L'Encrier du Chaos

Roleplay dans l'univers du Donjon de Naheulbeuk
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
News
Le Calme et la Tempête


Voilà bien longtemps que les Aventuriers ont quitté la région. Le fracas des armes a cessé, la fureur et la poussière sont retombés, la soif de gloire et de richesses s'est tarie. Mais les lieux ne sont pas morts pour autant : il reste toujours le vieil aubergiste, là, courbé derrière son comptoir ; et je gage que si vous aviez la curiosité de lui adresser la parole, il pourrait vous conter de grandes choses du temps passé, et allumer en vous une étincelle dont vous ne soupçonniez pas l'existence...

Derniers sujets
Aventures en cours
Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies ! par Baldin, Pnek, Althis et Zaeseth.

Pendant que le loup n'y est pas, une aventure par Jester.
Top-Lists
Soutenez le forum en votant régulièrement sur ces Top-List, qui permettront à de nouveaux joueurs de nous découvrir!

Top des Meilleurs RPG
Fantastic Story RPG
Liens utiles
Le Donjon de Naheulbeuk, le site de Pen of Chaos...
...et son petit frère, le site du JDR.

L'Encyclonebeuk, avec tout un tas d'articles géniaux.

Les biens et services trouvables en Fangh, pour savoir quoi demander au marchand lorsque vous entrerez dans sa boutique!

Naheulbeuk Online, pour ceux qui veulent faire du véritable Jeu de Rôle oral.

Partagez | 
 

 Le retour malgré lui

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Borse
Invité
avatar


MessageSujet: Le retour malgré lui   Mer 6 Fév - 12:19

Alors que la journée aurait pu se passer tranquillement, pouvoir se la couler douce c'est rare, tellement rare que ce n'est pas au programme, aujourd'hui. Un être un peu enrobé apparut au coin d'une rue de la crique. Et oui, c'était le nain, encore une fois. Il râlait, comme à sa meilleure habitude, et frappa dans un caillou du pied. Il disparut de l'autre coté de la rue, parmi la foule qui s'écartait un peu à la vue d'un nainpascontent. Pourquoi ?


Après s'être baladé sur la mer et avoir échoué sur une plage, il avait traversé une forêt puis les terres sauvages de... les terres sauvages. Il venait tout juste d'entrer dans Waldorg que les problèmes arrivaient. Il marchait tranquillement sans emmerder personne, pour une fois, et un garde l'avait interpelé. Surpris de la présence d'un homme de ce métier, n'ayant jamais vu de gardes avant, le nain l'insulta avant de reprendre sa route en bougonnant. Mais le nain n'avait malheureusement pour lui pas remarqué que le garde n'avait pas son insigne de garde justement, et donc ce n'en était pas un. Le nain, insouciant du danger qui s'approchait de lui par derrière armé d'une grande massue bien lourde qui fait bien mal quand on la balance bien fort sur le tête de quelqu'un. Dans ce cas c'était le nain, et il n'eut le temps d'être surpris puisqu'il s'était évanoui sous le choc. un temps plus tard (le nain étant inconscient, il ne sais pas exactement combien de temps il l'a été), le nain se réveilla... enchainé dans un charriot. Ne voyant que l'arrière du paysage, en l'occurrence Waldorg, qui s'éloignait. A peine était-il rentrer "chez lui" qu'il s'était fait ressortir de force. Il tenta de se secouer dans tout les sens, mais il était bien attaché, et il le resterait jusqu'à qu'un suicidaire vienne le détacher. (pourquoi un suicidaire ? et bien parce que la première chose que ferait le nain serait d'envoyer sa hache dans la première gueule qui se présentera à lui, en l'occurrence un sauveur). Le charriot se balançait, et cela rendait le nain malade. Il avait le ventre ballonné, et il ne supportait pas ça. Au bout de quelques minutes, deux mains le tirèrent par les jambes, et il atterrit pas très en douceur sur le sol poussiéreux. Se rendant compte qu'il n'était pas bâillonné, le nain en profita un peu.


"Bande d'enfoiréééé ! j'vais tout vous trucider la tronche ! détachez moi bande de connaaaaards !! raaaaaaah !"

(La phrase à été raccourcie du fait du vocabulaire du nain. On se demande d'ailleurs où il a apprit tout ça.)
Un coup sur le crane le calma. La tête dans le brouillard, le nain somnolait à moitié. Il luttait contre le sommeil, en même temps qu'il essayait de ne pas avoir top mal au crane. C'était dur, et le nain finit par retomber sur le dos, épuisé. Il ferma les yeux, il avait sommeil. Des mains le portèrent et le déposèrent dans l'herbe d'après ce que sentait le nain. Des voix alors arrivèrent aux oreilles du nainfatigué.


"On le laisse là ?
-Ouais, les bêtes vont pas tarder à venir.
-Vous êtes sur que c'est lui au moins ?
-Oui oui, t'inquiète pas, le chef sera content quand il l'apprendra.
-Comment on va lui prouver qu'on la bien eu ?
-On reviendra plus tard chercher sa tête, c'est rare que les bêtes la mange.
-Ahah, bonne idée.
-Adieu Borse ! haha !"


Des pas s'éloignèrent, et Borse reprit enfin ses esprits. D'après la conversation de ces ravisseurs, quelqu'un les avaient payés pour le tuer, lui. Un nain tout à fait normal qui n'avait rien fait à personne. Il se demanda bien ce qu'il avait de si important pour que des tueurs soient payés pour sa pomme. Cela faisait rire le nain, peut être était-ce dû au coup sur la tête. Quelques fou rire incompréhensible plus tard, le nain changea tout a fait d'attitude. Il venait de voir la créature la plus grosse qu'il avait déjà rencontrée une fois, dans le donjon dans lequel son prof de l'université l'avait mené. C'était...
Un chamouth !

Une sorte de gros félin bien poilu avec deux belles et grosses baloches défenses. Le nain réussit par un stratagème tout à fait simple à se dégager. Après avoir été ballonné comme ça, les remous dans son ventre avaient créés des gaz, ces gaz même avaient pris de la place dans son estomac, et donc, il avait fallu extraire ces gaz... par un pet bien dosé qui éclata aussi fort qu'un coup de tonnerre. Surpris d'avoir lui même fait une chose aussi grosse et espérant ne pas s'être déchiré l'anus le derrière, le ventre du nain s'était un tout petit dégonflé, mais suffisamment pour que le corde sois détendu. Ceci fait, il s'était débarrassé des reste de corde sur lui, et remarqua avec effroi qu'il n'avait plus rien, ni arme, ni bouffe. Borse se tourna alors vers le chamouth, et ce qu'il vit le surpris. Le chamouth snifait l'air comme un shooté, et il balançait dangereusement d'un coté à l'autre. Ne cherchant la cause de cet état d'ébahissement (moi je sais ^^), le nain se barra en courant. Il courut sur le chemin encore et toujours qu'aurait du logiquement emprunté les tueurs. Mais la logique et les nains, ça fait 3, alors... il courut un moment pour rien. Se rendant compte de sa boulette, il pivota et fit demi tour.

Il revint rapidement (enfin pour un nain^^) là où l'avait abandonné les criminels, et regarda le sol, tentant de voir dans quelle direction il était partit, peut être des traces de charriot... et non. Le nain se souvint alors rapidement et douloureusement qu'il y avait un chamouth complètement pété non loin de là. Et ce chamouth accro venait de lui défoncer le... derrière, d'un coup de défense bien enfoncé là où ça fait bien mal. Dans un grand cri de douleur, d'horreur... de douleur surtout, le nain pris ses jambes à son cou, et ses mains à son der'ch. Il avait une forte douleur, et sentait qu'il ne pourrait s'assoir avant un moment. Avec un chamouth shooté à mort derrière lui, le nain prit la fuite, dans une direction au pif, sachant juste qu'il quittait le chemin. Poussé par la peur et surtout la douleur, le nain avançait vite, et il ne tarda pas de tomber, comme par hasard, sur ses tueurs, en train de manger autour d'un feu, confortablement installé sur le sol. Tous trois ,voyant le nain, se levèrent rapidement et le nain ne les vit même pas sortirent leur armes tellement ils avaient été rapide. Mais ce que les trois types 'avait pas vu était la grosse boule de poils avec des cornes qui courait derrière le nain. Sans qu'ils comprennent pourquoi, le nain les dépassa sans même les regader. Le chamouth ne tarda pas à apparaitre à leurs yeux, mais trop tard, deux s'embrochèrent goulument sur les défenses de l'animal, et le troisième fut gracieusement piétiné à mort. Le nain tomba à son grand bonheur sur sa hache, sa bouffe et son armure et sa targe (fiou^^').
Il s'équipa rapidement de tout ça pendant que le chamouth mangeait du tueur à gages, et se jeta sur lui. La hache aux mains, il porta un coup de toute sa douleur, sa fureur et son poids sur le crane du chamouth. Celui-ci, à moité pété, ne l'oublions pas, ne se rendit même pas compte qu'il avait le crane à moitié fendu, ni que du sang coulait à flots de son propre corps. Le chamouth repoussa donc le nain d'un coup de défense, ce qui fit voler ce dernier environ 10 mètres plus loin. Le temps que le chamouth lui revienne dans la gueule, le nain avait eu le réflexe de se relever et de mettre sa targe en protection. La bête pas très net fonça s'en se soucier de la targe dans celle-ci. il finit par s'ouvrir le crane, et à pousser, enfin, un cri, de douleur peut être, mais il hurla, uù plutôt poussa un grognement à se chier dans les brailles.

Le nain en profita pour porter un coup dans la patte avant gauche du chamouth. L'animal, réveillé par la douleur, donna un coup de patte dans l'estomac du nain qui plia sous la nouvelle douleur. Mais avec l'élan, le cerveau du chamouth avait volé hors de sa boite crânienne.

Horrifié, le nain dégueula un coup. La bête ne savait plus maintenant ce qu'elle faisait,. Un coup elle dansait (vivi la bête elle danse^^), puis se mit à tourner autour d'elle, cherchant à mordre une queue qu'elle n'avait pas. Au bout de quelques minutes de mimiques ridicules et de pirouettes à tomber par terre, la bête s'écroula de fatigue de douleur, enfin elle est morte quoi. Le nain, remit dans son coup dans l'estomac, se jeta sur le corps du gros chat. Donnant des coup de haches sur le corps inertes, il en fit gicler de partout. Se rendit compte que la bête était finalement morte, Borse se calma un peu. Il jeta un coup d'œil à la carcasse du chamouth, au reste des corps des trois tueurs et au cerveau de l'animal. Il s'approcha de ce dernier, et, après l'avoir embroché au bout d'un bâton, il le mit dans son sac qu'il venait de récupérer, se disant que ça pourrait se vendre comme rareté, un cerveau de chamouth... Il ramassa également les bout de viande qu'il avait coupé et qui avaient giclés un peu partout autour de la carcasse chamouthéenne. Sa soif de coup apaisé, le nain dépouilla le tapis de corps des tueurs pour piquer quelques pièces d'or, et aussi une étrange sorte de lettre. Il se posa sur le sol, et commença à la lire (malheureusement, plusieurs tache de sang renait l'écriture illisible).


Le premier paragraphe était tout taché, impossible de le lire., la suite é"tait

_____ bande d'incapable de _____. Bon, maintenant
Il suffit de le tuer. Il paraitrait qu'il rentre à Waldorg,
Tendez lui un piège là bas, et liquidez-le ! ________
sa mort. Ramenez moi ensuite une _____ qu'il _____
mort, et je vous paierait exactemet ______ ___ d'or.
Au boulot, en éspérant que la prohciane ____ vous
reviendrez avec de ____ nouvelles, i vous tenez à
votre _____? Je ne veux plus le voir en ____ !
Irrespectueusement,
______ _____ de 18° niveau, _____ de _____.


Le nain ne savait toujours pas qui était le mec qui voulait le tuer, mais ça il s'en foutait un peu, pour le moment. Le nain, après avoir rangé la lettre dans sa poche, prit sa hache, et se hissa sur l'âne qui tirait le charriot dans lequel il avait été transporté. Tranquillement, il prit retrouva le chemin et le suivit, ne se rendant pas compte qu'au lieu d'aller vers Waldorg, il s'éloigna de celle-ci.
La route fut longue, et le nain arriva, endormit sur l'âne, à la crique des pirates mauves. Le nain dormait malgré le fait qu'il ne faisait pas nuit, mais bon, il se réveilla après avoir chuté de l'âne qui s'étit barré en courant.


"Enfoiré !"

Borse se frotta la tête, vérifia ses affaires et se mit à marcher. Il mit plusieurs minutes à capter qu'il n'était pas à Waldorg, et encore plusieurs minutes pour voir qu'il se trouvai à la crique des pirates mauves, endroit dans lequel il avait buté un type dans ue auberge. Mais bon, tout le monde a dû oublier ça après sa fuite. Et donc...


Un être un peu enrobé apparut au coin d'une rue de la crique. Et oui, c'était le nain, encore une fois. Il râlait, comme à sa meilleure habitude, et frappa dans un caillou du pied. Il disparut de l'autre coté de la rue, parmi la foule qui s'écartait un peu à la vue d'un nainpascontent...
Revenir en haut Aller en bas
Plissava
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1461
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : homme
Statut Spécial : Tout-Puissant
Date d'inscription : 03/11/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
25/25  (25/25)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
167/700  (167/700)

MessageSujet: Re: Le retour malgré lui   Mer 6 Fév - 13:59

Borse gagne...

5.8 Kg de viande, moins 1kilo pour la vulgarité chronique.

Borse gagne 4.8 kilos de viande, et 95 XPs!

_________________
Martinù est notre maître ! Si en lui tu n'as pas foi, ce sera moi qu'il te faudra craindre !! Bientôt la guerre sainte pour sauver le monde ! (Mwahahahaha)
"Fantasmer sa vie, et vivre ses cauchemars", c'est peut-être ça le calvaire de l'immortalité...
*Aime sa groupie*
Chronophobe ! C'est grave docteur ? Ca se soigne comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: C'est pas fini   Mer 6 Fév - 14:50

[ahahahah ! je savais que c'était trop Razz ]




Rien ni personne n'aurait pu arrêter la colère du nain. Alors qu'un marchand était tranquillement en train de vendre des épées, le nainpascontent était passé et avait insulté la qualité des armes. Le vendeur, mécontent, l'avait crié, et le nain, pas content du tout, avait démoli son étalage d'arme (rah personne est jamais content^^). Une baston commença donc entre le nain, et le vendeur. un cercle de gens se forma alors autour d'eux. Aucune autorité ne pouvait les voir, Borse appréciait le moment. Il marchait tranquillement et il avait fallu que ce vendeur la ramène, il allait maintenant payer. L'homme, armé d'une dague, fonça directement sur le nain. Borse, rapide à force de combat esquiva aisément le coupen opérant un saut latéral. Le vendeur, furieux, se jeta de nouveau sur le nain qui cette fois n'eut pas le temps de bouger. Borse commença à se faire étrangler par les grosses mains de l'armurier ambulant. Manquant d'air et sentent la fin presque proche, le nain eu un réflexe totalement surprenant. De sa petite taille, il réussit à mettre un joli coup de pied dans les... là où ça fait bien mal. Hurlant de douleur, et se tenant les... machins, le vendeur se retira du nain, puis, après quelques suffocation, recracha une boule dont nous garderons secret la source de sa provenance. Borse, profitant ainsi de l'ouverture du vendeur, frappa d'un coup de hache bien dosé dans la jambe gauche du type. Celui-ci tomba par terre mais ne semblait même pas s'être rendu compte qu'il lui manquait une jambe, il se les tenait toujours.

La deuxième jambe y passa avec un second coup de hache parfaitement bien exécuté. L'ultime attaque fut la décapitation du vendeur. Sa tête vola un peu, et roula sur le sol de pierre légèrement en pente. Le nain regarda la tête descendre du regard, rouler, descendre, rouler, rouler, toujours, puis s'arrêter devant le seuil d'une maison. Une femme ne tarda pas en sortir, et sa réaction à la vue d'une tête d'homme fut un cri strident suivit d'une chute gracieuse, elle s'était évanoui. Le spectacle étant terminé, les gens alentours reprirent leurs chemin naturellement, comme si rien ne s'était passé. Se disant qu'il ne fallait pas laisser le corps en plein milieu, le nain tira ce dernier jusqu'au fond d'une ruelle sombre. Il dépouilla par la même occasion les poche de l'or qu'elles contenaient. Ceci fait, le nain reprit la grande rue, et repartit au pas, comme si son combat n'avait pas eu lieu. Regardant ici et là, il pouvait voir les différents produit qui se vendait à coté, il devait être en plein marché. Il put percevoir derrière lui un groupe de garde qui examinait ce qui restait de l'établi du vendeur d'arme, c'est à dire des bout de bois et un peu de sang, les armes ayant surement été volées par des pillards.

Une musique parvint alors aux oreilles du nain. C'était horrible, et Borse ne mit pas longtemps à découvrir l'origine elfique de cette immonde musique. Arrivé au centre de la place, où le groupe avait pris place, des passant jetaient quelques pièces d'or dans un chapeau déposé devant le groupe, prévu à cet effet. Le nain se posa là, et regarda les elfes, ce qu'ils pouvaient être moches. Plusieurs minutes passèrent et la musique tapait sur le système nerveux du nain. Sans qu'il ne se contrôle, il prit sa hache et se jeta sur l'elfe chanteur, lui envoyant un fulgurant coup de hache en plein ventre. L'elfe à la guitare y eu droit également, puis les autres s'enfuirent en courant. Le nain était satisfait, même s'il ne savait pas pourquoi il venait de faire ça. Il partit après avoir récupéré avec plaisir le contenu du chapeau dans lequel les passant avaient déposé leur pièces.

De nouveau, un groupe de garde vint inspecter les lieux, du bois, des instruments cassés et du sang, mais ils avaient encore raté l'origine de ce carnage. Borse entra alors dans une maison pour que les garde ne le voient pas de suite. il se rendit compte qu'il venait d'entrer dans une taverne. Il se dirigea vers le comptoir, demanda une bière au tavernier, et , ayant reçu celle-ci, il alla se poser à une table du fond, regardant le mur, il était dos au centre de la pièce. Ce qu'il redouta ce produisit alors, un groupe de garde pénétra dans l'auberge dans laquelle se trouvait. Il était de dos, les garde ne pouvait donc pas le reconnaitre. En se concentrant sur les voix, il réussit à entendre le dialogue.

"Hola tavernier, tu n'aurais point vu un petit être avec une hache et du sang passer par là ?

Le tavernier eu un moment d'hésitation, puis répondit.

-Non, je suis désolé, rien de petit armé d'une hache ensanglantée et venu ici.
-Bon, très ben, nous allons poursuivre nos recherches.
-En passant, il est cherché pour quoi ?
-Il à décapité un vendeur sur le marché après avoir détruit son matériel, et il à tué un chanteur et un musicien elfe sur la place.
-Ah oui, quand même.
-Bon, nous vous laissons.
-Au revoir messieurs.

Les gardes quittèrent l'auberge, non sans bruits métallique. Le nain, soulagé, se posa sa bière fraiche sur le front, perdu dans ses pensées. Il se crispa malgré lui quand une main vint se poser sur son épaule. Il se retourna, c'était le tavernier.

"Alors comme ça on joue les tueurs ?
-Bah, ils l'avaient bien chercher.
-Si tu le dis. Mais tu ne pourra quitter la ville maintenant. il doit y avoir des gardes partout à présent. Tu peux te cacher ici jusqu'à ce soir si tu le souhaite, j'ai une chambre de libre là haut.
-Je veux bien oui.
-Pas de problèmes.
-J'y monte de ce pas, je serais plus à l'aise.
-Vous voulez que je vous apporte quelque chose ?

Le nain fouilla le fin fond de son sac, et en ressortit plusieurs poisson qui sentait d'ailleurs pas super bon.


-Si vous pouvez me faire quelque chose de ça ?
-Pas de problèmes.
-Bon prenez ces [2kilos de poisson], et préparez les comme vous le voulez, s'il vous plait.
-Très bien.
-Oh, et tenez.

Le nain donna 3 des pièces d'or qu'il avait récupérer dans les poches du marchand, celles des elfes étant rangées dans une autre poche.

-Je vous remercie, seigneur nain. Je vous monte votre repas ?
-Volontiers. A plus tard.
-Bien.

Le nain pris son sac de viande et se dirigea vers l'escalier qui menait à l'étage.Après un rapide coup d'œil vers la porte de l'auberge, il monta, et se dirigea vers la chambre 12, recommandée par le tavernier. Borse entra, et posa son sac sur la petite table qui se trouvait tout de suite à gauche en entrant. Il y avait une armoire dans le fond de la pièce, et un lit à l'opposé, ainsi que deux fenêtres. De l'une d'elle, on pouvait voir toute la rue, et de l'autre, on pouvait monter sur la devanture de l'auberge.

*Pratique en cas de fuite*

Borse se posa sur le lit. Il posa sa hache adossé au mur juste à coté. Dans un grand soupir de lassitude, il s'allongea, et s'endormit.

Des bruit de toquage de porte le sortit du sommeil dans lequel il était tombé. Le tavernier entra rapidement, et posa à coté du sac du nain une assiette avec ce qui s'avérait être des maquereaux au vin, fumant, avec des légumes.


-Voila, monseigneur.
-Merci bien, tenez.

Le nain donna une pièce d'or au tavernier qui quitta, sans s'attarder, la pièce. Le nain, qui mangea pour la première fois depuis fort longtemp dans une assiette, dégusta avec bonheur le poison au vin que lui avait préparé l'aubergiste. Quelques bruit un peu dégoutant plus tard, Borse, rassasié, alla se poser de nouveau sur le lit. Il ne tarda à s'endormir, ronflant plus ou moins fort selon la position.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le retour malgré lui   Mer 6 Fév - 15:31

La nuit tomba sur la crique des pirates mauves, et les rues était calme. Mais si on tendait bien l'oreille en passant devant ce batiment là, on aurait pu entendre une sorte de grognement. Mais qui irait penser que c'est un nain qui ronfle ? Personne justement, et c'est tant mieux.
Borse dormait dans un profond sommeil, et rien n'aurait pu le réveiller, sauf... sauf la grosse paire de claque que venait de lui mettre ce qui semblait être l'aubergiste.

"Mais ça va pas !
-Si vous ne voulez pas vous faire choper, je vous conseille d'être plus discret, Maitre Nain.
-Mouais ben c'est bon... hum.... des gardes sont repassés ?
-Il y en a plein en bas qui surveillent la salle.
-Ils ne vous surveillent pas ?
-J'ai dit que j'allais broyé de la viande, cela m'étonnerait que l'un d'eux ai envie de voir ça.
-Hum, très bien. Mais si je me fais choper, vous serez complice, non ?
-C'est pour cela que je veille à ce qu'il ne vous arrive rien, enfin ici tout du moins.
-Hum...
-Je redescend, et essayez d'être plus discret.
-Mouais.


Le tavernier quitta la pièce, soufflant la bougie qu'il avait du aller en entrant. Le nain était de nouveau seul, dans le noir. Il se rendit compte qu'il s'était endormit sur le lit, complètement habillé. Fatigué, il fit l'effort, tout de même, de quitter son armure, se retrouvant avec un léger tissu qu'il vaudrait mieux qualifier d'un "haut". Se recouchant, il ne tarda pas à se rendormir pour la troisième fois.
Dans son sommeil, le nain entendit des voix.

"Vous ne pouvez déranger mes hôtes !
-Je suis sûr que tu protège le criminel !

-Mais pas du tout, mais si vous réveillez tout le monde, la réputation de mon auberge va en prendre un coup.
-Pas grave.

-Mais vous n'avez pas le droit !
-Si tu tiens à la vie, la ferme !
-Je vous dit qu'il n'y a aucun criminel ici, encore moins de nain !!
-On va vérifier ça ! Allez vous autres, fouillez moi tout ça.
-Mais vous n'avez pas le droit !

Le nain ouvrit les yeux, les gardes étaient montés. Il fallait faire vite. Il remis rapidement son armure, accrocha sa hache et sa targe sur le dos, et écouta à la porte.

"De toutes façons, avec le bruit que vous faites, si il y avait in criminel, il serait déjà parti !
-La-ferme !

Cette dernière phrase du tavernier était pour lui, il fallait fuir. Borse pensait que l'aubergiste ne lui avait pas donné la chambre numéro 12 pour rien, et se dirigea vers la fenêtre qui donnait sur la devanture de l'auberge. Il enjamba le rebord de l'ouverture, et sauta. Il atterrit sur la devanture, roula un peu, et atterrit sans dégâts sur devant l'auberge. Il faisait sombre, le nain pris ses jambes à son coup et disparut dans la nuit.

Une troupe de garde apparut au bout de la rue à la lueur d'un lampadaire. Le nain quitta la rue et s'engouffra dans une ruelle encore plus sombre que la noiretée du ciel. Il arriva ainsi dans la rue suivante, avec pas de gardes cette fois là. Borse, le plus silencieusement qu'il pouvait, se dirigeait vers le port. C'est alors que des jappement le firent sursauter. Il se retourna vivement et tomba nez à nez avec un chien. Ses aboiements allaient ameuter toutes les patrouilles, il fallait éliminer la bête. D'un coup de boule, le nain assomma le chien, puis, après 'être frotté le crane un peu douloureux, il lui écrasa la tête du pied, en y mettant tout son poids. Il récupéra le corps inerte et le mit dans son sac qu'il avait, accroché à sa ceinture. Le sac avait d'ailleurs perdu dans l'amplitude suite aux fréquents repas du nain, amis c'était tant mieux, ça faisait plus discret. Il du briser quelques os du chien pour qu'il prenne le moins de place au fond du sac. Ceci fait, il repartit dans les ruelles, ayant entendu des bruit de pas.

C'est alors qu'il arriva dans un cul-de-sac. un groupe de gardes apparut alors au bout opposé de la ruelle, et ils avaient vu le nain. Borse ne pouvait pas crever ainsi dans cul-de-sac dans une crique pourrave comme ça. Ainsi se mit-il en quête d'un passage, aussi petit soit-il, dans la limite du raisonnable. C'est alors que le nain aperçut un trou dans le mur, au niveau du sol, derrière une brouette. Cela devait être le conduit d'aération. Avec un peu de peine, il glissa dedans après avoir remis la brouette, le trou était juste à sa taille, heureusement pour lui. Il rampa ainsi dans le conduit, toujours dans l même direction. Il faisait noir, et le nain ne voyait rien. C'est alors que le sol de pierre sous Borse disparu, enfin, il y en avait plus. Borse chuta alors, dans le vide, enfin jusqu'à qu'il écrase une sorte de caisse en bois. Dans un bruit pas possible, il se redressa après avoir défoncer le reste de la caisse, mais, entendant des pas approcher, il alla se cacher derrière une ombre, ne voyant où il allait. Une personne alors pénétra dans la pièce, avec une bougie. le nain put voir où il était. C'était une salle pleine de cercueils. De toutes les tailles, de tout les motifs, de toutes les couleurs, il y en avait partout, il n'y avait d'ailleurs que de ça.

Le nain se rendit compte alors qu'il était caché derrière une rangée de cadavre, pendus au plafond par une corde,... autour du cou. Borse se retint de crier, puisqu'il était recherche. Il se risqua à jeter un coup d'œil en penchant légèrement la tête pour voir qui venait d'entrer. C'était une femme, une belle jeune femme d'ailleurs, qui regardait d'un air inquiet si quelques chose bougeait dans la salle. Elle semblait effrayé. Se disant qu'elle n'était pas armée, le nain se montra. La fille, avant même de l'avoir, s'enfuit en hurlant. Elle avait du croire qu'un cadavre était sortit d'un cercueil. Et oui, parce qu'il y avait bien des cadavres dans certaines des cercueils, et en plus yen avait tout défoncer au milieu, surement celui sur lequel le nain était tombé. Le nain se dépêcha de quitter cette pièce. Il prit la porte par laquelle la fille était entrer, et déboucha dans un long couloir sombre. A tâtons, il suivit le mur. Il arriva à une nouvelle porte, et, toujours à tâtons, l'ouvrit, puis pénétra à l'intérieur. Comme un con, il avait laissé la bougie que la fille avait abandonné dans sa course. Il retourna la chercher, et eu moins de mal à entrer dans la salle. Avec la lumière, il put voir des sorte de gros jambons qui pendait eux aussi du plafond. Cela ne semblait pas être de 'humain. Borse en découpa la moitié d'un avec sa hache, et le rangea dans son sac, ne pouvant en prendre plus par problème de poids. Il ressortit de la salle en refermant la porte, et partit à l'autre bout du couloir sans prendre la peine de regarder ce qu'il y avait dans les autres salles. Il pénétra ainsi après un virage dans ue sorte de salon. un feu était allumé dans la cheminée qui se trouvait là, il y avait aussi un canapé et un fauteuil, des armoires, et des babioles.

Le nain sortit par la porte d'entrée. il se rendit compte qu'il n'était plus très loin des quais, il courut alors.. Des aboiement se faisaient entendre au loin, ainsi que des ordres criées, et des pas. Mais le nain était loin maintenant de tout ça. Dans un dernier virage, il disparut dans la nuit. Seuls ses pas résonnaient dans la rue déserte...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Petite [pêche] du matin et fuite dans la nature...   Ven 8 Fév - 12:21

Le petit matin pointa le bout de son nez. Le levé du soleil était magnifique, mais il n'y avait personne pour admirer ce spectacle. Enfin, personne qui ne regardait en tout cas. Comme tout les matins, une fois que le soleil était complètement sortit de la mer, le garde se réveillait. Il se rendormit quand même assez vite, il avait du courir après un tueur la veille, et cela l'avait fortement fatigué. Le capitaine d'un des bateaux sortit alors de l'auberge au bord du quais dans laquelle il avait dû passer la nuit. Il marcha sur les planches de bois, et se dirigeât vers son voilier. Une fois dessus, il déplia les voiles, il avait en tête de partir pêcher ce matin, comme tout les matins d'ailleurs. Détachant les amarres, il pris le large, mais pas trop non plus, histoire de voir encore un petit bout du quais. C'est en cherchant des cordes qu'il en trouvât un qui ronflait. Interloqué, il les souleva toutes, et découvrit à sa grande surprise, un nain. Du pied, il le réveilla.

"Alors mon gaillard, on s'est trompé de bateau ?
-Euh...*baille*...m'ouais.
-J'imagine que vous voulez r'tournez sur terre ?
-Euh...*baiiiiiiiille*... m'ouais.
-Ben devrez attendre que j'termine ma pêche.
-Euh... (bon ok ^^) je peux pas.
-Pourquoi ça ?
-Euh... j'sais pas.
-Vous pouvez me filer un coup de main vous savez, ça ira plus vite et vous pourrez partir avec un peu de poisson.
-Pas con, pas con... hum, ok.
-Très bien, prenez cette canne, là.
-Ouais...
-Allez, bonne chance.
-Ouais...

Le nain donc, lança sa canne à l'eau. Le capitaine furieux, lui hurla dessus, et lui ordonna d'aller la chercher. Le nain mal réveillé, sauta à l'eau, mais comme il ne savait pas nager, il coula. Alors qu'il allait mourir quasi-endormit, une main lui chopa la jambe (et oui il s'était retourné) et le remonta à la surface. C'était le capitaine, pas content du tout d'ailleurs. Il dit au nain de rester assis et d'attendre qu'il ai fini. Il devrait ranger les poisson qu'il pêchait dans le sac, là. Le nain mal, réveillé, acquiesça.
Trois minutes passèrent, le capitaine réussit à pêcher son premier poisson, qu'il jeta au nain. Plusieurs minutes passèrent, et de nouveau, le capitaine tira avec force sur sa canne, et ressortit un autre poisson de l'eau, qu'il jeta de nouveau sur le nain. Puis, une demi-heure passa, sans touche. Le capitaine allait abandonner quand sa canne failli partir de ses mains. Il resserra don emprise sur la canne, et tira de toutes ses forces.

Il sortit un magnifique poisson vachement plus gros que les autres, et le jeta de nouveau sur le nain. De nouveau, il rejeta sa canne, en ayant oublier de mettre un appat cette fois. Fatigué, le vieil homme s'était endormir pendant que le nain se réveillait. Borse constata qu'il avait un poisson sur la tête, un sur le ventre et un gros sur la jambe droite. Sans trop capter ce qu'ils faisaient là, il les mit dans son sac, au lieu de celui du capitaine. De nouveau suffisamment riche en poisson, le nain prit la barre et remit les voiles, le capitaine ronflant toujours. Ecrasant la moitié du bateau sur le bord des quais, le nain bondit hors de celui-ci, et commença à marcher sur les dalles de pierres, pour quitter la crique.

Quelques minutes de marche se passèrent tranquillement, quand un garde l'interpela. Le nain, soucieux, s'approcha de ce dernier.


"Humm...
-Quoi ?
-Hum hummmm.....
-Mais quoi la fin ? !
-hummmmmmmm.....
-Tu veux un coup de hache dans la tête ?
-C'est toi ! C'est toi le petit être avec une hache en sang ! le tueur, c'est toi !
-Mais tu va la fermer !
-Eh les gars, j'lai trouvé c'est--

Le bon heureux/malheureux garde n'eut la joie de finir sa phrase, car de l'acier tranchant vint lui sectionner la tête du reste du corps. Décidemment, le nain aimait couper les têtes. Voulant éviter de nouveaux gardes, le nain prit la fuite en courant. Il arriva au bord de la crique, passa la dernière maison de pierre et disparut dans la nature.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le retour malgré lui   Jeu 14 Fév - 18:09

[ et là aussi ! (tout va a la suite hein^^) ]



[comment ça je suis chiant ? xD (vive les nains Razz ) ]



[pourra supprimer le message ^^ ]




[ PS: c'est quoi la vilgarité chronique ? x) ]
Revenir en haut Aller en bas
Plissava
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1461
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : homme
Statut Spécial : Tout-Puissant
Date d'inscription : 03/11/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
25/25  (25/25)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
167/700  (167/700)

MessageSujet: Re: Le retour malgré lui   Mer 20 Fév - 21:45

Alalah... Vilgarité c'est un concept trop moderne pour être déjà dans le dictionnaire. Ca n'est employé que par les gens biens, tu vois? Je me rend là bien compte que tu n'es pas "In" cher nain...


Borse gagne...

12PO

3.8Kg de viande

2Kg de poisson

110XPs

_________________
Martinù est notre maître ! Si en lui tu n'as pas foi, ce sera moi qu'il te faudra craindre !! Bientôt la guerre sainte pour sauver le monde ! (Mwahahahaha)
"Fantasmer sa vie, et vivre ses cauchemars", c'est peut-être ça le calvaire de l'immortalité...
*Aime sa groupie*
Chronophobe ! C'est grave docteur ? Ca se soigne comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le retour malgré lui   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le retour malgré lui
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Encrier du Chaos :: Terre de Fangh :: L'Aventure Sauvage :: La Crique des Pirates Mauves-
Sauter vers: