L'Encrier du Chaos

Roleplay dans l'univers du Donjon de Naheulbeuk
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
News
Le Calme et la Tempête


Voilà bien longtemps que les Aventuriers ont quitté la région. Le fracas des armes a cessé, la fureur et la poussière sont retombés, la soif de gloire et de richesses s'est tarie. Mais les lieux ne sont pas morts pour autant : il reste toujours le vieil aubergiste, là, courbé derrière son comptoir ; et je gage que si vous aviez la curiosité de lui adresser la parole, il pourrait vous conter de grandes choses du temps passé, et allumer en vous une étincelle dont vous ne soupçonniez pas l'existence...

Derniers sujets
Aventures en cours
Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies ! par Baldin, Pnek, Althis et Zaeseth.

Pendant que le loup n'y est pas, une aventure par Jester.
Top-Lists
Soutenez le forum en votant régulièrement sur ces Top-List, qui permettront à de nouveaux joueurs de nous découvrir!

Top des Meilleurs RPG
Fantastic Story RPG
Liens utiles
Le Donjon de Naheulbeuk, le site de Pen of Chaos...
...et son petit frère, le site du JDR.

L'Encyclonebeuk, avec tout un tas d'articles géniaux.

Les biens et services trouvables en Fangh, pour savoir quoi demander au marchand lorsque vous entrerez dans sa boutique!

Naheulbeuk Online, pour ceux qui veulent faire du véritable Jeu de Rôle oral.

Partagez | 
 

 Il remonte la montagne... à pied (snirf)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dremed

avatar

Nombre de messages : 265
Age : 22
Citoyen de : Mliuej
Sexe du Perso : masculin
Statut Spécial : Paladin Humain
Date d'inscription : 08/08/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
32/32  (32/32)
Energie Astrale:
10/10  (10/10)
Expérience:
114/140  (114/140)

MessageSujet: Il remonte la montagne... à pied (snirf)   Mar 16 Aoû - 22:38

La nuit commençait à tomber sur les montagnes, une brise légère se fit sentir rafraîchissant ainsi l'air terriblement chaud, en cette saison la température, trop forte et insupportable, faisait sentir son influence.
Le convoie arriva sur un léger plateau bordé de rondin de bois et de pierres taillées. Le chariot s'arrêta et les passagers descendirent, le groupe était composé de deux nains armés chacun d'une arbalète et de hache naine.
Le cocher, un humain, descendit à son tour, et partit chercher du fourrage à l'arrière de la carriole.
Le paladin s'attarda un peu sur les deux nains, en plus d'être fortement armés, ils possédaient de lourdes armures de métal en fer noir. L'un d'eux porte une barbe blanche tacheté de brun et l'autre une barbe brune tacheté de blanc, sans doute des parents.
Après les deux guerriers, arriva une femme en robe noire, le visage caché d'un voile en dentelle, certainement une femme en deuille. Derrière elle, deux hommes portant un coffre ne la quittant pas du regard sauf pour jeter un oeil inquiet aux alentours.
Les deux habitants des montagnes s'approchèrent du cocher pour lui tapper sur l'épaule, ce dernier prit un air craintif avant de repartir à l'arrière de son véhicule pour y prendre un tonneau. Les deux nains se léchèrent les lèvres en éructant de joie, soit le tonneau comprenait de l'or soit de la bière et à l'évidence la seconde option semblait la plus prévisible.
Les nains sortirent de leur sac une chope chacun et brisèrent le bouchon du fût, celui-ci n'offrant que peu de résistante céda rapidement dévoilant son contenu sacro saint des nains. De la Guiliness !


[Alors c'est ça qu'ils transportent] pensa le paladin. Il s'approcha des nains qui, sentant une potentiel source de consomation inconnue, regardèrent s'approcher Dremed. Il continua d'avancer dans leur direction tout en sortant sa gourde.
Le plus vieux des deux nains le stoppa:


"On ne partage pas la bière, dégage la fiote !"

"Je ne suis pas venu pour vous en prendre, je sors seulement l'elfe."

Il montra clairement sa gourde, les nains eurent un sourir en coin:

"T'en a d'autre comme ça ? L'humain."

"Que fait un elfe dans une université ?"

Les deux nains cherchèrent dans leurs esprits distordu quelques propositions hasardeuses et insultantes. Dremed s'empressa de dire:

"Il fait le ménage !"

Les deux nains éclatèrent de rire, mais bon c'était des nains et les deux blagues racontaient comptait parmi les plus stupides que Dremed avait pu trouver. Et oui les nains, on les pense bien comme ça, une certaine longévité, robuste, une taille assez pratique dans certain cas, des forgerons hors pairs... Mais des esprits cupides et moqueurs à un point, c'était presque humiliant pour celui qui se faisait ami avec eux.
Néanmoins, Dremed voulait en savoir plus sur les deux:


"Drole hein, j'en ai d'autre encore si vous voulez mais bon la nuit est longue, nous avons du temps" [vous, le mien est précieux]. Alors que faites-vous avec cette caravane ?"

Le plus jeune leva sa chope à sa bouche laissant voir la crasse de ses dents. L'autre répondit:

"Tu me sembles sympathique l'humain, comment tu t'appelles ?"

[Ne fait pas trainer les choses en longueur répond leur sans poser de question autre que tu cherches] "Wolfgang... Et vous ?" [Et mer***]

"Je me nomme Thingrim, je te présente mon frère Urgrim."

"Vous êtes donc les frères Grimm ?" [tu vas arrêter oui ?]

Le nain regarda un instant le paladin essayant de discerner s'il s'agissait d'une blague:

"Ouaip, tu as entendu parler de nous ?"

"Pas vraiment, dites-moi, pourquoi voyager avec cette caravane ?"

"Quoi t'as pas entendu parler de nous, on s'emmer** à écrire nos histoires et t'as pas entendu parler de nous ?"

Dremed tenta de ruser sans perdre de temps:

"Mais bien entendu, les frères Grimm ce nom me parle..."

Les deux frères sourirent:

"Alors quelle est ton aventure préférée ?"

Il se trouvait piègé:

"Ho vous savez, moi les titres d'aventures, je n'ai pas de mémoire pour les noms, d'ailleurs c'est un lointain souvenir vous voyez..."

"Et bien on va te les racompter, TOUTES. Comme tu l'as dit la nuit est longue, on a le temps."

Dremed se trouvait gêné, piégé dans ses intentions:

"Ho vous savez, il reste encore beaucoup de bière et si nous buvions à votre bonne fortune ? Hein ?"

Il n'était pas loin de les insulter:

"Mais oui tu as sans doute raison, mais dit donc, tu serais pas un peu en train de te moquer de nous depuis tout à l'heure ?"

"Moi ?"

Cette fois il allait les assommer, il mit sa main sur le manche de sa hache quand soudain vint bondir vers eux deux formes désarticulé. Avec si peu de lumière, Dremed ne voyait pas bien à qui il avait à faire, il tira sa hache, sorti du brasier une branche et chargea en criant:

"Mortem aut Gloriam ! Khornettoh !"

Les deux nains se levèrent à une vitesse défiant leur corpulence, aussi vite ils prirent leurs armes et virent se plaquer épaule contre épaule. Le cocher resta par terre à dormir sur sa paillasse comme s'il était dans un temple dédié à Dlul.
Quant à la femme en noir, ses deux serviteurs se placèrent de sorte à faire un rempart entre elle et le danger.
Dremed chargea donc seul face à... Deux squelettes en caleçon... Hum mais bon on ne choisit pas ses adversaires.
Soudain, il se rendit compte de l'idiotie d'avoir une hache. Une arme tranchante face à des créatures qui y résiste s'était la plus stupide idée qu'il avait eut. Heureusement que ce n'était pas une hache double et que l'autre côté se trouvait être démunit du moindre attribut pouvant couper.
Il prit donc sa hache de sorte à frapper avec l'autre côté, du côté lisse.
S'élançant vers l'ennemi, il fit perdre à sa cible son bras gauche. Les deux mort-vivant s'en prirent maladroitement au prêtre-guerrier qui n'eut aucune peine à esquiver leurs attaques. Les deux nains s'élancèrent ensemble et explosèrent, littéralement, le crâne d'un des squelettes. Dremed renvoya une attaque sur son squelette, lui arrachant la tête d'un coup de hache.
Il souleva le squelette et le jeta dans le feu de camp en faisant signaler aux deux nains de faire de même:


"Balancez les dans le feu, faudrait pas qu'ils se relèvent pendant la nuit. Ce sera leur dernière cuite."

Il sourit laissant les passagers du convoie à leur réflexion. Il jeta un coup d'oeil vers la femme et ne vit aucune peur dans ses yeux, peut être... du plaisir ?
Dremed veilla pendant la nuit pour être sûr qu'un autre problème ne viendrait pas les déranger. Il s'allongea enfin, il regarda les deux nains allongés, le baril de bière vidé depuis un moment et leur ronflement couvrant tous les autres bruits du camp.
Il se tourna pour tenter de mieux voir l'étrange femme en noir, mais celle-ci avait disparu tout comme ses deux serviteurs. Dremed se leva précipitamment et dégaina sa hache. Il fit le tour du camp et se décida à suivre les bruits de rochers qui glissaient sur le flanc de la montagne. Il continua dans une direction approximative d'où pouvaient venir les glissements. Le paladin put apercevoir deux torches tenus en l'air par les serviteurs et la dame en noir portant au-dessus de sa tête le coffre cerclé de métal.
Continuant de s'approcher, Dremed fut à même de voir vers quoi il avançait. Un immense gouffre rond, bordé d'escaliers, perçait en cet endroit la montagne.
Dans le font un feu violet entouré de flambeau brulant de la même lumière malveillante attirait l'attention du paladin du dieu du sang. Il sentait le démon ressurgir en lui et tenta de le calmer. L'influence de cet endroit devait renforcer la puissance qui dormait en lui. Tout en bas il vit une forme sombre à l'aura nécrotique.
Dremed suivit les trois personnes descendant vers le fond du tréfonds de l'abime sans fond... sauf qu'il y en a un de fond, y a toujours un fond même.
En arrivant à proximité du fond, toujours le même, Dremed put apercevoir trois choses:
De une la forme à l'aura nécrotique était une liche.
De deux la femme était une vampire avec ses deux dents allongées et la bouche sur le cou d'un des serviteurs.
De trois, le livre que Flebotum avait demandé de trouver était sur un autel derrière ce joyeux petit monde.
Il venait de le reconnaitre par la vouivre gravé dans le cuir. Il étudia les solutions qui s'offraient à lui. Tuer tout le monde et partir ensuite, ou bien voler le livre courir et fuir comme un lache. Mais une troisième possibilité vis le jour dans son esprit.
Il remonta les escaliers le plus vite possible et courut vers les bruits de ronflement que l'on pouvait entendre de loin... Trés loin. Comment ça se fait d'ailleurs ?
Bon disons pas si loin.
Dremed courut vers l'endroit approximatif du campement jusqu'à entendre les ronflements des nains. Il s'y rendit et réveilla en vitesse les deux alcooliques:


"Ca ne vous direz pas de tuer du mort-vivant facilement ?"

Etonné par ce réveille les nains allaient brailler jusqu'à ce que:

"Y a un liche parmi eux, ça doit faire un peu d'expérience et en plus y doit y avoir quelque trésor intéressant et pouvant être bien vendu."

Le plus vieux leva un sourcil puis demanda:

"Sont combiens ?"

"Une vampire, un liche et deux serviteurs, quatre en tout."

"Et t'as un plan gamin ?"

"Faut que je récupère un truc là où ils sont, le mieux serait de faire péter un tonneau de bière, mais comme je sais que l'idée ne vous séduira pas j'ai autre chose, on met juste assez de bière dans l'escalier pour mettre le feu et cramer les mort-vivant quand ils passeront. Si vous voulez je pourrai vous payer pour remplacer la bière perdue."

Les nains regardaient bizarrement le paladin comme si celui-ci portait un pyjama rose et jouait de la trompette à chaque parole sur un air complètement chaotique. Néanmoins, l'idée de l'or les titilla ainsi que des richesses possibles:

"Améne nous."

Ils prirent avec eux un fût, un bout de bois enflammé et partir vers le gouffre. Dremed avait pris soin de repérer la position de l'endroit afin de pouvoir revenir plus facillement:

"Bien, quand je serai remonté, laisser couler le liquide sur les escaliers. Ensuite, enflammez le."

Il n'était pas sûr que cela allait marcher mais bon ça ne coûtait pas trop d'essayer. Il s'élança donc dans les escaliers et les dégringola rapidement. Se blessant légèrement (-5pv), il arriva à arrêter sa chute avant d'être repéré. Parfait, ainsi il aurait tout l'effet de surprise pour lui. Il descendit et ramassa une pierre traînant par là puis il saisit quelque bout d'information venant de la vampire:

"Tu sais mon chers et tendre, il faut absolument que tu accomplisses se rituel pour redevenir le brave et sanglant vampire que tu étais autrefois. Bientôt la lune brillera tout en haut dans le ciel et là tu pourras inverser le processus grâce au livre que nous avons volé à ce nain."

Emouvant... Dommage que ce soit tombé sur un paladin de Khornettoh. Dremed ne ressentait que du mépris pour ces créatures. Jadis humains, mais qui sont devenues des êtres aux faiblesses stupides. Dremed sortie un de ses pièces d'argent au cas où. Il lança la pierre qu'il tenait dans sa main sur un mur derrière les quatre adversaires.
Il courut alors vers le livre et l'attrapât. Aussitôt, il fit demi tour et à peine arrivé à l'escalier sa route fut barrée par la vampire.
Il plaqua sa main sur son bras, un cri se fit entendre, il la lâcha et courut vers la sortie. Il monta les marches de l'escalier deux par deux. Derrière lui il put entendre:


"Allons y !"

Il redoubla de force. Finalement il réussit à atteindre le bout de l'escalier et cria son ordre aux nains:

"Versez!"

"Ouais ben t'as pas à nous donner des ordres d'abord !"

"C'est pas le moment !"

"Ouais ben... croit pas que t'es le plus malin. On est les Frères Grimm je te signale."

N'en pouvant plus de cette discutions, Dremed pris les choses en main et versa le contenu du tonneau sur les marches d'escalier. Seulement une partie, ne voulant pas perdre trop dans cette entreprise... Il se fit la réflexion que c'était une pensée de nain, décidément la connerie est une maladie.
Il prit la branche en feu et attendit de voir monter les mort-vivant. L'un des serviteurs glissa et dans sa chute fut repoussé par la vampire d'un revers de main. Quand le liche et elle, furent au-dessus de la flaque, Dremed embrasa l'alcool. Le feu se propagea et grilla sur place les deux créatures maléfiques. Mais elles rampaient toujours, Dremed dut sortir son arme et tenir à distance les deux créatures damnés. Il les repoussa leur infligea quelques coupures. Le liche le regarda, semblant percer le fond de son âme. Il eut le temps de dire:


"Toi aussi tu es damné alors pourquoi?"

"Parce que je jure de tuer chaque créature qui te ressemble. Jusqu'à ce que ma corruption soit complète et là je pourrai mourir heureux."

"HaHAHAHaha... Tu ne vivras jamais en paix Dremed Souard, tu nous rejoindra... En EFFER !!! HAHAHAHAha.. argh."

Dremed sembla perdre pied un instant et donna un coup sur le crane du liche, fendant en deux le poussiéreux.
Une fumée blanche s'éleva des deux cadavres, elles prirent forme humain et s'inclinèrent devant les trois combattants.
Dremed concidéra cette manifestation comme une illusion pure et inconsistante créée par son imagination et que de toute façon il allait rapidement oublier ce détail:


"Ils sont mis en bière au moins."

Les deux nains se regardèrent puis rire un petit moment:

"C'est un Fût-thé ce mec."

Ils rirent grassement pendant quelques secondes puis descendirent piller la tanière des créatures. Dremed venait d'accomplir son travail. Vite fait, bien fait. Enfin presque, il regarde rapidement la liste des ingrédients utiles et vit que les doigts de liche figuraient sur cette liste... C'est bête qu'il n'ait pas lut la liste avant. C'est bien dommage. Ce qui est encore plus dommage c'est qu'il n'ait pas remarqué la suite des ingrédients comme la cendre de mage ou d'autre. Néanmoins, il fit inventaire de tout ce qui n'avait pas brulé et malheureusement... tout avait brulé. Mais bon il se consola en se disant qu'au moins il avait réussi sa mission.
Il descendit, une fois le feu éteint, et fouilla dans l'entre du liche ce qui pouvait être pris, il trouva ainsi une dose de Poison Kirmu, ainsi que deux parchemins vierges. Il confia la somme de six pièces d'or aux deux nains pour rembourser leur commanditaire. Le soleil ne tarderait plus à pointer ses rayons vers l'horizon.
Le paladin se plongea dans sa réflexion, ce qu'avait dit la créature l'avait touché et les nains venaient de le questionner un peu sans obtenir de réponse valable.
Il se recoucha se disant que de toute façon, sa vie était voué à Khornettoh et que quoi qu'il arrive il tuerait jusqu'à ce qu'il se fasse tuer.


Suite et fin ici.
Revenir en haut Aller en bas
 
Il remonte la montagne... à pied (snirf)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Encrier du Chaos :: Terre de Fangh :: L'Aventure Sauvage :: Les Montagnes du Nord-
Sauter vers: