calculateur, bien que l'allure globale du personnage dégageait une chaleur et une joie de vivre non négligeable.


« Monseigneur ... » prononça-t'il d'une voix grave, apparemment à peinte teinté de la surprise de l'arrivée précoce de l'elfe sylvain, de laquelle il s'approcha sans une bruit, sans même que ses chaussures assez exotiques ne trouble la paix ambiante et le silence d'or qui s'était temporairement installé.

« Mademoiselle Elenya Inglorion. »

Sortant ses mains de ses manches, il en sortit un parchemin en vélin, roulé sur lui-même, qu'il déroula un petit peu, pour s'assurer de sa contenance.

« Je me présente : Mazus Bladeheat, conseiller personnel des Seigneurs de Mliuej depuis bientôt 10 ans. »

Sur ces mots, il déroula entièrement le manuscrit.

« Ce que Sire Courbenclume s’apprêtait je crois à vous dire, c'est que la nomination d'une elfe dans une cité composé à près de 35% de représentants nanesques risquerait de se faire retourner la dite population, à caractère rancunier, bourré de préjugés et sans aucune notion des compromis. »

Bien qu'ayant apparemment lu l'intégralité du parchemin, il ne semblait pas en dicter les écrits, et se contenta de le refermer une fois terminé.

« Avez-vous une alternative, mon ami ?

J'ai tout d'abord un conseil. »


Le regard interrogateur de Modimus se fit plus insistant, ce qui incita Mazus à donner le fond de ses pensées. Ce dernier remit ses mains entrecroisées, reposées au sein des ses longues manches de soie, puis réduit la distance qui le séparait de l'assassine.

« Laissez tomber cette proposition très chère. D'autant plus qu'elle est devenue dangereuse. Très dangereuse. Le dernier souverain a été promptement assassinée par une guilde qui auparavant s'était pourtant montrée extrêmement vigilante, à tel point que nous n'en soupçonnions même pas l'existence. » déclara-t'il inquisiteur, alors que le visage du nain se faisait plus sombre, se souvenant du moment où on lui avait annonçé la triste nouvelle.

« Mais ce crime ne restera pas impuni !
L'enquête est déjà amorçée, et j'ai foi qu'elle portera ses fruits !
parole d'un Anvilmar hardi !! »
prononça alors le Seigneur actuel de Mliuej d'une voix forte, frappant le meuble en bois de tout son poing pour laisser exprimer physiquement sa colère envers ce genre de pratiques.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Elenya Inglorion
Citoyenne de Mliuej
avatar

Nombre de messages : 645
Age : 25
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/39  (39/39)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
217/700  (217/700)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Jeu 9 Juin - 20:45

Un problème se posa alors à Elenya, aussi clair et limpide que de la liqueur des Seize Chopines. Il y avait des choses dont elle doutait, d'autres encore qui étaient très claires. La guilde que mentionnait alors le conseiller ne pouvait être que celle qu'elle connaissait, ce dont elle n'était pas au courant cependant, c'était qu'elle-même était la cause de la mort du prédécesseur de Modimus. Encore une information qu'on lui avait caché, l'Elfe se rendit compte qu'elle ne connaissait pas autant qu'elle le voudrait la guilde dont elle avait prit les rennes il y a quelques temps. Ce dont elle n'était pas sûre en cet instant précis, c'était de sa façon de réagir. Elle pouvait écouter le conseiller, refuser l'offre et s'en aller pour ne jamais revenir, elle pouvait également tenter d'atteindre cette place, en se servant d'une manière ou d'une autre de la guilde.

« Sans vouloir être offensante d'une quelconque façon que ce soit, j'ai des raisons de croire que je n'ai rien à craindre d'un éventuel assassinat dans cette ville, sans aucune prétention bien entendu. De plus, il est possible que... »

Un frisson parcourut l'assassine, elle n'était plus très sûre de vouloir troquer quelques informations contre une chance d'accéder à ce poste qu'elle avait convoité fut une époque ou du moins, quelque chose d'approchant. Cependant, elle doutait aussi depuis son retour à Mliuej de sa propre sécurité dans cette organisation, et justifier les soupçons était peut-être, dans une moindre mesure, une façon de sauver sa peau.

« … Que je détienne une information ou deux sur la guilde qui a assassiné l'ancien Seigneur de Mliuej. »

Elle ne savait pas exactement si elle devait se féliciter d'avoir commencé à cracher le morceau, ou si elle devait déjà regretter ses paroles, prête à mourir dans l'heure qui venait. Jetant un coup d'oeil au conseiller puis au Nain, elle ferma les yeux un instant pour remettre de l'ordre dans ses idées. La verrait-on comme un traîtresse, une libératrice ou une juste ? Faisait-elle vraiment le bon choix, ici et maintenant ? Mais il fallait garder son calme, peut-être que tout n'était pas totalement perdu, à commencer par sa vie. Peut-être qu'il existait une toute autre guilde dont Elenya n'avait pas la connaissance, peut-être. Peut-être que sa conscience allait s'alléger, ou s'alourdir, peut-être. Peut-être qu'elle allait regretter ses mots. Peut-être...
Revenir en haut Aller en bas
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Ven 10 Juin - 9:36

Le conseiller et son seigneur se regardèrent un moment, entre l'incrédulité et l'échange de regards emplis de sens profonds, mais ce fut finalement le nain qui répondit à l'elfe.

« Sachez Elenya que cela ne réglerait pas le problème si jamais je prenais une elfe comme Vice-Maire. Sylvaine d'autant plus.

Secundo, je ne me base pas sur ce genre de chantage dans les caractères qui établiront si vous seriez apte à ce poste.

Et enfin, je me vois malheureusement dans l'obligation de vous demander de nous dire tout ce que vous savez dans cette affaire. »


Malgré des yeux emplis de colère de l'humain, qui voyait trop de pitié, Modimus voulu rassurer l'interlocutrice, qui s'apprêtait à subir un interrogatoire à l'amiable, bien qu'il était plus qu'agréable que ce dernier se ne passe pas dans la Salle de Torture du Château.

« Ne dit-on pas 'Faute avouée à moitié pardonnée ?'. Soyez la plus franche, la plus sincère et la plus honnête possible, Elenya, et tout ce déroulera pour le mieux. »

Le regard du barbu se voulait conciliateur, et n'exprimait aucune rancœur envers Elenya. Mais ce genre de révélations avaient sans nul doute éveillé les soupçons de ce dernier, et on pouvait être amené à penser qu'il avait déjà émit l'hypothèse que l'aventurière puisse être la meurtrière.

Ce qu'elle ne savait pas, c'est que l'ancien roi des nains avaient l'habitude des traîtres, mais n'avaient encore jamais eu affaire à de réels repentirs, car la plupart de ceux qui étaient simulés étaient pour lui très facilement reconnaissables, et sans doute le conseiller était-il le plus difficile à convaincre de la part de responsabilités d'Elenya dans cette affaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Elenya Inglorion
Citoyenne de Mliuej
avatar

Nombre de messages : 645
Age : 25
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/39  (39/39)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
217/700  (217/700)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Ven 10 Juin - 16:22

Elle avait agi, à l'époque, dans l'innocence la plus pure, si les tâches qu'elle accomplissait pouvaient être innocentes. Mais après avoir appris que rien n'était sûr, et qu'il était possible que la guilde soit pourrie à la racine, l'Elfe n'était plus sûre de rien et surtout, de l'honorabilité de ses actes, aussi honorables puissent-ils être. Tuer était pour elle un devoir et un métier, mais elle ne se contentait pas de tuer bêtement et sans raison, non, elle vengeait, avait des convictions, des raisons de continuer. Mais tout ça ne constituait qu'un seul et unique mensonge, celui auquel elle avait cru pendant tout ce temps. Elle s'était tellement mis dans la tête qu'elle accomplissait quelque chose d'important qu'elle en avait oublié sa propre liberté, jusqu'à oublier même d'ouvrir les yeux. Et le sang qu'elle avait alors sur les mains, tout ce sang qui avait coulé, puait le mensonge, la manipulation et la trahison. Peu à peu, la sensation d'avoir été utilisée, et surtout d'avoir été un monstre se faisait de plus en plus pressente. Elle avait honte, tellement honte d'avoir cru servir de nobles causes, aussi noires fussent-elles, et en cet instant précis, elle regrettait, peut-être pour la première fois de sa vie. Un vent glacial lui caressa la nuque, elle ne savait pas d'où il venait ni pourquoi, elle baissa la tête, serra les poings, une larme sur la joue. Ces vérités qui surgissaient brusquement à son esprit torturé finissaient de l'achever, elle ne pouvait pas supporter autant de pression et d'indignation, de honte. Si elle avait encore eu ses dagues à portée de main, peut-être se serait-elle elle-même tranché la gorge. Elle ne chercherait même pas l'once d'un pardon, elle était maudite, la liberté n'avait été que mensonge, tout n'était que mensonge. Mais les faits étaient là, et aujourd'hui-même elle se retrouvait devant le Seigneur de Mliuej, elle avait fait un pas dans le vide, il ne lui restait plus qu'à se jeter dans les abysses.

« Je vais... Je vais tout vous raconter, depuis le début. »

Elle essuya cette larme et redressa la tête, l'air grave, le regard perdu dans celui du Nain.

« Je suis entrée dans la guilde des voleurs il y a quelques mois par un procédé assez étrange, je vous l'accorde. Par une suite de règles plus ou moins bancales, j'ai pu sauver ma vie après avoir été faite prisonnière par un des membres de ladite guilde. J'ai pris une place importante, mais ma venue semblait constamment avoir été écrite à l'avance, comme si quelqu'un donnait des coups de pouce au destin pour que je survive. Et cette aberration ne s'arrête pas là, car quelques semaines après mon arrivée, j'ai fini par prendre la tête de la guilde des Voleurs et Assassins de Mliuej. Par un concours de circonstances presque incroyable mais surtout par une association de magouilles dont je ne soupçonne pas l'étendue, j'ai pris les rennes de cette organisation. J'ai effectué mon travail, avant d'en arriver là, et j'ai continué après. Mais j'ai depuis peu appris que la guilde n'était pas aussi pure que je ne l'aurais cru, et j'y suis en parfaite insécurité si on y réfléchit bien. Je suis persuadée qu'il y a quelqu'un derrière tout ça, et peut-être même que ce quelqu'un n'est pas seul. Je n'ai jamais eu vents des agissements de la guilde avant mon arrivée, personne ne m'a jamais donné de précisions sur la mort du précédent seigneur. On avait caché cette nouvelle, mais je ne sais pas quand ni comment il est décédé. L'ancienne chef de la guilde avait une liaison avec un personnage important de Chnafon, et elle en est morte, tuée de ma main. Je n'ai pas d'informations supplémentaires sur son identité, ni sur ce que savait cet homme, ni qui avait manigancé tel stratagème. En revenant à Mliuej, aujourd'hui, je n'avais qu'une idée en tête : savoir qui tire réellement les ficelles, et sauver mon honneur. Je suppose que rien ne sera facile, qu'il y aura peut-être des centaines d'hommes qui se ligueront contre moi, mais je n'ai pas peur, même si je sais qu'aujourd'hui je suis seule, et je ne peux faire confiance qu'à moi-même. Je refuse que l'on se serve de moi, je refuse de me battre pour les mauvaises raisons, je refuse d'être un monstre. »

L'Elfe s'arrêta pour reprendre son souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Sam 11 Juin - 13:44

Solidement posées sur le bois du bureau, les coudes du nain étaient parfaitement symétriques, tout comme le reste de ses membres. Ses mains dont les doigts bourrus s'entrecroisaient dissimulait une partie de la longue barbe, le nez étant savamment posé sur les articulations digitales. La mine de Modimus était grave et sage. Ses cheveux se bataillaient sur son cuir chevelu, vide de toute protection si propre au peuple des montagnes.

Le conseiller se tenait droit et fier, dans une position de défi, comme s'il appréciait le moment. Mais son visage était tout autre, cherchant à scruter le moindre signe de mensonge. D'ailleurs celui-ci, une fois le monologue d'Elenya terminait, s'approcha d'elle et d'un large mouvement des bras, faisant virevolter un moment les manches de soie, posa soigneusement la main droite sur le front et celle de gauche dans l'arrière du cou de la jeune elfe, dès qu'elle eût fini de prononcer son dernier mot.

Fronçant les sourcils, fermant les yeux, alors que le Seigneur n'en semblait pas troublé, il resta dans cette position une bonne minute, durant lesquelles Inglorion put sentir le toucher délicat de la peau de l'homme cependant mature, à la fois signe de distinction noble et estime de soi et de propreté. Puis il reprit sa position initiale, presque comme si ne rien n'était.


« Pouls stable, bien que légèrement élevé. Respiration hâtée. Chaleur corporelle variée. Soit elle dit la vérité, soit elle croit le dire.

En tout cas, elle ne ment pas.

Certes. »


Se renversant sur la chaise tout aussi ouvragée que pouvait l'être le bureau, Modimus relâcha un moment sa pression interne et soupira, tout comme le montrait ses deux bras qu'il avait alors rapproché de son torse, l'un inscrit dans l'autre, et inversement.

« Il semblerait en effet que vous ayiez été prise dans quelque chose qui vous dépassait.

Nous sommes prêt à vous aider, mais il va falloir nous faire confiance.


D'ailleurs ... à ce propos ... J'ai ... une idée. »


Le très fin sourire hautain de Mazus surprit Modimus, qui ne savait vraiment pas à quoi s'attendre.

« Je crois savoir qu'un Haut Fait faciliterait peut-être votre nomination.

Bien entendu. Nous sommes peut-être petits, susceptibles, chiants, perfectionnistes, rancuniers, sales ou je-ne-sais quoi d'autre ce qu'en disent les Idées reçues ...

Mais vous avez votre honneur.

Et ?

Simple : vous nominez Mademoiselle ici présente, mais en secret. Vous la protégez ainsi de ceux qui voudraient attenter à sa vie, jusqu'à ce que l'enquête nous permette d'agir.

Oh ... je commence à comprendre.

Et à ce moment-là, c'est vous qui interviendrez, Elenya. Vous suivez ? Vous retrouvez votre honneur, vous vous rendrez de nouveau maîtresse de votre destin, et vous justifierez ainsi votre accession à ce poste, qui vous permettra de vous racheter de vos fautes, et d'évitez d'en faire de nouvelle. »


Modimus resta silencieux, puis éclata un moment de rire, avant de terminer en gloussant encore un peu derrière sa barbe.

« Magnifique, prodigieux, splendide, Mazus ! On se demande pourquoi vous n'êtes pas déjà Seigneur avec des initiatives aussi brillantes.

Parce que je préfère régner en maître sans être le maître. »


Le Seigneur actuel jeta un regard noir à son conseiller, qui lui rendit la pareille. La situation devint extrêmement palpable pendant au moins 5 minutes, laissant Elenya tout à ses pensées et à la décision qu'elle prendrait.

Et les deux hommes d'éclater de rire à nouveau, symbole de leur fraternité naturelle.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Elenya Inglorion
Citoyenne de Mliuej
avatar

Nombre de messages : 645
Age : 25
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/39  (39/39)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
217/700  (217/700)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Sam 11 Juin - 15:13

L'assassine fixait le conseiller sans vraiment l'observer, car même si son regard se posait sur l'homme, elle voyait alors tout autre chose. A ses yeux défilaient des images, parfois rapidement, parfois plus lentement, inquiétantes, rassurantes, angoissantes, un flot de souvenirs et de suppositions qui l'arrachaient à la considération du monde réel. La réalité, une notion tellement basique mais parfois aussi subjective que le sentiment de bien-être. Leur faire confiance, avait-il vraiment prononcé ce mot, confiance ? N'était-ce pas la confiance, aussi aveugle soit-elle, qui l'avait induite en erreur ? Le sang qui avait coulé, les erreurs qui avaient été commises, la route qu'il avait fallu parcourir, tout ne découlait que d'une seule et unique chose, la confiance. Elenya avait bien du mal ne serait-ce qu'à se faire uniquement confiance à elle-même, et pourtant, on lui demandait d'accorder ce sentiment profond à des hommes qu'elle ne connaissait presque pas ? L'Elfe avait une dizaine de bonnes raisons de refuser, de s'enfuir, d'aller se cacher dans un coin sombre et de ruminer sa peine et sa honte. Mais elle ne le fit pas, car une douce voix lui susurra à l'oreille, accompagnée d'une caresse sur la nuque, que le bon choix était évident et que cette fois-ci, elle n'aurait pas à le regretter. L'air pensive, elle attrapa un de ses couettes, et la fit glisser entre ses doigts jusqu'à l'extrémité de celle-ci. C'était un sacrifice nécessaire à sa progression vers le début de la repentance, tout n'était qu'une question de temps, de motivation, et de don de soi. Il fallait leur faire confiance, c'était la seule chose qui pouvait la sauver en cet instant précis, au fond d'elle, elle en était persuadée. Mais la confiance seule ne serait pas suffisante, il fallait savoir l'offrir, mais également être digne de celle qu'elle recevrait. Elle ne voulait plus décevoir quiconque, et elle-même avant tout. Alors, elle se concentra à nouveau sur ce qui se passait dans la pièce et tourna la tête vers le Seigneur de Mliuej, se remettant entièrement à sa volonté de dirigeant.

« Qu'est-ce que je dois faire ? »
Revenir en haut Aller en bas
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Sam 11 Juin - 15:23

L'interrogation de l'elfe interrompit les deux hommes qui se rendirent compte qu'il avaient peut-être un peu trop ignoré l'elfe, malgré sa poitrine si arrogante. Le conseiller remit honteux de son emportement ses mains dans les manches, reprit son souffle en quelques toussements, puis mit quelques temps à reprendre un visage sérieux.

Le nain quant à lui n'en fit rien, et se contenta de répondre simplement à Elenya qui paraissait visiblement plus affecté par ses propres souvenirs que par sa pseudo-nomination au siège de Vice-Maire.


« Nous ne t'obligerons à rien Elenya.

Si tu refuses, tu peux partir d'ici sans craintes ou rester ici sous notre garde, mais tu ne pourras pas revenir sur ta décision.

Si tu acceptes, alors tu nous aideras à démanteler le réseau, et on t'assurera une protection supplémentaire. Et si les résultats sont concluants ...

Eh bien je ne verrais aucun inconvénient à te désigner officiellement comme ma seconde. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Elenya Inglorion
Citoyenne de Mliuej
avatar

Nombre de messages : 645
Age : 25
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/39  (39/39)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
217/700  (217/700)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Sam 11 Juin - 16:23

Quand on agit sous la contrainte pendant des jours, des semaines, peut-être même parfois pendant des mois, on a du mal à se faire à l'idée de pouvoir à nouveau opérer de son propre chef et sans aucune limite quelle qu'elle soit. C'est effrayant, d'un certain côté, de se dire que les prochains pas que l'on fera, seront conséquence directe de nos propres choix et de notre propre volonté. Interdiction de laisser son destin entre des mains inconnues et tentatrices. Elenya savourait déjà l'idée d'être libre, si la liberté pouvait encore un jour lui être accordée. Remerciant les dieux, cette âme et sa raison, elle laissa échapper un sourire léger qui embellissait au possible son fin visage d'Elfe Sylvaine. Alors, elle détourna le regard vers Mazus Bladeheart.

« Je peux me tromper, mais je suppose qu'il y a des choses que vous savez, et que moi j'ignore, non ? Dans tous les cas, j'accepte, de mon plein gré. Je m'en remets à vous, Seigneur. »
Revenir en haut Aller en bas
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Sam 11 Juin - 17:00

Mazus sembla troublé par la demande d'Elenya, et Modimus prit la peine de lui enjoindre à partager où en était l'enquête. Mais la réponse du conseiller ne se fit pas attendre.

« Monseigneur, Mademoiselle. Je suis ravi de vous accepter en ces lieux, mais comprenez que si j'ai gardé ma place en tant que conseiller durant 10 longues années, c'est parce que je savais à qui faire confiance ou pas. Et si vous voulez la mienne, Miss Inglorion, il faudra faire vos preuves. »

Le barbu fit un petit son témoignant de sa désapprobation.

« On peut tout de même lui donner quelques chose à se croquer sous la dent, non ?

Euh ...

Mmmhhhh ?

Si vous souhaitez vous restaurer, Seigneur Courbenclume, il y a les cuisines qui se feront un plaisir de ...

Laissez tomber.

Bon bah Elenya, je suis désolé de vous traiter de la sorte, mais je crois que notre cher ami a raison. Peut-être sommes-nous sur écoute. Si cette guilde s'est aussi imposée dans la cité sans que nous nous en apercevions, nul doute qu'elle est dotée à la pointe des artéfacts enchantés, et que nous n'avons pas été assez prudents ... »


Le conseiller approuva d'un signe de la tête.

« Bon, désolé d'être aussi Pénible, mais l'Appel du Tonneau se fait sentir. Vous m'avez donné faim, vous, avec vos jeux de mots foireux ! » dit-il en lançant un bras en direction de Mazus.

« Que diriez-vous d'un bon dîner, très chère ? » termina-t'il en quittant son bureau, avant de remettre la chaise en place, de récupérer ses armes qu'il accrocha dans son dos à des ceintures transversales, puis de se rapprocher de l'elfe.

« Je suis sûr qu'un succulent repas nous attend, et les cuistots ont le don d'apaiser bien des soucis. »



Dernière édition par Modimus le Mar 9 Aoû - 17:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Elenya Inglorion
Citoyenne de Mliuej
avatar

Nombre de messages : 645
Age : 25
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/39  (39/39)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
217/700  (217/700)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Sam 11 Juin - 18:02

Honteuse, l'Elfe déposa une main sur son ventre, elle n'avait rien ingurgité depuis la veille et en y repensant, elle devait bien avouer qu'elle avait relativement faim. Et pourtant, elle se sentait un peu gênée de venir profiter si hâtivement de la générosité du Seigneur de Mliuej, car cela faisait bien des années que personne n'avait daigné l'invité poliment à sa table. C'était quelque chose qu'elle avait l'habitude de faire seule, car la sympathie des gens ne lui était à vrai dire pas offerte, généralement.

« Je ne voudrais pas profiter de votre hospitalité, monseigneur. »

Un gargouillis se fit entendre, malgré la discrétion du bruit et de la petite taille de l'estomac de l'Elfe.

« Mais je ne peux pas nier le fait qu'un repas quel qu'il soit ne serait pas de refus... »

Elle ne se sentait pas encore complètement en sécurité dans le château, et ses dagues étaient toujours restées dans les mains du fier garde à l'entrée, elle aurait aimé pouvoir les tenir une nouvelle fois entre ses doigts. Mais à la vue duNain qui lui faisait face à présent, droit et bien armé, elle dut se résoudre à avouer que c'était un minimum rassurant.

« Dans ce cas, je vous suis. »

Elle jeta un dernier coup d'oeil au conseiller, n'osant pas le saluer risquant de paraître vulgaire aux yeux du sage homme qu'il était alors. Son regard en disait peut-être long sur ce qu'elle pensait, puis elle tourna les yeux vers Modimus, prête à le suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Dim 12 Juin - 20:46


Et oui, ça s'affairait en cuisine. Le dîner serait bientôt prêt, et le chef cuistot donnait ses ordres. Un nain, évidemment, car eux seuls ne risquent pas de se faire enguirlande par un seigneur nain en lui servant quelque chose qui se rapprocherait trop de la cuisine elfique. Enfin c'est ce que pensait le conseiller, car Modimus avait plutôt des goûts divers et variées. Cependant, cette fois-ci, il fut prévenu d'une invitée surprise. Et qui dit surprise invite à la surprise.

D'ailleurs, personne ne voulut savoir comment il faisait pour se procurer la viande. Et sans doute était-il mieux ainsi.


J'ai dit : mieux vaut ne pas savoir ! >-<":
 

Pendant ce temps là, dans le bureau du Seigneur local, le barbu ne peut pas s'empêcher se donner une grande claque dans le dose de l'elfe lorsqu'il entendit son gargouillis de ventre, puis laissa sa main dans son dos, l'invitant à le suivre, direction la Salle de restauration.

Mazus ne les quittèrent pas du regard jusqu'à ce qu'ils sortent de la pièce. Une fois fait, il activa de nouveau le mécanisme. Mais avant de sombrer dans la pénombre des galleries secrètes du château, qu'il connaissaient par coeur, depuis bien plus de 10 ans, il déroula une seconde fois le parchemin, et y ajouta une nouvelle entrée.


" En ce huitième jour de la Décade de Zwimaf de l'année 1498 de la Terre de Fangh,
il fut décidé concernant Elenya Inglorion,
sujet de cette chronique ci-dessus,
la nomination avec les accords respectifs à sa nomination de Vice-Maire,
afin d'en pouvoir surveiller les faits et les gestes dans le cas d'une tromperie,
mais également d'une protection attitrée envers la Guilde qu'elle souhaiterait selon ses dires quitter.

Mazus Bladeheart, conseiller de Sire Anvilmar."

Arrivée à la Salle du Banquet, étant passé par d'autres escaliers, Modimus présenta à Elenya un festin modeste dressé pour deux personnes, sans toutefois en expliquer la raison. Un faisan était dressé de manière subtile entourée de quelques autres volailles sur un lit végétal des légumes de toute sorte.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Elenya Inglorion
Citoyenne de Mliuej
avatar

Nombre de messages : 645
Age : 25
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/39  (39/39)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
217/700  (217/700)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Lun 13 Juin - 18:32

Un repas digne de ce nom, voilà bien des lunes qu'Elenya n'avait pas eu l'occasion d'en savourer un. La plupart du temps, elle mange quelque chose de simple à préparer, de rapide à ingurgiter et de consistant. Manger sur une table ? Pas le temps, ces derniers mois avaient été assez mouvementés, l'Elfe ne se reposait pas une minute, et manger devait tout de même entrer dans son emploi du temps, mais cette époque était révolue. Quelques souvenirs de son dernier vrai repas, beaucoup de monde, beaucoup de bruit, des gens qu'elle connaissait tellement bien, ou du moins, qu'elle avait cru bien connaître. Et pourtant, son image d'un repas de seigneur ne correspondait pas vraiment à la réelle réalité qu'elle était réellement en train de réellement vivre. Pour elle, un seigneur mange en compagnie de la communauté du château et pourtant, la préparation était discrète bien qu'alléchante tout de même. Elenya ne put s'empêcher de déposer les yeux directement sur les quelques feuilles de salade qu'elle aperçut alors, elles étaient belles, magnifiques, tentantes. L'assassine attendit que Modimus s'installa pour s'asseoir elle-même sur la belle chaise de bois finement ouvragée. Prise d'une soudaine timidité, elle n'osa pas toucher la nourriture avant que le seigneur lui-meme ne le fasse.

« C'est très aimable de votre part de m'inviter à votre table, je ne m'attendais pas à un accueil aussi... Spécial. »

Légèrement inquiète, Elenya jeta un coup d'oeil autour d'elle, mauvaises habitudes d'assassine.
Revenir en haut Aller en bas
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Ven 17 Juin - 14:24

Modimus s'assit à une chaise, à la bonne taille cela va de soi, finement ouvragé, le style mélangeant à la fois fines courbes elfiques et effets de relief remarquables dignes des grands artisans nains. D'une main, il invita Elenya à s’asseoir à sa droite, en bout de table, cette dernière n'étant pas vraiment grande, bien que des mécanismes dissimulés lui permettait une taille jusqu'à cinq fois plus importante. Et oui, l’ingénierie, bien qu’expérimentale, couplée à la magie, disons tout aussi ... dangereuse, faisait parfois des merveilles. Disons souvent, pour ne pas contrarier une grande partie de la Terre de Fangh.

Une fois à table, deux serviteurs sortirent d'un drapé violet sombre, tenant chacun dans la main droite deux plats recouverts d'un dôme en argent, l'autre main bien horizontale, plaquée contre le ventre, une serviette plutôt longue y étant accroché. Leur marche, bien que noble, sembla pour le moins décontracté. Les vieilles habitudes de l'ancien Seigneur, un peu trop sévère à ce sujet, et s'imaginant aussi puissant que Gzor, restaient tenaces. Mais désormais le nouveau patron était beaucoup moins intransigeant. Pire il essayait tant bien que mal de leur faire abandonner ses gestes si courtois.

Modimus avait renoncé à faire venir des serviteurs nains. Bien que ces derniers n'existaient pas vraiment. Dans son pays lointain, les nains étaient tous frères, et c'était plus un honneur et un respect envers les anciens, les plus doués ou bien les plus influents qui s'appliquaient. Et il était d'usage d'avoir un apprenti, voire plusieurs, qui en échanges de services quotidiens apprenaient ledit respect afin que plus tard ils sachent ne pas maltraiter une fois la puissance conquise ses frères d'armes.

Un des serviteurs, brun comme le tronc des Chênes d'Ulgargh, assez haut de taille, paraissait doté d'une bonne quarantaine d'année, et semblait le plus expérimenté des deux hommes ; l'autre, de cheveux tenaillé entre le blonc et le gris, faisant tout son possible pour exécuter les gestes avec parcimonie. Ce dernier présenta le premier l'Entrée au Seigneur de ces lieux, qui sitôt après avoir zieuté et reniflé le faible odorat ayant pu se dégager du court instant, posa une poigne ferme sur celle du jeune homme, souriant derrière sa barbe, puis tourna le regard vers son invitée, penchant la tête pour indiquer à son sous-fifre de continuer.

Le serviteur apparut donc à la droite de l'elfe, ayant inter-changé des mains, le plat soutenu par la gauche, les doigts de la droite délicatement posé sur la poignée en boule du dôme.


« Dites-moi si vous appréciez le repas très chère ... »

Sur un plateau d'argent, une caille rôtie à souhait était posée comme si celle-ci était venue de son plein gré. Le volatile était entourée de feuilles de salade encore embrumée de fines gouttelettes à peine perceptibles, agrémentées de rondelles de tomate. Des lamelles d'ail et d'oignon donnait au parfum qui emplissait désormais les narines de l'elfe un aspect exotique. De la chair à saucisse soutenait dissimulé l'oiseau, comme un nid douillet. Une sauce sentant champignons et autres épices donnait une fourrure au petit chapon.

A la fois végétal et carnivore, la présentation de l'entrée du dîner aurait put être tout simplement exquis. Mais il n'en était rien : c'était bien au contraire proche de la perfection. Les deux lames de l'assassine, brillant d'un éclat propre, affinées comme seul les artisans les plus expérimentés savaient faire, s'entrecroisaient juste devant le cou du volatile. La tête absente telle décapitée par les armes qui semblaient encore neuves, si l'elfe n'en reconnaissait pas les poignées si singulières. Les planter dans l'argent n'avait pas été une mince affaire, et le cuisinier devait être sacrément bourrin mais finot pour réussir ce tour de passe-passe, sachant parfaitement qu'un passage à la forge suffirait à faire disparaître les traces de l'impact.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Elenya Inglorion
Citoyenne de Mliuej
avatar

Nombre de messages : 645
Age : 25
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/39  (39/39)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
217/700  (217/700)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Ven 17 Juin - 15:20

La question que se posait Elenya était toute simple : tout avait-il été prévu depuis le début ? Fin calculateur ou grand improvisateur, peu importait, l'Elfe était sûre d'une chose, l'effet était réussi. A peine était-elle flattée d'être sujette à pareil service qu'elle passait déjà à l'admiration de la présentation du repas, et encore, une seconde suffit à faire surgir le bonheur et l'assurance d'apercevoir à nouveau ses deux lames auxquelles elle tenait tant. Après cette petite touche honorable, cette admiration, cette surprise, l'assassine ne pouvait s'empêcher de ressentir au fond d'elle-même une once d'importance aux yeux de ces personnes, aussi peu nombreuses fussent-elles. Nostalgique, ce tableau quasi parfait paliait sa chute dans l'enfance, elle avait bel et bien l'impression de revenir des années et des années en arrière. Fermant les yeux un instant, elle repensa à ses défunts parents qui lui racontaient les grands repas auxquels ils avaient été conviés, et qu'elle-même aurait peut-être pu voir un jour, alors inconscients du sort qui les attendaient tous les deux quelques jours à peine après ces paroles oubliées. Elle n'avait jamais pu croire que ses géniteurs soient quelque part entre ciel et terre en train de l'observer, fiers d'elle, mais elle laissa glisser cette petite idée qui la faisait sourire, en cet instant précis, en se détournant de son passé et en regardant droit vers le futur, ils avaient peut-être de quoi être fiers. Mais son regard à elle, à ce moment là, se posa sur le Seigneur de Mliuej, calme et silencieux, elle lui sourit.

« Je suis séduite, je n'ai pas vraiment d'autres mots qui me viennent à l'esprit maintenant, je suis très surprise, mais séduite. »

Une once de concentration lui revint et elle daigna repenser à ce qu'il y avait derrière ce joli tableau. Si Modimus en personne l'avait conviée à sa table, c'est qu'il devait y avoir une raison précise, aussi noble fut son désir de l'accueillir dignement. Elenya se contenta de suivre son instinct, son appétit et ses anciennes bonnes manières, attentive à la moindre parole du Seigneur Nain, prête à répondre à chacune de ses questions, se demandant si Mazus était dissimulé quelque part derrière un mur, observateur.
Revenir en haut Aller en bas
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Ven 17 Juin - 18:57

Le nain ne souhaitait pas vraiment révéler le secret qui pesait sur les épaules de son conseiller, mais toutefois par ce geste voulait-il montrer à son invité la confiance qu'il lui portait.

Après un sourire chaleureux, il se décida à poser ses lourdes armes sur le bas côté de sa chaise, et le bruit du métal lourd se fit entendre lorsqu'il toucha la pierre dure et froide du plancher, tandis que les serviteurs repartaient avec les dômes en argent, laissant le couple savourer en paix leur repas.

Directement, Modimus ne se fit pas prier et préféra commencer par la boisson, empoignant à pleine main son gobelet, sans toute fois le casser, ce dernier paraissant plus robuste qu'au premier abord (le verre, pas le nain)

Le barbu leva alors son verre et son regard en direction d'Elenya, puis dégusta la bière si fameuse de Mliuej. Une fois terminé en à peine moins de temps qu'il n'en fallait pour apprendre à prononcer correctement : « En Terres de Kwzprtt on parle le kwzprttien. » ce qui toutefois se révélait plus ardu pour les nobles que pour les barbares.

Le repas continuait tranquillement, et nulle interrogation de la part du Seigneur ne vint interrompre celui de l'assassine.


[HRP : A noter que le repas devrait également me faire regagner des Points de Vie, cela va de soi. Astucieux non ? king]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Mer 29 Juin - 12:36

Alors qu'il approchait vers la fin du dîner, s'étant bien restauré et éclairci la gorge, Modimus décida de donner une première et une dernière leçon de morale à Elenya, sans doute la seule qu'il accorderait à une elfe assassine. Il ne connaissait pas nulle autre meilleur moyen que les contes, fables et légendes. Une de son peuple était particulièrement approprié, et aimait la raconter au coin du feu à ses deux fils alors que les premiers poils leur apparaissait au menton.

« Connaissez-vous la légende du Marché Équitable, très chère ? C'est une histoire passionnante, et je vous propose de l'écouter en attendant le dessert que nous a préparé ce cher cuisinier qui, je suis sûr, sera merveilleusement délicieux. »

Toussant un bon coup, le Seigneur local commença le récit ... Sa voix sombre faisant de lui un excellent barde amateur.

...

Le visage de la peau-verte était marquée par les combats, même s'ils n'avaient pas été trempés dans l'honneur mais plutôt dans la gloire facile et à double-tranchant. Une éraflure qui entaillait le côté droit de son visage avait miraculeusement épargné son oeil. Son crâne chauve était également simplement orné d'une cicatrice en forme de croix, dont l'origine était plus que douteuse quant à sa survie actuelle après un coup qui porté à cet endroit lui aurait pu être fatal.

Ses oreilles retroussés, quasiment en pointe, portait des boucles viriles : des dents d'un animal féroce, sans doute un félin redoutable, comme un tigre ou un lion. Un anneau était également accroché entre ses parois nasales, surmonté d'un rubis d'un rouge sang flamboyant.

Sa gueule, doté d'une mâchoire puissante, en impressionnait plus d'un avec deux canines qui ressortait, dont la gauche avait été à moitié décapitée, mais n'en semblait pas moins redoutable.

L'orc endormi, un fin filet de bave qui atteignait presque la solide armure en plaques hérissés de pointes qu'il portait en permanence, fut réveillé par l'arrivée inopportune d'un liquide familier mais d'une puanteur inhabituelle.


Pouahh !! hurla la créature, surprise. Qu'est-ce-qu... ?

Refaisant surface, il sentit son corps étreigne par des cordages d'une tension extrême, ainsi qu'un support dans son dos. Accroupi et attaché à un arbre, il commençait à sentir la maigre chaleur d'un petit feu disposé devant lui.

Qu'est-ce-que ça veut dire ?cria-t-il, encore embrumé.

Une voix sombre se fit entendre, révélant une personne d'âge avancé et au caractère bien singulier.


Arrête de geindre, orc.

À la faveur du feu de camp, l'orc put apercevoir un semi-homme, un nain. Encapuchonné, il tenait d'une poigne solide un simple sceau humidifié. Sa longue barbe grise encadrait une torsade terminée par un fil de cuir. Cette barbe tressée qui se confondait avec la moustache de son agresseur, n'était cependant pas de grande beauté car à peine peignée, signe que l'individu était sans aucun doute un aventurier ce qui, au vu de l'âge de l'étranger, était assez surprenant. Mais l'orc s'en fichait éperdument.

Même si je sais que ceux de ta race aiment puer comme de la viande pourrie en été, une petite rincée de temps en temps ne te tuera pas.

La cape semblait être d'un tissu très fin, mais elle était marquée par les intempéries. Deux plaques de métal protégeait ses épaules. Habituant petit à petit ses yeux à l'obscurité ambiante, celle qui n'était pas révélé par le pauvre foyer, l'orc reconnut les bois sombres et malfaisants qu'il était en train de traverser avant de sombrer mystérieusement dans les pommes.

De plus, il fallait que je te réveille de ta petite sieste. Le somnifère du dard que je t'ai planté était plutôt puissant.

La rage commença à submerger l'esprit de la créature, qui comprit très vite à qui il devait cette situation insoutenable. Il se souvint de ses deux compagnons, qu'il espérait dissimulés quelque part, dans l'attente d'ordres de la part de leur chef.

Espèce de pauvre vermine ... Où sont-ils ? Shive ! Zhl'dar ! Éclatez la tête de ce fou tout de ...

Un bruit sourd provenant de ses pieds parvint aux oreilles torsadées de l'orc. Les yeux écarquillés, il contemplait avec une certaine appréhension deux têtes dont les yeux vides et hagards reflétait avec effroi la violence avec laquelle les deux créatures avaient été décapitées.

J'crois que c'est trop tard pour ça, mon gars.

Ce n'était pas certes la première fois qu'il était l'unique survivant des déboires de justiciers. La vie de mécréants avait ce genre d'inconvénients, mais aussi d'avantage, car à chaque ennemi vaincu, la renommée n'en était que plus grande. Cependant, cette fois-ci était différente, et la situation était nettement à son désavantage. Il tenta donc de corrompre l'avidité de son interlocuteur. Le ton avec laquelle il énonçait ses mots allait de pair avec sa mine qui le rendait presque humainement méprisable et empli de pitié.

Écoute mon ami ... Tu vois les sacs là-bas ? Dedans, j'ai des rubis et des pierres que je suis prêt à partager avec to...

La réponse ne se fit pas attendre. Vide de tout pourparlers, elle tomba telle une sentence.

Je me moque de tes biens recelés, orc.

La gueule béante de ladite créature s'ouvrit en grand, et la voix puissante ne fit nullement frémir le nain.

Alors qu'est-ce-que t'attends, lâche ?

Ses yeux rouges avides de mort défiait l'allure suffisante et mystérieuse de son agresseur, et un quelconque autre aurait sûrement tremblé de peur en observant son visage ravagé par autant de haine et de colère.

Soit tu me tues comme un vrai guerrier, soit tu me libères et tu meurs en guerrier !!

Le silence qui plana durant les secondes suivantes ne fut interrompu que par le bruit d'un craquement d'allumette, le souffre s'enflammant presque immédiatement au contact de l'étincelle.

Patience.

D'un main lente, le nain porta le feu à l'extrémité d'une pipe en bois dotée d'un cercle de fer qu'il venait de sortir. Inspirant à intervalle réguliers, il enfuma les herbes qui y était contenues.

D'abord ...

La faible lumière apportée par les étincelles qui se bataillait dans le contenu de la pipe permit un échange de regards entre les deux races, qui se détestaient naturellement et culturellement. D'un noir profond, les yeux du nain plongèrent dans ceux de l'orc.

Je voudrais te raconter une histoire.

Devant la proposition, l'orc se calma. Plus étonné que rassuré.

Quoi ?

Il eut la désagréable impression que l'on se foutait royalement de sa gueule.

Tu es fou ?

Mais le nain, désormais assis, prêt à prendre un rôle temporaire de conteur, lui répondit calmement, presque ironique de la situation.

Il s'agit d'une leçon de savoir-vivre en feu de camp, non ? Je pourrais bien être accusé de bien des choses, mais certainement pas d'être impoli.

Toi et ta langue pendue pouvez aller au diable !

Alors ? Veux-tu l'entendre ?

Quand je me libérerai, je l'arracherai à la racine et je la donnerai à manger à la première créature miteuse que je trouve !

On va dire que oui.

Le narrateur faisant fi des remarques désobligeantes de son auditoire pencha la tête, dissimulant à nouveau son visage sous sa capuche, tâchant de se remémorer avec le plus de précisions les détails ainsi que la teneur de son histoire.

Ne t'inquiètes pas ... Je pense que tu vas l'aimer. Il y a tous les ingrédients d'un bon récit ... Action, meurtre, vengeance ... et une fin surprenante.

Le nain tira une boufée et laissa s'échapper la fumée par ses imposantes narines ...

« Il était une fois ... »


Loin dans les Terres arides des Gorges des Vents Brûlants, il y avait un camp appelé la Halte du Thorium. Comme tu dois le savoir, ce camp était – est – le centre d'opérations de la Confrérie du Thorium.

Reconnus à travers le monde comme les meilleurs dans le domaine du fer et de l'acier, les forgerons de la Confrérie produisent des armes qui ont bâti des légendes, toutes issues des veines sans fin de minerais qu'offrent les Gorges des Vents Brûlants.

Mais il y avait un nain qui dépassait tous les autres en talent. Avoir son sceau sur son arme était la garantie d'une victoire sur les champs de bataille, que ce soit contre des hommes ou des orcs.

Son nom était Nori Blackfinger et ses armes était virtuellement incassables. Des guerriers venaient en pèlerinage dans les Gorges des Vents Brûlants à travers tout le pays pour s'agenouiller devant lui et avoir leur acier béni par son marteau.

Mais avec l'accroissement de sa notoriété est venue celle de son avarice. Pourquoi devait-il limiter sa clientèle aux chanceux qui parvenaient jusqu'à lui en affrontant les périls menant jusqu'aux Gorges ? Il pouvait offrir au monde des présents mortels et le monde en retour lui offrirait un nectar d'or.

Alors il partit pour la Baie-du-Butin, un village portuaire infesté de pirates, de coupe-gorges, voleurs et aventuriers. En clair ... l'endroit idéal pour un nain commerçant qui souhaite se remplir les poches.

Nori y installa un magasin. En une nuit, il gagnait l'équivalent d'un mois dans la Gorge. Parfois deux fois plus.

C'était le marché idéal. Il achetait ses matières premières aux gobelins, quant aux clients ...

Il s'en moquait. Homme ...



Ou femme ...


Quelle que soit sa race ou sa classe ...

Nori ne faisait aucune discrimination.

Les aventuriers repartaient ainsi tester leur nouvelle arme, la plupart étant des assassins silencieux, des pirates cupides, ou des meurtriers sanguinaires en puissance. Mais Nori ne contemplait que leur dos lorsqu'il passait la porte, puis reportait son regard sur les grandes bourses en cuir dont les pièces d'or avaient bien du mal à tenir dans un si petit espace.

Il savourait ce pouvoir que lui conférait la gloire et son argent. Chaque nuit, il régalait les patrons des tavernes de ses récits de forgeron, tout en se remplissant l'estomac de porc frais et de bière bien brassée.



Les gens de la ville l'adoraient car il ne leur apportait pas seulement son argent mais aussi sa propre clientèle qui venait de loin pour lui. C'était vraiment un très bon échange de procédé, forgé dans l'avarice et la débauche. Et bien que de nombreuses femmes, la plupart humaines, aient tenté de le séduire, il n'en prit jamais aucune sous son aile plus d'une seule soirée, ne dépassant jamais le cadre de la taverne, et sa maisonnée restait vide de toute présence féminine. Et seul peu en connaissait la raison.

Mais tout le monde ne s'épanouissait pas dans le travail de Nori.

Car, vous voyez, Nori avait un fils ... Eli Blackfinger.

Quand Eli avait vécu son premier souffle, sa mère avait vécu son dernier, laissant Nori veuf et père.

Dès que Nori fut convaincu du succès de son installation, il envoya quérir Eli ... et comme un bon fils, Eli s'en allait pour la Baie-du-Butin pour aider son père à réaliser sa destinée ...

Alors qu'Eli cherchait encore la sienne.

Il contemplait souvent la lune, alors que la fête de la taverne battait son plein, et que son père braillait multiples commandes et boutades.


Père ?

Uhhh ... gémit le vieux nain, la barbe trempée de sauces et de boisson, la tête posée sur la table chargée de restes d'un festin grandiose. Il portait constamment un bonnet et une paire de lunettes, pour indiquer à tous son métier de forgeron.

Quuu ... ?

Père, c'est moi, Eli.

De quoi ?

Il faut rentrer à la maison.

Ça c'est un bon garçon ... Tu t'occuperas t'jours d'ton vieux papa ... Burp ! rota alors Nori.

Son fils, brun aux cheveux à semi-long, témoignait de son jeune âge par une barbe qui n'en était qu'à son début. Il tenait ses yeux de son père, de la voix douce de sa mère.


Oui, Père. Concentrons nous sur la marche et moins sur la parlote, ok ?

D'acc. He he ... Hic ! balbutiait alors Nori, qui soutenu par l'épaule vigoureuse de sa progéniture, titubait guidé par ce dernier devant les bateaux impressionnants qui n'attendaient que le retour de leur équipage qui passeraient la nuit à terre.

Ouais ! At ... tention, At ... tention au gnome aux cheveux longs ! Même si de petite taille, si la bière est bonne, elle te suivra et sautera dans ton sac !

Eli aidait son père dans ses affaires ... Mais son coeur n'y était pas.

Eli était attiré par ce qu'il voyait au loin, à l'horizon. Jour après jour, assis au bout du ponton d'un des quais d'accostement, il voyait des aventuriers arriver et repartir ...

Tandis que Nori et lui leur fournicer l'acier et le fer dont ils avaient besoin pour leur voyage.

Jour après jour, il écoutait les récits de quêtes de dragon, de combats contre des morts-vivants et de leurs aventures.

Mais son épaule était le plus souvent retenu par la poigne paternelle qui se contentait de l'interpeller avec humour, sans se douter de rien.


Assez de palabres, fils. Cette hache ne se forgera pas toute seule !

Et Eli de baisser la tête, honteux et désespéré, laissant les deux forbans repartir dans leur direction, un tantinet déçu de ne pas avoir pu recruté un si bon compagnon qui semblait extrêment robuste.

Si Nori avait parlé avec son fils au lieu de juste lui adresser la parole, il aurait pu le voir dans ses yeux.

Mais le destin frappa aux portes des derniers représentants de la lignée des Blackfinger. Un destin qui bouleverserait la vie des deux Nains.

Un soir, un elfe aux yeux inhabituellement luisant, sans aucun doute magicien, dissimulant sous sa cape une armure de qualité unique et enchantée, finit le marchandage avec le forgeron, alors que son fils revenait de la forge derrière la boutique.


Donc mes demandes concernant les lames ne sont pas un problème ?

Pas si vous me payez ce que je vous demande. déclara Nori avec un sourire de malice mais aussi avec désintérêt, ne pouvant remarquer que l'elfe affichait un large sourire presque sadique, trop heureux que le plan se déroule sans accroc.

Excellent. Mon maître souhaite la plus grande discrétion sur cette transaction. Cette nuit, en haut de la rive Est, près du tronc mort ... Disons minuit ?

Très bien. se contenta de réponse le forgeron. J'y serais.

Alors que l'elfe repartait à son tour de l'échoppe, Eli ne put s'empêcher d'intervenir.

Père, je n'aime pas ça !

Mais l'étranger disparut derrière la large porte de bois et de fonte.

Un rendez-vous à minuit en pleine forêt ? Et qui est ce client d'ailleurs ?

Pas mon problème, voilà qui c'est. répondit sèchement Nori, mettant du même fait fin à la discussion.

Et ils se mirent au travail ...


[La suite dans peu de temps ! Smile]


Dernière édition par Modimus le Mer 12 Sep - 14:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Mer 29 Juin - 19:48

Le Seigneur local de Mliuej reprit son souffle, bien conscient qu'il s'apprêtait à raconter l'évènement qui chamboulerait toute l'histoire. Mais il continua avec la même passion à raconter le même récit que tenait le Nain à l'orc qu'il avait capturé tantôt.

...

Plusieurs heures plus tard, le lendemain matin, aux environs des premières heures de la journée, deux béliers d'un blanc immaculé avançait dans la jungle. Ces derniers portait moults protections en cuir et en métal, tous d'artisanat Blackfinger, mais ne semblait pas surchargé pour autant.

Néanmoins, la monture de Nori avait une cargaison plus lourde. Et en plus de porter son cavalier, la bête avait un énorme paquet à son encolure, d'un aspect assez allongé.


Vous êtes en retard. dit la figure haute et encapuchonné, alors que les deux Nains venaient enfin d'arriver à l'endroit prévu, une colline assez basse, simplement muni d'un arbre mort, dont les branches dénuées de feuilles donnait à l'endroit un aspect macabre, relevé par l'heure tardive.

Oui. Je n'étais pas en train de faire la cuisine, mon ami. Une arme de qualité nécessite un temps de qualité.

Nori descendit du col de bélier, et s'approcha de l'étranger, son nouveau client, sans même imaginer qu'il en serait également le dernier. Il lui tendit l'arme qu'il déroula de son emballage de lin, dévoilant une immense épée qu'il tenait cependant d'une seule main, alros que sa voisine s'empressait de récupérer la bourse inhabituellement plus remplie.

Bien. Oublie m'avoir rencontré, forgeron.

Soudain, Eli regarda avec attention l'elfe se déplacer vers une ombre plus noire, plus imposante, et plus obscure qui s'était tenu dissimulé derrière l'arme.

Attendez ...

La figure se distingua nettement alors qu'il riait à pleine voix d'un bruit effrayant, tenant fièrement l'arme en main.

Par les Dieux ... Cet elfe sert Havoc le Sans-Coeur, le montre qui pille et assassine sur les routes Hommes, Femmes et Enfants !


Nous ne pouvons pas le laisser avoir cette épée ... notre épée ... ton épée ! clama alors Eli qui se tournait vers son père. Pas s'il compte s'en servir pour ... pour ...

Mais le regard à peine attristé par cette vision désolante, Nori commença à manoeuvrer sa monture pour s'en retourner vers Baie-du-Butin, sous le regard incompréhensif de son fils.

Père ?

Comme je te l'ai déjà dit ... Pas mes affaires.

Nori ne faisait aucune discrimination.

Ainsi se déroula la transaction qui modifierait à jamais le destin des Blackfinger et d'Havoc le Sans-Coeur. Mais un autre évènement, que ce dernier ignorait, ajoutait un ton bien plus dramatique à cette légende. Celle de la séparation et des retrouvailles d'un Père et d'un Fils.

Eli souffrait en silence, jusqu'à ne plus en pouvoir.

C'est ainsi que l'après-midi même, alors que le Soleil séchait les voiles des rares bateaux restés à quai, et que Nori s'afférant à la forge avait déjà en partie oublié la sombre affaire qui s'était déroulé, et se doutant également que l'orc n'était pas d'un coeur pur, et qu'il le corromprais bien plus avec son épée entre les mains, qu'il demanda de l'aide à Eli, comme il en avait l'habitude.


Fils ! Où est-tu ?

Il frappa machinalement une nouvelle fois son marteau sur la lame qu'il était en train de former, ses yeux protégés des étincelles par les fameuses lunettes.

Viens entretenir le charbon ! Il va s'éteindre d'un moment à l'autre !

Il ne reçut pour toute réponse qu'une voix familière d'un ton de désolation et de tragédie.

Père ...

Eli, tout juste entré dans la forge, se tenait droit devant son père, une épée et un carquois dans le dos, affublé d'une armure et d'un sac en bandoulière, les yeux emplis de détermination quand à la déclaration qu'il s'apprêtait à faire.

Je pars.

Tu quoi ?
demanda Nori, relevant ses lunettes avec méfiance.

Je pars, père. Je compte me rendre à la Compté-du-Lac. J'ai entendu dire qu'il y avait des opportunités pour ceux cherchant l'aventure. Il est temps. La nuit dernière me l'a fait comprendre.

Posant son bras sur l'épaule de son fils, Nori répondit gravement, sans se rendre compte de la gravité de la situation, et prenant les dires d'Eli pour ces illusions habituelles.

Fils ... C'est à cause de ce bandit ? Si c'est le cas, très bien, nous choisirons mieux nos clients à partir de maintenant ...

Mais Eli releva la tête, et on sentait dans l'aura qu'il dégageait la maturité s'exprimer. Il était un nain assez âgé pour peser seul ces décisions désormais, mais Nori ne pourrait l'accepter aussi facilement.

Non, père. Tu dis ça ... Mais tu ne le feras pas et tu le sais.

Bien avant la nuit dernière, je savais déjà que je voulais devenir bien plus qu'une simple vie de forgeron ... Mais en te regardant là ... En voyant ce que tu es devenu ...

J'en suis désormais certain.


Ce que je suis devenu ?
cria un moment Nori, sentant alors un certain dégoût pour sa personne dans la voix de son propre sang.

J'ai un commerce honnête qui paye bien ! Alors qu'est-ce-que tu comptes faire comme travail ? Laver les pieds dégueulasses de trolls de la jungle ?

Si c'est ce qu'il faut pour parcourir le monde ... Alors oui.

Voir le monde ?


Le sang du terrible forgeron ne fit qu'un tour.

Voir le monde ?

Le monde vient à nous, pauvre fou !

Non, à moi ! Mais sais-tu seulement l'apprécier ?


Le regard de Nori sur sa progéniture se fit machiavélique, alors que ses paroles se noyaient dans l'avarice qui le consumait petit à petit.

J'ai des étrangers des quatre coins du monde qui viennent me complimenter moi et mon travail ... Mais mon propre fils juste à mes côtés ne le réalise pas ! Tu t'imagines à quel point tu m'embarrasses ?

Comprenant très vite que son père restait sourd à ses dernières prières, le nain répondit sobrement.

Je t'aime Père ... Adieu.

Et Eli de disparaître à son tour derrière la porte, portant des équipements de sa maison, mais ne laissant nulle bourse de pièces d'or sur le comptoir de son père avare.

Et la porte de rester vide.

Mais hélas, le drame allait s'enfoncer plus profondément dans le destin des Blackfinger.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Elenya Inglorion
Citoyenne de Mliuej
avatar

Nombre de messages : 645
Age : 25
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/39  (39/39)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
217/700  (217/700)

MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   Lun 4 Juil - 20:58

Le vent dans les arbres, le concert des criquets, les quelques bougies allumées ici et là, c'est la nature qui chantait, et la nuit qui venait embrasser le jeune visage de l'Elfe. Si on tendait l'oreille, derrière tous ces petits bruits, on pouvait entendre l'écorce des arbres craquer, comme si ces grands cherchaient eux aussi à bercer l'enfant. Au fond de son lit, sous les fins draps de soie, elle écoutait, le coeur plein d'espoir et la tête pleine de rêves, la douce et grave voix du vieux Sage qui, comme tous les soirs, venait lui raconter une histoire. Des récits plus amusants les uns que les autres, mais telles les Fables d'un grand homme, regorgeaient de sens et de leçons, de morale et de raison. Devant ce souvenir qui l'emplissait de joie malgré une larme sur la joue rapidement dissimulée, Elenya ferma les yeux quelques secondes. Ce n'était pas le vieux Sage qui se trouvait alors en face d'Elle, un sourire réconfortant aux lèvres, l'air serein, la rassurant sur ce ne lui arriverait jamais. Ce n'était plus le temps de la tranquillité, de la paix et de l'enfance, mais elle avait cette étrange sensation d'avoir tant à apprendre de ce Nain comme elle avait pu apprendre de cet Homme autrefois. L'ambiance était différente, la décoration n'était pas la même, les circonstances ne se ressemblaient pas, mais le récit restait captivant, à croire que l'Elfe n'avait jamais vraiment pris le temps de tendre l'oreille aux bardes en tous genres, alors qu'au fond d'elle-même, elle adorait plus que tout que l'on continue à lui raconter ces histoires. Captivant à un niveau quasi jamais inégalé l'attention de l'assassine, le Nain pouvait être fier de la saisir aussi fortement. Osant à peine respirer, de peur de le couper dans son récit, Elenya ne prononçait pas un seul mot, n'esquissait pas un seul geste, ne tentait rien. Elle s'abandonnait totalement au récit du Seigneur, buvant chaque mot, chaque parole, chaque phrase. Cherchant la raison, le sens et l'explication, défiant son imagination, ses souvenirs et son savoir. Elle n'avait qu'une envie, connaître la fin, et pourtant, elle ne voulait pas que ce récit se termine.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tout n'est pas forcément perdu, monseigneur.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Encrier du Chaos :: Terre de Fangh :: L'Aventure Urbaine :: Mliuej :: Hôtel de ville & Postes de garde-
Sauter vers: