L'Encrier du Chaos

Roleplay dans l'univers du Donjon de Naheulbeuk
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
News
Le Calme et la Tempête


Voilà bien longtemps que les Aventuriers ont quitté la région. Le fracas des armes a cessé, la fureur et la poussière sont retombés, la soif de gloire et de richesses s'est tarie. Mais les lieux ne sont pas morts pour autant : il reste toujours le vieil aubergiste, là, courbé derrière son comptoir ; et je gage que si vous aviez la curiosité de lui adresser la parole, il pourrait vous conter de grandes choses du temps passé, et allumer en vous une étincelle dont vous ne soupçonniez pas l'existence...

Derniers sujets
Aventures en cours
Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies ! par Baldin, Pnek, Althis et Zaeseth.

Pendant que le loup n'y est pas, une aventure par Jester.
Top-Lists
Soutenez le forum en votant régulièrement sur ces Top-List, qui permettront à de nouveaux joueurs de nous découvrir!

Top des Meilleurs RPG
Fantastic Story RPG
Liens utiles
Le Donjon de Naheulbeuk, le site de Pen of Chaos...
...et son petit frère, le site du JDR.

L'Encyclonebeuk, avec tout un tas d'articles géniaux.

Les biens et services trouvables en Fangh, pour savoir quoi demander au marchand lorsque vous entrerez dans sa boutique!

Naheulbeuk Online, pour ceux qui veulent faire du véritable Jeu de Rôle oral.

Partagez | 
 

 Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vrolg
Terroriste Graphique
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 28
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Guerrier mercenaire
Date d'inscription : 22/04/2012

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/40  (39/40)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
127/140  (127/140)

MessageSujet: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Lun 21 Mai - 15:48

Il était tôt, et la soirée s'était bien déroulée, malgré l'état d’ébriété de Zaeseth, qui devait pour l'heure avoir une sacrée gueule de bois, s'il ne dormait pas comme un ours (expression orque, ce peuple ayant remarqué qu'en hiver ils étaient pénards parce que ces grosses brutes poilus y bernaient ... qui, quoi, je ne le sais). Pour sa part, Vrolg n'avait eu qu'un soucis, étant donné l'armée d'ivrognes présents dans la rue lorsque les deux compères sortirent de la charmante taverne afin de rejoindre le Palais de la Bière, au point où il faillit retourner se réfugier dans le bâtiment, attendre que la foule se disperse.

Finalement, ils étaient arrivé sur les lieux du crime (un aventurier complètement saoul s'était écroulé sur une serveuse, avant de se faire jeter dehors comme un malpropre ; Vrolg trouvait d'ailleurs cette technique de drague un peu dépassée), et un vieux gars un peu sourd leur avait indiqué une chambre où aller. Visiblement, c'était celle de Wald, et il devait être en train de pioncer quand ils firent du tapage à la porte car il n'avait pas l'air bien réveillé (que d'observation de la part d'un demi-orc ...). Il leur donna une clé chacun et la peau verte dû aider le Sorcier à trouver sa chambre, la chose déjà difficile pour cause d'analphabétisme s'étant encore compliquée au vue de l'état de l'elfe.

Se débarbouillant la figure dans une sceau d'eau, le mercenaire attrapa sa lourde hache et descendit déposer la clé - un peu tordue - avant de jeter un regard circulaire à la pièce presque vide. Quelques habitués dormaient sur des bancs, avachis sur les tables ou bien à même le sol, ronflant, grognant et puant la vinasse et la sueur (ce que le demi-orc ne remarqua guère). Rien de bien intéressant à faire, sinon d'aller faire quelques emplettes, avant d'aller au point de rendez-vous. L'outre à nouveau complètement pleine, l'aventurier massif et vert comme un petit-pois (non, pas massif comme un petit-pois, juste vert !) se dirigea vers la porte en évitant de piétiner qui que ce soit.

Étrangement, la boucherie était ouverte ... Tout du moins, le boucher était en train de rentrer une demi-carcasse de porc, alors qu'on le livrait. Proposant son aide, Vrolg en déposa deux à l'intérieur, avant de passer commande, repartant avec de la goretaille plein la besace. C'est après un détour par la boulangerie qu'il arriva enfin au point de rendez-vous, où il s'installa et regarda une chèvre paître en toute sérénité.


Spoiler:
 

_________________
"Eh, toi là ! Non, l'aut' ... Ah oui ! Invité !!! Va voter, sinon ... bah ce s'ra la louz !
... J'crois qu'il a comprendu."
orc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zaeseth Helimond

avatar

Nombre de messages : 159
Age : 21
Citoyen de : Chnafon
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Elfe gris
Date d'inscription : 05/07/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
13/13  (13/13)
Energie Astrale:
35/35  (35/35)
Expérience:
76/100  (76/100)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Mer 23 Mai - 11:46

Après un repas arrosé à la taverne, les deux compagnons payèrent la note. Le mage laissa son compagnon orc compter les pièces. Sur le moment ça lui avait paru la meilleure solution étant donné son état d'ébriété avancée. Cependant, il existait peu d'orc comptable, leur talent de calcul limitait leur accès à ces postes (on parle d'égalité homme/femme, mais l'égalité homme/orc alors ?). Le lendemain, Zaeseth réaviserait le montant de son pécule. Une véritable foule de jumeaux erraient dans les rues, l'adepte de Tziintch s'étonna aussi du fait qu'il avait désormais dix doigts à chaque main. Toutefois, Vrolg, qui tenait beaucoup mieux l'alcool, ne percevait pas cet étrange monde dédoublé.

Les deux aventuriers entrèrent dans une seconde taverne, Zaeseth prépara alors inconsciemment son estomac à recevoir un nouvel arrivage de bière. Mais l'issue en fut tout autre, l'orc se dirigea vers un vieil homme qui avait montré la paume de sa main lors de leur entrée. Peut être une coutume locale ? L'ancêtre leur remit à chacun une clé avec un numéro, puis leur indiqua que le paladin-blaireau-sympa dormait en chambre deux. Après une bonne minute à viser la serrure, l'elfe réussit à ouvrir la porte de sa chambre et s'affala encore habillé sur son lit.

Un foutu coq réveilla l'adepte de Tziintch, ce dernier commençait à développer une sérieuse rancune envers le peuple des gallinacés. Malgré son envie irrépressible d'insulter l'animal par la fenêtre, la gueule de bois fut plus forte et le contraignit à rester quelques minutes assis sur le sommier. Zaeseth rassembla ses affaires et descendit à la salle commune où les buveurs de la vieille se réveillaient dans un état similaire au sien, malgré des doses d'alcool plus importante (Que la nature est injuste envers les elfes !). Ses provisions toujours conséquentes, l'elfe décida de traîner en ville le temps de dégriser en douceur (le comble pour un elfe gris).

Le gérant de "Vég'étal" fut surpris par l'air misérable du mage et s'enquit de ce qu'il lui était arrivé. Ce dernier le rassura avec un air zombiesque de circonstance et se réapprovisionna pour un semaine. Ensuite, il ne restait plus qu'à éviter les nains fous qui marchaient dans la rue, capable de le faucher à tout moment au niveau des jambes : les nains sont fourbes et ne rechignent jamais à énerver un elfe esseulé. Il trouva finalement Vrolg adossé sur un banc, s'assit à ses côté. Pour s'occuper, il observa une chèvre paître avec acharnement.

Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dremed

avatar

Nombre de messages : 265
Age : 22
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : masculin
Statut Spécial : Paladin Humain
Date d'inscription : 08/08/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
32/32  (32/32)
Energie Astrale:
10/10  (10/10)
Expérience:
114/140  (114/140)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Jeu 24 Mai - 16:57

Dremed s'éveilla aux bruits de pas dans le couloir, le jour s'était levé depuis une heure et déjà les clients et employés de l'auberge s'activaient à la préparation de leurs affaires. Le paladin n'ayant pas touché à son sac et s'était endormi entièrement habillé se leva sans grand besoin de préparation. Ses compagnons déjà sortis, il décida de faire de même. Remettant la clé à l'aubergiste, il parti, son marteau dans le dos, son sac sur l'épaule et le voilà parti pour la boucherie (l'échoppe, pas l'action).

S'attardant sur l'étalage, Dremed fit le tour des viandes en observant celles qui pourraient-être saines. Toute cette viande saignante faisait saliver d'envie le prêtre-guerrier qui vit défiler devant ses yeux une foule d'image concernant des chatons morts et de la cervelle d'orque coulant par les fissures causées par un marteau un peu trop lourd et rapide pour que le crâne résiste au coup.
Après toutes ces magnifiques pensées positives... Il choisit un saucisson à la viande de sanglier, avec des noisettes. Il ajouta à cela la nourriture nécessaire à son chien, et oui, un familier ça coûte cher, surtout en nourriture, parce que le reste... Bref, les boucher ne coutait pas si cher en fait, quelques pièces d'argent n'étaient pas grand-chose.
Le paladin repensa à la tête du sorcier lorsque celui-ci était ivre la veille, il avait pensé à la position de faiblesse dans laquelle s'était placé l'adepte de Tziintch, une telle inconscience n'était pas digne de ce culte des plus prudents, trop prudent en général.

Le paladin arriva au lieu de rendez-vous, pouvant constater la spontanéité de ses camarades. Il s'avança vers eux et put récupérer les pièces dépensées la veille pour les chambres. Il s'arrêta un instant et sorti de son sac une tranche de jambon qu'il lança à son chien.
Enfin, il leur annonça:


"Bien, je pense qu'il est temps d'y aller, avez-vous le nécessaire ? Nourriture, boisson, équipement ?"

Il était apparemment coutume de faire une check liste avant de partir à l'aventure, cela évitait les mauvaise surprise comme l'oublie de briquet, de torche, de place dans les sacs et les bourses... bien qu'une bourse ne reste jamais pleine bien longtemps.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vrolg
Terroriste Graphique
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 28
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Guerrier mercenaire
Date d'inscription : 22/04/2012

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/40  (39/40)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
127/140  (127/140)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Sam 26 Mai - 18:38

Absorbé par l'activité de la chèvre, tentant de la décliner à toutes les sauces et toutes les cuissons, Vrolg mit quelques secondes à se rendre compte qu'un de ses compagnons s'était installé à côté de lui, l'air pas si frais que ça. Vu sa tête, fallait pas trop crier, pasque qu'ça devait résonner comme dans l'antre d'un troll ... Le mercenaire se contenta de lui sourire et de lui faire une très faible tape sur l'épaule, avant d'aller pisser derrière un arbre - qui aurait sûrement une gueule de bois lui aussi d'ici quelques heures - et de revenir faire souffrir les planches du banc de son gros postérieur.

Wald ne tarda pas à ramener le sien, suivit par son chien, qui eu droit à une belle tranche de jambon. En fait il devait bien l'aimer, même s'il avait pas de nom ... Ou bien il arrivait pas à se décider et du coup le chien restait sans patronyme. En tout cas "pèpère" ça lui allait bien.

"Bien, je pense qu'il est temps d'y aller, avez-vous le nécessaire ? Nourriture, boisson, équipement ?"

Pour toute réponse, le demi orc souleva son sac, qui avait l'air bien chargé, et montra du pousse le manche de sa hache d'arme, accrochée dans le dos. Le fait de voir dans le noir était pratique, en plus de laisser plus de place pour la graillerie et les objets importants, torche et boites d'amadou en moins, sans compter le fameux briquet. Par contre, il faudrait qu'il fasse cuire ses panards de bandit, car la viande était assez faisandée comme ça, et qu'après ce serait du gâchis - déjà que Vrolg savait que ça se faisait pas, sauf si on était un homme mangeur de chair humaine.

"Prêt ! Y a pus qu'à tracer."

_________________
"Eh, toi là ! Non, l'aut' ... Ah oui ! Invité !!! Va voter, sinon ... bah ce s'ra la louz !
... J'crois qu'il a comprendu."
orc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zaeseth Helimond

avatar

Nombre de messages : 159
Age : 21
Citoyen de : Chnafon
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Elfe gris
Date d'inscription : 05/07/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
13/13  (13/13)
Energie Astrale:
35/35  (35/35)
Expérience:
76/100  (76/100)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Sam 2 Juin - 7:55

L'enthousiasme du demi-orc était communicatif, motivant du même coup ses camarades encore un peu endormis. Le sorcier tenta d'oublier sa gueule de bois et se releva tant bien que mal. Zaeseth s'essaya au sourire pour paraître de bonne humeur. Le résultat fut assez misérable : une espèce de mimique bizarre qui ressemblait à celle de gosses en train d'avaler de force des épinards. Désireux d'en finir de la longue randonnée qui les attendait, il donna également son accord pour le départ. De ce fait, l'inconscient du mage envoya à ses pieds un message du genre : "Préparez vous à souffrir".

Le paladin, accompagné de son fidèle cabot, annonça qu'il était prêt, et toute la petite troupe se mit en marche. Le chien n'eut pas son mot à dire dans ce départ, mais ça n'avait pas l'air de le gêner outre mesure. Les trois aventuriers zigzaguèrent entre les rues de Mliuej pour atteindre la porte Sud. La milice locale, trois nains à l'air féroce, les laissèrent passer sans rien dire. Ils devaient être bien heureux de voir trois aventuriers quitter leur ville : ces derniers étaient en effet universellement reconnus comme sources de problèmes.

Des deux côtés du sentier, d'immenses plaines verdoyantes s'étendaient jusqu'à l'horizon. Au loin, Zaeseth distingua une pointe de vert, sans doute la forêt de Groinsale. Heureusement, la monotonie du trajet était parfois rompu par le passage de chariots plus que puants (Quelle idée d'importer du poisson à Mliuej ?) ou encore de troupes d'aventuriers en armures rutilantes qui les toisaient d'un air supérieur. Au bout d'une heure, le mage en avait déjà plein les bottes (saleté de cailloux qui sautent dans le chaussures !). Pour une fois, rencontrer un petit groupe d'ennemis ne serait pas pour lui déplaire, en omettant bien sûr les dragons et autres loups-garou immortels.

Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dremed

avatar

Nombre de messages : 265
Age : 22
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : masculin
Statut Spécial : Paladin Humain
Date d'inscription : 08/08/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
32/32  (32/32)
Energie Astrale:
10/10  (10/10)
Expérience:
114/140  (114/140)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Dim 3 Juin - 12:13

Ils marchèrent encore pendant un petit moment et arrivèrent en vue du pont enjambant la rivière à traverser. Aucun n'avait ouvert la bouche depuis leur départ et un lourd silence s'était installé, gênant, un peu d'action aurait été la bienvenue, histoire de mettre de l'ambiance. Son chien avait quitté la route et se baladait dans des broussailles, comme le ferait n'importe quel animal non attaché.
Alors qu'ils allaient bientôt arriver au petit pont de pierre qui enjambait la rivière, ils purent entendre sur le côté droit de la route une voix guttural criant:


"MON CAILLOU !!!"

Cette exclamation fut rapidement suivit de paroles incompréhensibles et les trois aventuriers purent voir trois nains, un casque rehaussé d'une bougie, chacun une pioche en main, un marteau et un pilon à la ceinture, un plastron de cuir bombant leur torse caché par une épaisse barbe, des sourcils en bataille, la bave aux lèvres, un pantalon et des bottes.
Rapidement, l'on pouvait deviner qu'il s'agissait de mineur ou de prospecteur, l'un des deux. Cependant, l'un paraissait particulièrement énervé, courant derrière le chien de Dremed qui revenait, un objet entre les dents, au pas de course. Les deux autres êtres de petites tailles paraissant ivres et s'élançaient à la suite de leur congénère, croyant certainement à un jeu vu leur mine enjoué.
Lançant des invectives au cabot, l'énervé brandit sa pioche vers le ciel, en appelant au grand forgeron. Ne connaissant que peu la culture naine, c'est-à-dire le minimum, Dremed ne compris pas qui était ce grand forgeron et s'il y avait d'autres nains dans les parages, sachant seulement que quelqu'un s'en prenait à sa propriété. Le chien s'avança vers son maître, bientôt suivit des trois nains, le colérique s'exclama:


"Il est à vous ce clebs?"

Après un moment de réflexion, le paladin s'exclama:

"Ouais il est à moi, qu'est-ce que ça peut t'faire?!"

Sans répondre, le nain se jeta sur Dremed, qui n'avait pas saisi son marteau, et tenta de lui planter sa pioche dans le crâne, le manquant de peu. Le paladin put au passage remarquer la qualité de la pioche, certainement aussi bien qu'une épée de bonne facture. Heureusement celle-ci passait à côté sans endommager aucunement son être. Ce fut à son tour d'attaquer, malheureusement, il le passa à dégainer son arme, laissant la place à Vrolg qui ne manquerait pas de porter un coup de sa hache d'arme à l'un des nabots.
Revenir en haut Aller en bas
Vrolg
Terroriste Graphique
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 28
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Guerrier mercenaire
Date d'inscription : 22/04/2012

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/40  (39/40)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
127/140  (127/140)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Mer 6 Juin - 11:57

Alors que le groupe n'en était qu'à sa première matinée de périple, en direction d'un village en ruines, sentant mauvais et où que y a du bruit et qu'on assomme les gardes de caravane pour tout leur chouraver, les distractions commencèrent, après un long silence. Zaeseth semblait contenir son mal de crâne, alors que Wald marchait, et que Vrolg contemplait avec admiration le vieux chien miteux de son nouveau compagnon de route en train de flairer des pistes, courir après les papillons et les oiseaux, et puis faire ses besoins un peu partout.

En effet, ledit "chien" revenait bien vite de sa promenade, poursuivit par trois nains, le premier profondément furieux et les deux autres jubilant visiblement à l'idée de se battre. Mais contre un chien, c'était vraiment la louze. Très en colère qu'on s'attaque à cette pauvre bête, le demi-orc brandit férocement sa hache d'arme au-dessus de sa tête, grondant de colère, alors que le petit furieux venait de tenter de pourrir l'humain du groupe.

*Mais qu'est-ce qu'il a contre les chiens, cette demi-portion ?!*

Sans plus attendre, le grand bourrin chargea les deux acolytes du cynophobe avec un entrain peu mesuré (quand on ne connait pas l'unité de base, il est difficile de mesurer un entrain, alors on finit par laisser tomber ...).

"Nom d'un tonnelet percé, on touche pas à Pépère !!!"

Cette expression sembla fort familière aux deux nains finement imbibés, qui ne se méfièrent pas vraiment du gros tas de muscles histawy, à leur dépend. Envoyant un violent coup de sa lourde lame vers le flanc des deux joyeux lurons, Vrolg entailla profondément le premier de ses opposants au niveau du ventre, coupant une bonne partie de sa barbe au passage (ce qui n'est pas recommandé de faire à un nain lorsqu'on n'est pas sûr de gagner, mais Vrolg s'en balance, généralement) et blessa le second au bras, mais plus superficiellement.

Stupéfaits autant que désœuvrés, les pauvres bougres, qui croyaient à un jeu amusant, revinrent difficilement à la réalité, et eurent toutes les peines du monde à dégainer leurs pioches (oui, chez les nains, on utilise aussi ce terme pour les pioches, s'il s'agit de l'arme principale ; si ce n'est que l'arme secondaire, on parle de "s'armer" d'une pioche, et quand on est bourré, on charge dans le tas et pis c'est tout). L'un d'eux, pourtant le plus blessé, arriva à articuler des menaces un tant soit peu claires.

"Non mais ch'est qui ce maudit gobelin géant qui ose toucher à ma barbe ?!
-Euh ... Oh, bah un maudit gobelin géant, je crois ...
-Ch'est ... ch'est pas une raijon pour ch'attaquer aux ... aux ... à moi !!!"


Spoiler:
 

_________________
"Eh, toi là ! Non, l'aut' ... Ah oui ! Invité !!! Va voter, sinon ... bah ce s'ra la louz !
... J'crois qu'il a comprendu."
orc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zaeseth Helimond

avatar

Nombre de messages : 159
Age : 21
Citoyen de : Chnafon
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Elfe gris
Date d'inscription : 05/07/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
13/13  (13/13)
Energie Astrale:
35/35  (35/35)
Expérience:
76/100  (76/100)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Lun 11 Juin - 11:12

Le petit groupe approchait du pont en pierre enjambant le fleuve Elibed. L'elfe noir désespérait : malgré plusieurs heures de marche, ils n'avaient fait à tout casser qu'un quart du trajet. Et ça, c'était horripilant (allez trouver une synonyme à ch*ant). Pour passer le temps, le mage réfléchissait à une tactique de combat pour augmenter son efficacité. Au cours de l'escorte du joaillier, il avait voulu lancer des sorts trop puissants et inadaptés à la situation, de par le temps de concentration nécessaire. Son compagnon demi-orc était si efficace que Zaeseth n'avait plus qu'à achever le dernier adversaire. Donc, dans un premier temps, lancer un sort de protection, puis harceler les adversaires avec de petits sorts peu coûteux en énergie astrale.

Le chien furetait en permanence dans les broussailles et revint de sa ballade avec trois membres de l'espèce naine aux talons. L'animal tenait un objet circulaire dans sa bouche, ce qui semblait énerver particulièrement un des trois nains. Aucun de ses deux camarades ne sembla étonné par le fait que le canidé ait réussit à dégoter trois nains au milieu d'une plaine. Trois barbares, c'était compréhensible, mais trois mineurs nains, généralement ça se trouvait plutôt en milieu montagnard. Passons bien sûr le fait que deux d'entre eux soient ivres, ce qui nécessite un débit de boisson conséquent pour le nain moyen. A l'image d'une rixe de taverne, l'affrontement commença rapidement, sans raison apparente et malgré la tentative de communication du paladin, un peu abrupte il faut l'avouer.

"Nom d'un tonnelet percé, on touche pas à Pépère !!!"

Ce cri de guerre magistral annonça le début des hostilités. Zaesth était partagé entre désir de faire souffrir des représentants du peuple nain sur le champ et volonté d'assurer son intégrité physique. Il fit rapidement son choix, un classique plastron de Tziintch (les toges ne sont pas réputées pour arrêter des coups de pioche). Il se concentra quelques secondes et libéra le flot de magie noire. Une armure fantomatique se forma sur son torse, prochaine étape : l'offensive !

Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dremed

avatar

Nombre de messages : 265
Age : 22
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : masculin
Statut Spécial : Paladin Humain
Date d'inscription : 08/08/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
32/32  (32/32)
Energie Astrale:
10/10  (10/10)
Expérience:
114/140  (114/140)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Jeu 14 Juin - 21:51

Serrant son marteau de guerre, le paladin pu constater le sortilège lancé par le sorcier qui les accompagné. Une armure fantomatique apparut dans le coin de l'oeil de Dremed qui n'y prêta guère une quelconque attention, ce concentrant sur le combat. En effet, les deux alcooliques s'étaient élancés à la suite de leur camarade, ne s'en prenant plus au paladin, mais à son compagnon verdâtre, menace plus grande à l'heure actuelle.

Jouant de leurs piolets, l'un, pas très habile, ne réussi qu'à blesser son compère énervé, lui entaillant profondément son arme improvisée. Le second nain, plus adroit, réussi à toucher le géant vert, ne provoquant qu'une petite coulée de sang. Ce fut alors à Dremed de se méler à la fête, son arme bien en main, il la tandie sa masse au-dessus de sa tête et l'abattie sur le premier nain à porter, autrement dit: l'énervé, criant par la même occasion:


"Pour Kornettho !"

Le coup fut puissant, tellement qu'il fit valdinguer le petit être barbu, donnant un tourbillon de poil chutant lourdement sur le sol avant de se relever, plus coléreux que jamais. Le nain chargea à nouveau le paladin, bien que salement amoché par la confrontation, ressentant les effets du coup de marteau, il n'arriva pas à atteindre sa cible.

Fier de l'efficacité de sa nouvelle masse, le paladin put arborer sur son faciés un sourire carnassier, mêlé d'une soif de sang, ses yeux luisant d'une lueur orange plus que jamais. Il commença à entamer une chanson barbare tout en fixant le nain pour préparer son prochain coup:


"Dans une hutte on a grandi
Depuis tout jeune on prend des gnons
L'acier tranchant c'est notre vie
Et nos loisir c'est la BASTON..."


Et ainsi il chanta, sans pour autant savoir d'où lui venait cette chanson. Il faut dire que sans percussion ni crin-crin derrière, ça rendait moins bien.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vrolg
Terroriste Graphique
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 28
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Guerrier mercenaire
Date d'inscription : 22/04/2012

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/40  (39/40)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
127/140  (127/140)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Mer 20 Juin - 8:18

Ça c'était une bonne baston, même si que y avait que trois nains à taper. La dernière rixe avait été une déception pour le demi-orc, qui avait vu les ennemis fuir comme des lâches, dont une peau verte. Cela avait été en soi un terrible affront, que Vrolg dû noyer dans la bière, parce que sinon et bah il aurait été déçu de sa journée. En tout cas, le groupe semblait efficace, Zaseth ayant revêtu son armure maléfique et Wald faisant connaissance avec leur adversaire le moins saoul. Mais ce qui surprit le plus le mercenaire fut la chanson qu'il commença à entonner, la Marche Barbare. Ce n'était pas commun qu'un humain l'entonne, ce chant étant plutôt apprécié par les barbares, et des orcs, qui avaient une variante, un savant changement de paroles qui ne massacrait pas trop l'air.

"Grokk tli Butqlir uzij to bi zaj
Wlim immineiz wiri ahh jiaj.
Tlat'z wly li took tlin ahevi
Amj qut tlier higz for tli jemir !"


Alors qu'il avait reprit la chanson, dans sa douce et pas du tout désagréable langue natale (quoi qu'en pense les autres membres de l'équipe, ou bien même les nains), le guerrier repartit à la baston avec entrain, après avoir été égratigné par une pioche. Envoyant un violent coup de sa hache dans un mouvement circulaire, assez bas pour ne pas rater ses deux opposants de petite taille, Vrolg coupa presque en deux le prospecteur à qui il avait déjà ratiboisé la broussaille, que son ami, complètement ivre, embrocha dans le dos en tentant de parer, et tua sur le coup, lui évitant une longue et douloureuse agonie.

Mais la hache rouillée n'avait point finie sa course, et trancha un des bras du second nain, qui hurla de douleur, titubant et rotant, avant d'envoyer un coup de pioche, pas vraiment dans la direction de son adversaire, le lourd objet lui échappant des doigts et se plantant au sol, alors que son propriétaire trébucha sur son propre membre, encore tressaillant, et vint s'empaler sur le pic dressé vers le ciel.

Il n'y avait pas à dire, Vrolg était dépité, se disant qu'il n'avait fait que la moitié du boulot, et soupira, se disant que Crôm se foutait vraiment de sa gueule ces derniers temps. Croyant le nain mort et déprimé de n'avoir tué ni l'un ni l'autre, il alla bouder dans un coin, laissant ses compagnons s'occuper du dernier belligérant, enfin pas tout-à-fait le dernier ... le nain maladroit n'étant pas encore parti pour le paradis des elfes (car oui, quand on est un boulet et qu'on tue ses coéquipiers, on ne mérite pas d'aller au paradis des nains. Comment croyez-vous que le paradis des nains se fournisse en elfes, d'après vous ?!) ...




Spoiler:
 

_________________
"Eh, toi là ! Non, l'aut' ... Ah oui ! Invité !!! Va voter, sinon ... bah ce s'ra la louz !
... J'crois qu'il a comprendu."
orc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zaeseth Helimond

avatar

Nombre de messages : 159
Age : 21
Citoyen de : Chnafon
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Elfe gris
Date d'inscription : 05/07/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
13/13  (13/13)
Energie Astrale:
35/35  (35/35)
Expérience:
76/100  (76/100)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Dim 1 Juil - 11:04

Dans la fureur du combat, Zaeseth réalisa un bilan rapide de la situation : alors que Vrolg s'étaient rapidement défait de ses deux adversaires, Waldemar Von Ark luttait encore avec le sien, toujours fortement énervé. Dépité, le demi-orc quitta la zone de combat, laissant derrière lui un nain coupé en deux (c'est à dire deux demi-nains reliés par un mince morceau de chair). Le second nain, plus qu'à moitié mort, se débattait tant bien que mal pour extraire la pioche profondément enfouie dans sa poitrine. Le mineur, engourdi par l'alcool, obtenait des résultats mitigés dans sa tentative d'extraction.

Le mage de Tziintch subissait une dure lutte intérieure. Le choix le plus évident était bien sûr d'achever proprement le mineur miné, mais intervenir dans la lutte du paladin de Khornettoh, juste pour blesser son amour propre, était aussi très tentant. Pour un individu athée, ce comportement pouvait paraître puéril ; entre cultistes, c'était monnaie courante : boules puantes parfumées dans les auspices de Niourlg ou encore offrandes empoisonnées dans les temples de Youclid, le choix était vaste. L'appel des points d'expérience l'emporta. Le mage porta son dévolu sur une boule de feu mineure, facile et rapide à lancer.

Zaeseth réussit de justesse à lancer son sort, pourtant simpliste. Une petite boule d'énergie incandescente se dirigea en direction du nanidé. Les flammes magiques se dispersèrent lamentablement sur l'armure du prospecteur. Sa barbe légèrement roussie, ce dernier s'en tirait sans dommage. Le mage lâcha un juron bien senti impliquantde façon inconvenante les ancêtres dudit nain, puis jeta un rapide coup d'oeil sur ses compagnons, qui ne semblaient pas avoir porté une grande attention aux récents évènements. Zaeseth était rassuré : son honneur était sauf.

Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dremed

avatar

Nombre de messages : 265
Age : 22
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : masculin
Statut Spécial : Paladin Humain
Date d'inscription : 08/08/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
32/32  (32/32)
Energie Astrale:
10/10  (10/10)
Expérience:
114/140  (114/140)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Lun 2 Juil - 13:07

A peine le paladin avait-il commencé sont deuxième couplet, qu'il ne restait que deux prospecteurs, les deux étant assez proche de lui. Il pu constater que Vrolg avait déserté pour se rendre plus loin, il s'était arrêté à quelques mètres, semblant se lamenter sur un sujet bien précis que Dremed ne pu écouter.
Pendant ce temps, la barbe du nain en face de lui venait de roussir, le sorcier avait-il accomplit une quelconque action menant à cette conséquence des plus futiles, il avait pu remarquer une boule énergétique de couleur rouge venant de derrière lui, intérieurement il se dit que la magie était capricieuse et il ne tarderait pas à rabrouer l'aspirant de Tzinntch pour son incapacité martiale.

Pour l'heure, le paladin constata qu'il pouvait s'en prendre aux deux nains en même temps, en suivant les enseignements de son temple, bien qu'il n'ait pas souvent utilisé cette technique, elle lui permettrait d'en finir rapidement avec ce combat et d'aller constater l'état de son compagnon. Ce coup était le seul qu'il avait pu apprendre avant qu'on ne veuille le sacrifier après l'avoir investi d'un démon, démon qui, soit dit en passant, demeurait toujours en son corps et ne voulait partir malgré les événements qui s'étaient déroulés dans le sanctuaire de Khornettho.
C'est la rage au coeur, et un sourire vicieux au visage, qu'il s'écria:


"POUR KHORNETTHO !!!"

Il fit un pas sur le côté, histoire d'avoir dans sa trajectoire les êtres nanesques. Puis, il lança son attaque à la face des deux confrères qui prirent toute l'ampleur du barrage d'acier dans le nez. L'attaque fut à la hauteur des espérances du paladin, son marteau venait d'emporter dans un même mouvement les deux faces grossières et barbues, bien que celle de feu le colérique soit toujours, bien que dépourvu de nez, intacte. Des giclés de sang surgirent des affreuses plaies que Dremed venait de causer.

Dans un dernier cri rageur, le paladin leva sa masse avant de tomber à genou. Il venait de recevoir le contre-coup d'une telle attaque. Certes, il venait d'achever les deux ex-survivants, mais il avait dû user de son énergie, de son endurance.

Il reprit ses esprits en se donnant une claque au visage, se plaquant sur sa joue une marque ensanglantée, puis, se leva, mit sa main à sa ceinture pour utiliser la dague qu'il avait prise aux gobelins lors de son combat sur le pont, seulement voilà, la dague n'était plus là. Se maudissant de l'avoir perdu, il s'approcha de Vrolg avec la ferme intention de lui emprunter sa hache afin de récolter la tête de feu le colérique pour l'accrocher à sa ceinture. Celle-ci étant défigurée, il y avait de fortes chances pour que personne ne puis reconnaitre l'origine de la tête en question. Dans son élan, il demanda au demi-orque:


"Que se passe-t-il mon ami?"

Puis il continua sa manoeuvre tout en attendant la réponse de la créature verdâtre.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vrolg
Terroriste Graphique
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 28
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Guerrier mercenaire
Date d'inscription : 22/04/2012

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/40  (39/40)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
127/140  (127/140)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Mer 4 Juil - 6:58

Vrolg fut trop occupé à grommeler dans son coin pour remarquer que le sorcier venait de lancer une boule de feu un peu minable, mais il garda un un oeil sur le duel de Wald et eu de grands yeux ronds lorsque le nain qu'il croyait mort embroché sur sa pioche se fit achever par le paladin du dieu du sang.

*Il était pas mouru ce nabot ?!*

A ça, s'il s'y attendait (locution typique que l'on sort lorsque ce n'est pas le cas) ! Restant planté dans son coin, l'air en pleine réflexion, ce qui n'annonçait rien de bon niveau mal de tête, il regarda consécutivement un nain, une pioche, deux demi nain encore un peu reliés, une autre pioche, le chien, le marteau dégoulinant de sang, un écureuil de passage, un bras qui traînait par là, le chien, puis enfin l'homme qui lui posait une question.

"Que se passe-t-il mon ami?"

D'abord le visage mi-déconfit mi-interloqué, le fier guerrier eu un léger rictus au coin des lèvres, qui se transforma en sourire, avant qu'il n'explose de rire, se tapant la cuisse d'une main, de quoi faire partir un cheval au triple galop, et posant aussi lourdement qu'amicalement l'autre sur l'épaule de son compère.

"HOAAA HA HA HA HAHAHA HAAA ! Par ma hache, j'aurais dû suivre le vieux conseil Orc ..."

Dressant le doigt en prenant un air sérieux, voire un peu savant sur les bords, il cita le PROVERBE (espèce d'arriéré) tant pas attendu.

"... en cas de doute, frappe encore !"

Récupérant sa hache, enlevant sa grosse pogne de l'épaulière en cuir du paladin mystérieux (bah oui, un paladin que c'est mystérieux, y a un dieu qui rentre dans le calcul, et un dieu pour un orc, c'est vraiment dur à capter, en dehors de Crôm), il se tourna vers ses deux compagnons.

"Bon bah ... y a ... autant de nains que de nous, alors on en a chacun un ! J'prend celui je j'ai tranché !"

L'air tout joyeux, il attrapa le corps mutilé par le col, finissant de séparer le bas du haut et commença à fouiller le sac du prospecteur, qui étonnement n'avait pas trop subit de dommages. La peau verte fit étrangement beaucoup de cas de la pioche, qui finit à sa ceinture, engloutit le casse-dalle du nain, l'appétit éveillé par le combat impi-pas-trop-toyable qui venait de prendre fin et enfila des gants en cuir qui devaient servir pour le piochage, les transformant sans le moindre effort en mitaines, faisant craquer les coutures. Quelques pièces d'argent vinrent rejoindre la bourse bien pesante du mercenaire, qu'il conservait dans son sac à bandoulière, à côté de ses vivres et le restant finit déversé par terre sans trop de remords. Attendant que les autres fassent ce qu'ils avaient à faire, il alla pisser contre un arbre, sans trop de pudeur (concept un peu dérisoire, qui empêche de savoir qui a la plus grosse en plus), imité par le vieux clébard.

"Au fait ! Il a ramené quoi Pépère, pour avoir foutu en rogne ceux-là ?"




Spoiler:
 

_________________
"Eh, toi là ! Non, l'aut' ... Ah oui ! Invité !!! Va voter, sinon ... bah ce s'ra la louz !
... J'crois qu'il a comprendu."
orc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zaeseth Helimond

avatar

Nombre de messages : 159
Age : 21
Citoyen de : Chnafon
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Elfe gris
Date d'inscription : 05/07/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
13/13  (13/13)
Energie Astrale:
35/35  (35/35)
Expérience:
76/100  (76/100)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Dim 8 Juil - 9:34

L'enchaînement martial du paladin de Khornettoh, tout en finesse, envoya en quelques secondes les deux nains restants brouter les pâquerettes par la racine, quoique dans le coin, ce soit plutôt des mottes d'herbe séchée. Ainsi, dans un déchainement de violence, vola littéralement les points d'expérience du mage de Tziintch qui le prit plutôt mal. Alors comme ça monsieur le bourrin de service se permettait toutes les folies, aucun sens commun ni respect. Certes, après leur joute verbale dans la taverne, c'était compréhensible qu'il ne considère pas vraiment Zaeseth comme un camarade, mais là, le coup d'éclat du paladin était la goutte d'eau qui faisait déborder l'océan.

*La prochaine fois qu'il me fait un coup comme ça celui là, je l'assomme. Un lingchi (merci wikipedia) saura lui faire regretter ses actes !*

Dans la pratique, la carrure du paladin rendait difficile toute action de ce genre. A la limite, le mage s'en tirerait avec un sérieux mal de main et un réaction plutôt musclée de la part de l'intéressé. Zaeseth rongea donc son frein en silence et partit fouiller sa cible à son tour. Le nain à la barbe légèrement roussie, étalé dans l'herbe, se vidait lentement de son sang. Nul doute que sa famille aurait du mal à le reconnaître maintenant, avec son visage à moitié enfoncé. De la bourse du nain, Zaesth ne put obtenir que 9 pièces d'argent, un bien maigre butin. Le mage continua de fouiller le macchabée dans l'espoir de trouver une babiole de valeur, en évitant de toucher la peau blafarde du nain. En effet, la pilosité importante des nanidés permettait aux morpions de se répandre sur la quasi-totalité du corps.

*Un tire-bouchon, des gants rapiécés, des gris-gris en forme de pioche et une dosette à pastis...Rien de bien intéressant. Même dans la mort, vraiment des bons à rien ces nains.*

Par pure gratuité, et peut être aussi un peu pour rafistoler son amour propre, Zaeseth donna un bon coup de pied dans la tête du cadavre. Tout en provocant un doux craquement d'os réconfortant, il manqua de se casser le petit orteil sur le casque en fer. Il pesta et s'éloigna du corps après une dernière taloche.

"Au fait ! Il a ramené quoi Pépère, pour avoir foutu en rogne ceux-là ?"

Malgré sa vue perçante, l'elfe noir n'avait pas pu identifier immédiatement l'objet (c'est le cas de le dire) de l'affrontement. Le chien, désormais assis bien sagement aux pieds de son "maître", tenait dans la gueule une vulgaire cailloux. L'amour des nains envers la roche était légendaire, certains de leurs prêtres prétendaient même que les nains sont des roches vivantes. Cependant, une rixte pour une simple caillasse, c'était un peu forcé.

"Il me semble qu'il s'agit d'un caillou, un truc de nain quoi, totalement sans intérêt ! Ne perdons pas de temps et continuons le trajet."


Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dremed

avatar

Nombre de messages : 265
Age : 22
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : masculin
Statut Spécial : Paladin Humain
Date d'inscription : 08/08/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
32/32  (32/32)
Energie Astrale:
10/10  (10/10)
Expérience:
114/140  (114/140)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Mer 18 Juil - 10:21

L'orque ne semblait pas avoir compris l'intention du paladin et s'était directement tourné vers le cadavre d'un des trois nains. Dremed fit donc plus clairement sa demande:

"Vrolg, pourrais-tu me prêter ta hache un instant, le temps pour moi de prélever mon tribut sur la charogne de feu le nain colérique. Je me servirai de sa tête comme trophée"

*Et de son crâne pour ériger le trône pour la gloire de mon dieu.* Pensa-t-il.

En attendant la réponse du demi-orque, le paladin s'avança vers le corps meurtrie qui lui était destiné et qu'il venait de plonger dans un sommeil éternel. En se tournant il pouvait percevoir la mine du sorcier laminé, ne comprenant pas, le prêtre-guerrier continua dans son élan en se demandant ce qui avait bien pu mettre le lanceur de sort dans cet état. Etait-ce le fait qu'il n'ait pas participé aux combats? Dans ce cas était-il nécessaire de le lui rappeler par simple méchanceté ou devrait-il le laisser tranquille? Après tout, Dremed n'avait fait que suivre son instinct et s'était contenté de venir à bout, le plus vite possible, de la menace afin d'empêcher que quiconque ne subissent trop de dommages pour que ce fut irréparable. Le paladin se dit que le sorcier n'était pas aussi borné que ça sur les souffrances d'autrui pour lui en vouloir d'avoir fait son boulot.
En se penchant sur le cadavre, il put faire l'inventaire des divers objets que le nain possédait: une armure en cuir pour le moins correct, un piolet d'une bonne qualité, quelques grigris, une flasque apparemment vide, un chapeau de cuir, une ceinture, des bottes, une bourse contenant sept pièces d'argent, un pantalon en lin, des chaussettes et un monocle. Dremed garda le chapeau, la bourse et le piolet tandis qu'il laissait le reste derrière lui, armure comprise, il n'allait pas s'encombrer de choses inutiles. Le piolet pourrait servir à s'extraire d'une fosse ou à remplacer son arme au cas où, avec un peu d'adresse, le chapeau le protégerai du soleil et les pièces...
Que faire de sept pièces d'argent? N'en comprenant pas l'utilité profonde il lança la bourse à Zaeseth Helimond.
Il se releva et commença à réfléchir à voix haute:


"Il s'agit de prospecteurs nains comme on peut en croiser souvent, s'ils sont ici sans la majeure partie de leurs équipements, c'est-à-dire cordes, sac à dos... alors cela veut dire qu'ils doivent avoir un campement pas loin où ils ont entrepris des recherches. Dans ce cas pourrions nous nous rendre là-bas ou cela nous ferait-il perdre du temps?"

Il se tourna vers son groupe et dit:

"Qu'en pensez vous ? On continue ou on part chercher ce campement pour voir ce qu'ils ont pu laisser?"

Lorsqu'il eut terminé sa phrase il ajouta à l'attention de Vrolg:

"Tu peux me passer sa hache s'il te plait?"

Au pire des cas, il n'aurait qu'à se servir de sa cape pour enrouler la tête du nain dedans et ainsi éviter de rentrer en conflit s'ils croisaient d'autres nains.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vrolg
Terroriste Graphique
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 28
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Guerrier mercenaire
Date d'inscription : 22/04/2012

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/40  (39/40)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
127/140  (127/140)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Mer 18 Juil - 22:25

Vrolg avait déjà fait comme si de rien n'était, quand le paladin lui avait demandé son arme, sa précieuse hache orque, tellement belle, tellement c'était la sienne, sans lui mettre de coup de poing dans la figure parce qu'il appréciait un peu l'humain, mais il s'agissait de ne pas abuser, et Wald semblait bien parti pour, à réitérer sa question. Pour détourner sa colère, le mercenaire préféra prendre le caillou en question entre le pouce et l'index, le faire tourner, en l'observant, et en réfléchissant tellement que ça lui faisait mal à la tête.

*Qu'est-ce que qu'ce caillou y peut intéresser ? L'est pas assez gros pour qu'on le balance pour tuer, pour qu'on s'assit d'ssus, et ça se graille pas. Et pis on boit pas de la pierre, enfin ... juste par accident, quoi !*

"Il s'agit de prospecteurs nains comme on peut en croiser souvent, s'ils sont ici sans la majeure partie de leurs équipements, c'est-à-dire cordes, sac à dos... alors cela veut dire qu'ils doivent avoir un campement pas loin où ils ont entrepris des recherches. Dans ce cas pourrions nous nous rendre là-bas ou cela nous ferait-il perdre du temps?"

L'air stupéfait par cette information, le demi-Orc s'inquiéta à propos de la taille des cailloux qu'ils pourrait trouver là-bas, genre assez gros pour bousiller des gens en les lançant ou pour poser son popotin dessus, zappant un peu l'information concernant l'or et les objets pouvant s'y trouver. Ce n'était pas vraiment son genre d'avoir peur, mais c'était que des rochers ça pesait lourd, et ils étaient seulement au début de leur voyage ... et pis des pierres y en a presque partout, alors ...

Pourtant, il ne fit aucune remarque, et laissa le doute planer sur ses intentions, préférant que le Sorcier et le Paladin décident à sa place, parce que c'était eux les cerveaux du groupe, enfin surtout Zaeseth ...

Et comme qui dirait ? Je sais pas, mais en tout cas le troisième membre de l'équipe de trois - que certains appelaient "trio", ce qui devait être un défaut d'élocution dû à l'alcool, parce qu'on disait "trois" normalement - demanda encore une fois la hache de la peau verte, qui se mit vraiment en colère sur le coup.

"OU C'EST QU'T'A ÉTÉ ÉDUQUÉ, TOI ?! UNE ARME, ÇA FAIT PARTI DU GARS A QUI QU'ELLE EST !!! L'SEUL MOYEN DE LUI PRENDRE, C'EST D'LE POURRIR, ET PIS C'EST TOUT ! ÇA S'PRÊTE PAS !!!"

De rage, le gros costaud choppa le nain au milieu de toute cette agitation par la tête, et posant son pied sur le torse, il tira un coup sec, détachant l'organe un peu vital de la carcasse, avant de la balancer, un peu dans l'idée de faire mal au paladin, mais de manière un tant soit peu mesurée, c'est-à-dire pas de toute sa force.

"LA V'LA TA TÊTE, AZZLOHI !"

Non, il n'y avait eu aucun chiantos® ni autre énervogène dans le casse-dalle du nain que Vrolg avait mangé, seulement que de demander une arme à quelqu'un c'était pire que déplacer, parfois chez les Orcs, cela pouvait amener à des combats à mort et des vendettas sur beaucoup de générations. Une arme, ça se vend, ça s'achète (en toute logique avec la première proposition) ou ça se récupère sur un cadavre, mais le prêt d'arme, c'est comme le prêt de femme, c'est pas envisageable.

_________________
"Eh, toi là ! Non, l'aut' ... Ah oui ! Invité !!! Va voter, sinon ... bah ce s'ra la louz !
... J'crois qu'il a comprendu."
orc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zaeseth Helimond

avatar

Nombre de messages : 159
Age : 21
Citoyen de : Chnafon
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Elfe gris
Date d'inscription : 05/07/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
13/13  (13/13)
Energie Astrale:
35/35  (35/35)
Expérience:
76/100  (76/100)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Mer 25 Juil - 8:18

Zaeseth n'appréciait pas particulièrement l'idée de s'aventurer dans un camp nain. Après la bourgade de Mliuej, ajoutée au petit affrontement de tout à l'heure, l'elfe noir avait atteint son seuil limite en matière de nains. L'étape suivante était clairement plus spectaculaire : crise de convulsions tout en débitant des Vade Retro Nanidas à foison.

Le mage de Tziintch rattrapa à la volée la bourse du paladin (la classe...), ce dédain pour l'argent indiquait sans doute une sorte de fierté pseudo-religieuse à ne ramasser que les pièces d'or. La routine du porte-monstre-trésor (PMT pour les intimes) était rompu, dans leur cas, c'était plutôt plaine-nain-merdouilles : logique fort peu attrayante. Continuer dans cette voie impliquait transporter tôt ou tard du matériel minier bien lourd, idéal donc pour se casser le dos. Autant Vrolg pouvait transporter sur des kilomètres un piolet, une hache de guerre et vingts kilogrammes de barbaques, Zaeseth était déjà sérieusement entamé avec ses bouquins.

" Pour ma part, je ne juge pas nécessaire de continuer dans ce sens. Des excavations au milieu de cette plaine, à part des cailloux comme celui de notre défunt adversaire, je ne vois pas ce qu'on pourrait en retirer."

Zaeseth épousseta la robe noir de son culte par principe. A part le sang poisseux de leurs ennemis, rien ne méritait de rester bien longtemps sur l'habit des aspirants de Tziintch. Au prochain affrontement, le mage comptait honorer cette tradition.

"Bon, c'est pas tout ça. Mais si vous ni voyez pas d'inconvénients, nous pouvons reprendre notre périple ? Terminez vos rituels guerriers qu'on puisse y aller. Et Waldemar, merci pour vos piécettes, mon culte accepte les donations, même minimes. Entre nous, elles reflètent souvent les moyens financiers de ceux qui les réalisent."

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dremed

avatar

Nombre de messages : 265
Age : 22
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : masculin
Statut Spécial : Paladin Humain
Date d'inscription : 08/08/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
32/32  (32/32)
Energie Astrale:
10/10  (10/10)
Expérience:
114/140  (114/140)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Ven 27 Juil - 8:59

Ne déniant pas répondre à l'insulte subliminale venant d'être lancé dans sa direction, Dremed se contenta de ratraper la tête lancée à son attention. Le paladin commença à s'énerver, il se prépara à vendre chèrement la peau de l'orque, même si le dicton...
Les jointures de ses phalanges blanchissaient tant il essayait de garder le contrôle de lui-même face aux invectives de l'orque.
Les paladins de Khornettoh ne peuvent s'empêcher de s'en prendre à ceux qui montre un excès de violence contre eux, la seule chose à faire était de se calmer, de tuer l'agresseur ou de mourir en essayant. Dremed repensa à la mission qu'ils devaient poursuivre contre un culte concurrent du sien et de celui de Zaeseth, comme quoi quand il s'agit de se fo**** sur la leugue tout le monde finis par s'entendre. Et se devait être encore plus vrai avec eux puisqu'ils étaient tous prédisposés au combat, un guerrier, un paladin du dieu sanglant et un sorcier de Tzinntch. Les deux premiers auraient dû s'entendre à merveille, au lieu de cela on lui envoyait en l'insultant la tête qu'il avait demandée, tout ça pour avoir demandé la hache d'un... Dremed rougit de honte en s'apercevant de ce qu'il venait de faire. Il tomba à genou, laissant son arme lui échapper, et , la tête baissée, il dit au peau-verte:


"Toutes mes excuses pour la honteuse demande et l'insulte que je t'ai fait Vrolg, je n'aurais jamais du insulter ta personne en te demandant ton arme qui demeure une partie de toi. Si je peux laver cet affront, je le ferai quelque en soit le prix."

*Piètre créature que tu fais là, humain.*

Dremed se tourna dans tous les sens, cherchant une explication à cette voix sortant de nulle part.

*Et stupide en plus.*

En entendant encore la voix dans son esprit, Dremed comprit à qui elle appartenait. Il serra les dents et les poings et se maudit de cette présence en lui qui n'attendait qu'un moment de faiblesse pour prendre possession de lui. Le paladin ne dit mot, il se releva, effectua un signe de tête à Vrolg et attacha la tête du nabot à sa ceinture, laissant encore du sang souiller son pantalon.

*Tu devrais en boire ça revi-gore le matin*

Le paladin siffla entre ses dents:

"Il suffit, que faut-il faire pour que tu regagnes les enfers qui t'ont vu naitre?!"

*Et bien alors cest pas comme ça qu'on parle à un ami, je dirai même un sauveur*

"Tu ne m'as pas sauvé, tu as prolongé ton étreinte sur moi"

*Change de chanson un peu.*

"Bon, comment ça va sinon?"

*Bouarf, toujours enfermé dans le corps d'un gars qui a pas de sens de l'humour.*

"C'est vrai que, par rapport à moi, tu es un sacré luron."

Un ricanement, c'est tout.
Le paladin une fois prêt dit à l'attention du sorcier:


"Tu as raison, nous ne devons pas perdre de temps. Une quête nous attend et nous devrions nous presser. Dans une petite heure il sera midi, nous nous arrêterons à nouveau pour déjeuner, soyez sur vos gardes."

Il s'engagea dans la direction du pont enjambant un embranchement du fleuve Elibed:

"Ce soir nous devrions arriver à Boladar, j'y ai une masure qui pourrait nous tenir éloigné de la froidure la nuit" lança-t-il à l'attention de ses compagnons sans s'arrêter.

Ainsi le démon patientait toujours et encore, à l'affût de ses faiblesses, corrompant son âme.
Revenir en haut Aller en bas
Vrolg
Terroriste Graphique
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 28
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Guerrier mercenaire
Date d'inscription : 22/04/2012

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/40  (39/40)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
127/140  (127/140)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Sam 18 Aoû - 15:50

[HRP : Désolé pour cette période d'absence non signalée, j'étais en Westphalie, et n'ayant emmené que mon téléphone portable, je n'avais pas pensé que Orange ne fonctionnerait pas en Teutonnie (Orc inside ^^'). Toutes mes excuses les plus aplaties.]




Bon, visiblement, tout reviendait dans l'ordre, pour peu qu'il y en avait un, et le Demi-Orc sortit son outre de vin pour sceller sa réconciliation avec Wald, à laquelle il laissa participer l'Elfe Noir, bien entendu. Mine de rien, ils commencèrent même à tailler de la route, après ce léger contretemps, ponctué de quelques excréments de Pépère et de questions et commentaires tels que :

"Et bah, c'est marrant comme coutume, d'attacher des têtes à sa ceinture, y a des orcs, y font pareil. Pas ma tribu, nous on trempait nos mains dans du sang, et pus qu't'étais bourrin, pus qu'tu trempais le bras. Si y avait d'la triche, rien qu'pour frimer, et bah ça tournait en baston. C'était bien ..."

... ou encore ...

"Bon, l’andouillette, je comprend, c'est une petite andouille, mais franchement, l'andouille, ou le boudin, c'est des noms un peu craignos quand-même ! Pourtant même les z'humains z'ont l'air de respecter la goretaille, alors j'comprend pus rien ..."

Après quelques heures de marche et de supportation des sujets de discussions de Vrolg, qui ce matin était vraiment bavard, le vieux chien semblait épuisé, et il n'était pas le seul, mais Zaeseth n’eut pas la même chance que la vieille bête, qui termina couché sur les épaules de la peau verte, à cheval derrière sa nuque, dormant comme un bébé, bercé par le pas pesant et la voix rauque de son bienfaiteur.

"Dis, pourquoi qu'tu portes des bouquins dans ton sac, si qu't'es intelligent ? Franchement, si t'en as là dedans, tu devrais pas avoir besoin de tout ça ! Quand qu'on est fort, on peut porter tout un tas de choses, et quand qu'on est pas mou du bulbe, qu'on peut en avoir plein dans sa tête, non ?"

En définitive, il y avait peut-être un chiantos dans le sac du nain, mais au moins, le mercenaire ne passait pas son temps à balancer des insultes, il était simplement devenu aussi chiant qu'un môme, la carrure d'un rocher en plus, et une putain de hache d'armes orque dans le dos, qui était pas belle, mais qui faisait un peu peur ... Visiblement, le bonbon n'avait pas le même effet sur les races semi-intelligentes, à moins que ce ne soit plus compliqué que cela.

Ce fut à ce moment que se dessina au détour d'un chemin un convoi de trois charrettes, visiblement à l'arrêt, et des gens s'activant autour d'un boeuf couché au sol.

_________________
"Eh, toi là ! Non, l'aut' ... Ah oui ! Invité !!! Va voter, sinon ... bah ce s'ra la louz !
... J'crois qu'il a comprendu."
orc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zaeseth Helimond

avatar

Nombre de messages : 159
Age : 21
Citoyen de : Chnafon
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Elfe gris
Date d'inscription : 05/07/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
13/13  (13/13)
Energie Astrale:
35/35  (35/35)
Expérience:
76/100  (76/100)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Mar 21 Aoû - 20:19

Zaeseth tenta de trouver une réponse facilement compréhensible pour son camarade demi-orc. La chaleur omniprésente et la fatigue du voyage empêchait tout raisonnement clair. Et ce n'était pas le vent brûlant, soufflant dans la plaine par intermittence, qui allait arranger les choses. Par conséquent, la réponse devait être la plus courte possible, une sorte d'optimisation du ratio mots/pertinence. Il eut envie de répondre soudainement :

"Cherche pas, c'est magique !"

Toutefois, ça ne collait pas trop avec la situation. Comme la réponse aurait sans doute quitté l'esprit Vrolgien dans un petit quart d'heure : le temps d'envisager le repas du soir ou de caresser le chien ; Zaeseth répondit simplement :

"Pour un magicien, les livres sont semblables à l'arme d'un guerrier. Ils font parti de lui, c'est tout. Au fait, tu ne devrais pas porter cette bestiole. Elle va te refiler des puces."

Le chien, épuisé, se reposait tranquillement sur les épaules du guerrier. Mais la vilénie naturelle de l'adepte de Tziintch le poussait à pareille remarque. Zaeseth marchait, donc le chien allait marcher à son tour : pas de favoritisme. Bien sûr, c'était de la méchanceté gratuite : le chien ne dérangeait personne. Pour le mage, c'était une sorte de...oh, et puis zut...c'est magique !

A la sortie d'un virage, le groupe put apercevoir trois véhicules de tourisme de catégorie A (trois charrettes standards, pour tout vous dire). Le convoi prenait la même direction que les aventuriers. De là où il était, Zaesth remarqua que la charrette qui fermait la marche transportait plusieurs futs, de la bière naine à n'en pas douter. C'est à dire qu'à Mliuej, à part de la bière et des nains, il n'y avait pas grand chose, les seconds étant particulièrement inintéressants. Le boeuf poussant le véhicule du milieu avait un problème, allongé sur le flanc, l'animal semblait respirer difficilement. Les différents marchands qui s'agitaient en tous sens autour de la bête n'arrangeaient rien.

Ces humains, immobilisés au milieu de la plaine, étaient très exposés aux agressions extérieures : embuscade de bandits, raid d'une troupe de barbares ou même aventuriers peu scrupuleux. Néanmoins, c'était sans compter les trois gardes qui surveillaient les environs, leurs protections en cuir et leurs épées de bonnes factures révélaient aux groupes qu'ils n'en étaient pas à leur première escorte. Le trio était supervisé par un homme, debout sur le véhicule de tête, scrutant l'approche du petit groupe. Ce dernier portait une côte de maille et sa carrure imposante laissait penser qu'il était bien plus redoutable que les trois autres.

"Selon moi, le mieux est, si possible, de les aider pour récolter quelques pièces d'or, ou même mieux, des informations sur notre quête."

Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dremed

avatar

Nombre de messages : 265
Age : 22
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : masculin
Statut Spécial : Paladin Humain
Date d'inscription : 08/08/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
32/32  (32/32)
Energie Astrale:
10/10  (10/10)
Expérience:
114/140  (114/140)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Dim 26 Aoû - 8:44

Dremed entendit la proposition du mage noir. Souriant intérieurement, il se dit qu'en les massacrant et en en gardant un en vie, ils auraient de toute façon et l'or et les informations. Seulement, il déchanta quand il se dit que ce genre d'action pourrait bien lui être reproché par une divinité et que s'attaquer à des anonymes n'était peut-être pas une bonne solution. Il préférait être attaqué, au moins il n'avait pas à se soucier des représailles hypothétiques, surtout s'il ne laissait aucun survivant sur place.
Voilà pourquoi s'en prendre à ce convois serait risqué, pas assez nombreux pour éliminer tout le monde à temps et éviter qu'un membre de la caravane ne donne la description du groupe au village le plus proche.

Abandonnant l'idée, il céda à celle du mage. Il était sans doute recommandé d'aider son prochain et de lui apporter les bienfaits de gnagnagnagnagna... Bref des histoires d'elfes et de prêtre de Youclidh. Paladin du dieu du sang se trouvant dans la possibilité d'aider des innocents. Il se voyait plutôt en train de les massacrer et de plonger ses mains dans leur thorax en retirer les palpitants dans un concert de cries et de rires maléfiques.
Mais, il faut bien avouer que les bonnes actions rapportent de l'expérience et qu'aider les gens, peut parfois donner plus d'information que la torture. Il s'adressa donc au groupe:


"Bouarf, si vous voulez que nous les aidions, il faudrait se dépécher avant qu'ils se calment et qu'ils se mettent à travailler de concert pour remettre la bestiole sur ses pattes."

Sur ces mots, il s'avança vers les chariots, l'arme dans son dos, les bras ballant, le sourire aux lèvres, dans une parodie de paisible voyageur, si ce n'est qu'il cachait sous sa cape une tête de nain défigurée et que ses habits étaient couverts à plusieurs endroits de sang cristallisé. S'avançant avec son visage le plus avenant, il salua les gardes en fonction:

"Salut à vous messieurs, il semblerait que vous rencontriez un problème parmi vos employeurs. Si mes amis et moi pouvons faire quelque chose pour vous aider à remettre en route le convois, sachez que nous en serions ravis."

*Ha Ha, tu es ridicule.*

"Tais-toi."

Les gardes lancèrent des regards alertes en direction du demi-orque, prêt à réagir, ils resserrèrent leur prise sur leurs armes. Dremed ne remarquant pas ce détail, continuait de sourire. L'un des gardes posa néanmoins la question:

"Et lui ?"

"C'est un ami, il ne vous fera aucun mal. Hein! Vrolg?"

Il se tourna vers l'intéressé, dans l'espoir que celui-ci ait bien compris la démarche et n'attaque personne, il devait se faire une fausse inquiétude, car pour l'instant Vrolg s'était toujours montré civilisé et amical, il n'y avait aucune raison pour que cela change.

Revenir en haut Aller en bas
Vrolg
Terroriste Graphique
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 28
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Guerrier mercenaire
Date d'inscription : 22/04/2012

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/40  (39/40)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
127/140  (127/140)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Dim 26 Aoû - 15:32

Du coup, tout semblait s'éclaircir pour le demi-orc : les magiciens, ils avaient un bâton comme arme, mais aussi des bouquins ... D'ailleurs, plus qu'ils étaient costauds dans leur tête, plus qu'ils devaient avoir de livres, ou un truc du genre. Bon, c'était plus chiant que de transporter une seule arme, par exemple la hache de Vrolg ou bien le marteau de Wald, mais bon, si les armes de l'elfe noir c'était ces blocs de papier, il avait rien à dire. Et puis mine de rien, ça devait peser lourd à force, et donc entrainer les sorciers physiquement ...

"Oh, tu sais , les puces, j'ai le cuir épais, jamais emmerdé !"

Le paladin se chargea de discuter avec les gardes du convoi, mais de là où il était, le mercenaire voyait bien que les types le regardaient bizarrement. Aux avis de la peau verte qu'ils devaient un peu avoir les pétoches, et l'humain du groupe confirma cette hypothèse fort rapidement.

"Bah non, j'peux pas taper n'importe qui si qu'je veux deviendre civilisé, et tout ... Alors je fais pas, quand qu'on reste raisonnab'."

La réponse pouvait sembler un peu inquiétante pour les hommes d'armes, mais rien que le fait que le guerrier parle en langage un temps soit peu compréhensible prouvait qu'il n'était pas à classer simplement comme une menace. Il semblait même être plus raisonnable qu'un Barbare, à première vue.

"C'est quoi vot' problème, les gars ?"

Se regardant un peu, pour savoir qui allait devoir répondre à cela, le chef des gardes finit par prendre la parole.

"On a une bête au bout du rouleau, et tant qu'on n'aura pas de solution de rechange, on restera bloqué ici.
-Antonin, qui sont ces ... gens ?
-Ah, vous tombez bien. Messieurs, voici le maître marchand de la caravane, le responsable en quelques sortes. Ces aventuriers semblaient vouloir nous proposer leur aide, vous devriez voir avec eux. Et ne m'appelez plus Antonin, c'est compris ?"


Après quelques explications, le gros monsieur explique à l'étrange trio qu'il se rend vers Yakk, qu'il doit ravitailler pour cause de problèmes locaux, et que tant qu'il n'aura pas de solution pour remplacer son boeuf malade, il sera obligé d'attendre ici bêtement. Vrolg, qui n'a pas l'air intéressé par les détails, s'est approché de la bête souffrante, après avoir reposé Pépère au sol.

"Ouais, bah elle fait une sale tronche ..."

Mine de rien, l'orc tenta de soupeser la charrette arrêtée, la poussa difficilement tout d'abord, car une roue s'était embourbée, mais ensuite déplaça l'engin à une main, certes, sur terrain plat.

"Eh ! C'pô si lourd, ce truc ! C'est loin où que vous allez ?"




Spoiler:
 

_________________
"Eh, toi là ! Non, l'aut' ... Ah oui ! Invité !!! Va voter, sinon ... bah ce s'ra la louz !
... J'crois qu'il a comprendu."
orc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zaeseth Helimond

avatar

Nombre de messages : 159
Age : 21
Citoyen de : Chnafon
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Elfe gris
Date d'inscription : 05/07/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
13/13  (13/13)
Energie Astrale:
35/35  (35/35)
Expérience:
76/100  (76/100)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Ven 31 Aoû - 9:44

Zaeseth accompagna Vrolg jusqu'à la bête allongée sur le sol et la contempla d'un air songeur. L'animal à l'agonie était irrécupérable, à moins de disposer de beaucoup de temps ou de compétences poussées en médecine. Autant l'abandonner sur place aux charognards de la plaine, quitte à ce que le demi-orc pousse la charrette sur des kilomètres. Ce dernier annonça d'ailleurs haut et fort qu'un peu d'exercice ne lui faisait pas peur.

Cependant, il n'était pas question de travailler sans rémunérations, nous sommes en présence d'aventuriers tout de même. Le mage noir engagea donc une intense discussion avec le marchand en charge de la caravane. L'évocation assez exagérée des charognards rodant dans la plaine fit son petit effet et son interlocuteur se résigna à abandonner la bête à son sort avant que les râles de l'animal n'attirent un prédateur. En échange de trente pièces d'or, le groupe s'engageait à escorter la caravane jusqu'à Yakk, où un nouvel animal de trait serait sûrement disponible à la vente.

Leurs affaires réglées, chacun retourna à sa place. Vrolg poussa d'abord si énergiquement l'attelage qu'il faillit percuter la charrette de tête. Les adeptes respectifs de Tziintch et de Khornettoh marchait à côté du convoi. La chaleur les épuisait, mais à côté d'eux, Vrolg trimait dur et suait à grosses gouttes. Lors du trajet, Zaeseth transporta le bâton magique qui dépassait négligemment du sac du demi-orc. Un faux mouvement et le bel objet ne servirait plus qu'à allumer un feu. Toute cette petite société marcha pendant deux jours à allure soutenue afin de traverser la plaine le plus vite possible : l'endurance de Vrolg n'était pas infinie. La table des rencontres leur fut favorable et seulement un petit groupe d'hamsters vint perturber les deux nuits de bivouac.

Le groupe s'arrêta une heure à Bolasar, tout le monde était sur les nerfs, le gérant ne tenait pas à perdre une autre bête, ou même un homme du groupe, à cause de la fatigue. Le mage noir en profita pour examiner plus en détail le bâton magique trouvé par son compère orc, il n'avait pas vraiment eu le temps de s'arrêter récemment. Vrolg, quant à lui, étirait ses muscles saillants à l'ombre d'un chêne. Pas forcément sûr de son coup, Zaeseth négocia avec le demi-orc (qui n'en avait que faire en passant) la possession du bâton de frénésie. Le guerrier accepta volontiers quand Zaeseth proposa de lui lancer un sort de vélocité. Le sort réussit et en échange de quelques points astraux, la vitesse de Vrolg fut théoriquement doublée pour quelques minutes, mais en pratique, le demi-orc maintint une allure soutenue. Une teigne verte tirant une charrette à toute allure au milieu de la plaine, ça avait quand même de la gueule.

Mage et paladin arrivèrent tous deux épuisés à Yakk en fin d'après midi, sans faire de mauvaise rencontre. Les deux autres véhicules, totalement largués, les rejoignirent une heure plus tard. Les trente pièces d'or changèrent de bourses (sans mauvais jeu de mots). Deux choix s'offraient aux aventuriers : soit commencer à enquêter auprès de la populace, soit se dépêcher de trouver une place confortable dans une taverne afin de passer une agréable nuit dans une chambre pas trop répugnante.

Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Zaeseth Helimond le Dim 2 Sep - 8:53, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dremed

avatar

Nombre de messages : 265
Age : 22
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : masculin
Statut Spécial : Paladin Humain
Date d'inscription : 08/08/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
32/32  (32/32)
Energie Astrale:
10/10  (10/10)
Expérience:
114/140  (114/140)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Sam 1 Sep - 13:14

Etonnant, vraiment. Comment en moins d'une journée de marche le groupe avait-il put atteindre le village de Yakk? Physiquement c'était impossible, même monté sur le meilleur cheval de Fangh. Seul un dragon ou une téléportation avaient le pouvoir de les mener aussi vite ici. Pourtant, ils y étaient, ils étaient arrivés à Yakk en quelques heures. Le paladin était stupéfait, incapable de dire quoi que ce soit, il s'était assis dans une caravane et n'avait pas bougé de là de toute l'après-midi, c'est seulement quand on lui avait demandé de sortir qu'il avait découvert l'improbable. Il se demanda un moment s'il n'y avait pas eu une altération magique qui les avait pris pour cible, Zaeseth?

Toujours étant, il fut bien obligé de se détendre. On leur donna les dix pièces d'or qui ne lui semblèrent pas méritées le moins du monde, il ne compris pas non plus comment les marchands disposant déjà d'une escorte avait pu accepter une escorte de plus... De plus, le sorcier s'était fait avoir, car les mages doivent être rémunéré par sorts lancés en plus de la prime de départ et il semblait bien que le sorcier ait utilisé ses dons pour améliorer la vitesse de la caravane. Il plaça discrètement ses pensées à Zaeseth:


"Dis donc, si t'as augmenté la vitesse de la caravane tu devrais pas demander une prime supplémentaire pour le dépense magique nécessaire à la réalisation de cette altération?"

Il laissa le sorcier à sa réflexion et s'approcha de Vrolg pour voir son état, celui-ci ne semblait pas fatigué par la marche et le tirage du chariot, il semblait même assez content de lui. Dremed ne pris pas la peine de lui dire combien de pièces d'or on venait de lui donner, après tout il avait dix doigts, il pouvait bien compter les pièces en les posant chacune sur un doigt et il comprendrait combien il en avait. Il s'imagina donner des leçons de calculs à Vrolg, alors que lui-même n'avait jamais appris à lire, écrire ou compter, il avait besoin d'un peu de réflexion avant de pouvoir décrypter un parchemin, un message, ou de faire ses comptes.

L'érudition n'était pas accessible à tous dans ce monde, malheureusement, cependant, elle était utile et plutôt que de passer ses journées à monter à cheval, il aurait dû prendre en main son avenir et apprendre l'écriture, la lecture et les mathématiques. Il regrettait aujourd'hui d'avoir négligé son éducation, mais tout ce qu'il pouvait faire maintenant s'était patienter et massacrer des monstres en ramassant des pièces d'or sur leur cadavre encore frais et poisseux de sang, accomplir des quêtes héroïques, libérer des villages de la menace orque... et dire qu'il aurait pu être comptable ou banquier.
Il se mit soudain à rire, trouvant ses pensées stupides et complètement folles. Qui voudrait échanger une vie de danger, d'aventure, où l'on frôle la mort à chaque instant pour une vie calme, paisible et dans laquelle on gagne beaucoup d'argent sur le dos des autres?

Toujours en train de rire, il jeta un regard vers l'horizon pour voir combien de temps il restait avant que la nuit arrive. Dans une ou deux heures le soleil laisserait sa place à la lune et ils devraient trouver un endroit dans la bourgade où dormir, à moins qu'ils ne restent en dehors de la ville pour dormir à la belle étoile, ce qui pourrait sans doute se produire s'ils ne se précipitaient à l'auberge de la ville pour demander des chambres avant ceux qu'ils avaient "escorté".

Et ce qu'il craignait arriva, les marchands étant au nombre de six ou sept, en plus des quatre gardes, l'auberge s'afficha complète. Profitant de ce moment, le paladin s'approcha d'un des marchands et lui demanda:


"Vous faites partie de la guilde des marchands?"

"Il semble bien messieurs, vous faites partie de ce trio c'est bien ça?"

"Exactement, vous savez quelque chose sur l'enlèvement d'une de vos marchandise près d'ici?"

"La guilde ne fais pas souvent référence à ces... problèmes... Mais il est possible que nous sachions quelque chose sur cet événement. La guilde voudrait remettre la main sur l'objet en question. Nous n'avons pas encore trouvé quelqu'un pour s'occuper de l'affaire. Vous êtes intéressés, votre groupe et vous?"

"Ce n'est pas mon groupe, mais je ne vous cache pas que notre but en venant ici était de nous lancer sur la piste des brigands. On pourrait s'arranger."

"Vraiment? Ecoutez, si vous faites ça, la guilde vous sera redevable, et la guilde des marchands honore toujours ses contrats. J'ai justement ici le papier à signer concernant cette affaire, si vous voulez bien y apposer votre nom."

Dremed grimaça, il était hors de question pour lui de signer quoi que ce soit sans l'avoir lu, et à l'évidence il y avait beaucoup à lire sur son bout de papier. S'entend la possible arnaque, le paladin appela Zaeseth pour qu'il s'occupe de la paperasse, lui expliquant qu'il serait à même de voir si le marchand pouvait les avoir sur ce contrat.

Laissant ses compagnons à leur décision, Dremed se mit à chercher la taverne du coin, dans laquelle il devrait trouver le demi-orque en train de cuver.
Revenir en haut Aller en bas
Vrolg
Terroriste Graphique
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 28
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Guerrier mercenaire
Date d'inscription : 22/04/2012

Feuille de personnage
Energie Vitale:
39/40  (39/40)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
127/140  (127/140)

MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   Sam 1 Sep - 15:23

Après une matinée à tirer la charrette, Vrolg s'était assis au pied d'un arbre, suite à quelques étirements, parce que franchement il avait pas l'habitude de jouer à la bête de somme, même si ça faisait de l'exercice ... A l'occasion, il avait dû poser son sac et sa hache au milieu des marchandises, et avait ôté sa cape et son épaulière, se retrouvant torse nu et en kilt de son ancienne tribu orque. Mais ce n'était pas évident de pousser une charrette, et donc de la retenir dans les descentes, alors que les autres trainaient paresseusement.

Zaeseth en profita pour le rejoindre, et pour lui parler du bout de bois ouvragé qu'il avait récupéré lors de leur mission d'escorte, disant que c'était une arme de mage, et tout, ce qui embrouilla la tête au mercenaire, pasque y avait un peu trop d'informations à traiter, mais comme il voyait pas ce qu'il allait faire du bâton, il le donna bien gracieusement au Sorcier, qui semblait très content de sa nouvelle acquisition, au point où il demanda à Vrolg s'il voulait bien un sort pour courir plus vite quand qu'ils durent repartir, après le repas du midi.

Ayant demandé des cordes, le demi-orc s'était attaché à la taille à l'avant du chariot, et s'était passé une corde, reliée elle aussi à l'attelage, au-dessus de chacune de ses épaules, afin de pouvoir tirer par les bras aussi, un peu comme un bœuf, mais avec des nœuds plus rudimentaires, et maintenant enchanté, un peu comme une épée ardente ou bien un bouclier qui pouvait absorber la magie, il repartit, en trombe, devant la mine déconfite du maître de caravane, persuadé de s'être fait voler ses marchandises.

Allant trop vite pour ses compagnons, il ralenti un peu pour les laisser monter, et reprit de la vitesse, peu à peu les effets de la magie s'estompant, mais restant persuadé d'être encore ensorcelé. On peut ainsi dire que Vrolg fut le premier être vivant semi-intelligent à profiter de ce que les scientifiques nommeront bien plus tard l'effet Placebo, du nom d'un rebouteux de Trois-Caillous, sur l'île de la Région, Lavleu Placebo, qui avait eu la flemme de préparer une potion pour soigner un de ses patients et avait mélangé de l'eau avec du sel, de la suie et un restant de gnôle pour retourner à sa sieste. Découvrant que le patient avait guérit, il essaya sa décoction sur lui-même, mais tomba malade, découvrant quelques cobayes plus tard que son jus de cendre alcoolisé ne faisait effet que quand on pensait vraiment que c'était un remède.

Pourtant, le résultat fut que Vrolg arriva, le soleil couchant, devant la bourgade de Yakk, couvert de sueur et exténué, bien qu'il évita de montrer sa faiblesse a ses coéquipier, et n'attendit pas l'arrivée des marchands pour sa récompense, que le paladin dû récupérer à sa place, allant pour sa part, et tout naturellement, se désaltérer à la taverne. Ayant fourré sa cape et son épaulière dans son sac, les épaules endolories par la corde qui lui avait un peu cuit la peau, quelques traces rougeâtres la lui marquant, le demi-orc demanda une bonne pinte, alors qu'il avait sorti sa propre nourriture de son sac, devant le regard aussi apeuré que réprobateur du tavernier, qui n'avait jamais eu l'occasion d’accueillir de peau-verte dans son établissement, et qui ne voulait pas trop tester la tolérance aux reproches du mercenaire fatigué.

Le paladin de Khornettoh rejoignit son compagnon vert au bout d'une heure au moins, après avoir reçu leur récompense, alors que les marchands avaient poursuivit la charrette hypothétiquement volée, suivant les traces peu discrètes que Vrolg et son fardeau avaient laissé, poussant les bêtes dans une marche forcée. Finalement, ils étaient arrivés avec un jour d'avance à destination, et payèrent les aventuriers, récupérant leurs biens, presque étonnés.

Le guerrier avait d'ailleurs reconnu quelques minutes plus tôt les gardes de la caravane et quelques personnes du convoi, venir réserver les dernières chambres, chose qui était sortie de son petit esprit. C'est donc en grignottant de sa viande d'origine douteuse, et en vidant sa quatrième pinte que le grand costaud fit signe à son ami de le rejoindre, le regard étonné par l'absence du Sorcier.

Spoiler:
 




Suite des mésaventures ...

_________________
"Eh, toi là ! Non, l'aut' ... Ah oui ! Invité !!! Va voter, sinon ... bah ce s'ra la louz !
... J'crois qu'il a comprendu."
orc
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme quoi les rumeurs sont parfois fondées ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Encrier du Chaos :: Terre de Fangh :: L'Aventure Sauvage :: Le Bois de Glandorn-
Sauter vers: