L'Encrier du Chaos

Roleplay dans l'univers du Donjon de Naheulbeuk
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
News
Le Calme et la Tempête


Voilà bien longtemps que les Aventuriers ont quitté la région. Le fracas des armes a cessé, la fureur et la poussière sont retombés, la soif de gloire et de richesses s'est tarie. Mais les lieux ne sont pas morts pour autant : il reste toujours le vieil aubergiste, là, courbé derrière son comptoir ; et je gage que si vous aviez la curiosité de lui adresser la parole, il pourrait vous conter de grandes choses du temps passé, et allumer en vous une étincelle dont vous ne soupçonniez pas l'existence...

Derniers sujets
Aventures en cours
Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies ! par Baldin, Pnek, Althis et Zaeseth.

Pendant que le loup n'y est pas, une aventure par Jester.
Top-Lists
Soutenez le forum en votant régulièrement sur ces Top-List, qui permettront à de nouveaux joueurs de nous découvrir!

Top des Meilleurs RPG
Fantastic Story RPG
Liens utiles
Le Donjon de Naheulbeuk, le site de Pen of Chaos...
...et son petit frère, le site du JDR.

L'Encyclonebeuk, avec tout un tas d'articles géniaux.

Les biens et services trouvables en Fangh, pour savoir quoi demander au marchand lorsque vous entrerez dans sa boutique!

Naheulbeuk Online, pour ceux qui veulent faire du véritable Jeu de Rôle oral.

Partagez | 
 

 [Solo] "Les chaussettes dorées (qui puent)"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Solla
Citoyen de Chnafon
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 52
Citoyen de : Chnafon
Sexe du Perso : Masculin
Statut Spécial : Brute Passibête (Chnafon), Tarlouze (Tout Bourrin lvl 2 et +)
Date d'inscription : 02/03/2011

Feuille de personnage
Energie Vitale:
27/37  (27/37)
Energie Astrale:
10/10  (10/10)
Expérience:
374/380  (374/380)

MessageSujet: [Solo] "Les chaussettes dorées (qui puent)"   Jeu 10 Mar - 12:13

[HRP: les astérisques sont des liens vers ambiances musicales. Le plus long est à laisser en même temps que les autres.

*
*penser à baisser le volum de cette musique*]

"Et c'est parti pour une aventure de folie!"

Ainsi commençait le long périple de notre héros pas comme les autres dans sa vie d'aventurier intrépide, un voyage promettant mille visions merveilleuses, cent horreurs innommables, dix ampoules aux pieds à coup sûr, et une...une paire de chaussettes sales en or à trouver. Et oui, c'est avec une frustration dérangeante que Solla avait accepté ce premier contrat pourri de son commanditaire, un vieux bourgeois excentrique paranoïaco-narcissique, pour sa première quête. L'objectif était donc de récupérer une paire de chaussettes sales exceptionnelle de par sa nature, car en effet, elle était tressée de fils d'or!

"Euh...mais ça doit être vachement inconfortable!"

C'est ce que la peau verte avait demandé, avant de se voir contraint de présenter mille excuses au propriétaire offensé, qui avait sous le coup prétendu qu'il s'agissait d'une importante relique familiale. Voilà de quoi se tailler une réputation des plus douteuses avec cet effet des goûts les plus...originaux.
En tout cas, le bonhomme s'était apparemment fait piquer son auguste paire de tissus par une troupe de gobelins voleurs pendant son sommeil (mais comment le propriétaire fit pour savoir qui lui avait volé ses chaussettes dans son sommeil, ça, personne ne le saura jamais). Et de toute évidence, ils étaient des serviteurs de Skriiderth, grand bandit gobelin sévissant dans la région, et dont la base se situait, selon les rumeurs, aux abords du Lac de Zblouf. La mission, assez simple en soi, était donc de récupérer le tandem de métal précieux et de ne pas se faire suivre pour éviter les représailles. Autant dire qu'il valait mieux ne pas laisser de témoin, et étrangement, notre demi-orc semblait apprécier ça. T'étais pas censé être un peu éduqué, enfin pour un orc je veux dire?


"Bah, pas que ce soit naturel chez moi hein, mais la baston des fois, ça fait du bien!"

Décrivons maintenant le paysage devant lequel se trouvait l'aspirant niquedouille après cette demi-heure de marche paisible et sans rencontre de mauvaise aloi...ni aucune rencontre du tout.


"T'oublies ce qui s'est passé à la sortie de la ville"

Ah oui! Forcément, il a fallu que notre demi-orc poisseux se fasse remarquer par quelques cultivateurs à la sortie de Chnafon. Ceux-ci lui avaient cherché des noises, et avaient donc reçu quelques châtaignes mais avaient failli s'énerver pour de bon. L'heureuse intervention des miliciens permit à Solla de-

"Fuir..."

Bon, c'est vrai, les miliciens ont cru directement que l'orc était responsable de la rixe. Échec critique en duel de charisme contre le beau fils d'un haut dignitaire de la ville oblige. Cela finalement ne l'a pas aidé et lui aurait valu pas mal d'ennui si les soldats ne cheminaient pas à pied et ne possédaient pas de lourdes armures qui les ralentissaient.
En tout cas, tranquille depuis un moment, le mâle aux dents pointues et aux aisselles velues trottait progressivement vers un bosquet perdu au milieu de la plaine.

*Étrange tout de même* se disait Solla, car il avait été envoyé seul contre des ruffians qui faisaient partie d'une grande tribu de gobelins, dont le leader relevait grandement la notoriété de cette race. En dépit de la faiblesse des gobelins, Skriiderth était réputé pour son adresse au combat, et ses nombreux et traîtres talents. Et même sans parler du meneur gobelin, qui avait envie de se retrouver seul face à une horde de ces créatures? Autant il était facile de poutrer de ses mains un trinôme de malheureux pygmées couleur de vase, autant il était facile d'être submergé par un regroupement de plusieurs patrouilles.
Solla avait failli décliner cette requête, le principe de jouer solo n'étant pas franchement engageant, et le fait d'avoir été appelé moins d'un jour après son arrivé s'avérant franchement louche; le bourgeois avait répliqué:


"Mais c'est qu'il me faut un colosse pour me désentripailler ces bêtes, et vous avez le physique de l'emploi. Et je vais vous avouer, que j'ai quelques informations, de par mes recherches personnelles, qui me permettent de dire que si vous faites vite, vous ne serez pas inquiétés par les séides de Skriiderth..."

En effet, les gobelins chapardeurs de chaussettes avaient prétendument -"mais de source sûre" effectué ce rapt sans l'aval de leur supérieur, et comptaient donc garder le trésor pour eux, et le revendre très cher probablement. Ce qui laissait la possibilité d'agir sans trop de risques, mais bon.

"Il en savait beaucoup sur ses cambrioleurs, ce ...Comte de la Truen de Rissor d'Ide"

D'autant plus qu'il prétendait savoir à peu près où allaient se retrouver les gobelins pour se reposer, admirer leur butin, ou que sait-on encore!
Et il s'agissait bien de ce bosquet parsemé de hêtres et de boulornes, vers lequel se dirigeait le demi-orc de plus en plus perplexe et gêné alors qu'il réfléchissait sur cette affaire, et que ça commençait à lui faire bobo à la tête.


"Bah, jsuis quand même un orc, j'suis pas taillé pour les parties d'échec...tiens d'ailleurs c'est bien dit ça! Pas taillé pour les parties d'échec -eh ouais, moi, je suis un winner de bourrin à la base!"

Et donc notre bouseux de niveau 1, et même pas véritablement paladin... qu'il-a-grave-la-win, suivait avec son flair l'odeur des chaussettes pistées. Car en effet, d'après les dires du noble, le meilleur moyen de suivre les gobelins était encore de pouvoir humer la "douce senteur" de l'artefact qu'ils avaient dérobé. Et ce n'était pas peu dire, puisqu'à peine sorti du village, la peau verte avait pu de par son odorat développé détecter la...pestilence de l'objet.

"Et d'après les visages des paysans que j'ai vu sur la route, il n'y a pas que moi qui sentait ces trucs horribles...dire que je dois me concentrer et renifler ça depuis deux heures... n'importe qui préférerait se recevoir cent baffes de trolls pas lavés, voire même un kiss de liche d'égout tricentenaire!"

Et si le noble comptait bien à la fois sur l'essence nauséabonde de son héritage familial et sur l'odorat du demi-orc, il n'avait cependant pas connaissance de l'instinct du danger de notre ami. Ce pourquoi, à une vingtaine de mètres des fourrés, ralentissant le pas en sentant qu'il atteignait l'ennemi et sortant sa lame, la créature mi-humaine, mi-brute flaira...

"Y a quelque chose qui cloche...ça devrait sentir le gobelin à plein nez...et même si ça pue, c'est pas la bonne odeur..."

Il s'agissait sûrement de la crasse immonde des reliques de la Truen de Rissor d'Ide qui empuantissait l'atmosphère...ou bien était-ce autre chose? L'atmosphère était imprégnée de méfiance et d'agressivité, un danger en approche que Solla ne ressentait que trop bien.

*Quoi que ce soit, je suis attendu...*

Se mettant en garde...enfin, comme un orc sait le faire, surtout quand il bastonne en moyenne moins que les autres, c'est à dire mal...le paladin novice s'approcha d'une rangée de buissons touffus, si proche à présent de l'enceinte du bosquet qu'un lanceur de couteau, qu'un mage ou qu'un archer pouvait déjà l'atteindre (en fait ça faisait un moment que c'était le cas mais passons)... Prêt à bondir sur l'agresseur qu'il savait embusqué, il fléchit les jambes, serra les poings, et SOUDAINEMENT!


"Eh Dalorbal, passe moi le jambon tu veux?"

*Quoi? * L'orc stoppa net. *...Je croyais qu'on m'attendait!...*

Sa peur du danger l'ayant apparemment guidée plus que son instinct, l'humanoïde armé de son couteau s'approcha alors que d'autres voix se faisaient entendre.

"-Tiens, voilà un bout!
-...Eh, mais il schlingue ton jambon, d'où tu le sors? Rah tu l'as pas foutu dans ces chaussettes moisies?!
-Eh beh si, eheheh!
-Rah t'es un boulet!
-C'est toi le moche!
-Eh les minables, faites moins de bruit sinon l'ogre va nous repérer!
-Mais c'est pas un ogre, c'est une connerie d'orc, même un demi-orc il paraît!
-Ahah, une pourriture pareille devrait même pas exister, foi de Gurdil j'vais en faire du pâté à la hache!"

*Des NAINS! Il me semblait bien que je comprenais leur paroles. Les voleurs de chaussettes seraient des nains? A part si ce sont des clochards vagabonds, je vois pas l'intérêt...enfin plus clochards que ne le sont les nains par nature, en tout cas il n'y a pas de raison de voler qui sent mauvais comme du vomi de troll réchauffé!...quoique, un nain ferait n'importe quoi pour de l'argent...*

"Eh franchement, ce noble aurait pu avoir une meilleure idée pour attirer l'ogre loin de la ville, elles puent ces saloperies de chaussettes!
-C'est un orc d'abord, et puis il fallait que l'orc puisse nous suivre."

*Tout s'explique, les informations improbables du bourgeois, et son empressement à m'enrôler...c'est un piège!*

"Euh par contre, je sais pas pourquoi le bourgeois a dit ça...pourquoi on a ces costumes de gnome pourris?
-Bah c'est pour tromper l'orc, comme ça en nous voyant, il saura pas qu'on est des nains. Effet de surprise!
-Comment c'est trop malin!
-Mais ça va pas nous empêcher de combattre correctement?
-Eh, t'as déjà vu un orc se battre correctement?" *Rire général offensant*

*Ces nains sont définitivement pas des stratèges nés.*

"Eh vous trouvez pas que ça sent les pieds?"

*C'est le moment!*

Et soudain, tel un tigre, le demi-orc bondit sur le trio nain désarmé, surpris et...enfilant un costume de gobelin...

"BWAHAHAH! Comment c'est trop la lose ce déguisement!
-C'est l'orc!
-Vite, à l'attaque!"

Et voilà comment Solla, fin stratège également, réussit à pourrir à moitié son entrée surprise. Navrant.

*

Vif comme le prédateur, il brandit sa lame dentelée, et ressentit l’appel du sang qui résonnait dans le chuintement sourd du fer sur le cuir de sa ceinture. Prêt à répondre à cet élan du carnage et à en finir au plus vite, il se jeta sur le premier nain à sa portée, qui vit son destin se refléter dans le plat irrégulier de l’épée de Solla. Celui-ci visa le haut de la barbe, qui délimitait la plupart du temps la séparation corps-tête des nains, mais que l’on ne pouvait que deviner du fait dudit buisson fournit. La lame passa comme un rasoir perversement dirigé, arrachant une longue gerbe de poils, dans un coup de vent, puis l’accompagnant d’une longue gerbe de sang, qui alla également tacher la tunique jaunasse crasseuse du disciple de Slanoush. Et malgré le gargouillis caractéristique de l’agonie finale que le semi-homme venait d’émettre, le peau verte enchaîna, une lueur de pogrom à l’œil, et planta sèchement son glaive dans le ventre de l’adversaire, une fois, puis deux. Et avec la vélocité propre à sa race de combattants nés, il laissa le cadavre dans son linceul comme un sac de pommes de terre et fondit sur le deuxième nain. Alors qu'il se tortillait, empêtré dans sa camisole, bluffeur leurré par son costume, le second manieur de haches tentait de s’échapper de la mort qui s’approchait et brillait dans ses yeux glacés d’effroi. Dans son iris il vit le demi-orc bondir en un souffle. Et un sursaut plus tard, le fluide de vie jaillit sur la rétine, le dernier effort du nain pour saisir son arme ayant été stoppé par la saignée à vif de son torse idiotement dépourvu de protection.
Après avoir presque tranché le nain en deux par son assaut, Solla acheva son œuvre de bourreau aussi succinctement qu’il l’avait commencée, en plantant son épée dans le cœur battant du nain, sans aucune empathie pour la larme qui coulait de ses prunelles. L’instinct le fit alors s’inquiéter de sa suprématie conférée par l’effet surprise. En effet, le troisième opposant s’était débarrassé de ses guêtres postiches et se relevait prestement pour foncer sur son sac d’où dépassait une hache de bataille assez effrayante. Le sang de l’orc hybride ne fit qu’un tour. Échauffé par le massacre, il rugit comme un fauve et se précipita vers le sac pour séparer l’ennemi de son arme. Ayant saisi une hache de jet, il la lança sur le nain qui l’évita de justesse (à douze mètres près, vu la précision du lancer du demi-orc). Puis voyant la main de l’être touffu et grisonnant se tendre vers le manche, Solla bondit !
S’ensuivit un roulé boulé brun et verdâtre d’une ou deux secondes, avant que le nain et l’orc ne se retrouvent nez à nez , chacun tenant la hache d’une main. Après un instant de stupeur réciproque, le nain et le demi-orc eurent la même idée, et cabrèrent un instant leur tête, pour donner un élan à leur-


#SHPONK !#

Coup de boule ! Le choc des crânes leur arracha mutuellement un feulement de douleur, et ils tombèrent à la renverse. Mais l’instinct de notre héros à la lame de requin avait fait mauvaise pioche, car ce nain là, contrairement à ses novices de compagnons, portait bien sur lui son armure intégrale, y compris un casque fort solide qui rendit la confrontation faciale bien plus douloureuse à Solla. Ayant roulé hors de portée du nain, reprenant ses esprits, il se releva en préparant sa garde alors que le nain se redressait aussi, la lourde hache à double tranchant à la main, prêt à en découdre avec tous les moyens disponibles. Raffermissant leur position, les ennemis se firent face. Un instant de silence après le tumulte de l’escarmouche leur permis d’effacer les dernières étincelles que le coup de tête avait projeté dans leur yeux. Les yeux clignèrent. L’acier grinça. Les regards se croisèrent et le vent s’engouffra !

"HAAAAAAA !"

Le nain abattit son arme par le haut, et l’orc qui préparait une attaque n’eut que le temps de se pousser pour ne pas être réduit de moitié par la longue allonge du couperet. Attaquant au flanc, il fut paré par un balayage défensif du nain qui récupéra sa formation de garde en évitant l’assaut, pour ensuite adresser à l’orc un coup vertical de taille qui fut paré de justesse; l’élan que le manche procurait à la lame de la hache fit reculer l'orc d’un, puis deux pas avant qu’il ne se retrouve face au nain, à l'intérieur de sa garde, l’ayant à sa merci. Tendant son épée tel un dard de frelon, il étendit son bras. Mais le nain dévia la lame de l’épée par le fer de sa guillotine ! il avait prestement changé de stance, faisant passer sa tenue de l’arme du bout au milieu du manche pour accélérer ses possibilités de réaction à très courte distance, et s’était reculé en faisant un tour sur lui-même pour attirer l’arme à plat contre son dos, pile au bon moment et au bon emplacement, pour le plat de la hache heurte l’épée et la dévie ! Et en contre-attaque, il acheva son tour complet en laissant sa main glisser sur le manche long, par force centrifuge, lui donnant une force de frappe décuplée et une allonge mortelle ! L’orc n’eut que le temps d’improviser une parade frontale défectueuse avant de recevoir la hache de bataille de plein fouet ! Balayé, il glissa puis roula sur quelques mètres, suivi par le nain à la course confiante et à la garde assurée.

Se relevant en un saut, l’orc profita du sprint du nain pour s’avancer vers lui et pénétrer sa garde à nouveau, parant son attaque latérale en appuyant sa seconde main sur le plat de son glaive cette fois. Leurs yeux furieux et rageurs se croisèrent, et le demi-orc esquissa un sourire vicieux ; il venait de prendre l’avantage. Faisant glisser sa lame à toute allure sur le manche, il entreprit de couper la main nanesque qui renfermait le manche pour ensuite décapiter son propriétaire en un coup. Mais ce dernier n’était pas aussi dépourvu d’expérience que ses compatriotes tombés, et il lâcha son arme en se décalant vers l’extérieur, évitant ainsi de justesse que le tranchant de l’épée ne lui ôte la vie, ne lui prenant à la place qu’un bout de barbe blanche. L’orc de son côté assénait un coup oblique vers l’intérieur en visant un corps qui soudainement éluda l’attaque. D’instinct, il fit refaire à son épée le même chemin en sens inverse, conféra une plus grande portée à son coup en étendant le bras, pour toucher le nain désarmé…qui bloqua de sa dague, cachée dans son plastron ! Rapide comme l’éclair, le guerrier en armure s’élança hors de portée du paladin et projeta sa lame acérée. Solla dévia le poignard assassin de justesse, et rejoignit dans l’élan l’adversaire qui venait de saisir la hache courte d’un de ses frères à terre. S’ensuivit une série de coup rapide fendant les airs, estoc, parade, réplique circulaire, déviation du coup, feinte et coup par le bas, esquive de justesse, assaut du demi-orc, recul du nain, et tour complet avec coup latéral bas, parade, déséquilibre du peau verte, dont le nain profita pour faire un tour complet en sens inverse et viser le mollet ; Solla dévia légèrement la lame en se reprenant, mais ne fut éviter entièrement la lame courbée qui sectionna un pan de muscle de la jambe, versant le premier sang du duel. La douleur fit pousser un cri à Solla, qui n’eut que le temps de parer deux autres coups avant que sa garde soit pénétrée sauvagement. Il reçu un autre coup plus violent et encore moins bien paré à son épaule découverte, qui fut suivi par un traître coup de poing dans l'estomac. Roulant à terre, l’orc se releva à toute vitesse, mais souffrant et désorienté, et vit alors en contre-jour le nain se dresser devant lui, hache prête à s’abattre :


" Crève, déchet !"

Mais le verdict fut interrompu immédiatement par deux flèches qui vinrent se planter dans le flanc gauche du nain qui tomba dans un cri rauque. Solla se releva en brandissant son glaive mais une autre flèche siffla et lui traversa le mollet déjà blessé.

"Ruaaaaargh !"

Il tomba à la renverse, et voulu en profiter pour entraîner le nain vers l’au-delà, mais celui-ci para le coup empreint de faiblesse. Et avant qu’ils aient pu agir, une foule de gobelins armés d’arcs, de machettes et de couteaux les encerclait.

S’ensuivit une tirade de ce qui semblait être le chef du groupe gobelin, au ton fort pédant et frimeur, au timbre fluet pas très menaçant, et surtout au langage incompréhensible de Solla. Le gobelin ayant glapit comme pour donner des ordres, l’aspirant paladin entendit des cliquetis derrière lui et vit une lame s’approcher de son cou. Sentant sa dernière heure arrivée, il serra les dents de rage mais soudainement le nain s’adressa aux gobelins avec l’air de vouloir les arrêter. Haranguant les soldats avec les mots de leur langue inepte, il sembla expliquer quelque chose qui vint à convaincre le chef gobelin.
Celui-ci, réfléchissant une seconde, aboya d’autres ordres et brisa le cercle que formaient les créatures autour du duo. A sa grande surprise, le voyageur orc hybride vit un gobelin assommer le nain d’un coup de gourdin, avant de ressentir à nouveau une grosse douleur à la tête et de sentir instantanément ses paupières…très lourdes…

Comme la lueur de l’aube souvent force le réveil, c’est l’éclat volcanique et puissant du crépuscule qui tira le demi-orc de son somme. Ouvrant les yeux, et voyant ce qui lui semblait être des arbres poussant par le feuillage, il se demanda un instant où il était tombé. Ensuite, observant mieux, il vit que le plafond était fait d’herbages fleuris et le sol d’une étendue d’eau où scintillait de petits cristaux, parfaitement conforme à un ciel de soir d’été. Puis, sentant sa tête étrangement plus lourde que ses pieds, il tourna la tête dans tous les sens. Bon d’abord, il était couvert de cordes et saucissonné comme une pièce de viande. Mais en fait, il était pendu par les pieds à une branche d’arbre !

*Mais pourquoi le monde a-t-il changé de configuration ?*

Mais non imbécile, tu es pendu à l’envers !

*Ah…pas mal, c’est assez déroutant !*

Se tortillant sans aise pour évaluer son environnement, il vit une masse sombre dotée de longs poils blanc attachée au pied de l’arbre.


"Ah…je vois que le cochon vert s’est réveillé.

-Grrr… crève, nain, qu’est-ce qu’on fout ici ?
-Tu te rappelles que j’allais te tuer, raclure, quand ces enfoirés gobelins sont arrivés ? Si seulement on n’avait pas écouté cette connerie de bourgeois, on n’aurait pas essayé ces costumes de merde et mes amis seraient encore en vie, meurtrier !
-Ta gueule le nain, je vous aurais pas attaqué si j’avais pas entendu ce que j’ai entendu ! Pourquoi tu voulais me tuer ? Pourquoi le bourgeois t’a-t-il engagé ?
-Parce que tu crois que j’ai besoin d’un contrat pour vouloir décimer votre race fielleuse ? Vous êtes une déjection de la nature, des créatures aussi bêtes, moches et inutiles que vous ne devraient pas exister ! Et d’ailleurs, t’es censé être con, pourquoi tu parle ma langue !
-Je suis un demi-orc, l’insecte, et j’ai appris à parler l’humain pour pouvoir m’éloigner des traditions barbares de mon peuple d’accueil.
-Eh ben on veut pas de peaux vertes chez nous ! Humain comme nain, c’est exactement ça ! Pour ta gouverne, je sais pas du tout pourquoi le mec qui m’a engagé a voulu te tuer, mais il avait sûrement raison. Les orcs sont faits pour crever !
-Si j’avais eu autant d’armes que toi, je t’aurais sûrement tué avec plaisir… J’ai bel et bien cherché le monde des humains pour acquérir le savoir, la civilisation, des choses plus nobles, et je comprends maintenant pourquoi mon instinct m’a détourné des nains. Ayant eu peu de confrontations avec eux, j’avais oublié à quel point ils sont stupides.
-Parle pour toi, démon merdique ! Tu as eu de la chance avec ton effet de surprise, il faut être vraiment un troufion stupide pour s’attaquer seul avec une épée pourrave à trois nains armés et protégés.
-Alors dis-moi, pourquoi tu m’as laissé en vie ?
-...Tu connais le langage gobelin ?
-Non
-Comment tu sais alors ?
-Je suis pas un crétin, j’ai remarqué que tu me défendais lorsqu’ils allaient m’égorger.
-Laisse tomber, ne crois pas que je t’ai sauvé gratuitement. Si j’avais été sûr de m’en sortir seul je t’aurais crevé avec plaisir.
-Ahah, pauvre imbécile, tu prétends me trucider comme ça et après tu demande mes services.
-Le jour viendra plus tard où je pourrai t’étriper, viande morte !
-Au moins je sais que les nains sont des pédants même quand ils sont baltringues… T’as assez dit de connerie, si tu veux qu’on s’en sorte, dis moi pourquoi on est pas morts.
-Ils font des prisonniers, Skriiderth fait de grands travaux et veux posséder les secrets de la forge et de la magie. Ce connard veut créer un royaume gobelin, et pour ça il lui faut des constructions et de la main-d’œuvre pour dresser les édifices. Et comme les nains sont réputés pour leurs armes…
-Et moi, je suis quoi là dedans ?
-Je leur ai dit que tu étais un mage berserk, et qu’on pouvait t’asservir avec un rituel.
-Faut vraiment être un nain pour avoir des idées aussi débiles…et être un gobelin pour y croire…
-J’ai de l’expérience avec les gobelins, ces pourritures ont le QI d’une serviette de bain mouillée. Pas étonnant qu’ils croient tout ce qu’on leur dit.
-Et ton plan d’évasion, c’est quoi ?
-J’ai un couteau avec moi, je peux nous détacher mais l’ennui ces de retrouver notre équipement, des armes surtout. Il faudrait avoir une arme à portée pour…
-Chut ! Une patrouille.
-C’est de ça que je parlais aussi…"


Une demi-douzaine de gobelins apparut au détour d’un fourré, tous armés de gourdins et se dirigeant clairement vers l’arbre où étaient attachés les deux protagonistes.
L’un d’eux baragouinait bruyamment dans son langage et semblait faire rire le reste du groupe. Les six gobelins s’arrêtèrent au niveau du demi-orc, dont la tête était à environ un mètre cinquante du sol. Un gobelin gloussa puis tapa la tête de Solla avec son bâton. Les autres rires tandis que le grand peau verte et le nain s’interrogeaient du regard.


"Magfliih fiou slavt’rovsskivi pinatà Stilsklrvi twidi pinatà ! Ahahah ! Pinatà ygrasdiov vruuu dji vruu svralsovil sjiavbia ?"

Et tous en chœur les autres répondirent:

"PINATA !
-Eheheh, ricana le nain, je crois…je crois qu’ils vont jouer à la Pinatà !
-Pigna-quoi ?"

Pour toute réponse, le demi-orc reçu une flopée de coups de bâtons, puis une deuxième salve, puis une troisième, sans rien comprendre et en encaissant chaque coup avec douleur tandis que les nabots verdâtres rigolaient, de même que le nain.

*L’enc*** !*

Heureusement celui-ci se fit calmer par l’un des gardes avec un bon coup dans les valseuses. Mais les gobelins reprirent de plus belle, gueulant "pinatà ! pinatà !" comme des gosses réclamant leur glace à la vanille en tabassant le marchand. Cinq minutes plus tard, les gobelins ne s’étant toujours pas calmés, Solla qui commençait à sentir son corps meurtri se couvrir de courbatures et d’écorchures, pris sur lui-même pour tenter de faire signe au nain d’utiliser son couteau. Gémissant, il tenta d’être discret.


" Hung…Rah.. Gnain…Argh, Nain ! Ah ! Hunch, GNAIN !"

Les gobelins se demandèrent un instant ce qui lui arrivait, et les coups cessèrent. Le nain tourna la tête vers l’orc, tandis que celui-ci se tortillait pour symboliser le fait de se détacher avec grand peine. Le nain sembla comprendre de suite, et alors que Solla ne criait plus, les gobelins se remirent joyeusement à l’ouvrage, frappant sur les plaies et les muscles las du paladin en guenilles. Étouffant un cri de douleur, puis une multitude d’autres, il faillit se laisser aller à l’inconscience lorsque Slanoush lui insuffla l’inspiration…

*…Bon sang pourquoi pas…*


"Oooooh…MMMH !"

Les gobelins qui étaient en train de frapper le corps vert moulu de coups s’arrêtèrent, gênés par ce qui semblait être un cri de plaisir. A contrecœur, le chef du groupe ordonna aux autres de continuer, ce qu’ils firent avec rudesse et ferveur, même si…

"Ah !Ah ! AH ! OUI! MH! OH! OOOUUUUI! OOOWH !"

Franchement dégoûtés, les minus aux gourdins stoppèrent leur lapidation, alors que du sang ruisselait de quelques plaies et que Solla retenait une larme de douleur sous les yeux ronds et effarés du nain, qui comme les autres était tombé dans le panneau.

*Comme un fervent disciple de Slanoush, voir en la souffrance une jouissance extrême ! Ah, le plaisir se paie cher dis donc de nos jours!*

Les soldats surmontèrent leur gêne et recommencèrent une seconde à le frapper violemment.


"AAARGH OUIIIIII ! OH OHO OOOOOWH OUI !!!"

Les gobelins reculèrent, vraiment effrayés, et décidèrent de partir, répugnés, certains lâchant même leur gourdin qu’ils pensaient souillé.Et laisant le pendu à moitié sonné. Le nain avait toujours les yeux écarquillés. Et alors que le calme était revenu, le nain n’en revenait toujours pas. Ignorant la douleur (parce que c’est pour les tarlouzes), Solla ouvrit les yeux et vit le nain avec ses yeux de merlan frit. Il ne put s’empêcher d’éclater de rire.

" Tu sais que ta tête est impayable ?"

L'orc partit dans un fou rire alors que le nain, honteux, se renfrogna, puis posa quand même une question :

"Euh mais t’es vraiment SM ?"

Le demi-orc rit de plus belle. Ce qui mit presque le nain en colère.

"Ah mais tu vas répondre espèce d'excrément !
-Ahlàlà, les nains…tu m’as cru aussi, t’as pas remarqué que ça a fait fuir les gobelins ? En plus on a des armes ! Tu t’es libéré ?
-J’ai presque fini, j’ai été un peu…surpris… par contre ce n’est pas avec ça qu’on va s’évader, il nous faut de meilleures armes pour nous tailler un chemin et trouver notre équipement.
-Et un cheval pour distancer les gobelins…à en voir les feux de camp là bas il s’agit d’un grand regroupement, peut-être même que Skriiderth est là.
- On serait pas dans la merde…quelqu’un arrive.
-Fais comme si tu étais toujours attaché."

Le nain et le demi-orc firent silence, alors qu’un des gardes revenait, accompagné cette fois… d’un autre gobelin à l’air beaucoup plus perfide, armé d’un fouet clouté, et d’un ribambelle de lames courtes et autres joyeusetés pendant à sa ceinture.

*Parfait !* pensèrent les deux prisonniers.

Le bourreau arborait fièrement une tunique bleu ciel décorée d’un trait jaune.

*…Un disciple supérieur de Slanoush…* la gorge du peau verte semi-humain s'assécha.

Le soldat commença à foutre un baffe au nain avant de lui parler d’un air explicatif, tandis que le zélateur armé du fouet semblait se complaire à faire vibrer son arme dans l’air en attendant de pouvoir se déchaîner. Se retenant de bondir sur son agresseur, le nain traduit à notre personnage principal les paroles de l’avorton :


"Euhm…ce type est un disciple de Slanoush qui veut te tester apparemment…
-Je sais, ils comprennent mon langage ?
-Non.
-Laisse-le frapper un coup, un seul."

Le soldat courroucé demanda la raison de ce dialogue non permis. Le nain s’expliqua, et après avoir reçu une autre baffe, dit à l’autre aventurier :

"J’ai dit que tu demandais au type de pas se retenir.
-Parfait..."

Le pygmée armé du bâton, et d’une épée courte aussi cette fois, tourna le dos au nain pour admirer le spectacle. Et, une flamme perverse luisant dans son œil, le fouetteur commença sa besogne. Le coup fendit l’air, et les clous éclatèrent sur le dos du demi-orc qui ruissela de sang. Un coup, un seul.

"VAS-Y !"

Le nain bondit sur le garde, et d’un coup, lui brisa la nuque et lui saigna l’aorte à la fois. Puis, saisissant l’épée, il la lança sur le gobelin en robe qui n’eut que le temps de voir arriver la lame avant qu’elle se plante violemment dans son ventre. Lâchant un petit cri, il tomba mollement, en même temps que le corps inanimé du vigile. Bondissant, le nain reprit l’épée et défit sèchement les liens du grand peau verte…qui tomba lamentablement sur le sol avec un râle de douleur.

*

"Ça va ?
-Comme si t’en avais quelque chose à faire, enflure…
-Est-ce qu’il faut que je te saigne maintenant ?
-Tente un coup et tu perds un bras.
-C’est ça. Allons-y, essayons de nous approcher des tentes en évitant les feux de camp…"

Armés jusqu’aux dents grâce à l’arsenal du prêtre gobelin, les deux équipiers se faufilèrent dans les broussailles pour atteindre le centre du campement à couvert. Evitant quelques patrouilles, zigouillant quelques gardes gênant, ils parvinrent à une partie du campement qui semblait être la zone de stockage des trésors, au vu des coffres et charrettes entassés près des tentes et du nombre de gardes dans la zone. Les deux guerriers se concertèrent :

"Tu as quelque chose de spécial à récupérer ?
-J’ai une épée, il faudrait juste que je récupère quelques vivres et un plastron. Enfin, si on arrive à neutraliser les gardes on pourra se servir.
-Il faut que je retrouve ma hache de bataille, et certains objets précieux de mes confrères, pour les remettre à leur famille…"

Un silence gêné s’installa.

"Et il faut aussi que je rapporte cette foutue paire de chaussettes à son propriétaire…
-Je parie qu'il lui faut une preuve de ma m-...Tu as toujours l’intention d’exécuter sa demande ?
-…Considère le fait que tu as assassiné deux de mes amis puis voulu me tuer.
-Considère le fait que vous vous êtes engagés pour me tuer. Tu ne sais même pas ce qui m’est arrivé.
-Je t'écoute, pas comme si on était au milieu d'un camp de gobelins.
-Ce Comte. Il m’a engagé ce matin, soi-disant pour retrouver sa paire de chaussettes dorées volée par des gobelins. Je devais les lui ramener.
-Voilà la raison de ces costumes stupides… Alors que nous avions pour but de tuer un demi-orc qui pourchassait ce Comte depuis des années, à ce qu’il disait, en suivant l’odeur de ces… ‘reliques’.
-Il t’as raconté n’importe quoi…
-Pas comme si j’avais besoin d’une raison de tuer un orc.
-Je n’en suis qu’un demi.
-Ça sera le cas… après deux coups de hache !
-Tu ne comprends pas ? Pourquoi aurait-il besoin de te mentir, si ce n’est pas parce qu’il ne voulait pas que tu connaisses les vrais détails ?
-Que veux-tu dire ?
-Je suis sûr qu’il ta proposé une somme faramineuse. Et à mon avis c’est parce qu’il s’est assuré de ne pas avoir à te payer !... Je pense que nous étions censés nous entretuer.
-Comment tu peux en être sûr ? 10 000 pièces d'or c'est pas flagrant...
-Je ne sais pas, ça semble trop facile.
-Ouais, récupérons notre attirail et après on verra…"

Discrètement, ils se glissèrent derrière les gardes et les égorgèrent puis entrèrent dans la tente qu’ils gardaient…tombant sur une montagne d’or et de pierres précieuses. Ebahis, ils restèrent pantois un instant, avant que…le nain ne plonge littéralement dedans, rempli d’allégresse et de volupté, brassant les poignées infinies de richesses sonnantes et trébuchantes, jusqu’à ce que Solla le tire brutalement de ses rêveries. Malheureusement, des bruits de pas retentirent non loin de la tente, et des voix de gobelins se rapprochant résonnèrent aux oreilles du duo. Prudemment, ils tirèrent les corps des gobelins à l’intérieur, et attendirent jusqu’à ce que la patrouille, qui devait compter quatre gardes à peau verte au plus, ne s’arrêtent devant la tente avec des tons de voix trahissant l’inquiétude. Levant leur arme, de part et d’autres de la porte de la hutte, le nain et le demi-orc attendirent. Les quatre soldats pénétrèrent la tente, puis stoppèrent net à l’entrée en voyant les deux corps gisant de leurs congénères. Les lames s’abattirent, et deux têtes de gobelins roulèrent à terre alors que s’engageait le duel entre les gobelins et le groupe d’aventurier.
Solla fit face à un garde équipé d’une armure très légère et de deux couteaux. La partie fut rapide. Le gobelin tenta de bondir sur la tête de l’orc, et malgré un saut d’une hauteur surprenante, il rata sa cible qui esquiva les deux poignards tendus en avant et profita de l’angle pour couper les deux bras du lilliputien en le tenant d’une main. Les deux bras sectionnés tombèrent par terre mollement, suivi du corps, puis de la tête.
De son côté, le nain avait affaire à un crétin tout en armure qui maniait la hachette comme un jardinier essaierait de couper le gazon avec une canne pêche, ce qui le rendit facile à désarmer au fouet et à décapiter au hachoir. Se doutant que le bruit allait ameuter du monde, les deux complices ne s’attardèrent pas, et filèrent vers une autre tente gardée par deux archers et un minable armé d’un fléau. Le nain étonna fortement son coéquipier par son adresse et sa capacité à faire de jolies entailles dans les crânes et les estomacs à coup de haches et de dagues de lancer. Investissant l’intérieur de la nouvelle tente en entraînant les cadavres à l’intérieur, ils tombèrent sur ce qui semblait être une petite partie des trésors guerriers des gobelins. Et cela n’était pas peu dire, car vu la largeur de la tente, qui faisait bien une trentaine de mètres carrés, il y avait de quoi fournir en arme et protection une garnison correcte. Fort heureusement, c’est là que se trouvait la hache de bataille à laquelle le nain semblait tenir. Par ailleurs, les deux mercenaires purent se servir comme ils le souhaitèrent, entre les hallebardes, marteau, haches, javelots, arcs, épées bâtardes ou courtes, surins, frondes, et cuillères dentelées, ainsi que les jambières, plastrons, hauberts (pour petites gens seulement), casques miniatures, et entonnoir blindé pour interné, il s’agissait d’une sacré halle d’armurerie en solde maximale. Décidant de s’équiper léger, Solla attendit que son cupide compagnon ait fini de se charger. La nuit venait de tomber, et il suffirait à présent qu’ils trouvent une écurie pour pouvoir filer à l’elfique sans demander leur reste. En effet, le peu de richesses qu’ils avaient rassemblé dans quelques sacs suffirait à les faire vivre correctement bien plus que quelques jours. Mais alors qu’au détour d’un croisement apparemment vide, ils apercevaient une charrette à laquelle étaient attachés plusieurs poneys, au moment où le demi-orc s’élançait, le nain trébucha et tomba lourdement avec tout son équipement qui fit un barouf d’enfer.


"Non ! Quel crétin, vite, relève toi !"

Mais sous les yeux terrifiés de Solla, épris d’un cri rauque empli de douleur, le nain se mit à genoux pour vomir une liqueur noire et vermeille, poisseuse et inquiétante, qui s'étendit à terre, fumante.

"L’orc…aide-moi !..."

Il continua de vomir en émettant un râle horrible. Et c’est alors que la nyctalopie du voyageur hybride lui permit de remarquer un détail qui lui fit dresser les cheveux sur la tête.

"Le nain, regarde-moi, regarde moi ! …Dieux…"

Non seulement l’œil droit du nain n’était plus d’un blanc nacré, mais d’un rouge scintillant à l’aura maléfique, mais sa peau également semblait se flétrir comme si la gangrène venait d’éclore sur tout son visage et tout son corps. Continuant de vomir ce qui semblait être son sang pourri, il commença à se traîner vers l’orc qui recula de stupeur devant cette vision morbide. N’ayant jamais vu de mort-vivant ni quoique ce soit d’assimilable, la vue de cette scène semblait être un véritable cauchemar. Puis tout à coup, une multitude de voix retentit de part et d’autre du campement. Quelques instants plus tard, des gobelins par dizaines déboulèrent du couloir à l’est, à l’ouest et au sud, encerclant les deux aventuriers mal fortunés, armés de haches et d’épées mais aussi…de baguettes de magie !
Soudainement, tous les chamans qui se trouvait devant eux psalmodièrent une incantation et dirigèrent leur brindille vers le demi-homme agonisant et rendant ses entrailles à la nature, l’entourant d’un éblouissant globe lumineux.


"NON !"

C’est alors qu’au son de cors et de tambours, un sanglier cuirassé fit son apparition, devant lequel s’écarta la foule des soldats aux oreilles pointues, pour s’arrêter devant le demi-orc et le nain emprisonné. Un gobelin à l’allure fière et haute (pour la taille que peut faire un gobelin) se tenait sur la monture, armé d’un disque d’airain acéré et d’un glaive gravé de runes.

"Ceci est la marque de Niourgl … chamanes, mettez ce nain en quarantaine, et que quelques-uns restent avec moi au cas où les symptômes se déclencheraient chez l’individu des peuples brutaux. Frères, démontez le bivouac, l’endroit n’est plus sûr !"

Descendant de son sanglier après avoir envoyé plusieurs ordres en langue gobeline, entouré de gardes en armure, Skriiderth s’adressa au paladin de Slanoush :

"Qui sont vos employeurs, assassins du dieu-démon ?
-Je ne suis pas un assassin, j’ai été fait prisonnier avec mon…compagnon par vos troupes. Et je ne sers pas Niourgl.
-Pourtant on m’a rapporté récemment que vous voyagiez en possession d’une relique de Niourgl."

Surpris, Solla ne sut quoi répondre, et décida d’expliquer la réelle situation.

"En vérité, j’ai été engagé par un noble de Chnafon pour retrouver des possessions familiales vestimentaires qui, comme il le prétendaient, avaient été dérobées par vous.
-Il faut être aussi idiot qu’un orc pour croire ça.
-Hum…en vérité, il s’agissait d’un traquenard car des nains avaient été engagés pour m’attendre avec cet héritage pour me tuer. Mon compagnon est l’un d’eux, nous nous battions lorsque vos archers nous ont arrêtés.
Et…quel était cet héritage ?
-Des chaussettes dorées.
-Qui puent ?
-La mort.
-…et comment s’appelle votre commanditaire ?
- Leuprauh de La Truen de Rissor d’Ide.
-...Nous le tenons ! C’est un haut dignitaire des sectaires de Niourgl, et apparemment, vous et votre compagnon d’infortune avez servi à apporter sa relique maudite dans notre camp. Heureusement qu’elle a été interceptée avant d’être disposée dans les camps, son aura aurait pu apporter la maladie à toutes les troupes.
-Euh c’est une blague ? Des chaussettes dorées maudites ?
-C’est le principe, les zélateurs de Niourgl ont cette idée saugrenue mais pas inefficace de maudire des attributs vestimentaires en les tissant de matériaux très rares ayant la caractéristiques de pouvoir receler des enchantements très néfastes. Un moyen discret de répandre des épidémies. Nous avons déjà intercepté une autre relique de ce genre, mais c’est les seules informations que nous avons sur ces fléaux. La matériau utilisé et la nature exacte de la malédiction sont, à en croire mes artisans et magiciens, extrêmement mystérieuses…Habituellement, je ne soigne pas les ennemis de ma race, mais non seulement je dois vous soigner pour ne pas risquer la contagion à mes camarades, mais de plus, vous avez été utilisé par ce que j’oserais appeler à présent notre ennemi commun. Je pense que nous allons arriver à nous entendre.
-Vous semblez être bien sage pour un simple rebelle, Skriiderth.
-Je suis bien plus que cela en effet, mais je ne livre pas mes secrets aux étrangers alors que je leur offre déjà une hospitalité que je devine inespérée. Si bien sûr je vous laisse en vie aujourd’hui et que je vous considère comme un allié, c’est que je vais…
-Me demander un service. Je suppose qu’il s’agit de faire main basse sur le Comte.
-Exact.
-Et comme je suis, contrairement à vous, autorisé à pénétrer Chnafon, ma tâche d’appât est toute indiquée.
-Vous semblez infiniment plus intelligent que les autres orcs que j’ai rencontrés.
-Je suis un demi-orc.
-Très bien. Nous discuterons de tout ça demain à l’aube, lorsque nos chamanes se seront occupés de vous. Mais dites-moi, vous êtes un disciple de Slanoush ?
-Malgré ma tunique sale, oui.
-Eh bien je vais tenter de ne pas vous tenir rigueur de la quinzaine de mes frères dont vous avez...écourté la vie.Je pourrais peut-être vous présenter à nos serviteurs du dieu des secrets, si cela vous tente.
-Euhm...oui, volontiers..."

C’est ainsi que, après une nuit…plus ou moins reposante, notre paladin (qu'il a bien pris cher avec ses collègues) et son compagnon nain se présentèrent au chef rebelle des gobelins, après être avoir récupéré leur équipement et avoir pris un bain (malgré les réticences du nain qui voulait respecter la très fameuse et odoriférante tradition de son peuple). Ce dernier, très pâle pour son teint habituel, avait échappé de peu à la damnation, grâce aux soins des gobelins à qui il devait maintenant la vie, c’est pour vous dire s’il était heureux en plus. Il se trouvait assez faible sur le moment, mais les guérisseurs avaient assuré qu’il recouvrerait vite sa santé normale. Le fait que le demi-orc soit intact semblait s’expliquer par l’exposition prolongée du nain à l’aura mortifère des chaussettes de couture malsaine, ainsi que son contact répété. Solla n’avait en effet qu’humé l’objet un court moment, de loin et donc sans jamais le toucher.

"...Alors c'était un complot du noble? Il comptait faire d'une pierre trois coups?
-C'est ça, un demi-orc, des nains et une centaine de gobelins en moins, surtout apparemment parce qu'ils sont disciples de Slanoush, ça fait du bon ménage pour un fidèle zélé du dieu démon des maladies. Le principe c'était de vous maudire comme les gobelins, et comme vous étiez en surnombre par rapport à moi, vous m'éliminiez avant de vous gangréner...
-Normal qu'il a fait appel à un nain de niveau quatre. T'aurais pas cru hein? Et toi d'ailleurs, t'es un guerrier de Slanoush?
-Non non, juste un demi-orc. T'as bien failli y passer toi, tu m'as foutu a trouille.
-Déconne pas l'orc...
-T'avais pas vu ta tronche, je croyais que tu te changeais en mort-vivant...En fait tes organes étaient en train de se corrompre, t'allais crever salement, je crois que les guérisseurs ont retaillé ton organisme.
-Ouaip, je me sens déjà pas très frais si tu pouvais m'épargner les détails.
-Bon, voilà Skriiderth, évite d'aborder d'une quelconque manière les morts qu'on a provoqué la nuit dernière.
-Bien sûr."

*

Ouvrant un comité de réunion en motion extraordinaire à caractère de débat stratégique en collaboration entre une majorité autochtone et des agents extérieurs racialement distincts (saloperies de termes administratifs), Skriiderth exposa la situation. Le plan était simple en soi, à partir du moment où il s’agissait d’attraper un seul homme. Les deux voyageurs devaient rentrer à Chnafon et se charger de presque tout le plan. Le plus crédible des deux aventuriers face à la population de Chnafon devait mobiliser les forces de l’ordre pour mettre le Comte aux arrêts, avec pour motif : tentative d’assassinat organisé d’un citoyen de Chnafon. La crédibilité des aventuriers fut débattue assez longtemps, car en effet, entre un demi-orc légèrement cultivé et un nain un poil chiant et xénophobe…on vota finalement pour le nain.
Il s’agissait ensuite de faire commettre l’acte criminel au bourgeois. Pour cela, Solla aurait simplement à réclamer sa récompense, en prétendant avoir mis la paire de chaussettes à la banque. Ainsi, il demandera à le retrouver à la taverne avec la récompense. Qu’il fasse appel à un assassin, où qu’il accomplisse la besogne lui-même, le noble sera de toute façon repéré grâce à nos alliés de l’ordre de Slanoush qu’il aura fallu contacter au préalable et qui pourront témoigner. Ainsi les citoyens n’auront aucun soupçon quant à la duplicité de Leuprauh. Une fois le bourgeois mis aux arrêts, nos prêtres humains infiltrés soudoieront la police et iront chercher notre bourgeois pour nous le remettre hors de la ville. Une récompense sera alors remise par les disciples de Slanoush aux deux aventuriers…enfin...


"Considérez que la récompense pour avoir collaboré avec nous sera d'être encore en vie, au vu des derniers évènements, si je puis me permettre... Ainsi les intérêts communs de chacun s’en trouveront comblés, acheva Skriiderth."

C’est ainsi que quelques heures plus tard, en début d’après-midi, le nain et l’orc se repointèrent à Chnafon, un jour et demi après le départ du second, et en possession des attributs maléfiques de Niourgl enfermés dans un coffre ensorcelé par les guérisseurs chamanes. Solla se chargea donc de repérer (ce qui n’importe qui serait capable de faire vu leur extravagance) et avertir les fidèles de son propre dieu tandis que le semi-homme prévenait les autorités d’un meurtre à venir, éprouvant au départ quelques difficultés à convaincre la milice.

"Eh mais j’vous jure qu’il va y avoir une tentative d’assassinat, aujourd’hui même !
-Roh l’autre, Roger, t’as vu le nain il a trop fumé la moquette, c’est les Précogs qui t’ont dit ça hein ?
-Mais vous racontez n’importe quoi, laissez moi vous expliquer…"

De l’autre côté, lorsque Solla alla voir son commanditaire qui, bien sûr, espérait ne pas le revoir, ce fut également assez comique.

"Bonjour cher Comte de la Truen de Rissor d’Ide !
-Mais que-qu-qu-quoi-que-[bruits de volailles]-vous êtes en vie !
-Je suis en vie !
-Vous êtes en vie !
-Tu l’as djà dit!
-Je suis surpris !
-J’en suis ravi !
-N’avez péri ?
-Nan pas envie.
-Bon ben tant pis.
-On s’voit cette nuit ?
-Ah ça ben oui.
-J’aurais les habits !
-…J’aurais vos roupies…
-Alors à tutti !"

AHEM ! C’est donc sur ces entrefaites qu’un peu avant le crépuscule, au Rat d’Egout Lubrique, un homme encapuchonné fit discrètement son entrée sans avoir que la salle lui tendait mille regards piégés. Le mystérieux personnage alla trouver Solla qui sirotait en bière au comptoir et lui tournait le dos. Ayant noté cela, le bras indécelable sous sa cape ample, celui qui venait négocier avec le demi-orc sortit sa dague…lorsqu’un nain aux allures joyeuses et à la barbe grisonnante lui tomba dessus.

"Oh, veuillez m’excuser, j’croiiiis que j’ai troooop b-bloups !"

S’écartant, il s’assit à côté du demi-orc, sur une chaise basse, et fit face à l’homme au visage voilé d’ombre. Ayant perçu la présence du danger, Solla se retourna, feignant l’affabilité.

"Cher Comte, voulez vous traiter affaire tout de suite ou bien puis-je vous offrir la boisson ?"

L’homme silencieux désigna vaguement une table étonnamment éloignée des autres, vide. Solla et la silhouette encapuchonnée s’y assirent, et l’aventurier à peau verte sortit le coffret de son sac, le posant sur la table.

"Maintenant ?
-…
-Votre arme, je vous prie."

Ayant un léger sursaut, la forme tourna la tête à droite, pour voir le nain glisser une lame sous sa gorge et une main sur sa capuche.

"C’est un assassin, le Comte m’aurait reconnu et aurait sûrement réagi de manière manifeste."

Et en effet, il s’agissait d’un assassin, qui avait heureusement été filé par des voleurs de Slanoush. L’éventualité avait été prévue, d’autant plus que le Comte, qui n’était pas totalement un idiot, semblait, juste avant qu’on l’aborde, vouloir quitter la ville de manière discrète. Mais le témoin firent jouer de leur voix, et le coupable fut emprisonné… Jusqu’à ce qu’au milieu de la nuit, d’autres personnes viennent lui réserver un sort moins agréable que la prison…

Fin de la Quête
Des Chaussettes Dorées
(Qui Schlinguent!)

[HRP: détails: normalement j'ai ma tunique qui est lavée, j'ai récupéré tout mon équipement de départ (au moins), mais j'ai perdu en tout (y compris avec les deux nuits de repos, celle du rp et celle qui vient juste à la fin de celui-ci) environ 12 PdV.]



Dernière édition par Solla le Jeu 19 Mai - 21:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dalnor le Belliqueux
Démon de la Démotivation
avatar

Nombre de messages : 858
Age : 24
Citoyen de : La Terre des MJs
Sexe du Perso : Masculin.
Statut Spécial : Petit, barbu et moche.
Date d'inscription : 08/09/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
40/40  (40/40)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: [Solo] "Les chaussettes dorées (qui puent)"   Lun 28 Mar - 19:38

Solla réussit un tour de force stylistique, malgré une ou deux fautes glissées par dedans!

Il gagne 187 pièces d'or et 374 points d'expérience, qui le font passer niveau d... trois! D'un coup.

Citation :
Énergie vitale/Énergie Astrale
Ajouter 1D6 à son énergie vitale OU astrale (ou 1D4 dans certains cas de classe ou race)
Augmenter une caractéristique
Ajouter 1 point au choix sur : FO, AD, INT, COU. On ne peut augmenter son charisme avec les niveaux, sauf pour les
elfes. Il est possible en revanche d'augmenter ce score avec un stage (voir page précédente).
Augmentation Attaque ou parade
Ajouter 1 point au choix sur : AT (max 18) ou PRD (max 17). De toutes façons le 19 et le 20 sont toujours des maladresses.
En plus, AU NIVEAU 3
On peut choisir une compétence supplémentaire.

_________________
Ce message était sponsorisé par les épées Plaie d'Os.
Plaie d'Os, t'fais moins l'malin quand t'as plus d'mains !
Revenir en haut Aller en bas
 
[Solo] "Les chaussettes dorées (qui puent)"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Encrier du Chaos :: Terre de Fangh :: L'Aventure Sauvage :: Le Lac de Zblouf-
Sauter vers: