L'Encrier du Chaos

Roleplay dans l'univers du Donjon de Naheulbeuk
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
News
Le Calme et la Tempête


Voilà bien longtemps que les Aventuriers ont quitté la région. Le fracas des armes a cessé, la fureur et la poussière sont retombés, la soif de gloire et de richesses s'est tarie. Mais les lieux ne sont pas morts pour autant : il reste toujours le vieil aubergiste, là, courbé derrière son comptoir ; et je gage que si vous aviez la curiosité de lui adresser la parole, il pourrait vous conter de grandes choses du temps passé, et allumer en vous une étincelle dont vous ne soupçonniez pas l'existence...

Derniers sujets
Aventures en cours
Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies ! par Baldin, Pnek, Althis et Zaeseth.

Pendant que le loup n'y est pas, une aventure par Jester.
Top-Lists
Soutenez le forum en votant régulièrement sur ces Top-List, qui permettront à de nouveaux joueurs de nous découvrir!

Top des Meilleurs RPG
Fantastic Story RPG
Liens utiles
Le Donjon de Naheulbeuk, le site de Pen of Chaos...
...et son petit frère, le site du JDR.

L'Encyclonebeuk, avec tout un tas d'articles géniaux.

Les biens et services trouvables en Fangh, pour savoir quoi demander au marchand lorsque vous entrerez dans sa boutique!

Naheulbeuk Online, pour ceux qui veulent faire du véritable Jeu de Rôle oral.

Partagez | 
 

 Cherche vieil orque barbu usagé. Nombre de coup de hache à débattre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rush Figshreds
Vagabonde
avatar

Nombre de messages : 12
Age : 24
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 02/06/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
35/35  (35/35)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/140  (0/140)

MessageSujet: Cherche vieil orque barbu usagé. Nombre de coup de hache à débattre.   Dim 19 Juin - 18:37


Une lumière d'un bleu électrique brisa quelques instants le gris-marron monotone du marais, et Rush se matérialisa au milieu de l'étendue boueuse la plus vaste de la Terre de Fangh. La barbare eu la joie d'atterrir tête la première dans l'eau croupie d'un lac stagnant peu profond, ce qui ne lui laissa pas une première impression très favorable de l'endroit. La vase et les algues vinrent rapidement s'empêtrer dans ses cheveux tandis que les nombreux habitants de l'endroit, pour la plupart de placides batraciens dont les yeux vitreux reflétaient une concupiscence certaine, semblaient se faire un plaisir d'élire domicile dans son pagne. La jeune femme, outrée par cet abus de faiblesse manifeste, attrapa une poignée des crapauds vicieux coincé dans son vêtement deux pièces et entreprit de les briser entre ses mains - geste inutile mais reposant, la consistance de la grenouille écrasée étant similaire à celle des balles antistress - puis pataugea difficilement jusqu'à la rive la plus proche, les pieds s'enfonçant à chaque pas de plusieurs dizaines de centimètres dans la vase. Mettant enfin pied à terre, la barbare se rendit compte que la boue qui constituait le plancher des vaches possédait les mêmes propriétés de liquéfaction que la bourbe qui tapissait le fond du lac. Et elle se sentit dés lors très, très lasse.

Après un long cheminement marqué par une lutte héroïque contre les vils batraciens et fréquemment entrecoupé de la perte d'une botte voire des deux en même temps, Rush, dévorée par les moustiques et en passe de capituler sous la détermination des crapauds bien décidés à organiser un sitting pour ne pas quitter l'endroit ( plutôt douillet d'après leurs dires, mais personne n'a tenté de vérification après eux ) , rencontra une petite troupe de globzoule au hasard des couloirs de roseaux géants. Il n'en fallait pas plus pour lui remonter son petit moral. Empoignant sa hache et après un cri de guerre à la fois bestial et féminin ( j'vous jure ! ) , elle se lança à l'assaut des bestioles poilues et hargneuses. Il va sans dire que les crapauds ont vus leurs vies défiler et leur dernière heure arrivée. Heureusement pour eux leur proprio était d'un naturel plutôt violent - quoi de plus normal pour une barbare - et la hache eu tôt fait de couvrir la boue du marais des viscères du plus proche des quatre singes. Profitant de l'effet de surprise ainsi que de l'élan beaucoup trop important qu'elle avait donné à son coup, Rush chargea presque exprès en direction du second adversaire.

Revenir en haut Aller en bas
Rush Figshreds
Vagabonde
avatar

Nombre de messages : 12
Age : 24
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 02/06/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
35/35  (35/35)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/140  (0/140)

MessageSujet: Re: Cherche vieil orque barbu usagé. Nombre de coup de hache à débattre.   Sam 25 Juin - 17:51

Le globzoule bondit de côté, tentant d'esquiver l'attaque maladroite menée par la barbare, et ce fut un mauvais calcul de sa part. N'ayant apparemment pas pris en compte la topographie des lieux, il se jeta malencontreusement contre l'un des rares rochers qui parsemaient le marécage et tomba face contre terre, assommé net. Rush, emportée par le poids de son arme, disparu temporairement derrière un amas dense de hautes herbes marécageuses. Les deux globzoules encore combatifs profitèrent de ce bref répit pour échanger un regard interrogateur et établir une stratégie. Tandis que la barbare réapparaissait, couverte de longues entailles provoquées par la traversée d’un amas de ronces durant sa course, les deux singes se disputaient l’utilisation d’une pierre comme marteau. Le retour impromptu de la jeune femme mit un terme soudain aux négociations et les singes, l’un comme l’autre bien décidés à posséder l’avantage technologique indéniable que constituait le gros caillou vaguement pointu, décidèrent de régler la question par un pugilat. La barbare allait avoir l’occasion unique d’assister à un combat de globzoules effectué dans les règles de l’art simiesquo-pestiféré, mais en tant qu’arbitre elle jugea préférable d’abréger la chose en pourfendant le singe le plus proche. La question de la propriété de l’arme préhistorique réglée en sa faveur, la dernière bête debout s’empara de son dû et poussa un cri de victoire, qui lui resta en travers de la gorge en même temps que la lame de la hache cimmérienne. La barbare acheva le combat en même temps que le singe assommé, rangea consciencieusement l’os magique, réajusta son pagne - désormais déformé mais néanmoins libre de tout batracien - et s’en fut à la recherche de sa tête de vieil orque barbu, ses cheveux sales et dégoulinants d’algues lui donnant l’air plus folle que jamais.

C’est au milieu du marais, deux bonnes heures après son échauffourée lamentable avec les globzoules, que Rush découvrit un énorme roc, plat sur son sommet, et sur lequel était assis un orque d’un âge particulièrement vénérable. Tirant sur une pipe sculptée qui devait déjà être en service le siècle dernier, le vieil ermite orque contemplait le soleil couchant d’un oeil aussi terne que le paysage, lançant de temps à autres vers le ciel grisâtre un volute de fumée de même couleur. Sa barbe, si longue qu’elle touchait le sol, se balançait lentement au gré du vent paresseux qui sévissait en cette saison, cachant presque complètement un poitrail émacié par l’ascèse et le jeun ainsi qu’une peau parcheminée et flétrie par le temps et les intempéries. Les multiples tatouages s’entrelaçant sur son corps autrefois vigoureux témoignaient de son statut de prophète divin, et sans nul doute avait-il abandonné la faiblesse matérielle que constituait la force brute pour se concentrer sur les vastitudes spirituelles, seules capables de hisser les oreilles d’un simple mortel au niveau de la bouche des Dieux. Une hache vétuste était plantée dans une bûche pourrie non loin derrière lui, luisante malgré la rouille et l’émoussement d’une splendeur que seule possèdent ces armes d’un autre âge dont se sont servis les héros pour forger leurs légendes millénaires. Elle symbolisait certainement une appartenance passée aux rangs des preux combattants, ainsi que la garantie du repos éternel auprès des âmes des hommes d’exception. D’où qu’on le regarde, le vieil orque inspirait le respect. La barbare, avisant le grand personnage qui se tenait fièrement au-dessus d’elle, réfléchit un court instant aux formules de politesses qu’il était d’usage d’adresser aux personnes d’envergure puis, n’en trouvant aucune, l’apostropha.

-« Hé, le vioque ! »

L’interpellé baissa la tête, s’apercevant de la présence inhabituelle, et lança à la jeune femme un sourire aussi aimable qu’édenté.

-« Qu’est-ce que j’peux faire pour toi, la donzelle ? »

Rush pencha la tête sur le côté, titillée par un sursaut d’électricité.

-« J’ai besoin de ton aide. Je veux... »

Elle se mit à compter sur ses doigts.

-« ... ta tête, la barbe qui va avec, et ton arme. »

La barbare se gratta l'occiput, emmêlant de ce fait un peu plus les algues dans ses cheveux.

-« Et puis si t’as une idée d’comment on fait fonctionner un os magique, j’suis preneuse. Rapport au fait que j’doive retourner voir le prof de baston quand j’aurais ta tête et tout.»
Revenir en haut Aller en bas
Rush Figshreds
Vagabonde
avatar

Nombre de messages : 12
Age : 24
Sexe du Perso : Féminin
Date d'inscription : 02/06/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
35/35  (35/35)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/140  (0/140)

MessageSujet: Re: Cherche vieil orque barbu usagé. Nombre de coup de hache à débattre.   Dim 10 Juil - 17:49

Le vieil orque se gratta le nez. Visiblement il réfléchissait, mais la barbare n’avait pas la patience d’attendre qu’il finisse de cogiter. Elle avait envie de cogner, là.

-« Hé ! Tu m’as entendue ? Je veux... »

Le sage avait levé la main, soudain autoritaire, et Rush s’était tue. Malgré elle, d’ailleurs, parce-qu’elle avait encore plein de trucs à lui dire, notamment quelques insultes que les gens de son clan réservaient habituellement aux mages et qu’elle n’avait encore jamais eu l’occasion de répéter. La barbare pensa qu’elle n’était même pas assez entraînée pour gueuler sur un vieux. Ça faisait mauviette, quand même... et ça la rendait furieuse, puisque folle c’était déjà fait. L’orque baissa la main et fixa la jeune femme avec l’air de ceux qui sont omniscient et qui savent que ce que tu vas dire est inutile puisqu’ils vont te donner leur réponse si tu leur rapporte le Brumisateur Magique de Lentickân’Icule. Un truc de sage, encore une fois.

-« Du calme, gamine barbare au tempérament électrique. Vois-tu, j’l’ai, la solution à ton p’tit problème, et tu te trouve être la solution du mien. J’te propose donc une entente, ainsi qu’une quête facile mais pas pour les baltringues. Un truc à ta mesure. »

L’orque vénérable tira une nouvelle fois sur sa pipe et savoura quelques instants la bouffée de tabac/algues/ingrédients louches avant de relâcher la fumée sous forme de petits cercles de couleurs différentes. Étrangement, aucun n’était gris. La jeune femme commençait à s’impatienter, n’étant pas du genre a s’émerveiller devant des ronds de fumée, et émit un sifflement énervé dont le son se situait à mi-chemin entre le crotale bouillant et la théière exaspérée, ou l’inverse.

-« Bah alors magne-toi de me dire ce que j’dois faire ! Parce que là, j’ai surtout envie de pas t’écouter, de prendre ta tête et d’rentrer voir le prof de baston... »

Le sage hocha la tête, sachant pertinemment qu’emmerder un cimmérien équivalait à tendre une Masse-Paf pour se faire battre.

-« Soit, je ferais donc court. Mon nom est Rapââr Pythié. J’suis un prophète, un diseur de bonne aventure, un oracle, bref j’donne aux gens des brides de futur qu’ils ne comprendront que lorsque ce futur sera passé, et en échange ils me donnent leurs pièces d’or. »

Rush ayant plus ou moins assimilé le principe, elle acquiesça. L’orque, rassuré quant à la capacité de compréhension de son hôte, phénoménale pour un barbare ( un peu restreinte chez n’importe quel autre peuple ), continua son récit.

-« Je suis l’seul et unique vrai prophète assez con pour s’installer au milieu de ce marais paumé. Le seul, tu entends ? Mais ‘y a peu, un affabulateur... pardon, une grosse tarlouze s’est installée à la lisière du marécage, et a ouvert le même commerce que moi. Pire, il a volé la gloire d’mon nom et, en se faisant passer pour moi, a attiré toute ma clientèle. Déjà que j’ roulais pas sur l’or... Bref, tu l’auras compris, il existe un autre vieil orque barbu susceptible d’être décapité pour ton bon plaisir. Il a aussi une arme, une réplique quasi-exacte d’ la mienne. Et en t’en prenant à lui, tu fais plaisir à tout le monde : à moi, parce que je regagne mon pognon, et je garde ma tête. Aux clients, parce qu’ils ont affaire à un vrai oracle, et pas à un menteur qui arrive même pas à prédire le jour où sera livré son TéléZ. A toi, parce que tu auras ce que tu veux, en plus d’une bonne baston si tu veux t’fritter avec ses gardes. »

La barbare fronça les sourcils, pesant le pour et le contre, et fit la grimace.

-« L’truc c’est que j’aime pas faire plaisir aux autres. J’aime d’abord faire plaisir à moi. Et j’aime pas devoir m’tartiner une demi-journée de course dans la boue juste pour avoir au final la même chose. »

L’orque se passa une main découragée sur les yeux.

-« Petite barbare, penses-tu que je puisse être un obstacle ? R’garde moi : ça fait bientôt quatre mois qu’j’ai pas fréquenté un resto potable. Comment veux-tu avoir une bonne baston ? Tu me tuerais tout de suite. »

Ce à quoi il rajouta, après une petite pause :

-« Ce serait pas marrant, et Crôm s’rait sûrement pas content. »

Rush leva les yeux au ciel et soupira.

-« Pas faux. Grosse baston ou rapidité ? »

Elle se gratta longuement la tête, le visage crispé par la concentration.

-« Crôm ! J’arrive pas à choisir ! »

Se remémorant les cas de figure similaires vécus par les autres membres de sa tribu ainsi que leurs choix, la jeune femme obtint une réponse claire : le mieux, c’est toujours de taper.

-« Baston », dit-elle d’un air entendu.

Elle pencha une nouvelle fois la tête de côté, mais afin d’éviter que le soleil couchant ne l’éblouisse.

-« Alors ? Où baston ? »

Le sage orque laissa échapper un grand soupir de soulagement : sa vieille peau ne pourrirait pas tout de suite dans l’eau nauséabonde du marais. Il indiqua du doigt un point sur l’horizon, droit devant lui.

-« Tu peux pas l’louper, il est dans une grosse hutte, avec plein de lampes partout. »

Il cracha par terre.

-« Si tu veux mon avis, être aussi voyant décrédibilise l’ensemble d’la profession. ‘Y a spécifié « ermite » dans le contrat, normalement. Ou au moins « sans logis de fonction ». J’ai relu le mien avant-hier, j’en sais quelque chose... »

Il voulu de nouveau cracher, mais sa bave se perdit dans les poils de sa barbe.

-« P’tain d’profiteur. »

Sur quoi Rush partit au triple galop dans la direction indiquée par le sage.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cherche vieil orque barbu usagé. Nombre de coup de hache à débattre.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cherche vieil orque barbu usagé. Nombre de coup de hache à débattre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Encrier du Chaos :: Terre de Fangh :: L'Aventure Sauvage :: Les Marécages de l'Éternelle Agonie-
Sauter vers: