L'Encrier du Chaos

Roleplay dans l'univers du Donjon de Naheulbeuk
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
News
Le Calme et la Tempête


Voilà bien longtemps que les Aventuriers ont quitté la région. Le fracas des armes a cessé, la fureur et la poussière sont retombés, la soif de gloire et de richesses s'est tarie. Mais les lieux ne sont pas morts pour autant : il reste toujours le vieil aubergiste, là, courbé derrière son comptoir ; et je gage que si vous aviez la curiosité de lui adresser la parole, il pourrait vous conter de grandes choses du temps passé, et allumer en vous une étincelle dont vous ne soupçonniez pas l'existence...

Derniers sujets
Aventures en cours
Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies ! par Baldin, Pnek, Althis et Zaeseth.

Pendant que le loup n'y est pas, une aventure par Jester.
Top-Lists
Soutenez le forum en votant régulièrement sur ces Top-List, qui permettront à de nouveaux joueurs de nous découvrir!

Top des Meilleurs RPG
Fantastic Story RPG
Liens utiles
Le Donjon de Naheulbeuk, le site de Pen of Chaos...
...et son petit frère, le site du JDR.

L'Encyclonebeuk, avec tout un tas d'articles géniaux.

Les biens et services trouvables en Fangh, pour savoir quoi demander au marchand lorsque vous entrerez dans sa boutique!

Naheulbeuk Online, pour ceux qui veulent faire du véritable Jeu de Rôle oral.

Partagez | 
 

 Staràlfur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bigyéti
Vagabond
avatar

Nombre de messages : 1134
Age : 25
Citoyen de : Nulle part
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Anciennement ermite et dépressif. Revient suite à une longue méditation par l'écrit
Date d'inscription : 18/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
30/30  (30/30)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
10/140  (10/140)

MessageSujet: Staràlfur   Jeu 14 Juil - 11:05

[Non, je suis pas mort, je suis juste un gros branleur qui n'en fout pas une depuis le début de l'été... mis à part pour mon post de prof :3]

*Sproch*
*Sproch*
*Sproch*
*Sproch*

Un drôle d'individu fuyant la ville marchait dans la neige. Il était malade de toute cette agitation, il n'en pouvait plus de ces bastons incessantes et de ces boulets qui lui réclamaient des chansons paillardes et de la jonglerie. Dépité, il regrettait presque ses pouvoirs noirs; mais il ne pouvait pas se permettre de les réutiliser. Ethiquement, c'est totalement impensable; et même, il faudrait qu'il arrive à se souvenir de ses anciens sortilèges. Fatigué, il se posa sur un cailloux. Vu qu'on était en été Fanghien, le froid était très supportable (en langage moderne on aurait dit entre -3 et 2 degrés Celsius, mais là on parle d'une autre dimension). Il fouilla dans son sac et en sortit une fiole légèrement noircie vide. Son regard prit un air de frustration totale, il grogna un coup puis balança sa fiole vers l'aval de la montagne. Les mains sur les genoux, il tapotait joyeusement, il s'emmerdait gentiment quoi. Que faire quand on est ménestrel, qu'on en a marre des gens, et qu'on s'ennui? Et bien oui! Jouer de la mandoline! Mais pas n'importe quelle chanson, attention! Il décida de jouer un des morceaux que Scotty lui avait appris... le seul problème c'est que ça fait un gros anachronisme de merde, donc je vais encore m'en sortir en disant que Scotty peut voyager dans les dimensions et dans le temps parce que il est trop rapide... (pfiou, la grosse excuse bidesque). Et oui, il allait jouer Staràlfur de Sigùr Ros. Il s'échauffa la voix puis il commença à faire glisser ses doigts sur son instrument.


Blá nótt yfir himininn
Blá nótt yfir mér
Horf-inn út um gluggann
Minn með hendur
Faldar undir kinn
Hugsum daginn minn
Í dag og í gær

Blá náttfötin klæða mig í
Beint upp í rúm
Breiði mjúku sængina
Loka augunum
Ég fel hausinn undir sæng

Starir á mig lítill álfur
Hleypur að mér en hreyfist ekki
Ur stað - sjalfur
Starálfur

Opna augun
Stirurnar úr
Teygi mig og tel
Kominn aftur og alltalltilæ
Samt vantar eitthvað
Eins og alla veggina

Sa douce voix résonna dans la vallée, ses accords s'entendaient avec un léger écho. Il sortit sa pipe puis fuma un brin d'herbe hobbit une fois sa chanson finie, de petits ronds de fumée sortaient de l'objet en bois.
Revenir en haut Aller en bas
http://de-zick-et-de-rock.over-blog.com/
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Staràlfur   Jeu 21 Juil - 8:38

Une brise douce mais glacée s'élançait à travers les vertes vallonnées, se chargea de neige au fil de sa traversée. Atteignant bientôt les hauts sommets, elle huma sans intérêt le parfum d'un âgé ... un parfum relativement acceptable. La noblesse d'âme qui se dégageait de ce petit personnage contrastait avec son apparence plus que banale. Un aventurier, foulant avec endurance les longs versants blanchis. De grosses traces suivaient sa trajectoire, caressant son ombre avec volupté. À son dos se tenaient armes de guerriers : masse et hache de bonne qualité, mais ni épée ni bouclier, laissant ces attributs aux Hommes si polyvalents. Les fins flocons se déposèrent sur les poils blonds du fier représentant des montagnes. Les yeux à demi-clos, ce dernier parcourut du regard l'étendue du paysage, puis se mit en marche, une cape brune en laine fournie par son conseiller suivant chacun de ses larges mouvements. Le guerrier se sentait ici chez lui, quasiment en sécurité. Et même si ces monts lui étaient étrangers, il suivait d'instinct le chemin tracé par la destinée.

Le temps était clair, le printemps s'annonçait, mais la neige resterait tenace à cet endroit jusqu'à la venue des Beaux Jours. Modimus avait laissé à son chancelier la gouvernance de la ville, quant à Elenya ... elle savait ce qu'elle avait à faire. Même s'il avait déjà fait la connaissance de cités naines, il était temps pour le nabot de prendre connaissance des différentes cultures, ainsi que des lieux de villégiature de ses cousins fanghiens. Et il préférait aller à l'encontre de l'aventure plutôt que de devoir l'affronter en Mliuej. Pour se donner du courage, il entreprit de chanter une chanson réconfortante, même s'il ne se doutait pas qu'un barde l'entendrait. D'une voix forte, à la fois trapue et rythmée, il entonna :

K'a ta poaarth th'h naz kazpona
Urù rur'th aznnurrth lazrkah !
Ô na gar ténazikazpona
Turrk urr rur'th gaz kurhkah !
Thurpohath, nurar t’azia ! nurar t’azia, po'ga'hth t’aaz' pour'annaa !
Tha gur'th o garaj, gur'th rur'th waahaj waazaha waurnaa.
K'a dra thurath waur'hpo', zi'âkhé, kurrt', poèk'a-ziurhr',
K'a dra thurath rhahzin'th, aznurhth k'a dra ra pourahaza rhn'th.

Lurrkhurrth rurkha ziur'hazka :
Po'gurrth dr'thk'ath az' ziur'.
K'a ta rur'th na rhn'th thazka
Tha lurrkha na rhn'th waur'.
Gur'th, k'a nath urathurrth alakaj ar gurkha poha'gazka,
Rh'aththaaj-gur'th az'ththa na'h haththalponah rhazh na gathazka.
K'a dra thurath waur'hpo', zi'âkhé, kurrt', poèk'a-ziurhr',
K'a dra thurath rhahzin'th, aznurhth k'a dra ra pourahaza rhn'th.

Ak t’athkurzi ak ta kazanna
Rhazhnurrth ziurlla tath waur'th ;
K'’'r zi'azzi'r zihaa ak pohazanna :
''hnurrth ziurlla tath nur'rhth.
Drakurrth rurth zi'azrhaaz'q, ak rur'th ziurawawaurrth ta rurth thahgaakkath,
Ak kazlpour'harurrth ta rurth ziur'kaaz'q th'h rurth azththaakkath.
K'a dra thurath waur'hpo', zi'âkhé, kurrt', poèk'a-ziurhr',
K'a dra thurath rhahzin'th, aznurhth k'a dra ra pourahaza rhn'th.

K'a na gar rur'th arguraa
T’azkhéazponath wa'ha'hth !
Zi’athk tazrth n'a k'a n’urr ruraa
Nath rhn'th khazrtath tur'na'hth.
Ô Taa' ! k'’an athk pourr ! rhharurrth-ar rhazh-tathth'th naz kêka ;
Az'ththa poaar, zi'aj rur'th, gurlah athk zi'urtha waurhk 'urrrêka.
K'a dra thurath waur'hpo', zi'âkhé, kurrt', poèk'a-ziurhr',
K'a dra thurath rhahzin'th, aznurhth k'a dra ra pourahaza rhn'th.

'âkurrth-rur'th ta poaar pouraha
Tagazrk k'’an thurak khurrh kazht,
Ak zi'azrkurrth à naz knuraha
T' Thaakra'h ta Ziark-Lazhth :
An athk poaaz', gazannazrk, ziur'hkurath, rhhart rhnazathah à térhartha ;
Kan wa'k az'khawaurath téwa'rk Lurrthaakra'h Aznaqazrtha.
K'a dra thurath waur'hpo', zi'âkhé, kurrt', poèk'a-ziurhr',
K'a dra thurath rhahzin'th, aznurhth k'a dra ra pourahaza rhn'th.


La langue naine, pour ceux qui ne savaient la comprendre, était aux premiers abords rustre et sauvage, comme l'était ses poètes et ses chanteurs dans un environnement aussi rude qui ne laissait guère le temps de rêvasser et de composer. Mais pour ceux qui savaient l'art, comme un vin qui ne se découvre qu'une fois qu'on en connaît toutes les origines et le labeur investi dans sa conception, avait un charme incomparable, qui n'avait rien à envier aux artistes elfes. Néanmoins, rares étaient les nains qui ne connaissaient autre chose que des chants paillards ou incitant à la boisson. Modimus faisait exception à la règle, mais ne négligea pas la chaleur qui se dégageait de tels hymnes, aussi la traduction littéraire que l'on pouvait donner de sa déclamation en ces Montagnes du Nord n'était-elle pas étonnante.

Traduction:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Bigyéti
Vagabond
avatar

Nombre de messages : 1134
Age : 25
Citoyen de : Nulle part
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Anciennement ermite et dépressif. Revient suite à une longue méditation par l'écrit
Date d'inscription : 18/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
30/30  (30/30)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
10/140  (10/140)

MessageSujet: Re: Staràlfur   Lun 25 Juil - 18:08

Un chant lui parvint aux oreilles. C'était très crochu et rapeux, mais une rare force s'en détachait. On pourrait comparer ce chant à la langue allemande (enfin, avec le bon accent bien cradasse... et surtout dans la bonne dimension). Cependant, même la technique était assez travaillée, le chant était quelque peu délicat donc de léger déraillement puis quelques imperfections se faisaient entendre. La force rythmique inspira notre ménestrel et lui fit reprendre sa mandoline. Ses doigts crochus prirent la mandoline en très mauvais état... lui qui était parti pour écrire, il était nettement plus inspiré pour l'instrument à corde. Ses plumes n'étaient définitivement pas gâtée le jour-là. Il s'essaya à deux ou trois reprises pour trouver quelque chose de sympatique à jouer puis il trouva enfin un rythme très lourd et accrocheur. Les cordes se mirent enfin à vibrer pour créer une chanson. Des petits sauts assez délicats pour une adaptation de chanson de brutasse, voilà comment faisait notre ami. Scotty lui ayant montré une partie de cette chanson sur guitare magique (ouais... enfin une guitare magique... une guitare électrique plutôt, mais encore une fois on parle d'une autre dimension). Techniquement c'était assez réussi, mais le niveau un petit peu faiblard de notre ancien yéti ne pouvait bien retracer cette chanson surpuissante sur son instrument qu'au prix d'un effort extrême. Les deux personnages étant encore assez lointains l'un de l'autre, Big' se leva pour essayer de voir d'où venait cette voix étonnante puis scruta au loin. Personne à l'horizon... au ras du sol peut-être?

Les yeux de notre ménestrel se levèrent détonnement quand il remarqua qu'il avait affaire à un nain. Il pensait que c'était un nordique qui avait cette voix si particulière, mais non. Les talents de chanteur du maire de Miluej (ce que le ménestrel ne savait pas lui-même... heureusement qu'en tant qu'auteur je suis là pour ratrapper le manque de connaissance de mon personnage tiens) touchèrent notre homme et lui fit comprendre qu'il ne fallait pas se fier aux apparences. Toujours en train de jouer sur son rythme de base et faisant ses petites envolées il attendait que le nain arrive assez près de lui pour qu'il n'aie pas à hurler pour le saluer et le remercier de l'avoir inspirer. Sa pipe soufflait ses dernières volutes d'herbe hobbit et il attendait une pause pouvant l'excuser de s'en refaire une.


~J'en aie une autre donc je pourrais la lui prêter histoire qu'on se repose ensemble... j'espère que je pourrais parler un petit peu avec lui. Je pourrais trouver quelque chose de sympa à écrire pour quand j'aurais de nouveau de l'encre. Après tout, je pourrais peut-être même l'accompagner quelques temps, on ne perd rien de l'expérience que l'on a avec les autres!~
Revenir en haut Aller en bas
http://de-zick-et-de-rock.over-blog.com/
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Staràlfur   Lun 8 Aoû - 13:18

Lorsqu'il vit le ménestrel au loin, la première réaction du barbu fut la prudence. Qui était donc cet homme au bout du chemin, dans le creux de vallonnées ? La seconde fut la honte : ce dernier l'avait sûrement entendu brailler comme un incapable, et s'il avait été un assassin, il n'aurait pas pu l'entendre approcher. Cette dernière réflexion invita la troisième réaction de Modimus. Un autre aventurier se dressait sur sa route.

Il déserra la poigne qu'il exerçait sur son marteau de guerre et continua son chemin, bien décidé à faire plus ample connaissance. Car comme on le disait chez les humains : Un homme seul est toujours en mauvaise compagnie. Remarquez d'ailleurs que le diction était légèrement différent d'après ce qu'il avait entendu de confrères nanesques chez sa race : Un nain n'est en bonne compagnie que si la fortune en fait partie.

Alors qu'il s'approchait du ménestrel, dont il voyait à présent l'allure générale, des notes agencées de manière assez brusques parvinrent à ses oreilles. Jouée à la mandoline, la musique avait un rythme imbattable.

Armée d'une pipe, Modimus ne se rappela pas l'avoir aperçu dans sa ville, ce qui n'en faisait donc pas de lui un citoyen de la ville qu'il avait à sa charge. C'était pour le mieux. Désormais assez près, distancé d'une dizaine de mètres environ, le seigneur lui lança un signe de salutations.


« Pourrdrur'h ! Salutations, aventurier ! Que faites-vous donc en ces blanches contrées ? Êtes-vous donc un musicien assez courageux pour affronter les affres de l'hiver rude qui s’annoncent et marque déjà son territoire recouvrant de sa main poudreuse les entrées montagneuses ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Bigyéti
Vagabond
avatar

Nombre de messages : 1134
Age : 25
Citoyen de : Nulle part
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Anciennement ermite et dépressif. Revient suite à une longue méditation par l'écrit
Date d'inscription : 18/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
30/30  (30/30)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
10/140  (10/140)

MessageSujet: Re: Staràlfur   Mer 17 Aoû - 19:00

Ce n'est pas comme s'il n'avait pas fait en sorte que le nain vienne, mais il fut quand même étonné de la façon dont il fut salué. Les connaissances de Big' était très maigres concernant les langages nains, et le fait qu'il n'avait rien capté à ce premier mot le frustra énormément... mais de toutes façons, ses quelques souvenirs ayant un rapport avec les nains étaient soit contrefaits (dans une sorte de délire de la mémoire cherchant à combler un trou), soit peu instructifs. Mais peu importe, c'est en faisant des connaissances que l'on évolue, non? Et peut-être que tout les nains n'étaient pas de grosses brutasses totalement incultes, celui là avait déjà prouvé qu'il avait un minimum de fibre artistique... Ainsi, la mandoline au dos, Big' salua le nain de sa main frêle. Il avançait petit à petit vers lui tout en parlant:


"Salut, noble guerrier. Comme vous pouvez le voir, je suis en proie au désœuvrement et au manque d'encre sur ces montagnes. Initialement venu ici en fuyant les cités trop pleines de nos contrées troublées pour écrire un brin, j'ai été contraint de renoncer à ce projet, car je n'ai plus la moindre goutte d'encre. Ainsi, j'ai été forcé de me confronter à la mandoline pour ne pas me laisser engloutir par le vide m'inspirant ces paysages désolés et vidés de toutes vies. Et vous? Qu'est-ce que vous êtes venu faire en plein dans les montagnes? Pas m'entendre chanter et jouer j'espère, parce que vous risqueriez d'être rudement déçu par mon niveau instrumental. Et j'ai pas beaucoup d'inspiration en ce moment..."

Ayant fini sa pipe, notre ménestrel jeta les cendres par terre dans la neige. Une drôle de forme se dessina au sol, en s'accroupissant, il put voir que c'était la forme d'un pétale. Un sourire se dessina sur son visage puis il rigola:

"Héhéhé... Moi c'est Bigano, ménestrel de mon état. A qui ais-je l'honneur?"
Revenir en haut Aller en bas
http://de-zick-et-de-rock.over-blog.com/
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Staràlfur   Mar 23 Aoû - 8:30

Une fois arrivé à sa portée, même s'il n'avait pas bien compris en quoi les cendres tombées dans la neige avaient pu arracher au chanteur (médiocre ?) une rire, le bourru empogna fermement la main de l'aventurier, lui fit découvrir des os dont il ignorait l'existence en les broyant quelques secondes, avant de se rendre compte que la capacité musculaire de son ami ne permettait pas un réel affrontement de poignées de main, aussi décida-t'il de l'arrêter rapidement.

Il hésita un instant, puis finalement se présenta à son tour.


Modimus Courbenclume, de la lignée d'Anvilmar ... guerrier en quête d'aventure.

Il savait pertinnement qu'omettre de préciser qu'il était aussi le Seigneur local de Mliuej s'éloignait des principes protocolaires que son conseiller lui avait désespérément fait comprendre, mais tant qu'il ne mentait pas sur sa condition, cela restait moralement valable dans les principes du barbu.

Je cherche à entrer en contact avec d'autres villages, du genre ceux qui sont tellement éloignés de tout attrait touristique majeur qu'ils ne sont pas sur la carte.

Bien entendu, Modimus oublia malencontreusement de donner les raisons d'un tel voyage. Officiellement parti en tant qu'émissaire de Mliuej pour reprendre contact avec d’autres bourgades sous la menace de la citadelle de Gzor qui s'étendait à l'Ouest, tout en observant dans quelles dimensions s'étendaient son influence. Officieusement pour savoir si d'autres nains -car il était sûr d'en rencontrer dans les Montagnes du Nord- connaissait l'existence de sa lignée, donc de son ancienne incarnation, dont des origines et des raisons de sa présence et de sa résurrection en Terre de Fangh.

Je suis un citoyen de Mliuej et c'était d'ailleurs bien vrai, même s'il était le Premier d'entre eux, aussi j'espère accroître la renommée de la ville qui m'a accueilli en accomplissant diverses quêtes dans les alentours. J'ai préféré partir au Nord afin que ce ne soit pas Chnafon qui récupère les lauriers de mes aventures. Voudriez-vous m'accompagner ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Bigyéti
Vagabond
avatar

Nombre de messages : 1134
Age : 25
Citoyen de : Nulle part
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Anciennement ermite et dépressif. Revient suite à une longue méditation par l'écrit
Date d'inscription : 18/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
30/30  (30/30)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
10/140  (10/140)

MessageSujet: Re: Staràlfur   Lun 12 Sep - 11:44

[Désolé de ma longueur défiant toute concurrence T_T]


Sorti de ses souvenirs des arts divinatoires par une terrible poignée de main (que peut faire un homme qui donne mollement sa main dans ce type de cas, hein?), Big' sentit un bon nombre des os de sa main osseuse craquer d'une manière... dégueulasse. Il effectua un faciès digne des plus grands grimaciers de la Terre de Fangh et grogna de déplaisir. Une fois sa main libérée, il l'a secoua violemment, ce qui fit craquer les derniers de ses os dans un bruit sinistre et immonde en écoutant plus ou moins son interlocuteur. A ses dires, la cervelle du ménestrel fit tilt. Il avait connu cet homme dans une autre vie, il se souvint du nain arrivant à Waldorg quand il en fut le maire. Aucun doute n'était possible! Une certaine gêne l'envahi quand il compris qu'il avait affaire à un des éléments de son étrange passé et il tentât de le cacher comme il le put [d'où le jet de charisme, J'ai 9 en charisme (le malus étant compté.)]. Sans pour autant se laisser décomposer par ce nain(-prévu), il s'exprima dans un langage clair et doux.

"Humpf, Modimus Courbenclum, hein? J'ai déjà entendu parlé de vous, vous avez terrassé pas mal d'ennemis du bien grâce à votre seul courage, non? Vous êtes reconnu pour être un guerrier puissant et rude par chez moi, et j'ai bien envie de voir si la légende est conforme aux dires locaux des terres sauvages de Kwzprtt... Je pourrais sans doute vous aider en magnifiant vos défis surmontés dans la zone, mais je crains que je sois d'une efficacité plus qu'aléatoire en combat singulier avec un orc ou tout autre animal plus dangereux que le chat domestiqué. C'est ainsi de manière, relativement roleplay, que j'accepte de me joindre à vous."

Pour faire oublier son passé, quoi de mieux que de se construire un présent? Il se retourna pour prendre sa mandoline sur son dos, et au passage il revu rapidement le pétale de cendre. Il fouilla dans ses souvenirs de la divination pour trouver la signification de ce signe. Puis, très rapidement, il claqua des doigts et dit, avec une once d'excitation:

"Mais oui! J'ai retrouvé ce que signifie ce dessin de cendres. C'est le pétale de la sensualité, qui, en divination, indique un futur proche plus ou moins dominé par la luxure. Ainsi donc, je pense qu'en voyageant ensemble on pourrait rapidement trouvé une auberge dans laquelle on sera obligés de s'arrêter... j'espère que je ne me suis pas trompé, car si on a affaire à une tenancière, dans ce type de cas je pourrais toujours m'arranger pour qu'on passe une nuit dans un lit douillet à l'oeil. Après, vous avez la liberté de penser que je raconte n'importe quoi car je ne suis pas un grand lecteur de bonne aventure..."

Ne se rendant pas compte de ce qu'il racontait, le ménestrel était en plein délire. Il s'imaginait que sa lecture du pétale était juste, c'est ça le pire! Bref, il était là en train de rêvasser devant un nain qui pourrait très vite devenir plus que sceptique.
Revenir en haut Aller en bas
http://de-zick-et-de-rock.over-blog.com/
Fatali Dés
Fumble Critic ou Epic Success?
avatar

Nombre de messages : 229
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: Re: Staràlfur   Lun 12 Sep - 11:44

Le membre 'Bigyéti' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'D20' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Modimus
Irréductible Vétéran
avatar

Nombre de messages : 712
Age : 24
Citoyen de : Seigneur local de Mliuej
Sexe du Perso : Nanesque
Statut Spécial : Seigneur local de Mliuej
Date d'inscription : 05/02/2009

Feuille de personnage
Energie Vitale:
47/47  (47/47)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
471/600  (471/600)

MessageSujet: Re: Staràlfur   Dim 29 Jan - 19:46

[Désolé, disons que j'ai été légèrement occupé avec la prépa …
Non je rigole.
C'est carrément l'enfer pour trouver du temps libre, mais je m'en plains pas.]


Modimus ne perçut aucune gêne chez son interlocuteur, car déjà s'annonçait la couleur du voyage.

~ Ainsi je suis connu jusqu'au Terres Sauvages de Kwzprtt ? ~

« Voyager ensemble ? Ma foi pourquoi pas … Je ne suis jamais contre des bras supplémentaires, et en l’occurrence, d'une voix. »

Ensuite de quoi, le ménestrel s'improvisa prophète. Malheureusement, le discours n'avait rien de divinatoire, juste une interprétation d'un simple signe tout aussi subjectif que l'explication. Le nain ria de bon cœur devant cette perspective.

« Barde et devin ? Ça c'est une surprise ! »

Le barbu rehaussa ses armes des épaules, comme une vieille habitude sans laquelle vous ne pourriez vous lever le matin. Il fit descendre sa main dans sa barbe, puis commença à marcher en direction des montagnes. Midi allait s'annoncer, et la perspective d'une proche auberge avant de reprendre la route n'était pas désagréable, même si Modimus n'accordait que très peu d'intérêt à ce genre de fabulations.

« Nous sommes partis ? »

Le reste du voyage ne fut pas très intéressant. Modimus ne s’accorda aucune pause, peut-être au déplaisir du ménestrel. Trop heureux de pouvoir reprendre les chemins de l'aventure au lieu d'être coincé dans un château, aussi belle soit l'architecture, il marcha toujours en tête. L'ancien roi de Dun Morogh était ainsi : dès que le problème était localisé, vous pouviez être sûr qu'il ferait tout son possible pour faire partie du voyage, à moins que d'autres conflits ne l'oblige à rester à Ironforge. Cela ne le déplaisait certes guère, après tout le devoir d'un roi et de s'occuper de son royaume et de ses sujets, mais les nains ne peuvent abandonner ce vieil instinct d'aventure.

Les Montagnes du Nord regorgent d'une faune et d'une flore assez concis, mais toujours sujets à émerveillements. Les Grands Monts regardaient du haut de leur grande barbe blanche que personne ne peut leur arracher les deux aventuriers monter, plus haut, toujours plus haut, à travers des cols et sur des chemins plus qu'abstraits. On était bien loins des paysages rocailleux où tombait la neige durant toute l'année, seules résistaient ça et là des pans immaculés, mais le terrain était surtout de hautes collines parsemées de lys, de chardon, et d'herbes folles diverses.


« Ça suit toujours derrière ? » cria le nain, avant de parvenir au sommet de la grande pente qu'il gravissait en ce moment même. Évidemment, le ménestrel était bien trop essoufflé pour pouvoir répondre. Sans le savoir, Modimus venait de respecter l'un de ses plus anciens attributs raciaux : les nains sont chiants. Déjà … depuis combien de temps marchaient-ils ? Où était cette auberge de luxure avec une tenancière qui les obligerait à une nuit de sensualité ou je-ne-sais quoi d'autre ?

« Bigano, je crois que votre talent ne vous a pas trompé ! »

En effet, ils étaient maintenant arrivé à un village. Bercé dans un vallon créé par trois montagnes qui s'élevaient proches les unes des autres, le hameau contenait plusieurs habitations, plusieurs fermes, et sur les pans des monts on voyait distinctement des troupeaux de divers animaux.

Arrivé à ce qui semblait et à la fois l'auberge et à la fois la taverne, Modimus commanda deux verres sans laisser le temps à son compagnon de protester, mais l'invita à s’asseoir. La moitié de ses occupants étaient des montagnards, à la fois mineurs, bergers et cultivateurs, selon les saisons. Quelques nains étoffaient le spectacle. Poutres apparentes en bois, gravures de vignes, d'animaux environnants, multiples barils disposés derrière le barman sur lesquels étaient collés d'étranges parchemins calligraphiés de symboles bizarres. Nul doute qu'il s'agissait là de runes de protections bon marché.

Tandis que la serveuse, humaine au teint fonça et aux cheveux bruns, apportaient aux deux voyageurs (plus ou moins) exténués deux belles chopes de bière brune, BigYéti put apercevoir dans le dos de Modimus un nain qui les observait depuis leur arrivée.

Assis sur un petit tabouret, sa longue barbe blanche au poil hirsute n'était pas tressée, et entrait en communion avec ses longs cheveux, gris, rabattus derrière des oreilles légèrement décollées, percées d'anneaux.
Un cache-œil noir, sur lequel un symbole plus qu'explicite avait été grossièrement dessiné, dissimulait son regard gauche, et on ne voyait qu'une balafre qui traversait ses rides et partait vers l’œil manquant. Un autre se situait juste à côté de son nez engourdi par les hivers passés. Son unique œil valide lançait un regard de défi permanent.
Chaque doigt était personnellement garni d'une bague, certaines étaient en ivoire (l'une d'entre elles était par ailleurs sculptée en tête de mort), mais la plupart étaient en or. De sa main gauche, dont le poignet portait un bandage de cuir et de lin, censé réchauffer les parties du corps, il tenait une pipe voûtée, dont la finalité ressemblait à un dragonnet dont les narines fumaient et les yeux restaient incandescents. L'autre poignet était quant à lui protégé par quelques lanières de cuir. Mais en dehors de ses deux éléments, aucune protection n'était visible sur son torse, seul un pagne marron en Marcel laissait clairement apercevoir ses bras, musclés encore plus que l'habitude nanesque. On pouvait d'ailleurs distinguer moults cicatrices, mais aucune n'était récente.
Sa ceinture se comportait d'un trousseau de clés, d'une gourde, d'une bourse, située juste au-dessus de son analogue (If you know what I mean) et d'une pochette. Il tenait de manière nonchalante son arme derrière sa tête, sur son épaule. Une arme absolument magnifique, sans aucune marque de sang ou de rayures -fabrique naine, à n'en pas douter-. Sur le manche virevoltait dans tous les sens des rigoles et des veines, artistiquement entrelacées.
L'arme à proprement parler était un bec de corbin en argent. La lame courte semblait tranchante et pointue à souhait, et régulièrement entretenue pour conserver sa qualité principale -à savoir … bah je pense que vous la connaissez déjà-, la masse opposée était un cylindre qui se terminait en pointe. Le haut de l'arme contenait même un tranchant circulaire, et quelques entailles indiquait qu'elle était régulière émoussée.
Derrière ce nain à l'allure patibulaire trônait sur le comptoir sa choppe personnelle : recouverte d'or, sa poignée était à elle seule une invitation à boire. Mais ce qui marqua plus le ménestrel fut sans nul doute les gravures du corps : animaux mythiques et inconnus de la plupart des citadins y étaient représentés festoyant. Quant à son contenu, elle ne faisait aucun doute, d'autant plus que la mousse débordait légèrement dans une éternelle constriction des lois physiques.

Très vite, le ménestrel s’aperçut qu'il se tenait, seul -car les autres semblaient l'éviter- à côté d'une affiche, placardée avec un long couteau planté dans le bois, où ce même nain tirait une tronche pas terrible et où était marqué explicitement qu'une récompense était accordé à ceux qui le ramèneraient aux autorités, Mort ou Vivant. Les motifs d'accusation n'étaient cependant pas lisibles.

Le malfrat se leva, s'approcha d'eux, et alors que la gorge de Modimus savourait chaque goutte de la bière et que ce dernier reposait sa chopine dans un soupir d'extase, le bandit déclama d'une voix forte et intimidante :


« Et on peut savoir ce que ces deux charmantes donzelles viennent faire ici ? »

[Vous remarquerez à quel point la simple couleur rouge fait rentrer mon personnage dans la catégorie 'méchant']
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pagon.org/v1/profile.php?mode=register&sponsor=70
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Staràlfur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Staràlfur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Encrier du Chaos :: Terre de Fangh :: L'Aventure Sauvage :: Les Montagnes du Nord-
Sauter vers: