L'Encrier du Chaos

Roleplay dans l'univers du Donjon de Naheulbeuk
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
News
Le Calme et la Tempête


Voilà bien longtemps que les Aventuriers ont quitté la région. Le fracas des armes a cessé, la fureur et la poussière sont retombés, la soif de gloire et de richesses s'est tarie. Mais les lieux ne sont pas morts pour autant : il reste toujours le vieil aubergiste, là, courbé derrière son comptoir ; et je gage que si vous aviez la curiosité de lui adresser la parole, il pourrait vous conter de grandes choses du temps passé, et allumer en vous une étincelle dont vous ne soupçonniez pas l'existence...

Derniers sujets
Aventures en cours
Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies ! par Baldin, Pnek, Althis et Zaeseth.

Pendant que le loup n'y est pas, une aventure par Jester.
Top-Lists
Soutenez le forum en votant régulièrement sur ces Top-List, qui permettront à de nouveaux joueurs de nous découvrir!

Top des Meilleurs RPG
Fantastic Story RPG
Liens utiles
Le Donjon de Naheulbeuk, le site de Pen of Chaos...
...et son petit frère, le site du JDR.

L'Encyclonebeuk, avec tout un tas d'articles géniaux.

Les biens et services trouvables en Fangh, pour savoir quoi demander au marchand lorsque vous entrerez dans sa boutique!

Naheulbeuk Online, pour ceux qui veulent faire du véritable Jeu de Rôle oral.

Partagez | 
 

 esprit du renouveau [ chasse] et [pêche]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aden Ddu'r Fran
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 130
Age : 51
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Ajoint du maire de Valtordu
Date d'inscription : 08/09/2006

MessageSujet: esprit du renouveau [ chasse] et [pêche]   Lun 6 Nov - 21:13

L’héliocentre rougissait à peine la cime des arbres dorés par la saison environnant qu’Aden sauta de son lit douillet pour préparer sa sortie du jour. Seulement voilà il ne savait pas trop où se rendre redoutant l’ennui engendré par la petitesse quantitative des lieux de sorties dispersés sur la terre de Fangh rendant peu originale les aventures de notre nains. Cependant on lui fit remarquer qu’il prenait les forêts et les rivières pour des endroits de simple consommation et qu’il ne prenait pas le temps de les admirer seulement de les vider de ce qui les rend si uniques. Une fois sa porte fermée soigneusement à clé et cette même clé cachée comme d‘habitude sous le BIIIIIIIIIIIIIP, le nain, sa hache juste limée, son armure astiquée, sa barbe brossée et sa porte fermée se mit à airer dans la bourgade définie comme sympathique par l’office de tourisme de la région (pas la Région, la région) qui ya joute en plus un donjon pittoresque ayant soit disant une renommée fanghienne. Il repassa devant le cimetière du village là où il avait vu une nuit bien arrosée deux elfes s’emplafonner un vampire se baladant au clair de lune avec une espèce de bestiole bizarre poussant des cris … bizarres. Contournant l’arbre aux pendus dont le nombre de condamnés commence sérieusement à inquiéter les autorités qui se demande si certains ne le font pas exprès juste pour obtenir un titre reconnu partout, celui de voleur de boudin châtié, puni et pendu qui ouvre bien des portes notamment celle de l’université de Waldorg, reste à décider ou non d’annuler ce titre dit de noblesse considéré comme dépassé par la nouvelle génération. Bref, déjà une heure qu’Aden rôde plus ou moins dans les ruelles sans trop savoir où aller et en plus la taverne , son endroit de prédilection à Valtordu, là où il raconte toutes ses histoires pourries lorsqu’il a coup dans le nez et qu’il est persuadé que tout le monde rit alors qu’il rit tellement fort dans son coin qu’il croît avoir des amis, pauvre individu verticalement concentré va (oui c’est le nouveau terme trouvé pour ne pas insulter directement un nain sur sa petite taille). Puis soudain, l’envie lui vint de se rendre sur un lieu mythique mais réel de la terre de Fangh, le marécage de l’éternelle agonie, là où régnât une bataille sans merci entre deux mondes ou peuples et qui détermina pour toujours l’avenir de ce monde. Cette histoire est racontée de toutes les façons possibles dans tous les livres tels ceux de l’édition Harry Beau pour les grands et les petits, mais notre nain l’a très vite oubliée pour se consacrer plus sérieusement à ses cours de comptabilité. Il se mit alors en route vers les dits marécages. La route était longue et parsemée non d’embuches, mais des pleins de choses plus ou moins intéressantes mais ne gênant en rien la progression des voyageurs vers ce lieu pourtant redouté de tous même des autres. Sur le chemin il assista à une rencontre sportive plutôt étrange, deux individus assis à une table l’un en face de l’autre avec posé sur celle-ci une sorte de plateau quadrillé de noir et blanc avec des pions en forme de soldats posés dessus et que les deux joueurs déplaçaient de case en case et dans un des coin de ce plateau de jeu une inscription en lettres dorées laissait lire apparemment le nom du créateur du jeu, Archein Von Drekkenov . Puis regardant attentivement la partie un autre homme vêtu d’un haut rayé aussi verticalement noir et blanc avec écrit dessus « CHEK », Aden intrigué s’arrêta de marcher et assista à la partie. Tout à coup l’un deux étrangement vêtu, en effet, les chaussettes par dessus le pantalon, un couvre chef à l’envers et se balançant sur lui-même, se leva et levant les bras et s’écria « Hey Chek !!! Hey Mate !!! Mate un peu le jeu Chek j’ai gagné trop énorme la classe quoi tu vois !?! ». Son adversaire se leva à son tour et lui dit « Bravo à toi, l’aventurier dont le jogging rouge fend la brise des plaines … » S’en suivit un dialogue que beaucoup d’entre vous j’en suis sûr connaissent. Souriant du coin des lèvres de la conversation qu’il venait d’ouïr et ne voulant pas comprendre les règles de ce jeu caractérisé de sport, Aden reprit sa route vers les marécages. Poursuivant son avancée, le nain coupa par un sous bois et fini bientôt pas distinguer auditivement un fond sonore sortant des fourrés. Il se dirigea en direction de cette mélodie et déboula directement au milieu d’un concert dont il ne connaissait ni l’existence ni le groupe qui semblait se nommer les « Babak’Oules ». Leur musique rendait bien mais le public faisait un peu peine à voir, tous les cheveux longs pendant devant leurs yeux plus globuleux que ceux des poissons semblaient planer avec une espèce de cône remplit d’herbe qu’il portait parfois à la bouche une fois légèrement enflammé à son extrémité. Ddu’r Fran comprit vite qu’il ne valait mieux pas traîner là, un pour ne pas succomber à la tentation de les rejoindre au dépend de son amour pour la bière, deux Keskonspwale ne l’avait pas inspiré en ce jour et trois, il devait continu son chemin. Il marcha plusieurs heures fredonnant des airs de Tony Verdâtre pour se sortir de la tête la chanson que les précédents fous de la vie appelaient « Hip’Pie » ce à quoi certains répondaient « Hourra !!!» mais je pense que ceux là ne devait plus avoir beaucoup d’herbe en réserve à ce moment ou alors elle était bien caché mystiquement dans leurs crânes vides. Au bout d’un certain temps, notre nain aperçu à l’horizon la couleur terne si caractéristique de ces marécages puants mais pleins d’histoire. Il accéléra alors le pas pour les atteindre avant midi mais voilà, ils étaient encore loin et Aden fatigua très vite. Se reposant à l’ombre d’un saule pleureur bordant un ruisseau faisant chanter à coups de gouttelettes les cavités rocheuses de sa rive. Le nain se laissa border par cette délicatesse et ferma les yeux pour rejoindre le pays si convoiter de tous, là où les elfes sont nues et muettes. Alors qu’il allait mener à bien ses projets avec l’une d’entre elles, il fut tiré hors de son paradis psychique par un cri venant du ciel fanghien, celui du roi faucon fondant à toute allure sur sa proie innocente qui n’a pas été dotée par dame nature d’une vue plus que performante comme celle de son prédateur et va finir sa vie dans les serres du seigneur des airs. Remotivé par son brin de sieste, le candidat à l’élection de mister bonne poire reprit sa route. Une heure s’écoula sans que rien ne puisse intriguer Aden quand soudain il fut surprit de croiser deux jeunes gens qui semblaient se disputer vivement pour une chose toute bête leur débat donnait à peu de chose près un truc du genre : « Oh mais Shak’espeare non on ne met pas de persil pour faire une Hamlet !!!
_ Mais si Déseux comment veux-tu que ça ait du goût sinon ???
_Ah bah oui mince, je n’y avais pas pensé …
_Allez bam cassée ma pauvre Déseux !!!
Cette dernière réplique envoya à Aden la bénédiction de Keskonspwale, et notre nain cria aux deux individus qui ne l’avaient pas remarqué, « Et oui les jeunes, on ne fait pas d’Hamlet sans casser Déseux » Cette fantaisie n’inspira pas beaucoup Shak’espeare et Déseux qui laissèrent notre nain à son fou rire et allèrent finir leur Hamlet plus loin. S’essuyant les yeux et se remettant de son délire temporaire, Aden parcourra les quelques kilomètres restant pour enfin atteindre les marécages de l’éternelle agonie. Le vent se levait et la terre que frôlait notre nain sentait la mort, Aden ne pu s’empêcher de rendre au fond de lui un hommage à ses ancêtres morts ici il y a de ça bien longtemps pour que ceux d’aujourd’hui vivent en paix sur une terre sécuritaire malgré le fait qu’elle soit jonchée d’invention toutes plus étranges les unes que les autres et aussi d’animaux de type berserk résultant de manipulation génétiques douteuses. Bref ce lui n’inspirait ni la confiance ni la tranquillité et ne faisait que faire remonter dans les esprits un sentiment patriotique qui n’est plus d’actualité. Ddu’r Fran parcourra longtemps ce lieu où chaque marais et chaque végétale porte sa marque de la bataille, tout ici est histoire et le restera pour toujours qui pourrait un jour rompre le silence solennel qui règne en maître absolu et incontestable. Pour la première fois de sa vie, Aden lâcha sa hache la laissant tomber au sol sans aucun réflex et resta sa rien dire pendant près de deux, il était là planté comme un vulgaire piquet à vache se remémorant tous les contes nains qu’on lui racontait étant jeune sur cette guerre atroce qui donna ce que le monde à de plus beau mais aussi de plus mauvais, une larme vint presque aux yeux de notre nain mais celui-ci refusa de se livrer à un tel acte de faiblesse. Il ramassa sa hache et avança encore plus profondément dans la fange. Le vent glacial déposant partout l’odeur de la mort se promenait dans les collines fusant entre les végétaux guida par sa force notre nain vers une marre profonde recouverte d’une épaisse nappe de brume dans laquelle il distingua posée sur un rocher une silhouette de forme humaine, il s’en rapprocha et découvrit une ondine chantant d’une voix si mélodieuse qu’on le croirait venue de l’île de Fodhla (ancien de l’Irlande : véridique), ses vêtements ternes allant du vert grisé au noir ne faisait qu’accentuer l’environnement néfaste mais incrustaient parfaitement la chanteuse dans ce lieu.
« Bonjour monsieur le nain aimez-vous mon chant ?» Aden ébahit par tant de grâce et de beauté ne pu que soumettre un signe de tête en guise de réponse positive. « Soit, alors je vais continuer pour satisfaire votre bon plaisir cher voyageur ». S’en suivit une interprétation de chants venant de contrées inconnues mais sûrement aussi captivantes que cette superbe ondine qui dura toute la nuit. A la fin de son chant, elle réveilla notre nain qui bercé s’était à nouveau évadé dans ses rêves et l’entraîna sous l’eau où ils entamèrent une plongée dans les profondeurs. L’ondine expliqua que tant qu’il lui tiendrait la main il pourrait respirer et parler normalement. La descente fut de courte durée et heureusement car ces marécages sont remplient d’esprits morts au combat qui se languissent d’ennui et de malheur au fond de ces eaux et n’attendent qu’une chose, qu’une âme innocente vienne les rejoindre et être faite prisonnière à la place de l’un d’eux. Aden comprit vite qu’il ne valait mieux pas lâcher sa compagnonne s’il tenait à la vie, d’ailleurs pourquoi aurait-il envie de se séparer d’une si jolie créature ? Ils arrivèrent dans un magnifique palais aquatique et une fois que les portes de celui-ci furent refermées, un monde semblable à celui de la surface apparu soudainement et un paysage magnifique se déroula à leur pied. « En aucun cas on ne se croirait sous l’eau, de l’herbe du vent, quelle beauté quel délice je voudrais y rester toute ma vie » dit le nain. « Mais j’y compte bien, tu va rester avec moins ici pendant sept ans, après cela je te renverrai dans ton monde, tu va vivre là les plus belles année de ton existence, je serai ton épouse et tous les serviteurs que tu souhaitera seront à ton service ». Je vous passe les détails de ces sept longues années qui ne le furent pas tant que ça pour notre nain aux anges. Le dernier jour de sa soit disant pénitence, l’ondine vint le voir et lui dit « Mon cher Aden voilà que ton séjour ici touche à sa fin, je vais te reconduire à la surface où tu retrouveras tout exactement comme nous l’avons laissé il y a de cela sept ans comme si le temps s’était arrêté. Tiens prend ce sac mais promet de ne l’ouvrir qu’une fois que tu serras à terre et sec… »Notre nain tint parole et nos deux compagnons remontèrent à l’air libre où ils se firent de longs adieux avant que l’ondine ne reparte dans son palais. Une grande émotion envahit Aden Ddu’r Fran mais celui-ci refusa encore et toujours de lâcher physiquement ses sentiments. Il demeura seul sur le rocher où il avait rencontré cet être merveilleux avec lequel il venait de passer sept ans alors que rien n’avait bougé à la surface et que sa barbe n’avait pas poussée. Puis se ressaisissant, il se rendit compte qu’il était enfin sec et ouvrit le sac qu’elle lui avait offert avec la même hâte qu’un enfant le jour du solstice d’hiver fanghien (Noël). Il y trouva des kilogrammes entiers de poisson finement découpés et prêts à être consommés, Aden remercia intérieurement pour la Xème reprise son amie intime et décida à garder ces évènements pour lui et se résolu enfin à poursuivre sa route dans les marécages de l’éternelle agonie. Il tourna en rond durant plusieurs heures mais il finit enfin par retrouver un sentier qu’il connaissait et il le suivit pour regagner la sortie de ce labyrinthe mortuaire qui avait cependant révélé son côté disons charmeur. Arrivé à la limite des lieux, là où l’herbe pousse encore un peu, la faim commença sérieusement à tyranniser son estomac, il se cacha dans les buissons les plus touffus et les plus hauts et attendit qu’une proie passe à portée de hache. Au bout d’un certain temps, il entendit des pas lourds faisant vibrer le sol à plusieurs centaines de mètres à la ronde et il vit apparaît devant lui un imposant dolyphant solitaire sui airait on ne sait trop comment dans cet endroit peu fréquenté. Aden ne se posa aucune question (quel con) et se jeta à l’assaut de l’animal qui à sa grande surprise se révéla plutôt vieux et venant mourir seul paisiblement qu’un gros mastodonte cherchant la bagarre. Ddu’r Fran eu la gentillesse égoïste certes mais c’est de la gentillesse d’abréger les souffrances du bestiau et après avoir enterré sa tête pour qu’il rejoigne à son tour les fonds des marais maudits. Il s’empara du reste afin d’en extraire la viande qui le nourrirait pour l’instant présent et fera croître énormément son stock de nourriture. Avec deux sacs bien remplis une histoire hors du commun en poche et une joie renouvelée, Aden s’en retourna à Valtordu retrouver son monde à lui et surtout le goût divin d’une bière bien méritée car au fond, les ondines elles connaissent pas. (un petit remerciement tout de même à celui ou celle qui a lu ce rp jusqu’au bout ^^).

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mallzyk Du bois Perdu
Membre d'Honneur
avatar

Nombre de messages : 109
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : femelle
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: esprit du renouveau [ chasse] et [pêche]   Mar 7 Nov - 10:48

VOIX OFF


hey hey moué j'ai lu jusqu'au bout Razz alors alors... rho que de responsabilités ^^ bon allé hop va pour 4.2 kg de poisson frais et 3.9 kg de viande de dolyphant mourant !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
esprit du renouveau [ chasse] et [pêche]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Encrier du Chaos :: Terre de Fangh :: L'Aventure Sauvage :: Les Marécages de l'Éternelle Agonie-
Sauter vers: