L'Encrier du Chaos

Roleplay dans l'univers du Donjon de Naheulbeuk
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
News
Le Calme et la Tempête


Voilà bien longtemps que les Aventuriers ont quitté la région. Le fracas des armes a cessé, la fureur et la poussière sont retombés, la soif de gloire et de richesses s'est tarie. Mais les lieux ne sont pas morts pour autant : il reste toujours le vieil aubergiste, là, courbé derrière son comptoir ; et je gage que si vous aviez la curiosité de lui adresser la parole, il pourrait vous conter de grandes choses du temps passé, et allumer en vous une étincelle dont vous ne soupçonniez pas l'existence...

Derniers sujets
Aventures en cours
Mangez les poissons Lamproha ! Vous fondrez sur vos proies ! par Baldin, Pnek, Althis et Zaeseth.

Pendant que le loup n'y est pas, une aventure par Jester.
Top-Lists
Soutenez le forum en votant régulièrement sur ces Top-List, qui permettront à de nouveaux joueurs de nous découvrir!

Top des Meilleurs RPG
Fantastic Story RPG
Liens utiles
Le Donjon de Naheulbeuk, le site de Pen of Chaos...
...et son petit frère, le site du JDR.

L'Encyclonebeuk, avec tout un tas d'articles géniaux.

Les biens et services trouvables en Fangh, pour savoir quoi demander au marchand lorsque vous entrerez dans sa boutique!

Naheulbeuk Online, pour ceux qui veulent faire du véritable Jeu de Rôle oral.

Partagez | 
 

 Chapitre II : Une ville miteuse peuplée d'habitants...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ivanov Tsardin Al'Uile

avatar

Nombre de messages : 1348
Age : 26
Citoyen de : Valtordu
Sexe du Perso : Hermaphrodite
Statut Spécial : maire de Valtordu et vampire méchant
Date d'inscription : 31/08/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
370/90  (370/90)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
561/1240  (561/1240)

MessageSujet: Chapitre II : Une ville miteuse peuplée d'habitants...   Lun 21 Juil - 15:26

Chapitre II : La grande Ville

La nuit est tombée depuis maintenant bien longtemps, et le paysage défilait toujours sous les yeux d’Ivanov. Des plaines, des vallées, des collines. Tout semblait d’un régulier morne et monotone. Mais au loin, ou pouvait apercevoir les lumières de Glargh, la ville toute puissante, ancienne capitale de la Terre de Fangh, dirigée désormais par une congrégation de moines guerriers brasseurs de houblon. Ivanov connaissait bien cette ville, trop même, après des légers incidents qu’il avait eu là-bas. Il espérait que cette fois-ci, sont passage serait plus tranquille, c’est à dire sans se faire agresser par un assassin ni par une cohorte d’elfes noirs clonés. Il en avait d’ailleurs eu une expérience assez douloureuse quant à un enlèvement dû à deux hobbits complètements fous. Il avait aussi pillé un bateau contenant toute une cargaison d’armes hors de prix qu’il avait ensuite utilisé contre la ville de Zoyek.
La nuit, les portes de la ville étaient fermées afin d’éviter toute incursion nocturne et surtout empêcher les aventuriers ayant fait quelconque grabuge de quitter discrètement les lieux avant l’arrivée de la milice. Mais cela n’était pas un problème pour Ivanov puisqu’il n’empruntait pas le chemin du plancher des lâches comme disent les nains. Il franchit sans problème la muraille est à une soixantaine de mètres d’altitude et se dirigea vers le centre de la ville. Il se posa sans trop de soucis dans le square des elfes où quelques matelots aux élans tarifiés effectuaient quelques actions de bassesse sur des dames prévues à cet effet.
Ivanov sortit rapidement du square, ignorant les regards intrigués des hommes et les regards aguicheurs des filles de joie. Il se dirigea vers la Rue des Bières où plusieurs établissements étaient fameux pour leurs boissons houblonnées.
Il devait être près de minuit mais Ivanov espérait qu’il pourrait trouver de la place dans une auberge. Il s’arrêta devant la première enseigne de la rue : « O Morisson » indiquait l’affiche. L’établissement semblait accueillant et pas trop crasseux. Il y avait marqué sur une pancarte que l’auberge était ouverte jusqu’à deux heure du matin et qu’il y avait encore des chambres disponibles. Le vampire camoufla un peu son épée derrière un pan de son manteau et entra à l’intérieur.
L’atmosphère sentait bon le houblon et raisonnait des paroles et des rires des convives. Des bruits de couverts se faisaient entendre, un groupe de soulards entonnait en cœur la chanson de Gégène. Ivanov se rendit d’abord au comptoir de l’accueil afin de réserver une chambre.


« - Bonsoir, je souhaiterais prendre une chambre pour la nuit
- Bien, ça vous fera dix pièces d’or, à payer d’avance.
- Tenez.
- Merci bien. Votre chambre est la 42. »

Le vampire prit la clé que lui tendait le tenancier et emprunta l’escalier en suivant les panneaux qui montraient la direction des diverses chambres.
La chambre numéro 42 était comme la plupart des autres chambres à une place : un lit, une armoire, une table, une chaise et une fenêtre pas trop sale. Ivanov posa ses affaires et redescendit dans la salle principale où les animations allaient bon train.
Il se choisit une table plutôt au milieu de la salle et commanda à la serveuse une bière Bandit : un savant mélange de bière sucrée et mielleuse avec de la téquila. La serveuse lui en servit une grande chope.
Le vampire commença à écouter les conversations aux alentours mais rien ne semblait vraiment sérieux. Certains parlaient du cours de la bière, d’autres du prochain concours de sculpture sur crottin de cheval. Quelques-uns parlaient des récents affrontements qui avaient eu lieu entre différents cultistes de Glargh. On disait que c’était à cause d’une hypothétique fin du monde mais personne ni même les Oracles n’étaient d’accord sur ce sujet.
Soudain, un aventurier un tout petit peu éméché vint s’asseoir sans même attendre l’autorisation à la table du vampire et attaqua tout de suite la conversation :


« - Alors comme ça, vous êtes un vampire ?

La tronche du type se décomposa, mais il se rassura un peu en voyant le souris qui fendait le visage de l’être aux longues canines.

« - Mais oui je suis un vampire. Mais qu’est-ce que vous me voulez ?
- Vous vous y connaissez en... »

Le type regarda autour de lui et chuchota :

« - ... magie noire
- Oui, bien sûr. Pour quoi ? Me mettre au bûcher ?
- Noonn ! En fait... c’est que j’ai un petit problème... comment dire... »

L’homme semblait un peu mal à l’aise, il jetait sans cesse autour de lui des regards furtifs comme s’il s’attendait à voir débarquer d’un instant à l’autre des ennuis.

« - ... c’est qu’en fait, je suis pourchassé par un créancier. En fait, je devais garder un troupeau de chèvres et une nuit, le cheptel a été décimé par une bête monstrueuse qui a manqué de foutre le feu à la plaine. C’était terrible, une sorte d’énorme oiseau qui poussait des cris horribles. J’ai pas vu grand chose et quand j’ai raconté à mon employeur ce qui s’était passé, il ne m’a pas cru et veut que je le rembourse. Or moi je n’ai pas d’argent, et personne ne me croit. Je suis allé voir à la porte de quelques temples mais la seule solution qu’ils m’ont proposée était de m’exorciser avec des pratiques douteuses. Seule la solution d’un des temples de Dlul paraissait à peu près censée, elle ne consistait qu’à dormir pour implorer le pardon de Dlul. Alors je ne sais plus quoi faire, est-ce que vous ne pourriez pas m’aider ? »

Le vampire ne savait pas comment réagir. Apparemment, le type avait été attaqué par un dragon, étrange coïncidence. Serait-ce le sien ? Ivanov n’osait espérer un tel hasard. Mais il fallait d’abord se débarrasser de l’individu.

« - Uhm, en effet, votre description de l’attaque, cela me dit quelque chose, il me semble que votre troupeau a subi l’attaque d’un drag... »

Ivanov fut coupé en pleine phrase par l’explosion de la boîte crânienne de son interlocuteur, broyée par la lourde massue d’un troll. Celui-ci après son forfait sortit un petit calepin sur lequel il raya quelque chose et regarda d’un oeil méchant le vampire qui se tenait désormais debout devant lui, une chope désormais vide brandit en tant que défense dérisoire. Mais le vampire ne semblait pas faire partie du contrat du troll, ainsi il se contenta d’un grognement envers l’homme habillé en noir et ressortit aussi pas discrètement qu’il était entré, laissant médusé la plupart des occupants des lieux.
Le patron des lieux vint aux explications :


« - Dites, qu’est-ce qui c’est passé ?
- Et bien je discutais avec cet homme qui s’était invité à ma table quand le troll que vous avez vu est arrivé et a broyé la tête de mon interlocuteur sans aucune autre forme de procès. Je n’en sais pas plus que vous sinon, je viens juste d’arriver à Glargh, je ne suis pas au courant des magouilles de cette ville. »

Le patron, surement dans son jour de bonté offrit une autre bière au vampire et partit rassurer le reste de ses clients en fabulant comme quoi cet homme n’avait pas payé l’un de ses collègue.
La soirée passa et Ivanov se mêlant à quelques discussion entendit plusieurs fois parler de mystérieuses attaques, mais rien de vraiment très précis à part qu’un dragon semblait effectivement écumer la Terre de Fangh.
Ivanov finit par aller se coucher aux alentours de trois heure du matin après avoir vidé une bonne douzaine de chope de Bandit, encore appelée Déspée car elle avait été appelée comme cela par des gringos qui n’étaient pas du coin.
Mais dans sa chambre, une surprise l’attendait. En effet, une charmante gazelle se trémoussait sur son lit, avec dessus un monsieur en pleine action. La jolie demoiselle continua son cinéma mais l’homme fut coupé en plein élan. Mais avant qu’il n’ait pu dire quoique ce soit, le vampire s’excusa et referma brutalement la porte :


« - Ooups, ‘cusez-moi, ‘planté d’porte... »

Et Ivanov s’éloigna de la chambre 24 pour se diriger d’un pas un peu chancelant vers sa chambre, le numéro 42.
Il dormit d’un sommeil de plomb, n’entendant pas le raid d’assassins ayant zigouillé les occupant de la chambre 24, pensant qu’il s’agissait de la chambre du vampire.



Les publicités Naheulbeuk !

Votre épée est rouillée ? Vous trouvez que votre hache est émoussée ? Vous en avez assez de devoir rafistoler votre lame de lance à l’aide de ruban adhésif ? Nous avons la solution ! En effet, au 24 rue des Cogneurs, nous avons La Solution pour restaurer vos armes.
Grâce à notre équipe expérimentée de nains forgerons, nous réparons ou améliorons n’importe laquelle de vos armes, de la simple dague à la baliste en kit.
Ouvert tous les jours sauf le Dluledain, du levé du soleil à son couché.

C’était les publicités Naheulbeuk !

« - C’est un scandale, c’est totalement honteux ! Je me plaindrai à la guilde des assassins ! Vous êtes vraiment lamentables !
- En tant que porte parole de la guilde des Lames Courbes, je m’excuse de cet assassinat du couple occupant la chambre numéro 24. Notre indicateur s’est trompé et a indiqué la mauvaise chambre à notre équipe.
- Mais c’est qu’il devait être complètement bourré votre indic ! Confondre 42 et 24 !
- Veuillez agréer monsieur non sincères condoléances quant à ce regrettable incident. Mais maintenant, voudriez-vous nous laisser accomplir notre mission ?
- Mais oui, de toute façon il a payé. Allez-y et tâchez de ne pas trop tâcher le parquet, c’est dur à ravoir après et les clients refusent de payer la chambre. »

Des bruits de pas se firent entendre et bientôt, la porte de la chambre numéro 42 vola en éclats, pulvérisé par les lourdes bottes d’un humain d’une vingtaine d’années tout au plus, qui avait oublié que le patron de l’auberge lui avait donné le double de la clef. Il tenait dans chaque main une longue dague courbe et effilée, et deux fourreaux pendaient de chaque côté de sa ceinture. Mais il trouva la chambre vide et propre, seul le lit totalement en désordre et une large flaque de... voilà quoi sentant fortement l’alcool témoignaient d’une occupation récente. A cause de la fenêtre ouverte, des rideaux gris qui avaient été fut un jour propres pendaient et s’agitaient mollement au gré du vent.
L’assassin passablement énervé vida sa haine contre le lit, lacérant le matelas de longues déchirures de dague tout en proférant de nombreux jurons dont je préfère ne pas en parler.

Pendant ce temps là, à déjà quelques lieux de la cité, un vampire pas très bien réveillé et affublé d’un terrible mal de cheveux.
Il essayait de réfléchir aux informations qu’il avait reçues la veille au soir et surtout aux évènements de ce matin.


*Pourquoi est-ce qu’ils voulaient me tuer ? Qu’est-ce que j’ai encore fait ? D’accord, j’ai déjà foutu pas mal de grabuge mais c’était il y a quelques temps quand même. Et puis pourquoi faut toujours que j’attire les malheurs ? Par exemple l’autre type qui m’a le premier donné des informations à propos d’une attaque de dragon, pourquoi est-ce qu’il a fallu qu’il se fasse tuer ?
Oh et puis j’en ai marre.*


La suite dans la forêt de Schlipack.

_________________
Ringa pakia ! Uma tiraha ! Turi whatia !
Hope whai ake ! Waewae takahia kia kino !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora !
Tenei te tangata puhuru huru
Nana nei i tiki mai, Whakawhiti te ra
A upane ! ka upane !
A upane ! ka upane !
Whiti te ra ! Hi !
Revenir en haut Aller en bas
Dalnor le Belliqueux
Démon de la Démotivation
avatar

Nombre de messages : 858
Age : 24
Citoyen de : La Terre des MJs
Sexe du Perso : Masculin.
Statut Spécial : Petit, barbu et moche.
Date d'inscription : 08/09/2007

Feuille de personnage
Energie Vitale:
40/40  (40/40)
Energie Astrale:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Chapitre II : Une ville miteuse peuplée d'habitants...   Dim 14 Fév - 15:40

Le Vampire trouve durant la nuit, sous son oreiller, une bourse de 32 pièces d'or et un gain de 65 ixpés.
Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre II : Une ville miteuse peuplée d'habitants...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Encrier du Chaos :: Terre de Fangh :: L'Aventure Sauvage :: Les Terres Sauvages de Kwzprtt-
Sauter vers: