L'Encrier du Chaos

Roleplay dans l'univers du Donjon de Naheulbeuk
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
News
Le Calme et la Tempête


Voilà bien longtemps que les Aventuriers ont quitté la région. Le fracas des armes a cessé, la fureur et la poussière sont retombés, la soif de gloire et de richesses s'est tarie. Mais les lieux ne sont pas morts pour autant : il reste toujours le vieil aubergiste, là, courbé derrière son comptoir ; et je gage que si vous aviez la curiosité de lui adresser la parole, il pourrait vous conter de grandes choses du temps passé, et allumer en vous une étincelle dont vous ne soupçonniez pas l'existence...

Derniers sujets
Aventures en cours
Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies ! par Baldin, Pnek, Althis et Zaeseth.

Pendant que le loup n'y est pas, une aventure par Jester.
Top-Lists
Soutenez le forum en votant régulièrement sur ces Top-List, qui permettront à de nouveaux joueurs de nous découvrir!

Top des Meilleurs RPG
Fantastic Story RPG
Liens utiles
Le Donjon de Naheulbeuk, le site de Pen of Chaos...
...et son petit frère, le site du JDR.

L'Encyclonebeuk, avec tout un tas d'articles géniaux.

Les biens et services trouvables en Fangh, pour savoir quoi demander au marchand lorsque vous entrerez dans sa boutique!

Naheulbeuk Online, pour ceux qui veulent faire du véritable Jeu de Rôle oral.

Partagez | 
 

 Même pas peur !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dremed

avatar

Nombre de messages : 265
Age : 22
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : masculin
Statut Spécial : Paladin Humain
Date d'inscription : 08/08/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
32/32  (32/32)
Energie Astrale:
10/10  (10/10)
Expérience:
114/140  (114/140)

MessageSujet: Même pas peur !   Lun 30 Avr - 15:46

Précédement.

Dremed suivi les conseils du bureaucrate pour se précipiter vers la sortie Est de Mliuej. Le soleil disparaissait derrière les montagnes, les heures de pointes étaient déjà bien avancées et les rues pleines à craquer de marchands se rendant à la taverne, d'habitants se rendant à la taverne, d'aventuriers se rendant... à la taverne.

Le paladin dû faire une pause à la Place Ralatouf, tant la population alcoolique était dense. Il s'approcha du puit de la Place et, sous les regards dégoutés de quelques nains, se déshydrata dans l'eau claire du puit. Le paladin attendit un moment avant de repartir vers l'Est de la cité.
Les rues furent de moins en moins emplis à force de se délaisser dans les lieux de débauches, communément nommés tavernes, comme cité plus haut.

Une fois l'encombrement disparut, Dremed repartit en direction de la sortie. N'ayant plus autant d'obstacles, il arriva rapidement et put remarquer que seul un petit être gris, tatoué, des brassards en cuir granuleux cloutés, un pantalon large de couleur sable, une protection dorsal à pointe et une épée assez courte et courbe en main.
Dremed s'en approcha, le lutin se retourna pour le fixer de ses énormes yeux globuleux. De près, la créature ressemblait plus à un démon qu'à un lutin. Il ne possédait pas de bouche et semblait tiré des légendes du désert:


[Êtes-vous Waldemar Von Ark ?]

La voix résonna dans son esprit, faisant perler une goutte de sueur sur son front. C'était la première fois qu'il avait affaire à un télépathe et cela le mit mal à l'aise. Il répondit toutefois de vive voix:

"En effet, vous devez être le guide qui doit me conduire au village nécessitant un appui militaire et stratégique pour se débarrasser de la menace orque."

La créature hocha la tête et se mis en route, cette attitude plaisait bien au paladin, spontanée et intrépide.
Aussi étonnant que cela puisse paraitre, le petit être était rapide, malgré sa taille et celle de ses jambes:


"Et sinon, comment vous vous appelez ?"

Pas de réponse. Ils continuèrent ainsi pendant quelques secondes et la créature répondit:

[Hein! Pardon? Tu disais ?]

Dremed se gratta la tête à travers sa capuche et répéta sa demande:

"Comment vous appelez vous ?"

[Imba.]

Sobre, claire, net, précis. Fermé à la discussion. L'image même d'un assassin en puissance. Il allait se plaire avec celui-là.

Ils marchèrent jusqu'à la nuit tombée. Dans la journée, fin d'après-midi, ils n'avaient croisé aucun être vivant. Déballant la route pentue pour retourner vers une certaine normalité. Ils avaient marché ainsi sans discuter et sans échanger un regard, trop occupés à surveiller les abords de la route.
L'ombre de la montagne avait rapidement cédé sa place à celle de la nuit et les ténèbres devinrent trop opaques pour une quelconque avance nocturne.
Dremed proposa alors de monter le camp sur le bord de la route et de prendre la première partie des heures de garde. Imba n'opposa aucun avis contre cette décision et laissa l'humain récupérer du bois pour allumer un feu, même si cela annoncerait leur position, le paladin avait avoué ne pas être nyctalope et donc ne pouvait rien voir sans feu.
Une fois le foyer allumé, Dremed sorti de son sac la carte que le bureaucrate lui avait fournit, en plus d'une ration de survie qu'il gardait pour le voyage. Pendant qu'il mangeait, il observa son compagnon sans bouche ni nez et se posa la question de: comment il fait pour se nourrir? Mais d'autres choses plus importantes lui vinrent à l'esprit et sortirent de sa bouche:


"Alors ? Pourquoi vous ont-ils choisi pour cette mission ?"

La voix se fit à nouveau entendre dans son crâne, il commençait à s'y habituer et se demanda si cela pouvait servir de diversion:

[J'ai quelque tour dans mon sac contre ces créatures, vous pourrez peut-être apprécier ce spectacle durant notre voyage.]

Dremed hocha la tête à cette réponse, il était rassuré d'avoir un allié dans cette quête et sentait que Imba ne voulait pas lui avouer tous ses secrets. Pour conserver une once de mystère ? Parce que c'est une arme dangereuse en sa possession ? Et si c'était le cas fallait-il le voler ? Quoi qu'il en soit, il vit la créature se coucher par terre, certainement pour dormir, et commença son tour de garde.

Il se posta dos au feu, s'appuyant sur sa masse en attendant que la petite créature prenne la relève ou qu'un quelconque monstre ne débaroule de nulle part pour s'en prendre à eux.


Dernière édition par Dremed le Mer 2 Mai - 10:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dremed

avatar

Nombre de messages : 265
Age : 22
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : masculin
Statut Spécial : Paladin Humain
Date d'inscription : 08/08/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
32/32  (32/32)
Energie Astrale:
10/10  (10/10)
Expérience:
114/140  (114/140)

MessageSujet: Re: Même pas peur !   Lun 30 Avr - 21:36

Deux heures plus tard, Dremed leva le nez au ciel pour observer la lune. Elle allait atteindre son zénith et bientôt il laisserait sa place à Imba. Le paladin balaya le camp du regard, ses yeux se stoppèrent sur une minuscule bestiole qui bougeait rapidement avec ses six pattes. Elle s'approchait du guide et serait bientôt sur lui.
Dremed s'approcha pour voir de quoi il s'agissait. Avant que l'insecte atteigne sa cible, le prêtre-guerrier se rendit compte que c'était un scorpion. De son dard suintait un liquide verdâtre qui devait être du poison.
Trés vite, le paladin se saisit d'une branche dans le feu et la mis en travers du chemin de l'insecte venimeux.


Le scorpion stoppa net sa course tandis que Dremed fit tomber sa masse lourdement à l'endroit où aurait due se trouver son adversaire. La bestiole venait d'esquiver, aisément, ce coup maladroit.
En contre partie, elle s'emmêla les pattes et se rééquilibra de justesse pour faire claquer ses pinces dans le vide et se dresser sur ses pattes arrières. Malheureusement pour elle, la lourde masse retomba sur la pauvre créature qui ne put en réchapper et mourut dans une bouillie verdâtre.


Le paladin se retourna pour voir Imba dressé de tout son long lui faisant face:

[Tu aurait dû me réveiller]

Dremed leva les épaules et répondit d'un :

"Bouarf."

Après avoir fait sonner ces vérités bien utiles... Dremed alla se coucher et laissa la place au guide qui se posta lui aussi dos au feu. Imba repoussa la branche que l'humain avait retiré des flammes pour l'y remettre. Le paladin sombra peu à peu au sommeil.

____________________________________________________________________________________________

Le paladin se trouvait au milieu d'une immense caverne toute éclairé et pourtant aucune torche n'était présente dans la salle. Une masse épaisse et volumineuse s'approchait d'un pas lourd et pourtant silencieux. Dremed fonça vers l'individu et lui envoya un coup de masse à travers ce qui semblait être le torse. Toute sa force passa dans le coup, il trébucha à travers l'ombre et se transforma en crapaud. L'ombre le pris par la jambe tandis qu'il se débâtait pour en réchapper. Son assaillant le jeta dans une poubelle et il arriva dans une salle à sa taille avec, sur une table, un gâteau sur lequel était écrit:

(Buvez-moi !)

Il s'avança vers le gâteau, le pris entre ses pattes, l'approcha de sa bouche et le bu. Tout de suite il s'agrandie de sorte à reprendre sa forme et sa taille normale. Il était à présent dans une arène de combat, enchaîné à un panneau de bois, devant lui un paladin de Khonettho brandissait une dague en haranguant la foule avant de plonger l'arme dans le coeur de Dremed. La seconde devint des minutes, puis des heures et enfin...

_________________________________________________________________________________________________

Imba secoué Dremed tant son sommeil était dure, le paladin ouvrit les yeux et vit devant lui la petite créature grise. Celle-ci le lâcha et alla empaqueter ses affaires avant de lui dire:


[Levez vous, éteignez le feu et partons maintenant, on arrivera au village avant midi si nous nous dépéchons.]

Dremed s'exécuta, piétina les braises, rangea sa couverture et ils levèrent le camp vers l'est. Comme la veille, aucun ennemi ne croisa leur chemin. Cependant, ils rencontrèrent plusieurs caravanes marchandes dont une qui leur avait tiré dessus en les prenant pour des bridands, ils ne s'attardèrent pas sur l'incident et continuèrent la route, maudissant intérieurement les couards et les imbéciles.
Ils arrivèrent au village en début d'après-midi. De loin, ils virent les habitants réunis sur la place, en plein débat. Le paladin et son compagnon s'approchèrent du rassemblement et purent entendre la vingtaine de villageois se disputer:


"Moi j'dis qu'y faut s'tirer d'ici et d'mander d'l'aide à la grande ville !"

"Pfff... T'es qu'un lâche d't'façon, s'bien simple, tu verrais une araignée s'approcher de quelqu'un pour le piquer tu l'aiderais même pas."

"Là c'est pas une histoire d'araignée hein, c'est des n'orques faut fuir !"

"MOI CHUIS LA D'PUIS CINQ GENERATIONS, OK? ALORS JE RESTE!"

"De toute façon tout ça c'est une histoire de psychologie."

"Ha non, la psychologie c'est tout ce qui est agricole non ?"

" Ouais ! C'est pas faux..."

C'est dans cette bonne ambiance que Dremed et Imba arrivèrent. La cape en laine du paladin claquant dans le vent, sa masse en main et ses yeux oranges fixant les paysans effrayés. La petite créature quant à elle s'avança vers le centre du village, le prêtre-guerrier à ses côtés.
Dremed jeta un regard de part et d'autre dans la foule afin de trouver un gradé:


"Mes amis, Mliuej m'envoie afin de vous aider à organiser une résistance contre les peaux-vertes. J'ai ici un document signé de la mains du conseiller du maire de la ville. Il me donne le droit de demander des hommes auprès du chef de garde. Cependant, je demande tout de même à tous les hommes ou femmes capables de se battre de me rejoindre à la sortie du village et d'amener un bâton droit de sept pieds de long. Ceux qui ont des armes ou des marteaux amenez les, prenez aussi des couteaux avec vous."

Durant son discours, il venait de repérer un milicien qui s'approchait vers lui, certainement le chef de la milice:

"De plus, je vous demande de me donner toutes informations concernant le nombre d'orque, les diverses lieux où ils ont pu attaquer. Un ogre se trouve apparemment près du village, vous pourriez vous en faire un allié puissant si vous me fournissez une chèvre rôtie ou quelconque animal assez imposant, quelques fruits ou légumes et tout cela dans un grand plat je pourrai peut-être vous fournir un ogre amical. Sinon je vous assure que je vous laisse avec ce problème sur les bras et je repars me coucher dans une auberge à Mliuej pendant que vous serez à la merci de toutes ces bestioles qui, je vous l'assure, seront sans pitier."

Imba lui jeta un regard noir, le paladin lui fit un clin d'oeil et s'approcha du milicien tandis que les villageois s'était tue ne sachant pas comment réagir face à cette annonce:

"J'imagine que vous pouvez me conduire au chef de la garde n'est-ce pas?"

Le milicien hocha la tête et se déplaça d'un pas pour laisser un nain juger du regard celui qui s'était présenté comme un "sauveur" pour certaine personne du village. Quand il eut finit son observation, le nain tandis la main à l'étranger:

"Bienvenue, votre aide nous sera utile. Vous avez l'air robuste quoi que... bouarf de toute façon on va pas chipoter, par contre on vous donnera pas d'or. Ou alors celui des paysans pas le miens."

Il avait murmuré ses dernières phrases tout en le conduisant au poste de garde. Il s'agissait d'une simple maison de bois, quoi que renforcé par des fondations de pierres. De plus, le bois semblait solide et pouvais certainement retenir des brigands quelques minutes.
Ils entrèrent dans la salle et se mirent à discuter pendant que le nain sortait de la paperas d'une étagère:


"Bien, j'imagine que l'on vous a déjà fait un topo là-bas à Mliuej, vous comprendrez que je ne peux pas me séparer du peu de garde que je possède. Mais je vais tout de même vous montrer les lieux où les orques ont attaqué."

Il allie le geste à la parole et déroule carte en pointant diverses zones:

"Ici ils ont dégommé les cultures du vieux Félix, là ils ont attaqué l'ermite parce qu'ils croyaient que c'était un mage apparemment. Et enfin ici ! une caravane elfe de passage pour vendre des fruits et du shampoing doux, ha ces fiottes ils l'ont bien mérité."

Dremed cernait un peu mieux le personnage. Un nain tout ce qu'il y a de nain, mais un peu plus discipliné que les autres et plus amicale, sauf envers les elfes. Ce qui devait expliquer la raison qu'il soit si haut gradé aussitôt:

"Bien, je vous remercie. Pouvez-vous m'aider simplement à entrainer les bleusailles qui se pointeront dehors?"

"Vous pensez que c'est une bonne idée ?"

"On verra, en tout cas ça vous fera une aide de soutien au village. J'ai remarqué le manque de fortification. Je vous conseillerai de construire une fortification en bois. J'essayerai d'en toucher deux mots au maire ou à son conseillé."

Le paladin sortie tout en remerciant le nain, encore une fois, pour sa coopération. Il se rendit à la sortie de la bourgade et vit cinq paysans entrains de discuter. L'un avait une vieille épée poussiéreuse devant appartenir au grand-père, un autre était un enfant qui semblait avoir dérobé un couteau à sa mère sans avoir pour autant prévenue cette dernière, le suivant était grand et bourru, une hache de bucheron en main, les deux derniers, ou plutôt dernière, s'étaient munie des bâtons de sept pieds de long et d'un couteau chacune.
Dremed s'approcha et chercha du regard un arbre. Une fois son choix fait, un bouleau paraissant assez robuste.
Il tendit sa masse à l'une des deux femmes en demandant qu'elles attaquent l'arbre. La première n'arriva pas à soulever l'arme tandis que la seconde la souleva sans pour autant donner un coup assez puissant. Il demanda à la première de partir. Ensuite il fit le même teste avec l'enfant qui souleva la masse et chuta en arrière, viré. L'homme à la vieille épée donna un coup vif dans le tronc de l'arbre, celle-ci s'y planta et y resta accroché. Quant au bucheron, celui-ci coupa le bouleau d'un coup d'un seul, libérant l'épée.
Au final, il avait un lancier, un bucheron et un probable épéiste. Il alla couper trois longues branches et commença l'entrainement en apprenant à ses recrus la position de garde, les parades et les attaques de bases. Le bucheron se montra particulièrement habile avec un bâton tout comme la femme. Le jeune homme s'était déjà pris plusieurs épines dans les mains, avait lâché le bâton trois fois pour parer et s'était frappé lui-même alors qu'il attaquait. Il avait décidé de le renvoyer lui aussi. Cela ne lui faisait plus que deux. Imba revenait vers lui alors que l'après-midi se finissait:


[j'ai discuté avec quelques personnes dans ce village, l'ogre se serait attaqué à des cultures et des élevages proche du village. Je pense pouvoir retracer la piste de l'individu. Pense-tu que le plat que tu leur as demandé soit pret?]

"Nous verrons bien Imba, nous verrons bien."

Dremed s'avança vers les deux recrues et leur annonça que c'était tout pour aujourd'hui. Cependant, il demanda au bucheron de reste encore un moment avec lui afin de vérifier s'il devrait porter le plat ou non.
Un cochon rôtie sur un plat emplit de légumes l'attendait à la place principale.
Avec le bucheron ils soulevèrent le grand plateau sur lequel la nourriture reposait. Il suivi Imba avec le bucheron et le plat jusqu'à une caverne. L'aide du bucheron fut d'un prompt renfort par le fait que le repas était lourd, très lourd. Devant la caverne Dremed cria:


"Miam Miam!"

Soudain apparut une forme robuste et rondouillarde. Dont les yeux s'ouvrirent en grand en vue du large choix d'amuse-gueule.
Pourtant, il sembla hésiter un instant puis dû se dire que cela ferait plus viande pour le soupé. Il chargea Dremed qui brandit haut sa masse pour frapper sur le crâne de son adversaire (critique... Mais comment ?!). Le mastodonte s'écrasa lourdement sur le sol. Finalement, peut être qu'ils n'auraient pas à le tuer. Il regarda ses deux compagnons... aucun n'avait de corde. Bon et bien tant pis.
Il Leva à nouveau sa masse pour écraser l'épaule de la masse inerte. Le bucheron se joignit au pseudo combat. Le but était bien évidemment de rendre la créature le plus faible possible, mais en même temps à quoi pourrait servir un ogre dans ce village, combattre les orques? Inutile s'il était trop faible, autant en finir tout de suite. Il réitéra son attaque, brisant quelques côtes tandis que le bucheron acheva la créature (0 pile).
Dremed demanda au bucheron de trancher la tête de l'ogre, il l'attacha à sa ceinture et partie en quête d'une fouille approfondit de la grotte dans l'espoir de trouver quelques objets que la créature aurait pu garder.
Revenir en haut Aller en bas
Dremed

avatar

Nombre de messages : 265
Age : 22
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : masculin
Statut Spécial : Paladin Humain
Date d'inscription : 08/08/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
32/32  (32/32)
Energie Astrale:
10/10  (10/10)
Expérience:
114/140  (114/140)

MessageSujet: Re: Même pas peur !   Mar 1 Mai - 15:17

Dremed fit quelques pas dans la grotte avant de trébucher sur un fémur (-3EV), appartenant certainement à un animal de part sa taille. Il se releva, le coude râpé, en maudissant les ogres et leur science du rangement qui faisait qu'on ne se blessait pas contre eux, mais en fouille chez eux oui.
Le paladin continua sa marche pendant quelques secondes et finit par atteindre le fond de la grotte. N'y voyant rien, il fit machine arrière:


"Il fait trop sombre pour moi là dedans. Imba, tu pourrais aller jeter un oeil ?"

La créature s'exécuta avec un air las. Il entra et ressorti dix secondes plus tard pour annoncer:

[La grotte contient quatre bouteilles de vin dans une caisse en bois. Le reste c'est des pierres et des os.]

"Conduit moi à la caisse."

Dremed donna sa main à Imba et se laissa guider vers le butin de l'ogre. Lorsque sa main se posa, Dremed saisit la caisse des deux mains et la souleva aisément. Ils sortirent et regardèrent la qualité affichée sur les bouteilles:

(Alcool de fraise de Schlipak, destination Mliuej propriété de Filibu Nez-Fins)

Dremed sourit, un alcool de qualité qui pourrait être rendu à son propriétaire contre une somme modique. Ou le garder pour le donner aux villageois et festoyer de la mort de l'ogre. Imba se chargea de la caisse tandis que le paladin et le bucheron reprirent leur lourd fardeau. La tête brinquebalante de l'ogre accrochée à la ceinture de Dremed avait déjà vidée son sang en majorité sur son pantalon. Le fluide sanguin s'écaillait déjà, craquelant aux mouvements de marche du prêtre-guerrier, se détachant parfois pour chuter sur le sol.
Ils arrivèrent au village sous les yeux des curieux qui voulaient savoir s'ils avaient réussi ou s'ils avaient périt. La foule les acclama quand ils virent la tête de l'ogre suspendu à la hanche du paladin. Dremed fit signe au bucheron de déposer le plateau sur le sol et il prit la parole:


"Mes amis ! Voilà ce qui attend les orques s'ils viennent s'en prendre à vous. Il brandit la tête tranchée au-dessus de la sienne. Si ces vils créatures tentent, ne serait-ce qu'une seule fois, de vous attaquer, nous leur ferons mordre la poussiére! A présent, profité du repas qui était destiné à ce monstre et que la fête commence !"

Tous les habitants allèrent porter le plateau dans la place principale et un grand banquet fut monté pour acclamer les trois héros de la journée. Tout le monde chanté, venait leur poser des questions auquelles le paladin répondit:

"Allez voir le bucheron, il vous racontera l'histoire mieux que moi."

Dremed pris une assiette comme tout le monde et alla se servir une tranche de porc. Une fois terminée, il chercha du regard ses recrus. Le bucheron était acclamé par plusieurs jeunes filles avides de détails héroïque que l'homme s'empressa d'embellir. La femme qu'il avait sélectionné était seul dans un coin, la mine basse. Certainement dessus de ne pas avoir pu les accompagner. Le paladin s'empressa de trouver Imba et une fois que cela fut accomplis, ils allèrent à l'encontre de la jeune femme:

"Et bien, qu'est-ce donc que cette tristesse?"

"J'voulais y aller moi aussi. J'voulais le zigouiller l'ogre. Pourquoi vous m'avez pas pris avec vous ?"

"Sur le coup je ne pensais pas aller le tuer, simplement l'amadouer pour qu'il nous rejoigne. Finalement il semble que les choses n'ont pas tourné comme je l'aurais souhaité. Mais ne t'inquiète pas, ce soir nous allons porter un coup dans le camp des orques."

La femme le regarda d'un air intéressé et plus jovial, elle finit par répondre:

"Mais... On ne voit pas dans la nuit."

"Ne t'inquiète pas, nous aurons largement assez de lumière."

Dremed repensa à ces bouteilles et se dit qu'en sacrifier une pour abattre un camp de peaux-vertes n'était pas cher payé. Il se rendit vers le bucheron, interrompant ton discours homérique sur ses exploits:

"Tu es prêt à y retourner ?"

"Où ça ?"

"Tuer des monstres en forêt, il reste encore la menace orque et j'ai besoin d'un fier héros comme toi à mes côtés."

Le bucheron hésita, ne voulant pas laisser les filles comme ça, sans avoir pu conclur, mais en même temps, il serait encore plus acclamé s'il revenait d'un nouveau combat:

"Très bien, je te suis."

Ils se retrouvèrent dans la forêt, à l'un des endroits où avait eu lieu une attaque. Imba tenait la fille par la main, la fille tenait le bucheron et le bucheron tenait le paladin. Imba aperçut les traces de pas des orques sur le sol et fit avancer la file dans une direction. Pour les trois humains, il n'y avait que du noir et rien d'autre alors que pour la petite créature, cela devait être comme en plein jour, ou presque.
Au bout de dix minutes de marche à se prendre des branches sur le front, à trébucher dans les orties et à s'accrocher à tous les buissons épineux (-4EV), ils arrivèrent enfin en vue du camp orque.
Un grand feu rendit alors visible tous les adversaires des alentours, sept orques moyen et un autre plus imposant que les autres, le bucheron devait avoir pratiquement la même carrure. Finalement, la bouteille n'aurait pas son utilisé. Il l'a rangea dans son sac et observa la scène.
Trois orques montaient la garde et semblait ne pas les avoir remarqué. Dremed regarda son guide et lui murmura:


"Tu me parlais de secrets contre ces créatures. Il semble que ce soit le bon moment pour l'utiliser."

Dremed regarda à nouveau le camp, puis revint sur Imba. Ce dernier avait littéralement disparu. Le temps qu'il revienne au camp des orques, toutes les sentinelles était à terre, gisant à leur post, inerte.
Imba se tenait à côté du feu de camp et leur fit signe d'avancer.
Dremed mit son doigt sur sa bouche pour faire comprend qu'il ne fallait aucun bruit. La fille hocha la tête, mais le bucheron chargea en criant sur les orques, il avait dû être emporté par l'excitation du moment.
Dremed parti à sa suite, accompagné de la femme. Trois orques se réveillèrent, le dernier restant dans son sommeil, Ils n'eurent pas le temps de tirer leurs armes que la compagnie était déjà sur eux.
Le bucheron, emporté par son élan, frappa sur la première créature à porter, la hache glissa de ses mains pour atterrir six mètres devant lui. Dremed arriva au moment où un orque empoigné son épée.
La masse frappa, mais l'acier vint la cueillir dans sa chute pour la dévier. La femme s'en pris au troisième et lui planta sa lance rudimentaire dans la cuisse.
Le premier peau-verte frappa son assaillant désormais désarmé. Le bucheron se jeta en avant et esquiva le coup, il n'était plus qu'à trois mètres de sa hache. Celui du paladin planta sa lame profondément dans l'épaule du paladin (-10EV), Dremed grimaça de douleur, il en avait assez de prendre des coups sans pouvoir les rendre, dès qu'il en aurait l'occasion il s'acheterait une arme plus efficace. En attendant, la fille esquiva habilement un coup maladroit de son adversaire encore couché.
Le bucheron ramassa son arme et mit un large coup circulaire dans le torse de son adversaire, l'armure n'y put rien et la lame de la hache coupa dans son mouvement une partie des poumons de l'adversaire.
Dremed brisa le genou de son adversaire qui vint s'empaler sur sa propre lame.
La dernière ficha sa lance dans les poumons de son adversaire qui tomba à terre, sa respiration fit buller du sang qui sorti de sa bouche et de sa plaie. Le chef orque se releva soudainement et chargea Dremed. Le paladin essaya de parer les deux épées courtes de la créature. L'une d'elle s'arrêta sur la masse du paladin, l'autre passa sous sa garde pour lui faire un entaille au flanc (-7EV).
Dremed n'en pouvant plus recula de deux pas, laissant le bucheron et la fille sauter sur le chef. Le bucheron fit une balafre au bras de la créature tandis que la fille fut déviée par l'une des épées de l'orque. Imba se jeta dans le dos de l'orque qui se décala pour voir le petit être tomber au sol. Dremed chargea l'orque, ratant à nouveau son attaque.
Le chef se tourna vers le bucheron, la première lame entailla l'épaule du robuste coupeur de bois tandis que l'autre lui glissa des mains et alla se planter dans le sol à un mètre du combat. La fille rata son attaque tandis que Imba passait à travers la défense de l'orque pour lui infliger une blessure au mollet. Dremed échoua encore une fois à toucher la créature. L'orque décida de s'en prend à Imba qui dévia la lame. Le bucheron plante sa hache, oui c'est bien, mais dans l'orque la prochaine fois pas dans le sol... La fille glisse et s'érafle à sa lance. Imba rate sa cible tout comme Dremed, l'orque, le bucheron.
La fille inflige une toute petite blessure à l'orque qui rate sa parade de façon critique et brise son arme sur la lance en bois....... Le voilà désarmé à présent et à la merci des quatre combattants.
Imba tomba maladroitement en essayant de l'achever, Dremed pris l'arme de l'orque tombé à terre, mais la créature évita son coup. Le bucheron planta sa hache dans le bras du peau-verte et la fille l'acheva en lui transperçant le crâne.
Dremed commença à fouiller les cadavres et le camp des orques à la recherche d'éventuelles objets intéressants.

Après plusieurs minutes de fouillent, ils trouvèrent 25 pièces d'or, 27 pièces d'argent, 7 épées à deux mains de base, 3 plastrons de cuir de base, 1 chaine en argent ternie et 1 bouclier de base.
Sur le chef des orques, Dremed trouva une paire de bracelets et un plastron en métal, bosselé à présent. Il fixa les brassards et su, tout à coup, que ceux-ci était lié à son dieu. Il se les passa aux bras, mais n'eut aucun résultat réel.
Néanmoins, il pouvait à présent sentir son énergie astral bouillonner en lui tel la rage dans un combat.
Il distribua les pièces équitablement, six pour chacun et une de plus pour la fille qui avait abattue le monstre. Ensuite, les pièces d'argent furent distribué de la même manière, six chacun et une en plus pour Dremed, Imba et le bucheron. La chaine en argent revint à la femme, le bouclier à Dremed, qui s'était saisi de l'épée courte du chef orque, les plastrons revinrent à ceux qui pouvaient les porter, le paladin avait brisé le sien et eut tôt faire de l'échanger avec le nouveau, plus commode mais moins résistant.
Imba n'en reçu pas, étant donné sa taille. Et enfin, ils décidèrent de remettre les sept épées à deux mains au chef de la milice.
Dremed demanda au bucheron la même chose que pour l'ogre, une décollation rapide d'un coup de hache. Le bucheron, fatigué, dû s'y reprendre à deux fois avant d'arracher la tête grimaçante de la créature. Dremed fit de même qu'avec la tête précédente et l'attacha à sa ceinture.
Ils repartirent donc vers le village, la nuit peu avancé. Ils se préparèrent pour une bonne nuit de sommeil.

Arrivés là-bas, tous couvert de sang, et pas forcement du leur, ils montrèrent la tête de la créature à la bourgade et partirent vers le poste de garde pour y laisser les armes qu'ils ne pouvaient emporter. Ils partirent tous chez eux, exténués, et partir pour une longue nuit de sommeil.
Le bucheron, pas trop fatigué et plutôt heureux de cette journée, était retourner vers les quelques filles qui l'attendaient encore, leur racontant ses exploits et parlant même de devenir aventurier à son compte. La fille somnolait près de lui et sourit en partageant son opinion, elle aussi aurait voulu partir à l'aventure.
Imba et Dremed logèrent au poste de garde dans les couchettes habituellement réservés aux employés.

Le lendemain, tout le monde était rentré chez lui, l'aube perçait à travers quelques rares nuages matinaux. Dremed avait choisi ce moment avec Imba pour quitter le village et éviter d'avoir affaire à des commentaires ou des quêtes de seconde zone. Une journée de marche rapide devait les amener à Mliuej.
Le paladin récupéra la tête de l'ogre et celle du chef orque. Ils partirent ainsi, sans mot dire, sans se retourner.


A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Même pas peur !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Même pas peur !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Encrier du Chaos :: Terre de Fangh :: L'Aventure Sauvage :: Le Bois de Glandorn-
Sauter vers: