L'Encrier du Chaos

Roleplay dans l'univers du Donjon de Naheulbeuk
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
News
Le Calme et la Tempête


Voilà bien longtemps que les Aventuriers ont quitté la région. Le fracas des armes a cessé, la fureur et la poussière sont retombés, la soif de gloire et de richesses s'est tarie. Mais les lieux ne sont pas morts pour autant : il reste toujours le vieil aubergiste, là, courbé derrière son comptoir ; et je gage que si vous aviez la curiosité de lui adresser la parole, il pourrait vous conter de grandes choses du temps passé, et allumer en vous une étincelle dont vous ne soupçonniez pas l'existence...

Derniers sujets
Aventures en cours
Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies ! par Baldin, Pnek, Althis et Zaeseth.

Pendant que le loup n'y est pas, une aventure par Jester.
Top-Lists
Soutenez le forum en votant régulièrement sur ces Top-List, qui permettront à de nouveaux joueurs de nous découvrir!

Top des Meilleurs RPG
Fantastic Story RPG
Liens utiles
Le Donjon de Naheulbeuk, le site de Pen of Chaos...
...et son petit frère, le site du JDR.

L'Encyclonebeuk, avec tout un tas d'articles géniaux.

Les biens et services trouvables en Fangh, pour savoir quoi demander au marchand lorsque vous entrerez dans sa boutique!

Naheulbeuk Online, pour ceux qui veulent faire du véritable Jeu de Rôle oral.

Partagez | 
 

 Aventures toujours!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Plissava
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1461
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : homme
Statut Spécial : Tout-Puissant
Date d'inscription : 03/11/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
25/25  (25/25)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
167/700  (167/700)

MessageSujet: Aventures toujours!!!   Dim 10 Déc - 12:49

Plissava se souvenait dans son rêve de la rencontre et les confrontations entre Nirë et les membres de son clan, Plissava restait placide, tous ses sens en alerte et le visage ne laissant transparaître aucune de ses émotions. Un peu trop fermé son visage sans doute... Les conseils du maîtres s'évanouisaient à mesure que la vie vrai revenait en Plissava; sans doute qu'un jour, il serait gras et incapable de se déplacer en silence... Mais ce jour n'était pas encore présent, et l'impassibilité était encore reine sur les traits songeurs de l'elfe. Quand le trio , hostile de part son attitude, démasqua l'elfe noir comme assassin, celui-ci eut la plus grande difficulté à cacher son malaise, avait-il déjà tant perdu pour être démasqué si vite?? La manière dont Nirë convainquit ensuite les gardes de l'ammener au camp mit du baume au coeur de Plissava et lui justifia que cette elfe était vraiment exeptionnelle... Malgré tout, il fut masqué. **Que ces gens sont stupides!!!! Je trouverai leur camp sans être guidé, et en étant enrhumé!!** Il arrivèrent finalement, et leurs armes leur furent restituées. Nirë semblait paniquée, mille fois plus que son compagnon. Le maître mot d'un assassin est la maîtrise de soi et de ses nerfs, de l'interrogatoire à l'accomplissement de l'acte de tuer. Mais en réalité il n'arrivait à faire abstraction de la foule tumultueuse mouvante qu'en se concentrant sur le mouvement des armes des gardes et sur Nirë, en face de lui. Celle-ci avait d'ailleurs avancé d'un pas vers lui, et semblait ne pas comprendre ce qui l'entourrait, ni même ce qui la possedait. Il lui sourit faiblement puis se tourna vers la porte. Quand elle s'ouvrit, son amie le prit par la main, et l'elfe noir fut alors en proie à une foule d'émotions qui le traversèrent. Il appréciait vraiment ce contact qui fut bien trop court sa mesure. Déjà Nirë parlant à son père, Plissava restait pantois au milieu de l'immense salle, goûtant à la tiédeur moite provoquée par la main de l'elfe. Il reprit ensuite ses esprits, et hésita sur la conduite à tenir, fallait-il s'incliner devant un roi qu'il avait jusqu'à peu considéré comme ennemi? Ou alors implorer son pardon d'avoir accaparé sa fille? Ou l'ignorer en risquant de déclencher une guerre? Le temps de prendre une décision, le roi avait déjà sourit à Plissava, avec un regard emplit de bienveillance et de reconnaissance. L'elfe noir inclina alors simplement sa tête, époustoufflé par tant de bonté et de sagesse devant son attitude gauche. Après quelques palabres, ils sortirent du palais, et retournèrent vers la ville, toujours sans dire un mot.Une fois sortis du camp, Plissava prit la main de Nirë, espérant que celle-ci ne se désisterait pas, mais le comportement de l'elfe avait changé et sous le château que formait la voute végétale, leurs doigts ne se séparèrent pas. La clarté du jour perçait les feuilles hautes, illuminant le sol couvert de mousse d'une multitude de points épars, semlbants des étoiles.A mesure qu'ils avançaient, le arbres s'éloignaient les uns des autres, la lumière tamisée du soleil devenant criarde au travers des intersices feuillus de plus en plus lagres. Le ciel apparut finalement devant les elfes et leurs pupilles se contractèrent douloureusement, balayant la magie divine et poétique imprégnant la cité visitée.

L'elfe noir s'éveilla finallement, les visions se dispersant, à l'orée du bois de Glandorn, sur Framboise et derrière Nirë, qu'il avait cueillie au cimetière de Valtordu au début e la nuit. Les odeurs de la vallée pénétraient le nez de Plissava. La rosée encore tenace malgré l'heure avancée, les fleurs épanouies à l'ombre d'un chêne millénaire, l'herbe coupée
**L'herbe coupée?????? Qui aurait pu commetre pareil forfait?** Une petit ombre s'approcha, armée d'un bâton, à contre-jour, et apostropha le couple avec virulence.

-Arrière!! Retournez de là où vous venez, démons!!
-Mais qu'y a-t-il? Veux-tu tâter de mes flèches pour avoir insulté la princesse du bois voisin??
-Vous êtes pas vampires?
-De toute évidence, non.
-Bon. On a besoin de mages pour faire partir les âmes de nos proches.
-Euh... je m'y connais en âmes mais...
-Super!! Très bien. Venez.

Une fois pieds posé à terre, Plissava regarda Nirë, désolé d'avoir provoqué ce détour inopiné. Il implora le pardon de Nirë par son regard, et celle-ci fit la moue d'un personne expaspérée, mais elle souriait presque franchement.Dans la lumière, le semi-homme était visible maitenent. Il portait une cape de bure dont le capuchon recouvrait sa tête, potelée, lippu, le front fuyant et des petits yeux verts proéminants, lui donnant un air perpétuellement étonné.Un veston bordeaux à rayures jaunes et vertes couvrait une chemise portant la trace des dix-neufs derniers repas du hobbit. Celle-ci, avant d'être portée, devait être blanche... Le pantalon tenai grâce à des bretelles enroulées sur elles-même, et les boucles des poils de ses pieds nus renvoyaient à ses cheveux finement bouclés

-Un vampire à pénétré notre terre, dit-il. Et il a massacré beaucoup d'entre nous. Puis il est parti, et les âmes de nos proches nous hantent, vous devez nous sauver!!
-C'est que...
-Nous ne pouvons plus vivre!!!
Bon.

Ils arrivèrent ensuite dans un hameau, où l'odeur de putréfaction était insoutenable. Le hobbit les ammena au cimetière, où des ombres scintillantes se promenaient. Pris de malaise, Plissava s'éffondra. Ces âmes volatiles lui rappelaient de trop mauvais souvenirs... Et comment pouvait-il s'en débarasser sans boire leurs âmes et redevenir un assassin? Déjà, l'écho de la voix du maître revenait. Plissava réussit à prononcer ces mots si doux... le sauveraient-il une fois encore? Son coeur prit, l'elfe noir ne pouvait plus vivre seul.
-Nirë...
Nirë...
Revenir en haut Aller en bas
Nirë Shampooing Illustre
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 607
Age : 26
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 16/06/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
35/28  (35/28)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
80/140  (80/140)

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Mar 12 Déc - 16:00

Nirë sentit le corps de Plissava tomber à coté d'elle. Instinctivement, ses doigts se refermèrent sur le manche de Tchii. La dague resta scellée dans son fourreau. Le danger n'était pas assez palpable. Instentanément, la main de Nirë se détourna vers son arc, tandis que les doigts de son autre main se refermaient sur une flèche. Elle encocha la flèche, tendit la corde de son arc..et s'immobilisa. Ses yeux, toujours vairrons malgré le danger,cherchèrent vainement d'où pouvait venir le danger. Bien sur, le Hobbit pouvait etre dangeureux, l'expérience et la paranoïa de Nirë lui ayant appris que n'importe qui peut représenter un danger, mais elle ne croyait pas qu'il ait pu faire choir ainsi l'elfe noir, sans même le toucher. Ne distinguant personne d'autre, elle pointa sa flèche droit sur son coeur. Le hobbit leva ses petits bras gras et courtauds, et emit un murmure affolé :
- S'il vous plait...Mademoiselle...Je suis innocent !
Une voix, légèrement rauque, sortie de la bouche de Nirë.
- Alors..qu'est ce qui est arrivé ?
- Les ames ! Ce sont elles ! Elles l'ont emprisonné !
- Des ames ? Où donc ?
Nirë était en effet incapable de distinguer les âmes que Plissava voyait fort bien, volutes argentés flottant dans l'air.
Voyant qu'elle ne pourrait plus rien tirer du Hobbit, elle hésita à le tuer, puis se dit qu'une viande aussi grasse se serrait pas très appétissante. Elle se laissa tomber à coté de l'elfe noir, et s'agenouilla.
L'elfe respirait, difficilement il lui sembla. Des mots revinrent à l'esprit de Nirë. Il était un chasseur d'ame. Mais...il lui avait semblé qu'il était délivré...La vision de ses ames l'avait sans doute affaibli...Il fallait l'éloigner... Elle tenta de le soulever, sans succès. Nirë n'était pas encore assez inquiète, ou assez énervée, pour pouvoir user d'une magie aussi puissante que la magie de lévitation. Elle regarda l'elfe noir. Il semblait en proie à un désordre intérieur, état que Nirë connaissait, et redoutait.
-Excuse moi... murmura-t-elle. Elle ramassa l'arc de l'elfe noir, le mit sur son dos. Prit son sac également. Et hésita. Framboise était repartit. Seule, elle ne pourrait jamais l'éloigner suffisemment. Pourtant, ce lieu semblait dangeureux ! Des ames...Nirë frissonna, à l'idée de devoir se battre contre des adversaires qu'elle ne voyait pas, et dont elle ignorait tout.
Fuir ! Elle devait partir ! Elle commença à se détourner. Entendit un faible murmure.
Laisser l'elfe derrière elle ? ne s'agissait-il pas d'un meurtre ? L'elfe lui avait bien souvent sauvé la vie. Ne pouvait-elle pas au moins essayer de faire un geste ?
Cela allait contre toute sa théorie de lacheté, cependant...Elle arqua tout son corps, et tira l'elfe de toutes ses forces, l'éloignant de quelques mètres. Le dos de l'elfe noir frottait contre le sol, ouvrant au passages de longues écorchures, mais Nirë ne pouvait rien faire de plus.
Durant un temps imensément long, Nirë tira l'elfe ainsi. A mis chemin entre le camp Hobbit et la lisière du Bois de Glandorn, Nirë se laissa tomber sur le sol. Ses bras lui pesaient, et l'elfe noir semblait gagner en masse à chaque minute. A cet instant, alors que Nirë s'apprétait presque à tout abandonner, à attendre ici, un humain passa. Il s'agissait d'un paysan, sur le siège d'une charette transportant des bottes de foin.En appercevant l'elfe assise, il s'approcha, proposa de l'aide.
Nirë tourna vers lui son regard, lui demanda de l'aider à parvenir au bois de plus proche.
En voyant l'elfe noir, aux pieds de l'elfe sylvaine, l'humain faillit refuser. Mais Nirë avait un regard si implacable, si pétrifiant, qu'il ravala son refus, et se contenta d'espérer que l'elfe reste évanoui durant tout le trajet. Il aida Nirë à hisser le corps à bord, et ils partirent au petit trot. Il essaya d'engager la conversation de nombreuse fois, mais Nirë refusa de prononcer un seul mot. Une fois arrivés à la lisière du bois, Nirë descendit, porta Plissava sur le sol, et disparu dans les bois, sans même un regard ou un remerciement pour l'humain. Elle avait bien trop peur. Sa main, bleuit, d'etre restée tout le trajet fermement serrée sur le bois de son arc, prit une fois de plus le bras de l'elfe noir, et elle le traina sur quelques mètre. Moins de dix minutes plus tard, elle atteignit une clairière. La nuit tombait déjà. Nirë se laissa tomber sur le sol, alluma un feu maladroitement, et regarda si l'elfe semblait aller mieux.
Mis à part les blessures sur son dos, l'état de l'elfe n'avait pas changé.
Avec un soupir, Nirë avisa le sac de Plissava, qu'elle tenait toujours. Peut-etre pourrait-elle trouver un remède à l'intérieur ?
Elle ouvrit le cordon de la besace, le brisant tant ses doigts tremblaient de froid, et de peur. La foret, la nuit, lui semblait terrifiante.
A l'intérieur, elle vit une dizaine de petits flacons d'alchimiste étiquetté, mais rien de plus.
Si. Là, une liasse de parchemins.
Nirë les ouvrit, en parcourut le contenu.
Se figea. Serra ses doigts sur les feuillets, les froissant. Palit encore davantage.
Se tourna vers l'elfe noir. Le secoua. Difficilement, l'elfe ouvrit les yeux.
Nirë le regarda, du regard el plus froid qu'elle avait jamais eut.
Enfin, elle parla, d'une voix froide, entrecoupé de silence ou elle respirait bruyament.

- Je pense que je devrais partir. A ce que je vois, tu n'aimes pas beaucoup les habitants de Valtordu. J'ai lu les lois que tu as rédigées pour ton peuple.
Alors, ceux de Valtordu ne sont pas les bienvenus dans "ta" ville ?
Ma présence te gène, j'imagine ? A moins que tu veuille me tuer pour assouvir ton désir de vengeance, ton envie de guerre ?
Pour etre avec toi aussi, il me faudra payer une taxe de 2 pièces d'or ?

Il sembla à Nirë que Plissava essayait de réagir. De répondre.
Elle ne lui en laissa pas le temps, ne supportant pas l'idée qu'il puisse lui prouver avoir raison.

Elle se releva, lui jeta un dernier regard assassin, et murmura

- je ne pensais pas que pour toi la ville où l'on vit change quelque chose à la valeur... La politique ne m'intérèsse pas, sauf si elle entrave les gestes des etres vivants.

Abandonnant là son sac, son arc, elle s'élança, sans savoir ou elle allait, ses pieds nu se planta dans les épines répandues sur le sol de la foret. Elle courru longtemps, oubliant sa fatigue dans cette course éperdue dont elel ignorait la raison exacte. Ses instincts étaient ceux d'un animal. Fuir. Fuir, quoi qu'il arrive. Elle trébucha, chuta, ouvrant des plaies dans les paumes de ses mains, dans ses mollets nus. Ses yeux, plus noirs que jamais, décelait des ombres dans les ténèbres. Elle sortit avec fureur Tchii de son fourreau. Ne s'étonna pas que al dague accepte de se délivrer sans même un chuintement.
Ses réactions, si proche de celle d'un animal, ou d'une enfant, étaient celle de celle qui ne veut pas voir quelqu'un se réjouir alors qu'elle se sentait si malheureuse.
Elle reprit sa course. Planta sa dague dans la première créature qu'elle rencontra. Par réflexe, ramassa la viande.
Elle courait. Brandissait Tchii. Semait mort et sang. Repartait. Se couvrant de sang de ceux qu'elle tuait comme du sien. Epuisée, elle fini par s'arrèter. Se laissa choir contre le tronc d'un arbre. Grelotta. Redevenue une simple elfe sans defence, dans al nuit qui avançait.
Couverte de sang, de larme, de douleur, elle s'appuya au tronc. Regretta son sac, sa couverture elfique.
Frissona, plongea dans un sommeil comateux, troublé, tremblant et glacial.
Ne comprit pas ce qui l'affectait tant.


[Hrpg : morale, ne jamais écrire un RP en écoutant Saez -_-]

[edit mallzyk : dis le moi tout de suite si tu veux une corde mon ami ^^]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://sdgdp.canalblog.com
Vladostuu Von Theorçyn

avatar

Nombre de messages : 322
Age : 28
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : hermaphrodyte
Statut Spécial : Maire de Valotrdu
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Mar 12 Déc - 19:00

voix off :
Nirë gagne de la viande.Very Happy





comme je suis polisson Laughing Nirë gagne 3.1kg de pané de dinde !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Plissava
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1461
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : homme
Statut Spécial : Tout-Puissant
Date d'inscription : 03/11/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
25/25  (25/25)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
167/700  (167/700)

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Mer 13 Déc - 13:05

Plissava, encore secoué par les étranges halucinations l'ayant attrapées, se relava avec difficulté.Encore vacillant, il ne comprenaitt pas pourquoi il ne voyait pas Nirë... Elle l'avait pourtant encore une fois sauvé... (Faudrait pas non plus que ça devienne une habitude ^^). Il trouva ses affaires éparpilléesautour de lui et des traces de pas partant vers le coeur de la forêt. Celle-ci était bien plus saine que toutes les autres traversées: Les hautes ramures sylvaines étaient régulières, les arbres encore dans la force de l'âge n'obtruaient pas completement le ciel, de l'herbe fraîche s'étendait par terre... On pouvait même sentire une brise chaude venant du sud, le feaune ardent dans cette région. Mais l'elfe noir ne pensait guerre à ceci: il ne sentait pas non plus les blessures de son dos qui pourtant en auraient fait reculé plus d'un. Il cherchait désespérément Nirë, hors de son rayon d'influence magique. Elfe des villes, il ne pouvait suivre correctement les traces de pas de son amie, alors il entreprit de réfléchir, tentant de se calmer.
Une fois tout à fait sorti de sa torpeur, son coeur reprit un rythme de poul sain, et il se demanda le plus objectivement possible ce qui avait pu occasionner la fuite de sa compagne. Plusieurs hypothèses: éffrayée par les ombres l'ayant peut-être suivie, elle aurait abandonné son ami trop lourd à porter; ou alors elle aurait...
...
Il vit les parchemins sortis et se dit alors que quelque chose n'avait pas plu à Nirë... Il vérifia, tout semblait en règle, les lois promulguées celles qu'il avait appliqué, et son regard se fixa sur une peau déchirée, un peu plus loin: la taxe instaurée pour pénétrer en ville. Il se dit alors qu'abroger cette loi serait peut-être une bonne chose... Mais il savait pertinement que ce n'était pas ceci qui ferait revenir l'elfe Sylvaine. En proie à un nouveau tourment, il s'éffondra contre le tronc auquel quelques minutes plus tôt il était adossé, rouvrant ses blessures à peine refermées, et ne pouvant même pleurer il improvisa sur son luth (tout au fond du sac, dans une double poche, la seule chose non animée à laquelle il tenait vraiment) un air morbide de désespoir inconsôlable. Le silence se fit autour de lui, et seule la mélodie, sur laquelle les créatures vivantes sanglotaient, perça le silence neuf de la forêt. Un nuage obstrua le soleil limpide et dans le morne vent chaud et irritant se propageait les notes. La tonalité de do mineur, ses si bécares et ses la bémols emplissaient de leur aigüe souffrance le bois désolé. Les animaux de toutes races s'approchèrent et formèrent un cercle autour de l'elfe vibrant seulement grâce à sa main -reflet de son âme- tremblante et meurtrie.
La mélopée était concentrée par les branchages, et d'un bout à l'autre du bois l'on pouvait l'ouïr, mais elle provenait de partout. La masse vivante et grouillante devant Plissava le sortit de sa torpeur après une heure pleine de notes ininterrompues. Mais quand le charme cessa, les animaux se désinterressèrent de l'elfe noir et partirent chacune de leur côté. Ayant repris du poil de la bête, Plissava tua 14 de ces créatures dont il enfourna la viande dans son sac, le luth protégé efficacement au fond. Il sentit alors que Nirë n'était guère loin, une sizaine de minutes de marche tout au plus. Il les parcourut au pas de course, malgré l'attroce douleur le déchirant chaque instant. Tout semblait vouloir le ralentir, les branches cinglant son visage, les bêtes courrant dans ses pieds, Nirë qui marchait dans la direction opposée... Une large rivière traversait la forêt sur sa route, L'elfe sauta par-dessus, trébuchant contre le bord trop loin mais reprit immédiatement son allègre pas. Lorque il eut retrouvé son elfe, elle se retourna, semblant troublée. Néanmoins, un vague sourire naquit sur ses lèvres. Sans plus de cérémonie, au bout de son optimisme et des vagues lueurs d'espoir dansant devant ses yeux, Plissava l'enlaça, ses larmes -de joie des retrouvailles ou de tristesse du bref abandon?- coulant sur leurs joues collées. Il prit alors la parole, ses yeux braqués dans les vairrons de son amie, des yeux que personne ne pouvait oublier, ceux-là même qui avaient prit son âme, en ancien elfique, tel que c'était tellement plus romantique (^^)


-Nirë... Allons aider ces hobbits, il faut les secourir, en plus ils payent bien... mes flèches d'argent trouvent les esprits égarés loins de leur monde. Ou faisons ce que tu désire, tant que je ne m'éloigne pas de ton aura, source intarrissable de bonheur et protection.
Revenir en haut Aller en bas
Aden Ddu'r Fran
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 130
Age : 51
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Ajoint du maire de Valtordu
Date d'inscription : 08/09/2006

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Mer 13 Déc - 14:52

Voix off :

Plissava gagne 3,4 kilogrammes de viande.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nirë Shampooing Illustre
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 607
Age : 26
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 16/06/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
35/28  (35/28)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
80/140  (80/140)

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Mer 13 Déc - 17:35

Nirë ne comprenait plus ce qu'elle vivait.
Un instant plus tôt, elle était adossée à un arbre, seule et terrifiée, ses joues imprégnées de larmes salées, qui coulaient doulouresement de ses yeux fatigués.
Il avait fallut quelques courtes secondes pour boulverser cette situation, certes peu agréable, mais tellement rassurante pour Nirë, car elle connaissait si bien ce genre de situation ou tout semblait désespéré...
L'elfe noir avait surgit. Nirë s'était détournée, avait voulu se relever. Epuisée, elle y avait renoncé. Incapable de bouger, ou même de parler, elle sentit les bras de Plissava autour de son dos. Elle frissonna. Ainsi, il voulait la tuer. Lui briser les vertèbres peut-etre, ou encore lui planter un minuscule poignard dans le dos. Nirë le comprenait. Une prime... il toucherait une prime pour sa mort. Grelottant, tremblante de peur, Nirë attendit une mort certaine...Qui ne vint pas.
Ses tremblements s'espacèrent peu à peu, lentement, bien qu'une peur sourde continue à grondre dans son corps tout entier.
Elle avait peur du bruit, peur de l'elfe noir, et peur de son attitude.
La peur enflait dans des veines, et la pétrifiait.
Enfin, elle entendit les quelques mots murmurés par Plissava. Des mots dont elle comprit le sens sans réellement en distinguer la portée.
Instinctivement, paralisée par une peur incompréhensible, Nirë chuchota deux syllabes.

-J'ai peur.

Sitot prononcés, Nirë se rendit compte de la futilité, de la fragilité de ces mots. Elle voulut se dégager. Ni parvint pas. Réfléchit longuement, tandis que Plissava attendait, sans un bruit.
Il méprisait les habitants de Valtordu ! ...Et alors, quelle importance...elle aussi méprisait de nombreux peuples sans les connaitre, ou même en les connaissant. Il était motivé par l'argent. Peut-etre ne supportait-il sa compagnie que par désir de la combattre. De toucher sa prime.
Nirë décida que tout cela lui était égal. Elle même ignorait, si peu avancée qu'elle était dans els relations humaines, pourquoi elle supportait la présence de l'elfe noir, si proche d'elle.
Il voulait gagner de l'argent grace à elle ? Elle avait été tuée, blessée dans son honneur trop de fois pour qu'une fois de plus puisse la géner.
Pour al première fois de sa vie, Nirë fut capable de prendre un choix raisonné, un choix qu'elle avait l'impression de devoir prendre.
Elle ne savait pas pourquoi, mais pour l'instant, la compagnie de l'elfe noir lui plaisait. A deux, on risquait toujours moins les embuscades pensa-t-elle.
Alors peu lui importait les raisons de l'elfe noir. Elle, si égoiste, pouvait bien ne penser qu'à elle...
Aider...Aider des hobbits, des gens qu'elle ne connaissait pas... Si ça permettait de gagner quelque chose...
Elle regarda l'elfe noir droit dans les yeux, d'un regard étrange, très direct.


- D'accord. Allons-y. Rejoingnont ces Hobbits. Si tu veux t'enrichir sur mon dos...vas y, mais je n'ai pas dit mon dernier mot...
Elle se leva, échappant à l'étreinte de l'elfe. Regarda autour d'elle et murmura d'un air géné


- Euh.... c'est par ou ?

Coupée dans son élan, elle se laissa tomber sur le sol, et constata que Plissava avait amené ses affaires, abandonnées au campement.
Elle les rammassa, et attendit que l'elfe noir la guide.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://sdgdp.canalblog.com
Plissava
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1461
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : homme
Statut Spécial : Tout-Puissant
Date d'inscription : 03/11/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
25/25  (25/25)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
167/700  (167/700)

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Mer 13 Déc - 21:18

L'elfe noir entendit les mots "j'ai peur", se doutant qu'ils étaient rares dans la bouche de son amie... Il voulut lui dire qu'il comprenait et que de ce fait, ils iraient autre part, mais l'elfe lui tint des propos incongrus:

- D'accord. Allons-y. Rejoingnont ces Hobbits. Si tu veux t'enrichir sur mon dos...vas y, mais je n'ai pas dit mon dernier mot...

L'elfe noir ne comprit pas la raison de ces paroles, bientôt suivies d'un timide:


- Euh.... c'est par ou ?

Plissava décida alors que les paroles précédantes étaient de l'humour, bien que celui-ci lui parût étrange. Nirë se laissa tomber à terre
**décidement j'y comprend rien moi... M'enfin...** Il aida l'elfe à se relever, tentant de lui sourire et se mit en marche côte à elle vers la lisière de la forêt. la sombre ombre des nuages gris dispensait une lueur terne et la pâle soleil luisait faiblement au travers du voile blafard du paysage. Un mince rideau d'eau se mit à tomber du ciel, pénétrant insidieusement tout habit, glaçant les os. La grisaillepartout avait changé le paysage, et les arbres décharnés n'offrait aux passant que le rauque cri des corbeaux perçant les tympans. L'elfe noir, maussade, demanda à Nirë le pourquoi de sa remarque, après lui avoir dit qu'il ne comprenait pas son rôle. Mais avant qu'elle eût le temps d'esquisser une réponse, le hobbit rencontré quelques heures plus tôt repparut devant eux. Son visage creusé par la souffrance et la faim, ses petits yeux sombres renforçant vulgairement la pâmeur de ses traits. Son habit parraîssait délavé, et la moiteur de l'air le fesait adhérer à la peau, offrant une image de mort de faim. Le hobbit guida les elfes une fois qu'il eût manifesté son mécontentement de voir ses hôtes partis.
Le cimetière en vue, Plissava confia à Nirë deux flèches d'argent sur les 3 dont il était équipé. A bonne distance, il tira perçant une ombre, qui avec un cri inhumain et tétanisant, disparut dans l'au-delà.


-Vise bien mon amie... nos traits sont comptés.

Il fixa la cible des yeux, croisa ses doigts et retint son souffle tandis que son amie visait...
Revenir en haut Aller en bas
Nirë Shampooing Illustre
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 607
Age : 26
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 16/06/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
35/28  (35/28)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
80/140  (80/140)

MessageSujet: [chasse]   Jeu 14 Déc - 11:17

Nirë ne voyait toujours pas les ombres argentées que Plissava lui indiquait. Son corps était toujours secoué de tremblements, et une terreur sans nom s'empara d'elle lorsqu'elle entendit le cri de la créature. Le danger lui semblait proche. Elle baissa les yeux vers ses mains, et distingua deux flèches d'argent, que Plissava lui avait glissées entre les doigts sans qu'elle y prenne garde. Elle ne comprenait pas ce que l'elfe noir attendait d'elle. Qu'elle vise...certes, mais quoi ?
Ses yeux de nyctalope fouillèrent le feuillage sombre du bois. Autour d'eux, pas un bruit ne perçait, pas même le son d'un seul animal nocturne. La nuit était sombre, terrifiante, et la pluie glaçait chaque os de Nirë en glissant lentement vers le sol.
Le silence plut beaucoup à Nirë. Mais rapidement, il l'inquièta encore plus. Un tel silence était anormal, et présageait plus de danger que de sécurité. L'elfe noir regardait fixement une ombre. Il attendait. Nirë ferma les yeux un instant. Elle ne pouvait pas se ridiculiser, refuser de tirer une flèche, elle, une elfe sylvaine. Surtout pas si proche d'un bois. Elle se concentra. Fixa longuement les yeux verts de l'elfe noir,et l'endroit qu'ils désignaient.
Les yeux semblait indiquer une cible parfaite, à quelques mètres de là. Nirë arma son arc, visa. Tira lentement la corde en arrière. Rajusta sa visée, suivant le regard de Plissava.
Enfin, ses doigts engourdis larchèrent la corde de l'arc, qui chuchota dans le lourd silence qui les étouffait.
La flèche vola, et Nirë la vit se planter dans une masse invisible. Elle entendit un cri, puis la flèche retomba sur le sol, luisante sous al lune qui venait de sortir de son habitat de nuages.
Il restait une flèche dans les doigts de Nirë, et, elle l'espérait, une seule créature à tuer.
Elle arma la flèche, et regarda Plissava. Mais el regard de celui-ci était plongé dans des pensées obscures. Ils ne pouvaient lui indiquer la direction de la créature.
Renonçant à lui demander où se trouvait la créature, par fierté, et peut-etre pas désir de ne pas encombrer les reflexions de l'elfe, elle ferma les yeux. Ses oreilles ! Don de son peuple, marque indélébile de son appartenance à ce célèbre peuple, sage et savant. Des oreilles bien plus efficaces que celles d'un humains. Elles étaient presque douées d'une vie propre, et pouvait légèrement bouger pour suivre la direction du son.
Pourtant, Nirë n'entendit rien. Elle se concentra. Le silence était tellement complet qu'il bourdonnait légèrement. Chaque parcelle semblait diffuser ce sifflement. Sauf à un endroit. Sur un diamètre de près d'un mètre, Nirë sentit instinctivement plus qu'elle n'entendit, qu'aucun bruit ne lui parvenait. Serait-ce là qu'évoluait la créature..?
Nirë garda les yeux fermés. Orienta lentement son arc vers la zone. Essayant de ne produire aucun bruit, pour ne pas troubler ses sens. Enfin, la flèche fut dans l'axe. Elle dessera brusquement ses doigts. La flèche silfla. S'arrèta brusquement.
Un cri sourd, inhumain s'échappa. Un cri palpable. Une détresse puissante. Une son mat, solide. Nirë s'écroula, comme touchée par le cri. Un son de désespoir.
Plissava ne sembla pas la regarder. Tremblante, elle se releva. Plissava semblait maussade. Avait-elle échoué ? Ou bien...
Nirë se souvint des interogations de l'elfe noir, juste à l'instant ou le Hobbit les avait trouvés.
Elle réalisa que les raisons de sa fuite devaient sembler bien étranges à l'elfe noir. Il était encore presque assoupis lorsqu'elle lui avait exprimer sa colère.
Son attitude, ses paroles devaient lui paraitre incompréhensible.
- J'ai...pendant que tu dormais... lorsque ces...ames t'avaient troublé. Je t'ai ramené dans la foret. Et... J'ai regardé dans ton sac. Pas pour prendre l'argent ! Juste pour trouver un remède ! j'ai découvert tes lois. Et...tu ne dois pas comprendre...
C'est pour cela que j'ai fuit. Je ne supportais pas l'idée que tu supporte ma présence, uniquement pour me tuer. Pour toucher cette prime.
Pourtant...Je sais bien que les relations sont basée sur un rapport de force...ou d'interessement. Je n'aurais pas du fuir. j'aurais du savoir qu'il y avait une raison à ta présence.
Mais maintenant, si tu veux vraiment toucher ta prime...

L'elfe noir ne dit rien. Nirë s'intérogea. Avait-elle dit quelque chose de mal ? Etait-il en colère parce qu'elle avait fouillé dans son sac...?
Elle s'approcha des flèches d'argent, restées sur le sol, les ramassa. Sur le sol, à coté des pointes luisantes, Nirë distingua une forme. Une sorte de viande racornie, brulée.
COmestible ? Elle n'en savait rien, mais elle ramassa tout de même les trois portions de viande, et tendit à Plissava celle qu'il avait amassée.
Puis elle leva des yeux vers l'elfe et son silence. Chuchota, malallèse, les yeux dirigés vers ses orteiles nus.

- Tu es en colère...parce que j'ai fouillé ton sac ?

[HRPG : Plissava ramassa donc la viande tuée dans son dernier message (chasse jugée donc sur ce message) et Nirë la viande tuée dans ce message]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://sdgdp.canalblog.com
Nirë Shampooing Illustre
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 607
Age : 26
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 16/06/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
35/28  (35/28)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
80/140  (80/140)

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Jeu 14 Déc - 11:30

Plissava gagne 2,3 kg de viande d'ame ! (ça doit pas etre très nourissant ça -_-)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://sdgdp.canalblog.com
Plissava
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1461
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : homme
Statut Spécial : Tout-Puissant
Date d'inscription : 03/11/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
25/25  (25/25)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
167/700  (167/700)

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Jeu 14 Déc - 15:40

Chaque coup avait atteint son objectif. Les âmes abattues s'étaient éteintes et s'envolèrent par-delà (j'adore ce mot ^^) le néant de l'infini. La lune était pâle, son bref croissant aidait les spectres mourrants à se dissiper. Libéré de la douleur des âmes rodant, proches de lui, Plissava était soulagé. Il entendit alors les propos de son amie:

- J'ai...pendant que tu dormais... lorsque ces...âmes t'avaient troublé. Je t'ai ramené dans la foret. Et... J'ai regardé dans ton sac. Pas pour prendre l'argent ! Juste pour trouver un remède ! j'ai découvert tes lois. Et...tu ne dois pas comprendre...
C'est pour cela que j'ai fui. Je ne supportais pas l'idée que tu supporte ma présence, uniquement pour me tuer. Pour toucher cette prime.
Pourtant...Je sais bien que les relations sont basée sur un rapport de force...ou d'interessement. Je n'aurais pas du fuir. j'aurais du savoir qu'il y avait une raison à ta présence.
Mais maintenant, si tu veux vraiment toucher ta prime...

Plissava trouva ces propos tellement déroutant qu'il ne put emmetre instantanément une réponse. Rester avec elle pour la tuer! Pourquoi donc l'aurait-il sauvé? Visiblement désapointée, Nirë ramassa les flèches au sol et tendit à Plissava l'ectoplasme restant des spectres. Puis, faisant l'impression d'une petite fille ayant comis une faute et l'avouant à regret, Nirë dit:

- Tu es en colère...parce que j'ai fouillé ton sac ?

Plissava sourit, découvrant toutes ses dents (j'aurais bien mis "rit franchement" mais la relation serait devenue franchement douteuse ^^) Et entreprit d'éclairer quelques points visiblement obscurs dans l'esprit de son amie:

-Ne crains pas que je sois en colère, car si je ne t'ai répondu c'est que je ne pouvais trouver de mot assez juste et touchant pour te dire ce que je ressentais! Tu m'as sauvé la vie encore une fois et je t'en suis infiniment reconnaissant... Que tu aies cherché un remède dans mon sac ne fait que confirmer à mes yeux la dévotion à laquelle j'ai eu droit. Ce que tu as trouvé dans ce sac a porté confusion à ton jugement sur moi: je ne suis pas aussi avide d'argent que d'affection, et c'est pour cela que je suis elfe; serais-tu à ma merci, avec une formidable fortune dans ta bourse que je n'aurais de cesse que de te sauver, non pas pour que tu partageâsse ton butin au mien, mais... pour t'avoir, toi, auprès de moi... Tu dis que les relations sont basées sur un rapport de force ou d'interêt, mais par rapport à toi, le seul interêt, si c'en est un, est ton affection... assez troublante des fois je l'avoue...
Regarde-moi... Ne crois-tu pas que depuis longtemps je t'aurais... tuée (ce mot sortit comme douloureux de la bouche de l'elfe) ou que je ne t'aurais pas secourue au péril de nos vies, si c'était seulement pour une peu de ton or?... Nirë... Ash mylou tavë... (celui qui trouve la langue je lui donne tout mon or ^^)

L'elfe noir termina son discours -le plus long qu'il eût prononcé depuis une bonne décénie- sur ces mots étranges, d'un dialecte que seuls les démons anciens parlaient encore... et duquel ne subsistait en vie que de rares mots tels que ceux-ci. L'ardent timbre de voix de l'elfe s'étranglait presque dans sa gorge et tentant de cacher son trouble, il enmena Nirë par la main voir le hobbit qui leur offrirait sans doute pour des jours de victuailles. La lourdeur du paysage ainsi que le pesant silence s'estompèrent, laissant place à une frivole nuit fraîche et bienheureuse. Le hameau hobbit semblait avoir reprit des couleurs et malgré l'heure avancée de la nuit, quelques oiseaux s'aventuraient à chanter au jour gai à venir.L'elfe noir frappa 3 coups distincts à la porte du terrier qui s'ouvrit dans un grincement, faisant passer une athmosphère de fête, et une petite ombre apparut, chaleureuse et acueillante. Le semi-homme s'adressa aux elfe, tout enchanté de voir le maléfice dissipé:

-Amis de mon peuple, passez la nuit auprès de nous! Il faut festoyer après pareil évenement!

Sachant que l'allégresse et la fête n'étaient pas les principales occupations de Nirë, Plissava se permit de décliner l'invitation:

-Vous êtes trop aimable, maître...? (Plissava ne connaissait pas de hobbits, et il ne savait même pas qu'une telle race existait avant cette quête)

-Olo Gamwich, maire hobbit de ce village... Excusez mon empressement qui m'a fait oublier de me présenter à vous plus tôt

-Maître Olo Gameuwich, votre acueil est bienfaisant mais comme je vous le disais, il me semble préférable que nous nous absentions, une longue route nous est encore à parcourir.

-Rha... je vois... en tout cas, prennez ces victuailles, en honneur aux sauveurs de notre cité!! Et merci encore, bonne route!!

La porte se ferma soudain, étouffant la musique joyeuse de l'interieur, et laissant les elfes avec dans les bras de chacun un colis d'un bon poid rempli de victuailles. Une drôle de saussice dépassait de chacun d'entre eux, d'où de la poudre noire suintait. Laissant cet étrange objet pour une utilisation future, les elfes reprirent la route, ayant pour seule direction certaine la volonté de comprendre l'infinité de leur vie et de lui donner un sens. L'aube était encore lointaine, c'est pour cela que -si proches et si loins- les elfes s'allongèrent dans l'herbe humide et soyeuse, et s'endormirent face aux étoiles, leurs doigts s'éffleurants sans vraiment se toucher. Ils étaient exténués par la rude journée passée, fraction pourtant insipide d'une existance infinie. (j'en fais pas un peu trop là? ^^)


Dernière édition par le Sam 16 Déc - 15:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vladostuu Von Theorçyn

avatar

Nombre de messages : 322
Age : 28
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : hermaphrodyte
Statut Spécial : Maire de Valotrdu
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Sam 16 Déc - 12:15

Voix off
Nirë gagne 2.9 kg de viande

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nirë Shampooing Illustre
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 607
Age : 26
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 16/06/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
35/28  (35/28)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
80/140  (80/140)

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Sam 16 Déc - 22:18

[Hrpg]arg -_- j'étais en train d'écrire en meme temps ^^
Moi je raconte un truc qui se passe la nuit, je poste ici, je te propose de faire une petite liaison et de reposter ton message d'avant après enfin si ça te dérange pas ^^'comment ça, je fais chier le monde ^^' ? Ou sinon je modifie mon message pour embrayer sur ton message, à toi de voir.[/Hrpg]

Bien qu'épuisée, Nirë mit très longtemps à s'endormir. La journée avait été des plus boulversante. Ainsi, Plissava pensait que les relations n'était pas uniquement dues à un besoin matériel ? Ainsi, elle ne serait pas seule à rester avec lui juste par envie ? Tout ce qu'elle avait appris au long de son enfance solitaire, ce qu'elle avait décidé comme acquis, était mis en doute par les paroles de l'elfe. Des années de reflexion. Sa théorie sur le monde lui semblait pourtant irréfutable...
La présence si proche de Plissava, ses doigts qui l'effleurait, son coprs qui semblait dormir, mais qui sait ? Tout cela restait une crainte supplémentaire pour Nirë. Plissava avait beau lui avoir affirmer qu'il ne restait pas à ses cotés pour la tuer...
Nirë essaya de calmer sa respiration. D'inspirer lentement. De se persuader que Plissava ne lui ferait rien. Il avait eu tant d'occasions !
En faisant abstration du danger que représentait Plissava, d'autres peurs vinrent ébranler le corps étendu de l'elfe. Du bruit ! Des craquements ! Des ombres !
Nirë ne pouvait calmer les battements de son coeur. Il lui semblait que jamais dans sa vie, même une seconde, elle n'avait cessé d'avoir peur.
Elle roula sur le coté, silencieusement. Fixa l'elfe noir. Il dormait profondément, tout du moins elle en eut l'impression.
Sans savoir pourquoi, elle eut soudain envie de parler. QU'importe qu'il ne soit pas éveillé pour l'entendre. Sa voix s'éveilla sous le toit myriadé de lumière dorées, chuchotement aussi audible que celui qu'on prononce dans une cathédrale.

- J'ai peur. Pourquoi ai-je toujours aussi peur ? Pourquoi une telle angoisse m'agite-t-elle perpétuellement ? Une terreur de mourir, et de souffrir.
Pourtant, je croyais ne pas craindre la mort.

Dans un frisson, Nirë se laissa glisser vers la silhouette de l'elfe noir. Elle était incapable de comprendre pourquoi, mais il lui sembla qu'elle avait moins peur.
Etait-ce possible ? Elle aurait du avoir bien plus peur, si proche de lui.
Pourtant, ce ne fut qu'ainsi qu'elle parvint à trouver le sommeil, si proche de l'elfe qu'elle aurait pu le toucher sans tendre le bras.
Lorsqu'elle se réveilla, la couleur dominante aux alentour était toujours le bleu, et la nuit enfermait toujours le paysage dans un long vétement sombre.
L'elfe noir avait les yeux ouvert. Il sembla à Nirë que son regard était surpris de voir ses cheveux blonds si proches de lui. Nirë se leva d'un bond, balbutia une excuse. Essaya d'expliquer qu'elle ne voulait aucun mal à l'elfe noir, persuadée qu'il pensait qu'elle voulait le tuer.
Troublée, elle s'éloigna. Marcha plusieurs minutes, dans la nuit profonde, ses doigts blancs serrés sur le manche de sa dague. Une ou deux fois, il lui sembla distinguer une silhouette noir la suivant. Plissava ?
Elle s'enfonça dans les bois, jusqu'à que sa fatigue la rattrape une fois une plus.
Elle s'écroula alors sur le sol. Sa peur s'était etouffée durant sa marche. Mais là, elle la saisie encore, et Nirë fut bientot incapable de bouger, tout occupée à épier les alentour dans la crainte de voir surgir une créature qu'elle ne pourrait vaincre.
Se rappellant que parler l'avait rassurée, elel commença à parler à voix haute, imposant sa voix parmis tous les bruits de la nuit.

- Je n'en peux plus. Pourquoi suis je différente ? Pourquoi en grandissant, je n'ai pas pu comprendre ceux qui m'entouraient, ceux qui étaient sensé etre ma..Famille.
Pourquoi suis je incapable d'aimer des etres juste parce qu'ils ont un lien de parenté avec moi ?
J'ai du grandir seule. COmprendre que tout était un danger pour survivre. Oublier que les gens peuvent ... m'apprécier. Considérer tout el monde comme uen menace...

Nirë frissonna. Se rendit compte qu'elle parlait seule. Se tut, et resta là, à attendre dans la nuit, attendant d'etre capable de trouver le chemin de là où l'elfe dormait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://sdgdp.canalblog.com
Plissava
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1461
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : homme
Statut Spécial : Tout-Puissant
Date d'inscription : 03/11/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
25/25  (25/25)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
167/700  (167/700)

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Dim 17 Déc - 13:52

[hrp]ça va on enchaîne tout sans problème!! j'ai essayé de la poster 3 fois mais j'avais eu 2 plantages et 1 coupure de courant ^^, alors l'enchaînement va être curieux par ses différences de points de vue et de narration... mais pourquoi pas?[/hrp]

Le soleil s'élevait à peine au-dessus de l'horizon lointaine que les elfes ouvrirent les yeux, le vent frais dans leur visage. L'aurore était pâle et soyeuse, comme un fin drap tamisant une lumière trop éblouissante. Le ciel d'un bleu tendre et profond parlait au firmament, par ses moutonnements nuageux qui comme du coton semblaient souhaiter qu'un ange s'y allongeât. L'ombre reculait vivement des collines, happée par le rayonnement perpétuel du soleil sur la vallée. L'herbe, douce la veille, avait gelé pendant la nuit, et les elfes durent faire craquer quelques brindilles pour se lever. Leur regard portait loin à l'est, là où encore plus que du cyan était présent l'orange de la nuit agonisante. L'on pouvait entendre au loin piailler quelques oiseaux menus, se plaignant que les vers de terre aient décidé d'hiberner cette année là. Le mince frémissement d'un ruisseau lointain se fesait ouïr, les perles d'eau irrégulières mais toujours si parfaites jallissant inaltérablement des galets reposants au fond de leur antre de cristal. Les elfes, enchantés par une vision si belle du paysage, se mirent en route, voyageurs égarés errant au travers d'une abîme infinie d'amertume. (Moi? ce que j'ai fumé ce matin? jvous l'dirai pas ^^) Un sentier tortueux serpentait entre les collines et menait droit au bois de Glandorn, tout proche.
Les pieds agiles et ignorant l'âcreté de la terre salissante et tassée par les passages hobbits, les elfes s'aventurèrent au nord, là où la forêt était le plus dense. Les ramurent des arbres s'entrouvrirent pour laisser passer les elfes qui s'aventurèrent sous le couvert des arbres. La température qui y régnait était nettement supérieure à celle d'en dehors, comme si les arbres n'avaient eu comme soucis que de garder emprisonnée dans leur branche la chaleur de la veille pour le confort des habitants de leur royaume. Après la contrée froide du dehors, la forêt semblait étouffante: les bruits se confondaient les uns aux autres, le rayonnement de chaque créature, l'activité des bêtes et leur respiration incéssante. L'herbe aux pieds était spongieuse et abondante, elle offrait ainsi ce que les elfes riches nomment la pédicure, par le biais de massages prolongés. Un corbeau écoutait chanter une racine qui se lamentait:


-Ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie!

et l'oiseau répondait:

-C'est moi le phénix des hôtes de ce bois!!

Plissava était interloqué, il n'avait jamais entendu d'arbre se plaindre, ni d'oiseau faire de la littérature... Il se raidit, et sa peur ne fit que se renforcer quand l'oiseau s'adressa à lui de sa voix aigre et rocailleuse:

-Tiens donc, un paysan!

L'elfe tenta de cacher son appréhension à parler avec telle créture

-Bonjour bonjour!!

[hrp]on arrête avec les citations bidon ^^ [/hrp]

-Et une paysanne!

-C'est une princesse!

-Une princesse? Alors il faut que son sang nourrisse mes racines!

-Mais qui êtes-vous? Vous ne toucherez pas à un seul cheveu de Nirë!

-Ou alors on devra te passer sur le corps? Oui on connait le refrain!! Arrrrhh... Ces créatures qui se croient plus intelligentes que nous ne doivent pas être douées d'un bien gros cerveau!

-Mais si... expliquez-vous!

-Répondez-moi alors! Le jour meurt et la nuit se lève. Qu'est-ce qui arrive ensuite?

N'importe quel être sain d'esprit aurait répondu: La lune ou alors l'aube naissante, mais le mot de passe pour rentrer dans une crypte d'assassin n'était pas étranger à Plissava, et c'est avec mépris que celui-ci le prononça, contraint par la marque qu'il avait reçu au début de son ancienne formation

-Les ténèbres dans leur robe cendrée. *Je déteste ce mot de passe ridicule!!*

-Bien!! Et qui succède au maître?

Cette partie du mot de passe, Plissava ne l'avait jamais apprise... Sans doute un signe distinctif à une nouvelle secte... Il fallait répondre, ou la mort s'abattrait sur l'elfe et son amie. Il le savait, connaissait le châtiment réservé à ceux qui découvraient un sanctuaire sans pouvoir l'ouvrir. L'elfe noir resta coi quelques secondes et au moment où il allait proposer une réponse improvisée, la racine lui coupa la parole pour lui dire:

-Le traître

Oui... C'est toi le traître... Tu as tué ton maître et maintenant qu'il est loin de toi tes compagnons t'ont désigné comme son successeur!

-Tu dois prêter serment!

-Je ne peux pas... Je ne suis plus... Non!!

-Maintenant, ou vous mourrez!

-JAMAIS!

-Tant pis.

Le corbeau croassa ses derniers mots durement, comme une évidence néfaste et implacable. Tout à coup, l'aube naissante fit place à l'obscurité intemporelle des ténebres mortels des sombres méandres de la mort et de l'assassinat. L'on ne distingait plus rien, la forêt avait cédé sa place à une immense place sombre et sans lumière ni vie. Le silence se fit, et le contact des doigts de Nirë à ceux de Plissava donna le courage à l'elfe noir d'exprimer, par le biais d'une voix tremblante et inassurée sa peur sans fond, gouffre invincible où chaque espoir s'engouffrait pour ne jamais revenir. De marbre, Nirë restait debout dans les ténebres, sa main tremblant au contact de celle de son ami. Puis la lumière revint, le corbeau et la racine avaient fait place à une demie-douzaine de silouhettes en robes noires, amples et aux larges capuchons.

-Plissssssava...

sussura une ombre mouvante sans nom.

-Sois notre maître, ou meurs!

**Décidément, ces gars-là ont toujours autant d'inspiration dans leur réparties**Et sans un mouvement de trop, l'elfe noir brandit sa longue et nouvelle lame, jetta sa hache sur une figure ennemie, la faisant exploser sous le choc. Le sang gicla en torrents, tel une fontaine de jouvence intarrissable, avant de se ternir, coagulé à peine sorti des corps maintenant inanimés. Le calme revint dans la luxuriante forêt, une épée dans la main de l'elfe noir et la longue dague d'argent dans celle de Nirë.
Soulagé d'en avoir fini avec ces ombres cauchemardesques, Plissava prit la viande des corps, et, et d'un pas plus assuré que sa voix auparavent, repartit avec son amie dans les profondeur de la forêt vivante, pleine de vie et d'aventures...


[hrp]Faut aussi noter le RP d'avant!
Revenir en haut Aller en bas
Nirë Shampooing Illustre
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 607
Age : 26
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 16/06/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
35/28  (35/28)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
80/140  (80/140)

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Lun 18 Déc - 16:23

Au milieu des arbres se glissa alors sournoisement une légère bruime. Bandeau de fumée, nuage légèrement bleuté, la bruime s'installa, se faufilant entre arbres et arbuste, habillant d'un voile léger les arbres, funestes gardiens.
De voile de lin, le brouillard devint épais tissu de coton, et le tissu de coton devint impénétrable. En l'espace de quelques éphémères minutes, la bruime envahie tout, et
leurs yeux d'elfes furent incapable de distinguer l'autre. Lien rassurant, leurs mains entremelées telles deux ruisseaux restaient leur seul repère dans ce monde ouaté. Un profond silence étouffait l'atmosphère. Le temps était semblable à un jour de neige, lorsque chaque flocon contribue à assourdir la vie. Nirë avait l'illusion d'etre plongée dans un monde de coton épais, un monde où elle ne distinguait ni ciel ni Terre. Un monde de rêve. Douze claquement électriques retentirent soudainement, appellant douze éclairs bleutés. Le brouillard fut très légèrement repoussé, et Nirë distingua douze silhouettes noires, avant que l'écharpe de Brume ne les emmitouffle à nouveau. Un feulement retentit, cri sauvage, bruit qui accompagnait la sortie de la dague effilée de l'elfe or deson fourreau d'argent finement ciselé. L'autre main de Plissava se posa soudainement sur le bras de l'elfe, sortant du néant pour l'empècher d'achever son geste. Le coeur de Nirë battait si fort que rien n'exitait plus pour elle que ce lourd martellement, semblable au rythme puissant de quelques rites incantatoirs.
Son cerveau si vif lors d'un danger fit jaillir soudain des dizaine d'hypothèse que l'elfe essaya d'ordonner. De comprendre. Tout son Etre clamait que ce brouillard était le coeur même du danger, qu'il n'avait rien de la brume habituelle d'un matin glacial.
Bander les yeux de ses proies. Une méthode connue. Seraient-ils la proie ?
L'étrange scène qui s'était déroulée sous ses yeux un peu plus tot la renforça dans cette idée. Plissava était appellé à régir sa guilde. Chacune de ses ombres venait l'empécher de se dégager de son destin. Sans doute connaissait-il cette méthode du brouillard, et ceux qu'elle appellait, car son geste était sans équivoque. Il ne servait à rien de combattre.
Inexorablement, les ombres noires à peine discernable se rapprochaient, formant un cercle autour du couple. Un cercle bientot entièrement fermé.
Il fallait tenter ! Essayer de fuir ! Avant que les corps soient trop proches pour forcer un passage. Avant qu'il soit trop tard. Oubliant le conseil muet de l'elfe noir, Nirë bondit. Ses pieds quittèrent le sol sans bruit, prennant un puissant un élan.
Son corps fin et souple s'élança, se glissa, tentative désespérée. Sa lame mordit à l'aveugle, heurtant l'épaule d'un de leurs prédateurs. [est ce que tu sais te battre à l'aveugle ? Euh, j'ai 5%...chut, c'est pas RP de dire ça!]
Des mains puissantes saisirent Nirë, rendant vaine sa tentative de fuite, et la repoussèrent violemment à l'intérieur du cercle. Elle heurta le sol brusquement, et ne pu plus distinguer ce qui arrivait plus haut. Des echos lui parvinrent, alors que ses mains meurtries tentaient de la relever. En tombant, Tchii lui avait échappé des mains, lui blessant les doigts. Elle donna des petits coups maladroits autour d'elle, détecta la lame d'argent. Ses doigts se refermèrent sur le manche qui semblait fait pour les acceuillir.
Un bras puissant la releva. Une voix désagréable retentit, assassinant le silence.

- Qu'est ce que c'est ça ?
- Une enfant je crois. Nirë sentit une main passer violement entre ses cheveux pour
heurter ses oreilles.
Non, une elfe.
- Tue la.

L'ordre claqua. Traversa le brouillard. Arriva aux oreilles de Nirë.
L'elfe tenta de se dégager, donna avec forces coups de pieds, de mains. Rien n'y fit.
Les mains de l'homme qui la tenait se refermaient sur son cou, coupant peu à peu l'air.
Un instant, son esprit envisagea qu'elle n'était pas seule. Elle chuchota plus qu'elle n'appella. Prononça ce mot en derner recourt, tel on prononce le dernier sortilège que l'on peut lancer.

- Maeglir.

Murmure certes, mais audible. La scène était si silencieuse que tout le monde perçut ce mot. Les mains qui la détenaient glissèrent, se relachèrent légèrement, puis l'homme se ressaisi et les doigts serrèrent plus fort encore. La voix qui avait demandé sa mort s'éleva encore. Presque riante, bine que la froideur de l'etre le laissa pas possible de penser qu'il connaisse quelque chose d'aussi superficiel que le rire.

- Maeglir. VOilà qui est intéréssant. Ne la tue pas tout de suite.

Meurt. Vit. Les ordres les plus sacrés, les plus durs à donner. Cet homme les déclarait comme on déclare d'un ton badin ce que l'on compte manger à midi.
La pression sur son cou se relacha. Ses pieds retrouvèrent le sol invisible. Elle se sentit bousculée, perdit l'équilibre. Heurta quelqu'un. Ses yeux se levèrent, et elle reconnu Plissava.
L'elfe apeurée se jeta contre lui, son corps agité de tremblements, son visage noyé par
les larmes.
Elle eut soudain l'impression de voir une autre Nirë. D'etre loin, loin au dessus de ce qui se déroulait. Ce ne pouvait etre elle. Au milieu d'un danger, la Nirë qu'elle avait toujours été ne pouvait ainsi compter sur quelqu'un d'autre pour la sauver. Les doigts de l'elfe s'entremèlèrent à ceux de l'elfe noir, s'accorochant presque comme elle se serait retenue au dessus d'un immense abime. Encore un geste incompréhensible. Comment le contact des doigts de l'elfe noir auraient pu l'aider ? Nirë tentait de donner des ordres à son corps, ce corps qu'elle voyait évoluer devant elle. Rien n'y faisait, l'elfe agissait toujours aussi inconsciemment, refusant de saisir son arc ou sa dague, et de tuer.
L'instant paraissait unique, pourtant il rappellait étrangement à nirë une scène déjà
vécue. Un instant si douloureux. Lorsque les deux Nirë s'était fondues en elle, semant contradictions et désordre dans le corps de l'Etre déjà si dérangé qu'elle était.
Elle voulait abandonner sa lutte. Voulait laisser les évènement arrivés.
Elle voulait agir. Tuer. Fuir.
Brusquement, elle abandonna sa vision aèrienne de la scène. Son corps s'écroula et le sol vint à sa rencontre, comme pour recueuillir son corps épuisé. Agitée de convulsions, de tremblements, elle hoqueta, vomit, se recroquevilla et resta immobile sur le sol.
Ses yeux se colorèrent de noir. Sa force lui revint brusquement, aussi brusquement que tout ce qui restait de pitié et de raison s'évanouissait en elle.
Elle se releva, encore flageollante. Brandit Tchii. Sauta. Retomba trop brusquement. Elle avait présumé ses forces. Une dague mordit violement son flanc. La douleur raviva son désir de fuir. Elle tomba à genou, plaqua ses deux paumes sur le sol. La terre trembla. Nirë se releva, et frappa. Frappa tout ce qui l'entourait. Le sang gicla, autant le sien que celui de ceux qu'elle blessait. Soudain, les silhouettes se regroupèrent. Levèrent les bras au ciel de concert, psalmodiant en une langue inconnue.
Les Silhouettes disparurent. Toutes sauf une. Nirë brandit sa dague. Dévia au dernier instant.
L'elfe noir. Dans sa rage, elle avait totalement oublié sa présence. Seule sa silhouette restait.
Nirë eut beau dévier la lame, la force de son bras ne put etre arrèter. Ne fut pas arrétée. Parr incompréhension ? par peur de blesser l'elfe blonde ?
La rage de NIrë retomba très vite. Trop vite. Cette rage qui la prenait, l'empéchait de faire ce qu'elle désirait. Jamais elle ne s'esquivait aussi rapidement.
Serait-ce un changement que l'elfe noir avait opéré entre elle ?
Mais elle ne voulait pas ! Elle ne voulait pas changer ! Pas encore de boulversements. Sa vie était déjà trop complexe. Serait-il possible que... Non ! Impossible ! Pas elle !
Elle croyait pourtant etre incapable d'aimer. Elle ne savait qu'hair. Mais il semblait qu'elle soit capable d'aimer aussi fort qu'elle pouvait hair. Beaucoup trop fort.
Il était inconcevable de tenir ainsi à quelqu'un pensa-t-elle.
Un tel amour ne pouvait qu'étouffer. Tuer. Encore plus efficacement que Tchii avait tué deux des assassins, qui gisaient maintenant sur le sol, alors que de longues lianes ensolrcelées sortaient du sac de Nirë pour amasser la viande. Un sortilège désuet, qui lui sembla si décalé. Quelle idée de faire cela...Pourquoi récolter de la viande dans un tel instant?
Nirë ne savait que faire. Les assassins allaient revenir. Elle devait fuir. Elle craignait de comprendre pourquoi ils l'avaient laissé en vie. Devait-elle servir de véritable arme vivante contre l'elfe noir récalcitrant..? Elle devait les empécher de se servir d'elle. Fuir.
Mais elle ne pouvait pas le laisser mourir. Elle glissa sur le sol. Arracha un morceau de sa tunique. Maladroitement, elle essaya de soigner la plaie béante qu'elle avait ouverte dans le flanc de l'elfe noir. Ses doigts tremblaient. Ses yeux ,toujours d'un noir impénétrable, scruttaient les alentours, dans la crainte et la certitude qu'ils reviendraient.

_________________


Dernière édition par le Dim 3 Juin - 13:38, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://sdgdp.canalblog.com
Nirë Shampooing Illustre
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 607
Age : 26
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 16/06/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
35/28  (35/28)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
80/140  (80/140)

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Lun 18 Déc - 17:01

Voix off :

pour les deux rps précédents, Plissava gagne 3,3 kg de viande

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://sdgdp.canalblog.com
Vladostuu Von Theorçyn

avatar

Nombre de messages : 322
Age : 28
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : hermaphrodyte
Statut Spécial : Maire de Valotrdu
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Lun 18 Déc - 17:37

voix off :
Nirë gagne 3.2kg de viande

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Plissava
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1461
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : homme
Statut Spécial : Tout-Puissant
Date d'inscription : 03/11/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
25/25  (25/25)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
167/700  (167/700)

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Lun 18 Déc - 21:29

Immédiatement après la mort des assassins, l'air se troubla et devint opaque. Ce sort était d'illusion, et seuls les puissants assassins savaient en faire usage, il rendait invisible chaque chose aux personnes visées, mais les lanceurs, eux, n'étaient pas aveugles. Sachant ce qui allait se passer par la suite, Plissava avait tenté de fermer son esprit aux elfes arrivant de toutes parts, de faire abstraction du monde entier l'entourant, même Nirë ne fesait plus partie de son esprit. Mais quand elle prononça son nom il se sentit défaillir, coupable de l'avoir abandonné... Il n'avait eu conscience des ordres de mort et faillit s'évanouir lorsqu'il enendit: "Ne la tue pas tout de suite." En proie à un fort malaise (Décidément, Plissava est pas un résistant mental) l'elfe noir ne suivit plus les évenements qui suivirent, jusqu'à ce que la lame de son amie lui transpèrce les reins. Il s'écroula au sol, inconscient, et ne rouvrit les yeux que bien plus tard...
Le jour se termine doucement, le vaste ciel innondé d'écarlate et de sang. Au travers du feuillage noir de la forêt, la menace pèse. Les yeux de l'elfe noir sont assaillis de sensations, et la lance perçante du soleil mourrant agresse ses yeux vitreux. Les nuages déchiquetés par les vents s'en vont par légions vers une bataille prochaine, les feuilles se percutent douloureusement et incessament dans leur guerre pour la lumière. Plus loin, un rapace dévore un lièvre dans ses serres, le cou brisé. Une douleur aiguë larde le flanc de l'elfe... Un visage déformé par la haine se dresse devant lui, la chevelure de feu et les crocs acérés. Et pourtant, une douceur infinie l'envahit. Sont-ce les fourmis qui atténuent sa douleur? Ou le parfum de l'assaillant inconnu... La plaie s'infecte et l'elfe repart en voyage.
Il fait maintenant nuit. Les feuilles forment un rideau opaque d'où la lueur étincelante des étoiles ne passe pas. Le soleil est couché, les nuages ont livré bataille contre un orage, les feuilles sont tombées et pendent à leurs branchages. Le cadavre d'un lapin est étalé à quelques mètres de là et les fourmis s'en repaissent. Le visage reparaît calme et souriant, la pâleur de ses traits le rend lumineux et serein. La douleur a disparu et Plissava reconnait Nirë. Péniblement, il se relève, porté par le bras de son amie, et fait quelques pas, avant de s'adosser à un arbre. Il demande ensuite à l'elfe ce qui c'est passé: ayant pansé la plaie, elle a concocté une potion qui a soulagé la douleur de l'elfe et l'a remis sur pied. Il la remercie, l'embrasse et sanglotte dans ses bras... Elle s'interroge alors sur ce qui va venir ensuite et il lui répond:

-Nous avons trois solutions. Ils doivent venir me prêter serment si je ne viens pas à eux, ne pouvant pas choisir un autre successeur si je ne suis ni mort ni n'ai accepté. Pour cela, il leur faut chevaucher le vent, possible seulement si nous restons deux jours d'affilé au même endroit. Si je refuse de signer le pacte, ils me sacrifieront et désigneront un successeur. alors, nous devrons tous les tuer... Ou nous fuyons, et ils mettront environ un mois à être tous auprès de nous, même en ayant pris les meilleures précotions -ils ont des espions partout- ou nous restons ici et les combattons d'ici demain, ou nous allons à leur rencontre et nous avons le temps du voyage, pour rejoindre leur sanctuaire au nord de Boulgourville.

Ils se mirent d'accord pour la troisième option (quelle rapidité Razz ) et partirent pour le sanctuaire maudit de la cité perdue au loin, main dans la main.
Ils avaient à peine avancé une minute qu'une créature difficilement indentifiable (est-ce un nain, un hobbit, un humain, un vampire?) leur barra la route et déclina sa volonté de voir Plissava revenir à la tête de sa guilde.

-Vous êtes inconscient, maître...?

-Olo Gamwich (cf. en arrière) Vous devriez trouver une autre manière de demander aux gens leur nom...

-Quoi??????? Vous étiez assassin????

-Je le suis.

L'elfe noir soupira, et asséna un violent coup de poing dans le visage de sa victime. Celle-ci eut le temps de sortir sa dague, noire et effilée, et de frapper Plissava dans le bras. Il para le coup et un bref cri se fit entendre derrière lui mais il n'eut pas le temps de voir ce que c'était, le hobbit revenant à la charge. Le combat dura de longues minutes, feintes, esquives, parades... et enfin le hobbit tomba, percé de part en part, fesant figure de saussice sur un pic brochette **bon dîner... faudrait y penser** Et dans un rictus de satisfaction et de haine, le petit être murmura dans son gargouillis de sang:

-Objectif attein... tu es faible maintenant!

-Vermine!

Et il retira son épée du corps de l'ombre, l'achevant. Il se retourna et...

-Nirë... Les monstres... NIRË!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Fou de rage et (encore) de désespoir, l'elfe s'acharna surla déouille du hobbit (dont la viande finira par rentrer magiquement hachée dans son sac) jusqu'à ce qu'elle ne fut plus qu'une immonde flaque de sang. Tout espoir n'étant pas perdu, il tâcha de chercher Nirë. Partant vers Boulgourville pour accepter sa charge de maître de la guilde contre la vie de celle qu'il aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Vladostuu Von Theorçyn

avatar

Nombre de messages : 322
Age : 28
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : hermaphrodyte
Statut Spécial : Maire de Valotrdu
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Lun 18 Déc - 21:48

voix off :
:(49): c'est mimi !
plissava gagne 2.1 kilogrammes de viande

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Plissava
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 1461
Citoyen de : Waldorg
Sexe du Perso : homme
Statut Spécial : Tout-Puissant
Date d'inscription : 03/11/2006

Feuille de personnage
Energie Vitale:
25/25  (25/25)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
167/700  (167/700)

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Mer 20 Déc - 20:40

Plissava marchait, titubait, trébuchait, tombait, mais avancait toujours vers la ville où il devait aller. Il était à bout de forces morales et commençait sérieusement à s'épuiser. Il lui semblait avancer dans un tourbillon sans fin, les arbres bougeaient et le sol se mouvait sous ses pieds. Alors, l'elfe noir se mit à gargouiller et s'assit reprenant ses esprits et sa pensée.
**Ils veulent l'utiliser comme une pression sur moi... me faire céder et aller me faire prendre fonction... ou alors ils nous attirent dans un piège pour tous deux nous abattre... Il faut que j'y aille, je n'ai pas le choix. Même si elle arrivait à se libérer ils nous pourchasseraient des décénnies sans relâche. Je dois les tuer... éradiquer les ténebres de la terre de Fangh... Mais sans Nirë je ne pourrai... *soupir* Je dois me faire sacrer et revenir sur le chemin du chaos pour la sauver... et à ce moment, tourmenté et endoctriné, je n'aurais de cesse de la tuer. C'est donc elle ou moi... Ce sera moi. Adieu, forêt, vie... Nirë...**
Versant quelques larmes, l'elfe noir brandit sa dague au-dessus de sa tête avant d'entamer la chute vers sa nuque, mais la lame s'arrêta à fleur de peau, et le sang irisé perlait de la pointe de la dague.
**En plus je suis lâche... Et bien soit. J'irai et je tenterai de sauver Nirë et moi, dussions-nous y passer ensemble.**
C'était l'amertume d'un vie infinie déja terminée qui guidait les actes de Plissava.
**Lâche ou pas, de toute façon, je ne pourrai sauver Nirë le ventre vide. Il n'y a plus rien dans ce sac, à part mon luth!**
L'elfe noir se releva et discretement partit à la chasse dans la forêt. L'aube commençait à paraître derrière le couvert des arbres, et un mince sourire naquit sur ses lèvres, pensant à toutes celles passées dans les bras de Nirë sur Framboise...
Framboise...
Mais qu'était donc devenu ce fier destrier se demanda Plissava. Il ne l'avait revu depuis qu'ils avaient atteint Glandorn...Grace à une telle monture, il pourrait rejoindre Boulgourville en moins d'une journée! Mais n'obéissant qu'à sa maîtresse, le cheval devait déjà être en train de délivrer Nirë... Une telle pensée réconforta l'elfe qui n'avait encore eu dans son champ de vision aucune créature comestible. son pas feutré n'était perçu que par les bêtes écrasées par son poids sous ses talons. Le piaillement strident d'un oiseau retentit tout proche, et Plissava, tous ses muscles arqués et son arc déjà bandé, tira là d'où le bruit venait. Un faisan s'écroula de sa branche.
L'elfe noir prit alors une autre flèche et alla découper l'oiseau. Un fois placé dans son sac, un pas lourd et traînant se fit entendre à quelques centaines de mètres.. Plissava les parcourut en une demi-minutes, filant comme le vent et tomba nez-à-nez avec un ogre tenant un sac de pommes sur son dos. Voyant l'elfe, il se lécha les babines et usa de son sac comme d'une massue, frappant vers la tête de l'elfe. celui-ci, agile, esquiva le coup en se baissant promptement et décocha son trait dans la jambe du monstre. Celui-ci hurla et donna un coup de pied dans le torse de l'elfe qui recula d'une quinzaine de mètres. Etalé sur une souche pourrie, Plissava se releva vite et sortit sa hache, dont un coup puissant fusa en plein dans le bras gauche de l'ogre. L'os broyé, l'être immonde était maintenant fou de rage. Sa furie atteignait son paroxysme et les pommes de son sac finirent broyées sur un tronc proche. armé de compote, l'ogre était maintenant bien moins terrible. Plissava profita du moment de compréhension de l'inutilité de la compote pour décocher une flèche dans l'épaule droite du monstre. Grace à une grande chance, l'elfe noir avait sectionné le nerf contrôlant les mouvements du bras entier. Ivre de douleur, la créature verte s'étala de tout son long devant l'elfe noir triomphant, et semblait sangloter. Dans un accès de pitié, Plissava acheva la créature et entreprit de la faire rôtir.
Quand il reprit la route, la matinée était bien avancée: le ciel luisait sous la luminosité solaire et le faeune soufflait, réchauffant les feuilles des arbres encore gelées. L'elfe cheminait d'un pas rapide, il courait presque, même. Les rats, les musaraignes et autres mulots finissaient bien vite dans le sac de l'elfe. Il arriva finalement dans une étroite clairière où coulait un ruisseau formant ici une cuvette. Il se dit qu'une telle halte ne pourrait faire de mal à personne et plongea dans celle-ci. L'eau était claire et profonde, cristalline et sur son lit de galets. L'elfe noir remarque toutefois quelquechose d'étrange: au fond, il y avait une porte. Très vieille porte donnat sur l'inconnu. D'humeur aventureuse, Plissava n'hésita pas à s'y engouffrer. Il remonta prendre sa respiration et replongea pour y entrer. Il fit quelques mettres sous l'eau avant d'arriver dans une grotte pleine d'air. Il vit aussi des inscriptions sur le mur. Les déchiffrant il comprit que le sanctuaire dans lequel il venait de pénétrer était celui d'un secte d'adorateurs des ténebres. Bien décidé à affaiblir Kornerott, Plissava parcourut les longs couloirs et tomba sur un prêtre vampire dans une salle immense, éclairée par des vieux cierges à la lueur hésitante. Les dalles parfaitement ajustées et les colones alignées à la perfection témoignaient de l'esclavagisme des ouvriers. Le prêtre, voyant l'elfe noir, prit la parole.


-Bienvenue dans la demeure de la légion des immortels! Qui vous envoie? Gzor?

-C'est aimable à vous. Mais c'est ma foi m'envoie là, pas la vôtre. Adieu.

Le prêtre n'eut pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait que déjà il était en pièces détachées fendu de part en part par la lame acérée de Plissava. Il mit feu au cadavre pour le purifier et continua son chemin, passant dans une succession de pièces exigues et étroites. Au milieu de sang séché, les torches pendaient au mur. Un guerrier salua Plissava et s'éffondra une fois passé aux côtés de l'elfe, une dague fichée dans le cou. La fumée âcre se dégageant de la combustion de son corps obligea l'elfe noir à avancer plus vite, au mépris des règles de sécurité. Le labyrinthe souterrain était immense, et Plissava archa plusieurs heures avant de tomber sur une salle à manger où festoyaient 12 convives. reposant sur la nappe tréssée avec les tripes des esclaves ayant bâtis l'édifice se trouvaient de multiples animaux entiers, certains agonisant encore à moitié dévorés, sur lesquels chaque convive se servait directement. Le sang en tonneaux était renversé un peu partout sur la table. Une lueur mauvaise dans le regard, Plissava s'assit à leur table et finit de remplir son sac de victuailles comestibles, achevant les animeaux encore vivants. Il prêta beaucoup d'attention à la conversation.

-Notre alliance avec les assassins ne doit plus tenir! Ils sont faibles et sans chef, ils ont appelé un renégat! C'est une faute impardonnable! Se retenant à leur principes ils sont ligotés!

-Patience, notre cher Gzor a trouvé un vieux vampire avide de sang et violent. c'est une bonne arme qui recrute maints nouveaux adorateurs.

-Dangereux! Il se rebellera une fois que nous auront prit possession de toutes les villes de terre de Fangh!

-C'est pour cela que Gzor l'exécutera lorsque la légion des immortels sera constituée.

-Oui... et nous invoquerons Kornerott, il regnera sur terre!! Un peu de sang, mon frère?

Plissava eut un haut-le-coeur quand il vit la coupe de sang qu'un nain lui tendait. Invoquant un malaise soudain, l'elfe noir en prit une lampée qu'il recracha aussitôt sorti de table. Les convives le regardaient bizzarement mais le laissèrent partir sans lui poser de question. Un fois dans le couloir, Plissava mit au point un piège vugaire mais mortel sur la porte. Il prit ensuite la poudre d'escampette jusqu'à trouver une porte de derrière laquelle sortaient rais de lumière. Il l'ouvrit et se retrouva en plein désert, entre les dunes de sable, le vent dans le visage.

Revenir en haut Aller en bas
Vladostuu Von Theorçyn

avatar

Nombre de messages : 322
Age : 28
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : hermaphrodyte
Statut Spécial : Maire de Valotrdu
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   Jeu 21 Déc - 6:32

voix off
pas mal ^^ mais c'est le régiment des immortels pas une légion affraid pis c'est qu'une bande de déserteur caché dans une grotte^^ pis c'est kornettoh
pis Plissava gagne 2.4 kg de viande
pis de la vache
pis pis...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aventures toujours!!!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aventures toujours!!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Encrier du Chaos :: Terre de Fangh :: L'Aventure Sauvage :: Le Bois de Glandorn-
Sauter vers: